En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

04.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

07.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 1 heure 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 2 heures 52 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 3 heures 29 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 5 heures 25 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 6 heures 43 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 8 heures 49 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 9 heures 20 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 10 heures 1 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 10 heures 50 min
décryptage > Consommation
Crash

Energie : la plus grande chute de la demande depuis la crise des années 30 redéfinit les marchés

il y a 11 heures 16 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 2 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 3 heures 6 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 4 heures 34 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 6 heures 4 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 7 heures 22 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 9 heures 6 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 9 heures 35 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 10 heures 22 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 11 heures 14 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Guerre commerciale : Donald Trump argue du coronavirus pour relancer les hostilités avec Pékin

il y a 11 heures 27 min
© Reuters
Moody’s a dégradé la note de la France.
© Reuters
Moody’s a dégradé la note de la France.
Paradoxe

Note de la France dégradée : pourquoi c’est plus de notre (absence de) croissance que du poids de la dette que Moody’s s’inquiète réellement

Publié le 25 septembre 2015
La France est une nouvelle fois sanctionnée par une agence de notation, cette fois-ci Moody’s, au motif que le pays est incapable de retrouver un taux de croissance permettant de faire à son endettement. Pourtant, malgré cette situation, le poids des intérêts payés par le pays au titre de sa dette n’a jamais été aussi bas depuis 1983.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La France est une nouvelle fois sanctionnée par une agence de notation, cette fois-ci Moody’s, au motif que le pays est incapable de retrouver un taux de croissance permettant de faire à son endettement. Pourtant, malgré cette situation, le poids des intérêts payés par le pays au titre de sa dette n’a jamais été aussi bas depuis 1983.

Ce vendredi 18 septembre, l’agence de notation Moody’s s’en prenait une nouvelle fois à la France en dégradant la note de crédit du pays, au niveau AA2. En effet, selon les dernières statistiques de l’INSEE, le pays est aujourd’hui endetté à hauteur de 97.5% de son PIB, pour le premier trimestre 2015, ce qui représente un total de 2089.4 milliards d’euros. Afin de justifier cette prise de position, l’agence de notation indique :

« Le principal facteur ayant entrainé la dégradation de la note de crédit de français à AA2, est l’évidence grandissante, selon Moody’s, que la croissance économique française restera faible sur le moyen terme, et de l’obstacle que cela va causer pour tout retournement matériel du poids élevé de la dette française dans un futur prévisible ».

Ainsi, pour l’agence de notation, la cause de la sanction provient plus de l’incapacité de la France à élever son niveau de croissance, que du niveau de la dette publique du pays. Très justement, Moody’s pointe ici la cause de la situation, c’est-à-dire la trop faible croissance et considère dès lors la progression de l’endettement français comme sa conséquence.

En premier lieu, il convient de se rassurer. Si la dette française n’avait jamais été aussi importante, les taux d’intérêts n’avaient jamais été aussi faibles. Par un jeu de vase communiquant, la progression du niveau de dette ne suffit même pas à contrebalancer l’effet de la baisse des taux. Et le résultat de cet effet ciseau est que la France n’a pas payé un montant total d’intérêts aussi faibles, par rapport au PIB, depuis 1983. En effet, le poids des intérêts de la dette par rapport au PIB est au plus bas depuis plus de 30 ans, soit 2.16%.

Poids des intérêts de la dette par rapport au PIB. France 1980-2014

Et il ne s’agit pas que d’un pourcentage. Bien que la dette française soit passée d’un niveau de 65% du PIB à la fin 2007, à un niveau de 97.5% en cette année 2015, la réduction du montant facturé au pays au titre de sa dette a baissé de 10 milliards d’euros, passant de 56 milliards d’euros en 2007 à 46 milliards pour 2014. Ceci étant dû au fait qu’au cours de l’année 2008, les taux d’intérêt à 10 ans ont pu dépasser les 4.5% alors qu’ils affichent un taux de 1% en cet automne 2015.

En second lieu, comme l’indique Moody’s, la problématique de la dette est en réalité un problème de croissance. Car la progression des déficits publics qui a eu lieu depuis 2008 n’est le résultat que d’une incapacité du pays à stabiliser son taux de croissance connu avant crise. En effet, puisque croissance et dette progressent main dans la main, le ratio de dette sur PIB a été plutôt stable dans le temps, du moins jusqu’en 2008. A partir de cette date, l’effondrement de la croissance est parfaitement corrélée avec la hausse de la dette, comme cela est observable dans le graphique suivant, prenant en compte l’évolution de la dette par rapport à son niveau de progression moyen d’avant crise, et l’évolution de la croissance par rapport à son niveau de progression moyen d’avant crise :

Dette (rouge) et PIB (bleu)  par rapport à leur tendance pré-crise. En milliards d’euros. France. Données INSEE

De plus, en prenant en compte les données fournies par l’INSEE, il apparaît que le rythme des dépenses publiques a été plutôt dégressif au courant des dernières années. Si les dépenses ont progressé de 4.45% en 2007, elles n’ont augmenté que de 1.63% en 2014. Or, malgré cet affaiblissement continu du rythme des dépenses depuis l’entrée en crise, l’Etat s’est révélé incapable de lutter efficacement contre la progression exponentielle de son endettement. Signe qu’un autre facteur est en cause, c’est-à-dire la croissance du PIB, et donc de la croissance des recettes publiques. 

Taux de croissance annuels des dépenses publiques (rouge) et des recettes publiques (bleu). France. 1991-2014. France. Données INSEE

Comme cela est visible dans le graphique ci-dessous, il apparaît que la cause de l’endettement français, c’est-à-dire des déficits, n’est pas une très forte progression des dépenses publiques au moment de la crise, comparativement à la période précédente,  mais un effondrement des recettes entre la fin 2007 et l’année 2010, signe que c’est bien la croissance économique qui est en cause.

Or, la croissance économique ne s’obtient pas en réduisant les dépenses publiques, mais en relançant l’économie en utilisant la banque centrale. Pour que le niveau de dette sur PIB puisse enfin revenir à un niveau plus acceptable, il est alors nécessaire de procéder à une relance d’une part, qui permettra d’améliorer les recettes, et de contenir les dépenses. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 22/09/2015 - 23:19
2008 et Sarkozy ont été le point déclencheur
en decorrélant la dette de la croissance, et en faisant exploser cette dette, malgré une croissance maintenue artificiellement à bout de bras par une immigration de 200000 étrangers par an...
Oh, certes, les naïfs nous affirmeront qu'il y eut une crise des supprimes et que Sarko-le-tricheur est un héros Wagnérien pour avoir préservé la France des enfers de la finance internationale...mais qu'en est-il des autres pays qui ont subi la crise, eux aussi? aucune décore latino de la dette et de la croissance, aucune baisse de la croissance, aucune explosion de la dette, excepté, peut-être la Grèce... Sarko-le-tricheur a donc été l'artisan de cette décorelation et de la déchéance de la France, qui ne pouvait qu'être accentuée par les gauchistes, dont il a préparé la venue...
Vincennes
- 22/09/2015 - 19:47
CONSTATATION .......nous sommes le 22/9 et GRAND silence
depuis le 18/9 sur le service public + les chaines "en continue" concernant cette dégradation de la France par Moody's..... alors qu'avec Sarko, la nouvelle tournait en boucle sur BFMTV (PREMIERE chaine SOCIALISTE DE FRANCE) comme d'ailleurs sur le service public mais, aujourd'hui : pas un mot chez Calvi ni chez Lapix "aux ordres")
tubixray
- 22/09/2015 - 12:00
La remontée des taux
Ve bien survenir un jour ou l'autre, à tout prendre souhaitons que ce soit avant mai 2017 .....