En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

05.

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

06.

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

07.

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
light > People
"Cauchemar"
Le ténor Andrea Bocelli révèle avoir été atteint par le coronavirus
il y a 3 heures 30 min
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 5 heures 42 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 7 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 8 heures 12 min
pépites > Politique
Bataille pour Paris
LREM : Agnès Buzyn annonce qu'elle est toujours candidate pour le second tour des municipales à Paris
il y a 9 heures 9 min
pépite vidéo > International
Menace pour les récoltes
L’Inde fait face à une invasion de criquets
il y a 10 heures 18 min
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 12 heures 15 min
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 13 heures 49 min
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 14 heures 36 min
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 4 heures 41 min
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 6 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 7 heures 56 min
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 8 heures 32 min
pépites > High-tech
Atout contre le virus
StopCovid : la Cnil autorise l’application de traçage pour lutter contre le coronavirus
il y a 9 heures 48 min
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 12 heures 4 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 12 heures 52 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 13 heures 40 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 14 heures 17 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 14 heures 57 min
© Reuters
La croissance chinoise ralentit.
© Reuters
La croissance chinoise ralentit.
Effet domino

La Chine toujours plongée dans le marasme économique : ce que l'on peut craindre pour les entreprises françaises

Publié le 19 octobre 2015
Face au ralentissement de la croissance chinoise, les entreprises de l'Hexagone s'inquiètent, en particulier celles qui ont fait le choix de la délocalisation.
Jean-François Di Meglio est président de l'institut de recherche Asia Centre.Ancien élève de l'École normale supérieure et de l'Université de Pékin, il enseigne par ailleurs à l'IEP Lyon, à l'Ecole Centrale Paris, à HEC ParisTech, à...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Di Meglio
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Di Meglio est président de l'institut de recherche Asia Centre.Ancien élève de l'École normale supérieure et de l'Université de Pékin, il enseigne par ailleurs à l'IEP Lyon, à l'Ecole Centrale Paris, à HEC ParisTech, à...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Face au ralentissement de la croissance chinoise, les entreprises de l'Hexagone s'inquiètent, en particulier celles qui ont fait le choix de la délocalisation.

Atlantico : A quel point l'économie française est-elle dépendante de ses exportations en Chine ? Quelles sont les entreprises françaises délocalisées en Chine et dans quelle mesure sont-elles touchées par la crise chinoise ? Comment peuvent-elles gérer le ralentissement économique ?

Jean-François Di Meglio : Le principal secteur de l’économie française qui est dépendant de la Chine dans une certaine mesure, c’est le luxe, mais les chiffres les plus récents ont tendance à rassurer car cette industrie souffre moins que celle qui est complètement liée à des marques italiennes (certaines, appartenant d’ailleurs à des groupes françaises ont subi de larges revers déjà). Mis à part cela, il faut rappeler à quel point la France est au contraire largement déficitaire dans son commerce avec la Chine. La baisse marginale du yuan a d’ailleurs certainement visé l’Europe, même si l’effet ne se fera pas sentir directement, dans la mesure où le ralentissement de certains pays européens associé à la réévaluation d’un yuan accroché au dollar risquait d’avoir un impact négatif sur le commerce chinois avec l’Europe et en particulier la France.

Concernant les entreprises françaises, la prise de conscience d’un possible ralentissement chinois ne date pas d’hier et de nombreuses mesures anticipatrices ou bien évaluatrices de risque ont été prises, des scénarios de plus faible croissance élaborées. Les entreprises françaises qui ont « délocalisé » en Chine ont surtout créé des chaînes de valeur asiatique, en installant des chaînes d’assemblage pour le marché chinois ou asiatique. Les profits générés n’ont que rarement été rapatriés, mais soit consolidés dans les comptes soit réinvestis sur place. Assurément les surcapacités n’existent pas encore dans ces « délocalisations ». Le plus fort risque serait celui d’une désaffection des acheteurs (institutionnels ou privés) pour des produits non asiatiques dans un réflexe « nationaliste » de protection de l’économie ou bien du fait de la perte de compétitivité relative par rapport à un pouvoir d’achat en baisse, libellé en devise locale ou étrangère ;

La Chine se lance dans un grand plan pour transformer son modèle économique. Quelle stratégie les entreprises françaises doivent-elles adopter pour conserver leur place dans la compétition et la concurrence de plus en plus accrue ?

Contrairement à quelques pays, la France n’aborde pas en bloc une économie étrangère. Les entreprises françaises présentes sur le marché chinois visent à la fois le marché toujours vivace des infrastructures, en principe voué à l’effacement du fait du changement de modèle mais très prégnant néanmoins, et le marché de la consommation. L’effet de marque reste l’un des atouts des entreprises françaises, ainsi que l’atout technologique, de plus en plus prisé.

Quelle est la part de responsabilité du gouvernement, qui cherche à privilégier les entreprises chinoises en renforçant le patriotisme économique ? 

C’est un choix qui se manifestera sans doute plus dans le soutien abusif ou pas à des entreprises en difficulté. Pour l’instant, c’est surtout au niveau des normes et de la protection des marchés, comportements qui ne datent pas d’hier, que le patriotisme chinois a joué. Mais la responsabilité du gouvernement repose plus sur la relative inaction réformatrice du gouvernement précédent, qui, au milieu de la crise mondiale, a conservé le modèle « lourd » ne laissant pas assez de place à la consommation et dans la difficulté aujourd’hui pour le gouvernement de manier plusieurs outils de pilotage et de réforme sophistiqués en même temps.

Comparé au cas de l'Allemagne - 6,5% de ses exportations sont pour la Chine et 5 200 entreprises y sont délocalisées - n'est-ce pas finalement une bonne nouvelle que nous ne soyons pas si dépendants que cela au marché chinois ?

Assurément, la France est moins « exposée » négativement à la Chine. Néanmoins, elle est comparativement très « investie » du fait de la force des investissements français dans le pays. Et si le ralentissement chinois est très marqué et durable, l’ensemble du monde souffrira car la Chine a créé des anticipations de croissance qui risquent de ne pas être au rendez-vous, comme l’indique Martin Wolf dans le Financial Times du 17 septembre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires