En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

04.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

05.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

07.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 8 min 2 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

il y a 7 heures 58 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Crise du coronavirus aux Etats-Unis : une mise à l’épreuve des valeurs fondamentales de la société américaine

il y a 8 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Bernard Plessy : "Travaux et jours dans la Grèce antique" (éditions Paradigme), grandeur du "petit peuple"

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Economie
Effet boule de neige

Covid, moins d'habits, plus de chômage !

il y a 10 heures 12 min
décryptage > Culture
"Last night a DJ saved my life"

Humeur sombre mais folles envies de dance floor : la pop music n’a jamais été aussi rythmée depuis 10 ans

il y a 11 heures 7 min
décryptage > Société
1001 colères

A chacun ses coupables, à chacun ses victimes : mais qui écoute le plus les Français silencieux ?

il y a 12 heures 6 min
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 1 jour 1 heure
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 1 jour 8 heures
décryptage > France
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

il y a 7 heures 11 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Covid-19 : la société française face au confinement

il y a 8 heures 15 min
décryptage > Culture
Il faut que tout change pour que tout change

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

il y a 8 heures 47 min
décryptage > International
Lion-dragon deal

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

il y a 9 heures 47 min
décryptage > Politique
Le bloc-pol de Laurence Sailliet

Ce devoir de pragmatisme qui s’impose au gouvernement Castex

il y a 10 heures 46 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

il y a 11 heures 51 min
décryptage > Société
Retrouver le sens du réel

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

il y a 12 heures 35 min
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 1 jour 8 heures
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 1 jour 9 heures
© Reuters
Le 8 juillet 2014, un décret a uniformisé le régime des cotisations sociales des salariés, qui jusque là variait selon leur rémunération : un taux réduit sur les 3170 premiers euros, un taux plus élevé lorsque la rémunération est plus importante.
© Reuters
Le 8 juillet 2014, un décret a uniformisé le régime des cotisations sociales des salariés, qui jusque là variait selon leur rémunération : un taux réduit sur les 3170 premiers euros, un taux plus élevé lorsque la rémunération est plus importante.
Plein pouvoir

9 entreprises sur 10 potentiellement redressables par l'Urssaf: dernier exemple en date des ravages du maquis réglementaire français

Publié le 26 septembre 2015
Selon l’Institut de la Protection sociale, neuf entreprises françaises sur dix seraient potentiellement redressables par l’Urssaf en raison d’un changement de règle en matière de cotisations sociales qui pourrait faire de nombreux dégâts.
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon l’Institut de la Protection sociale, neuf entreprises françaises sur dix seraient potentiellement redressables par l’Urssaf en raison d’un changement de règle en matière de cotisations sociales qui pourrait faire de nombreux dégâts.

Selon les premières estimations, pour une entreprise de 100 salariés, la facture pourrait grimper à 25.000 euros par an.

Le 8 juillet 2014, un décret a uniformisé le régime des cotisations sociales des salariés, qui jusque là variait selon leur rémunération : un taux réduit sur les 3170 premiers euros, un taux plus élevé lorsque la rémunération est plus importante. Le soucis est qu’à ce jour, la majorité des entreprises n’a pas pris connaissance de ce changement, et risque le redressement est conséquent.

En outre, l’Accos (Agence Centrale des Organismes de Sécurité Sociale) a adopté il y a quelques semaines une circulaire visant à empêcher certaines start-up « Jeunes entreprises innovantes » de bénéficier d’exonération de charges. A ce jour, 6 600 entreprises bénéficient de ce statut particulier. Un coup dur pour un secteur en plein développement.

Jean-Yves Archer : Les praticiens de l'entreprise, ceux du terrain, le savent bien : il y a toujours une part aléatoire dans un contrôle URSSAF. En un sens, c'est inquiétant car on peut craindre l'application à géométrie variable du droit. Dans un autre sens, c'est une application pertinente des textes qui laissent ainsi aux fonctionnaires de contrôle une marge d'interprétation de la gravité des cas auxquels ils sont confrontés.

Même si cela peut paraître désagréable, les URSSAF sont un organisme fondé et utile à notre paysage économique ne serait-ce qu'en aidant à appliquer des règles de saine concurrence par leurs actions de plus en plus efficaces, notamment contre le travail dissimulé.

En ces temps de chômage de masse et de coup de massue fiscale, la tentation de voir l'essor du travail au noir est une réalité qu'il convient de prévenir et d'endiguer.

Mais les URSSAF ont d'évidence un pouvoir très important du fait de la complexité ( voire le caractère illisible ) du Code du travail.

Un exemple criant nous est fourni par l'actualité.

Selon un décret daté du 8 juillet 2014, il est désormais instauré un taux de cotisation patronale unique sur toutes les tranches de salaire, dans le cadre du financement de la branche Prévoyance. Or, d’après l’Institut de la Protection Sociale, 90% des entreprises n’auraient pas appliqué cette mesure, faute d’en avoir pris valablement connaissance. Ce décret de 2014 modifie celui du 9 janvier 2012 qui prévoyait un taux réduit sur les premiers 3170 euros de la rémunération. Puisque le taux de cotisation est désormais le même pour tous les salaires, on perçoit immédiatement l'échelle de risques d'un contrôle URSSAF de cet aspect de la règlementation du travail.

Le paysage du droit du travail est un maquis qui peut masquer telle ou telle nouvelle disposition. Nous sommes bien dans ce cas de figure où l'inadvertance l'emporte sur une hypothétique volonté de frauder. Mais, le silence de l'Administration n'est pas bon signe et l'année 2016 ( voire avant ) pourrait rimer avec l'éclosion de contrôles serrés sur le sujet en cause.

Il faut savoir que le redressement pourra représenter jusqu'à 24.000 Euros pour une PME de 100 salariés ou plus s'il s'agit d'un grand groupe. Michel Hallopeau, du Cabinet FIDAL, évoquant même le chiffre de 240.000 Euros pour une firme de 2.000 salariés.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 24/09/2015 - 13:00
Notre merveilleuse administraion
Quel talent pour tendre des pièges aux redevables! Et dans le cas présent avec effet rétroactif, par nature. A se demander jusqu'où ira ce gouvernement avant la révolte.
chichi_zibest
- 24/09/2015 - 12:34
Choc de simplification ....?
On imagine le choc lorsque les contrôles seront appliqués.
Par contre, personne ne voit où est la simplification d'un code du travail digne d'un pays bureaucratique, légiférant à outrance, sans connaître la vie et la réalité d'une entreprise.
Un ami gère un hôtel en France, ouvert 4 mois par an. Les contrôles son annuels, les fonctionnaires se déplaçant à 7 (!) pour un hôtel saisonnier. A chaque année, il manque qq chose dans l'application des lois (signalisation, cuisine..), alors que chaque année les directives de cette commission ont été appliquées.
Bilan : le code du travail est tellement incompréhensible qu'aucune société ne peut s'y conformer...et comme dit plus haut l'Etat ne le respecte même pas...;-)
vangog
- 24/09/2015 - 10:52
Le socialisme déborde!
Tirez la bonde! Vite!...