En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

ça vient d'être publié
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 2 heures 35 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 3 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 4 heures 49 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 9 heures 58 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 10 heures 27 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 11 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 13 heures 5 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 13 heures 45 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 15 heures 25 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 3 heures 2 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 3 heures 57 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 6 heures 5 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 10 heures 13 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 10 heures 45 min
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 12 heures 41 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 13 heures 53 min
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 14 heures 57 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 15 heures 28 min
© Reuters
Les Etas européens n'ont pas trouvé d'accord sur les politiques de quotas.
© Reuters
Les Etas européens n'ont pas trouvé d'accord sur les politiques de quotas.
Passage en force

Crise des migrants : de quels moyens dispose vraiment l’Allemagne pour imposer sa volonté aux Européens récalcitrants ?

Publié le 16 septembre 2015
Mardi 15 septembre, l'Allemagne a émis l’idée de sanctionner financièrement les pays réfractaires à l'accueil de réfugiés. Reste à savoir si elle en a vraiment les moyens.
Alain Wallon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Wallon a été chef d'unité à la DG Traduction de la Commission européenne, après avoir créé et dirigé le secteur des drogues synthétiques à l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies, agence de l'UE sise à Lisbonne. C'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mardi 15 septembre, l'Allemagne a émis l’idée de sanctionner financièrement les pays réfractaires à l'accueil de réfugiés. Reste à savoir si elle en a vraiment les moyens.

Atlantico : Le ministre allemand de l'Intérieur a évoqué les fonds structurels européens dont bénéficient, comme les autres pays de l'UE,  le "groupe de Visegrad" opposé aux quotas de migrants. La Commission européenne a démenti avoir formulé le même projet que Berlin. Quels sont les moyens - officiels ou informels - concrets de l’Allemagne pour imposer sa politique aux pays membres récalcitrants ?

Alain Wallon : On peut comprendre que la Commission se mette en retrait de la proposition allemande,  avancée par le ministre fédéral Thomas de Maizière car, quand bien même le Président de la Commission avait le premier évoqué l’option de sanctions financières pour les Etats membres qui refuseraient d’accueillir chez eux des personnes "relocalisées" dans un autre pays que celui de leur arrivée sur le sol européen, c’est une autre mesure qu’il avait mise en avant au nom de la Commission le 9 septembre dernier : il était proposé que les pays qui ne pourraient avancer des raisons justifiées et objectives, telle par exemple une catastrophe naturelle, de ne pas participer au mécanisme de relocalisation, pourraient devoir s’acquitter d’une contribution à hauteur de 0,002% de leur PIB. Ce type de contribution, que la Commission s’est bien gardée d’appeler une amende, serait répartie entre les  autres pays européens, en sus de l’aide initialement prévue pour les pays d’accueil. Que le ministre allemand ait, par ailleurs, entendu Jean-Claude Juncker évoquer l’hypothèse de sanctions plus radicales est possible, sans être avéré. Seule certitude, c’est le premier ministre belge, Charles Michel, qui avait réagi tout début septembre au plan proposé par le président de la Commission en s’indignant du fait que les pays qui refusaient leur solidarité aux migrants réfugiés ne refusaient pas celles des fonds structurels européens.  La Commission, en tant que gardienne des Traités, joue son rôle, qui lui donne la légitimité de rappeler à l’ordre les Etats membres qui sortiraient des rails des Traités et bafoueraient les principes fondamentaux de l’Union. De son côté le Conseil peut décider à la majorité qualifiée de suspendre, pour un Etat fautif, certains droits comme son droit de vote. Ce fut le cas une seule et unique fois avec l’Autriche, sous forme d’un coup de semonce solennel, après que le gouvernement de Vienne eut fait entrer en son sein le parti d’extrême-droite xénophobe de Jorg Haider. Mais rien n’interdit au Conseil de se référer de nouveau à l’article 2 en question.

Comme le souligne la Commission, L’Allemagne ne peut ignorer que les fonds structurels ont été programmés et définitivement adoptés pour 7 ans (15,5 milliards d’euros), et surtout qu’ils ont fait l’objet de partenariats signés entre la Commission et les Etats membres, impliquant nombre d’acteurs (administrations, PME, société civile…) avec des cofinancements de 15% en moyenne par les Etats eux-mêmes. Pourtant, l’Allemagne ne brandit pas cette menace sans y avoir très certainement  réfléchi. En tant que premier contributeur net du budget européen – et donc des fonds structurels dont les pays d’Europe centrale et orientale restent assez fortement dépendants – elle allume la mèche et agite le spectre d’un possible conflit politique d’ampleur afin d’accentuer plus nettement la pression sur le groupe de Višegrad et ses quatre pays récalcitrants en espérant réduire assez vite leur résistance. Les moyens, officiels et officieux, ne manqueront pas.  Sans toucher pour le moment aux traités dont d’ailleurs certaines dispositions peuvent être utilisées, comme l’article 78(3) du Traité prévoyant un mécanisme de répartition pour la protection des personnes dans un contexte de crise internationale, ou encore la fermeture des frontières intra-Schengen en cas de risques graves de trouble à l’ordre public ou à la sécurité nationale, comme Berlin vient de le faire à sa frontière avec l’Autriche. La Commission peut être aussi incitée à re-étiqueter ou/et mieux abonder des programmes existants au détriment d’autres de moindre pertinence, à user plus largement de sa délégation de compétence puisque le Traité de Lisbonne le lui permet de façon moins encadrée qu’auparavant.  Lisbonne a aussi étendu aux fonds structurels la procédure législative ordinaire, ce qui peut ouvrir un champ de possibilités peu exploré. La Commission a ouvert la boîte en préconisant une clé de répartition pour sortir de l’impasse, l’Allemagne frappe fort pour que cette initiative se concrétise au niveau des 28 Etats membres.

Peut-elle y arriver seule ou doit-elle, pour ce faire, mettre en place des alliances ? Quels seraient les pays susceptibles de la rejoindre sur ce sujet ?

Les alliances possibles et nécessaires ne manquent pas sur ce sujet. La France, au premier chef, depuis qu’elle a fini par accepter l’idée de quotas, après avoir repoussé en mai dernier la proposition de Jean-Claude Juncker d’une clé de répartition. Ensuite, de nombreux autres pays peuvent suivre, certainement assez en nombre comme en poids démographique total pour composer une majorité qualifiée, à condition que l’acte à adopter soit très solidement fondé en fait comme en droit, pas seulement sur l’urgence de la situation : outre bien sûr les pays du Sud de l’Europe, ceux du Nord et de Common Law pour qui la tradition de l’habeas corpus, la dignité humaine et sa protection physique sont des valeurs profondément ancrées. Et puis en général tous ceux qui ont déjà compris leur intérêt à une juste répartition du fardeau plutôt que le risque d’un flux aléatoire et incontrôlable, et donc  à un appui au projet porté par Angela Merkel d’un accueil par l’Allemagne - pays de 82 millions d’habitants - aussi large que calculé et solidement organisé, leur laissant ainsi moins de pression migratoire "sauvage" à gérer.  Sans oublier les liens nombreux, souvent vitaux, tissés avec l’économie allemande !

Dans le cas le versement de sommes issues des fonds structurels serait bloqué pour les pays refusant les quotas, quelle seraient les conséquences pour ces derniers ? Est-ce une menace suffisamment forte pour que les pays du groupe Visegrad change de position ?

Je ne pense pas que politiquement un blocage proprement dit puisse être envisagé, non pas tant pour des raisons juridiques que politiques, notamment pour laisser de l’espace à la négociation. Car c’est plutôt un ensemble de mesures moins brutales et de pressions convergentes qui peuvent faire évoluer la position individuelle puis collective des pays membres du groupe "rebelle" de Višegrad, dont les relations mutuelles ont perdu de leur force depuis que le groupe a atteint son principal objectif, l’entrée dans l’UE et dans l’OTAN. 

Y a-t-il des moyens autres que législatifs que pourrait utiliser Berlin ? Ainsi, sur le plan économique, ces pays sont-ils dépendants de l'Allemagne et est-ce que cette dernière pourrait faire pression dans ce domaine ?

Berlin possède, en plus de ses alliés dans cette affaire cruciale pour la construction de l’Europe et la naissance d’un réel esprit européen, de nombreux atouts. Politiques bien évidemment, étant donné la place centrale que ce pays a acquis depuis la chute du mur et ses puissants prolongements, mais aussi très concrètement économiques. Sans entrer dans le détail des coopérations et intérêts  croisés, des liens de clients à fournisseur dans de nombreux domaines, les pays d’Europe centrale ont beaucoup à faire avec l’Allemagne et ses entreprises, ces dernières étant de leur côté bénéficiaires et en partie dépendantes des marchés à l’export que ces pays leur offrent. Alors, on peut imaginer de nombreuses variantes aux "conseils amicaux" que pourraient recevoir à des degrés divers les importateurs slovaques, tchèques, polonais  ou hongrois…  ou que ceux-ci pourraient donner à leurs gouvernements. Il y a aussi toutes les autres  politiques européennes et les dossiers pour lesquels l’intérêt d’avoir Berlin en allié plutôt qu’en adversaire peut se révéler incontournable, qu’il s’agisse de la politique économique et monétaire, comme on l’a vu à l’Eurogroupe autour de Wolfgang Schaüble face au cas grec, ou dans celui de l’environnement, de l’énergie ou encore de la ligne commune à tenir pour l’Ukraine face à Poutine. Nous sommes à un moment important où, comme ce fut récemment le cas avec la dette grecque, l’Europe peut aussi bien se fissurer, mettant sa cohésion et son projet même en danger, ou bien trouver les solutions qui lui redonneront une plus forte cohérence et un nouveau ciment de solidarité. L’Allemagne semble avoir choisi la seconde option, au moins comme objectif. Et c’est déjà beaucoup.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 16/09/2015 - 22:30
L'UE est morte!
Prochaine étape: rétablissement de toutes les frontières, avec une multitude de Sangatte sur les routes de l'invasion musulmane, grosse perturbation des échanges, fin de la garantie bancaire de l'Allemagne, explosion des taux d'intérêt, obligation socialiste de réduire la dette française pour éviter l'implosion, arrêt de la préférence étrangère...tout cela n'a pas que du mauvais, finalement!...
cloette
- 16/09/2015 - 21:57
Ce qu'on ne dit pas
mais qu'on pense , c'est la présence de djihadistes dans le flux , un dirigeant africain hier sur Europe disait qu'il en était certain, cela expliquerait le changement de ton ! Il y a des Chrétiens parmi ces réfugiés mais eux sont sûrs !
cloette
- 16/09/2015 - 21:45
Valls
hier faisait des leçons de morale avec les trémolos habituels sur l'asile et les valeurs de la gôche, aujourdh'ui il ferme les frontières avec son ton de c'est lui qui commande , en réalité on les sent plus que déstabilisés , sans autre idée que de suivre aveuglément A Merkel qui à présent veut sanctionner les pays de l'Est , demain c'est ce que Valls va demander aussi . Côté des autres partis ce n'est guère mieux , il faut dire que la situation est impressionnante , mais personne pour trouver une solution !