En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépites > France
Attaque
Lyon : un prêtre orthodoxe blessé par balle ; l'assaillant en fuite
il y a 5 heures 45 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 9 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 11 heures 30 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 12 heures 30 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 13 heures 33 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 14 heures 25 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 14 heures 55 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 15 heures 5 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 15 heures 6 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 15 heures 7 min
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 8 heures 12 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 9 heures 59 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 12 heures 10 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 12 heures 51 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 14 heures 36 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 15 heures 4 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 15 heures 5 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 15 heures 7 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 15 heures 9 min
Patrimoine de l'humanité

UNESCO : pourquoi les chants péruviens et pas la porcelaine de Limoges ?

Publié le 26 novembre 2011
L'UNESCO a inscrit ce vendredi deux nouveaux concepts au patrimoine immatériel de l'humanité. Les grands gagnants sont : l'Al Sadu (tissage bédouin) et l'Eshuva (chants péruviens). Notre bonne vieille porcelaine de Limoges ne fait malheureusement pas partie des nouveaux élus...
Dominique Audrerie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Audrerie est un expert indépendant des questions environnementales.Il est également docteur en droit de l'environnement et ancien directeur du Conseil d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement (en 1993).Il est avocat à...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'UNESCO a inscrit ce vendredi deux nouveaux concepts au patrimoine immatériel de l'humanité. Les grands gagnants sont : l'Al Sadu (tissage bédouin) et l'Eshuva (chants péruviens). Notre bonne vieille porcelaine de Limoges ne fait malheureusement pas partie des nouveaux élus...

Atlantico : Quel est l’intérêt de s'inscrire au patrimoine immatériel de l’Humanité ?

Dominique Audrerie : Le premier intérêt est une reconnaissance universelle de la qualité ou de l’importance d’un lieu, d’un concept. De sa relation, non seulement avec un territoire local, mais aussi des populations éloignées avec des cultures différentes. S’inscrire au patrimoine mondial, c'est s'inscrire dans une logique ou la culture n’est pas l’affaire de quelques-uns mais d’une participation, d’une pensée commune, celle de l’humanité. C’est cet ensemble qui donne son caractère universel à une culture.

Tout ne peut pas être ramené à des considérations matérielles. Il y a des croyances, des rêves, des mythes, des savoir-faire,  qui ont leur transcription dans la matière mais qui d’abord sont d’ordre intellectuel. Ils ont besoin d’être reconnus en tant que tel. On parle de la cuisine, mais on peut aussi parler des langues. Ces dernières, vecteur de culture, sont un patrimoine immatériel très important.

Le patrimoine immatériel est un ensemble d’éléments essentiels à la relation entre les personnes. C’est aussi un élément essentiel dans l’approche matérielle des choses, ce supplément d’âme que l’on ne perçoit peut-être pas au premier abord. Un plat en France, c’est joli, on le partage, on le mange, mais ce n’est pas seulement cela. C’est avant tout l’art de se retrouver, de partager, de converser et de recevoir.

 

Existe-t-il aussi un intérêt financier ? Cela génère-t-il des subventions ?

Le patrimoine n’apporte pas en soi d’aides financières, sinon pour les pays les plus pauvres. Il existe la Fondation du patrimoine mondiale qui est un moyen d’aider les pays les plus démunis pour restaurer, entretenir leur patrimoine. Les pays comme la France n’y ont donc pas accès.

Ceci étant dit, la labellisation « patrimoine mondial » crée une notoriété qui à l’évidence facilite les échanges, en particulier touristiques. Il y a donc une dimension financière à travers l’attrait que peut apporter la labellisation.

 

Ce côté « inventaire à la Prévert », ou l’on mélange tout et n’importe quoi (de la cuisine française aux chants péruviens) ne risque-t-il pas de galvauder le concept ?

On pourrait penser la chose comme cela : la diversité nuit à l’homogénéité. En fait, ce patrimoine immatériel n’a rien d’homogène, il est représentatif de cultures, de croyances, de savoir-faire extrêmement différents à l’échelle planétaire. C’est précisément ce qui en fait l’intérêt, montrer l’immense variété des comportements et des croyances. Loin d’être un inventaire à la Prévert, il nous rappelle que nous sommes tous différents et que c’est cette différence qui fait notre richesse.

 

Qui décide de l’intégration de tel ou tel concept ? Pourquoi les chants péruviens et pas la porcelaine de Limoges ?

Il y a une proposition qui est faite par les Etats. Les dossiers, élaborés par des techniciens, sont ensuite examinés par une commission de l’UNESCO qui réunit les représentants des Etats.

Il peut y avoir plusieurs raisons à l'intégration d'un concept. Cela peut tenir à un dossier insuffisant, pas assez construit. On peut avoir présenté de belles photos ou arguments, sans être allé assez loin dans la justification. C’est peut-être le cas de la porcelaine de Limoges (dont le dossier a été refusé par la commission de l’UNESCO). Ces dossiers sont de plus en plus compliqués à construire. Il faut de bons techniciens, compétents, qui arrivent à déterminer la pertinence d’un évènement, d’un lieu, d’une pratique particulière.

Il peut y avoir aussi un patrimoine, certes intéressant, mais qui n’a pas de pertinence au niveau mondial. Tout ne peut pas être « patrimoine mondial », il faut faire des choix, et quand l’on fait des choix, il y a forcément des choses que l’on laisse de côté.

Il y a également des pays moins favorisés, avec un patrimoine exceptionnel, méconnu de beaucoup, qu’il faudrait aider à valoriser, faire connaitre et protéger. Peut-être que Limoges n’avait pas cette urgence que d’autres pays peuvent avoir.

 

Existe-t-il des risques de lobbying ou même de corruption ?

La France et l’Italie ont pendant longtemps assuré une certaine influence, la vieille Europe étant à l’origine de toutes ces démarches. Mais aujourd’hui, le nombre d’Etats membres de l’UNESCO fait que l’équilibre existe entre les pays plus anciens et les pays nouveaux, moins armé pour ce genre d’exercice. Les pays européens, la France notamment, aident même les pays les moins favorisés à constituer un dossier, formuler leur demande. Cela fait partie de la convention UNESCO.

 

Connaissez-vous d’autres concepts qui n’ont pas été retenus ?

Nous sommes au courant mais les informations que nous avons sont confidentielles. Derrière, il y a des personnes, des groupes, des Etats. Il est difficile de communiquer à ce sujet. Dans la mesure où cela met en jeu des intérêts étatiques, le refus d’un dossier peut avoir des conséquences très négatives sur un pays. On pourrait qualifier un concept non retenu de « non intéressant » alors qu’il est tout simplement différent.

 

Sur quels types de concept la commission travaille-t-elle actuellement ?

Les sujets qui intéressent beaucoup la commission tournent autour de la spiritualité, de la croyance. C’est la tendance qui se dégage actuellement. Ce sont d’ailleurs des sujets très débattus car ils font intervenir des concepts qui ne sont pas nécessairement partagés par tous.

Propos recueillis par Jean-Benoît Raynaud

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
cappucino
- 27/11/2011 - 15:22
supprimons nos subventions à l'unesco.
cela fera des sommes pour l'aide au plus démunis en France, qui entre nous, doivent se moquer complètement des chants Péruviens ou du tissage Bédouin. Allez leur dire, on avait x millions d'aides, diminuées de y millions à cause de la dette. Et puis il faut donner 3 millions à l'UNESCO pour le macramé Bédouin. Ils vont comprendre.