En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Internet nous a fait passer de l’ère de la pénurie d’information à celle de son trop-plein.
Esclaves du smartphone pro
Vers un “droit à la déconnexion” ? Le diagnostic mal ficelé du rapport rendu au gouvernement
Publié le 18 septembre 2015
Le rapport Mettling remis lundi 14 septembre à la ministre du Travail préconise de "compléter" le droit à la déconnexion par un "devoir de déconnexion" que les entreprises doivent "encourager". Un nouveau "devoir" qui infantilise encore un peu plus les salariés et traduit le malaise grandissant de la société face aux nouvelles formes d'organisation du travail.
Olivier Babeau est essayiste et professeur à l’université de Bordeaux. Il s'intéresse aux dynamiques concurrentielles liées au numérique. Parmi ses publications:   Le management expliqué par l'art (2013, Ellipses), et La nouvelle ferme des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Babeau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Babeau est essayiste et professeur à l’université de Bordeaux. Il s'intéresse aux dynamiques concurrentielles liées au numérique. Parmi ses publications:   Le management expliqué par l'art (2013, Ellipses), et La nouvelle ferme des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le rapport Mettling remis lundi 14 septembre à la ministre du Travail préconise de "compléter" le droit à la déconnexion par un "devoir de déconnexion" que les entreprises doivent "encourager". Un nouveau "devoir" qui infantilise encore un peu plus les salariés et traduit le malaise grandissant de la société face aux nouvelles formes d'organisation du travail.

Atlantico : Le rapport Mettling (du nom de son auteur, le DRH d'Orange) remis lundi à la ministre du Travail préconise une "régulation des usages des outils numériques dans le nécessaire équilibre vie privée-vie professionnelle", et notamment de "compléter" le droit à la déconnexion par un "devoir de déconnexion" que les entreprises doivent "encourager". Comment repérer l'hyperconnectivité ? A quel moment peut-on dire que l'on est hyperconnecté ?

Olivier Babeau : Internet, on le sait, nous a fait passer de l’ère de la pénurie d’information à celle de son trop-plein (les Québécois proposent l’amusant néologisme d’infobésité). L’enjeu n’est plus d’y accéder mais de la trier. Grâce aux nouveaux outils dont elle dispose, parmi lequel le courriel, la communication entre les individus a connu un basculement semblable : là où l’enjeu était de multiplier des occasions de contacts dont la rareté garantissait l’intensité, la quasi disparition de tous les obstacles (coût, accessibilité, horaires) à la communication a provoqué sa prolifération inouïe. Si cela est vrai dans les rapports sociaux en général, c’est aussi tout à fait palpable dans les entreprises. Un véritable cercle vicieux de la sur-communication s’est mis en place, faisant de la production de courriels une preuve de travail, presque une fin en soi, leur traitement accaparant en retour une bonne partie des journées d’un cadre. La conséquence de cet éréthisme communicationnel est que,  dans beaucoup de cas, le fait d’être joignable en permanence, y compris le soir, le week-end et en vacances, est devenu une norme implicite de travail.

En quoi l'évolution de la technologie a-t-elle un impact sur notre rapport au travail ?

Le paradoxe de cette hyperconnectivité est d’abord qu’elle est particulièrement contre-productive. Elle favorise une communication brouillonne et superficielle, et réduit plus que jamais les plages de travail des cadres à des séquences courtes. L’économiste Carlson estimait que dans les années 50 un cadre au travail était dérangé toutes les 20 minutes en moyenne ; aujourd’hui, ce chiffre serait de 7 minutes. Selon d’autres estimations, il recevrait en moyenne une sollicitation d’attention (courriel en particulier) toutes les 30 secondes. La continuité de la réflexion et donc sa profondeur en pâtissent naturellement. C’est une nouvelle sorte de « travail en miettes » qui se développe ainsi, pour paraphraser l’expression de Georges Friedmann.

Plus problématique encore, cette hyperconnexion brouille profondément la frontière traditionnelle entre vie privée et vie professionnelle. Le bombardement ne s’arrête quasiment jamais, chaque jour de vacances se payant, en cas de déconnexion, par une avalanche de 500 messages à « vidanger » à son retour.

Comment concilier le droit à la déconnexion et l'exigence de réactivité du monde professionnel ? De quelles pratiques s'inspirer ?

Beaucoup d’entreprises ont réalisé que l’orgie de courriel était désastreuse. Des plans "0 e-mails" ont ainsi été lancés, pour encourager le téléphone ou la rencontre physique. Dans d’autres entreprises, différents outils ad hoc ont été mis en place, assortis de règles de bonne conduite, permettant de discriminer les types d’échanges (un "chat" par exemple, pour les échanges superficiels, et des règles strictes en matière de mise en copie des collègues).

Pour rétablir une frontière entre vies privée et professionnelle, des mesures ont été mise en place dans certaines entreprises. Volkswagen a par exemple interdit l’envoie d’e-mails sur les téléphones professionnels entre 18 h 15 et 7 h. Daimler effacerait les messages des salariés volontaires lors de leur période de congés, en prévenant bien sûr l’expéditeur et en l’invitant à joindre le remplaçant. Depuis 2010, Deutsche Telekom s’est engagée à ne pas attendre de ses salariés une disponibilité en continu. Petit à petit, de nouvelles règles de conduites se mettent ainsi en place, mais pas encore partout il faut le reconnaître.

Les individus ont-ils eux-même accepté et organisé cette porosité entre vies professionnelle et personnelle ? Quel rôle attribuer à l'Etat face à l'hyperconnexion ?

Les nouveaux outils de communication sont aussi de formidables moyens de rendre le travail plus flexible, et donc de l’adapter à son propre rythme. L’abolition des contraintes de temps et de lieu a aussi un intérêt objectif dans bien des cas. Il serait absurde de prétendre interdire absolument ces pratiques. L’idée sous-jacente des débats actuels concernant le droit du travail est justement que celui-ci laisse trop peu de place aux arrangements locaux, au profit d’une uniformité des règles qui s’adapte mal à la diversité des situations. Les entreprises commencent à comprendre que de nouvelles règles en matière de connexion de leurs employés profiteraient à leur bien-être comme à l’efficacité de leur travail, laissons-les progresser dans ce sens.

Propos receuillis par Adeline Raynal

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
05.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 16/09/2015 - 21:25
Déconnexion
La déconnexion elle est dans la tête. Rien n'oblige un salarié à aller voir les messages qui tombent après l'heure de fin de travail (relatif pour les gens sans horaire mais c'est tout l'avantage de ne pas avoir d'horaire, c'est qu'on décide quand arrêter). Pareil pendant les congés, on éteint le portable et on n'est pas perturbé jusqu"à son retour. Si on passe outre, on a un problème, mais qui n'a rien à voir avec les outils modernes. C'est dans la tête, et il faut se soigner ou ne pas se plaindre.