En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 49 min 24 sec
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 1 heure 36 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 3 heures 37 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 4 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 5 heures 17 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 6 heures 40 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 7 heures 1 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 7 heures 33 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 7 heures 46 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 8 heures 15 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 1 heure 11 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 2 heures 25 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 4 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 5 heures 2 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 6 heures 1 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 6 heures 45 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 7 heures 16 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 7 heures 40 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 8 heures 15 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 8 heures 37 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Le fin mot de l'Histoire : quelle a été la dernière phrase d'Adolf Hitler avant de mourir ?

Publié le 08 septembre 2015
Ils sont célèbres. Qu’ont-ils dit avant de mourir ? "Le fin mot de l’histoire" est à l’origine une série de chroniques diffusées pendant l’été sur France Info. Jamais anodines, souvent émouvantes, parfois grinçantes, ces ultimes paroles mises en scène par la plume alerte de Thomas Snégaroff sont autant de courtes biographies. Un ouvrage publié chez Tallandier éditions. Extrait (2/2).
Thomas Snégaroff
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Enseignant à Sciences Po (Paris), Thomas Snégaroff est l’auteur de Bill et Hillary Clinton (Tallandier, 2014). Il présente également chaque matin « Histoires d’info » sur France Info.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ils sont célèbres. Qu’ont-ils dit avant de mourir ? "Le fin mot de l’histoire" est à l’origine une série de chroniques diffusées pendant l’été sur France Info. Jamais anodines, souvent émouvantes, parfois grinçantes, ces ultimes paroles mises en scène par la plume alerte de Thomas Snégaroff sont autant de courtes biographies. Un ouvrage publié chez Tallandier éditions. Extrait (2/2).

L’ambiance est étrange dans ce bunker aménagé à huit mètres de profondeur sous la Nouvelle Chancellerie qui n’est plus qu’un tas de ruines. Hitler n’a plus vu la lumière extérieure depuis neuf jours, et ne la reverra plus jamais.

Le 20 avril, jour de son cinquante-sixième anniversaire, il est sorti quelques instants, le temps de distribuer d’une main tremblotante des Croix de fer à quelques membres des Jeunesses hitlériennes. Les plus jeunes ont douze ans et mourront bientôt au sein des unités antichars.

Depuis neuf jours, Hitler vit terré comme un rat, les rats dont il s’est si souvent servi pour qualifier les Juifs qu’il a exterminés. Eva Braun, sa maîtresse depuis treize ans, vit le plus beau jour de sa vie. Elle a enfin convaincu son bel Adolf de l’épouser. Ce n’est certes pas le grand mariage qu’elle a imaginé. L’atmosphère est lugubre. Deux témoins, Goebbels et Bormann, et un officier d’état-civil. C’est tout. Quelques généraux arrivent après la cérémonie pour une coupe de mousseux. L’heure n’est pas à la fête. Mais à la défaite. Finale. Humiliante. La preuve, une heure après l’échange des consentements, Hitler fait venir une de ses secrétaires pour lui dicter son testament. « Moi-même et mon épouse choisissons la mort pour échapper à la honte de ma destitution ou de la capitulation. Notre volonté est d’être brûlés immédiatement sur place », dit‑il d’une voix blanche.

Quand il apprend l’exécution de Mussolini, et le déchaînement de la foule à Milan sur son cadavre et celui de sa compagne Clara Petacci, il est plus que jamais certain d’avoir pris la bonne décision. Il ne veut pas tomber entre les mains de ses ennemis, « ni mort, ni vivant », dit-il alors.

Au loin, les bruits des combats dans les rues de Berlin. Plus près, les cris de douleur des centaines de blessés qui ont afflué dans l’hôpital de campagne installé dans le bunker. L’issue est proche. Hitler, qui aime davantage les chiens que les hommes, donne l’ordre d’empoisonner son chiot préféré, Wolf.

Il reste un mince espoir : que les troupes du généralWenck parviennent à entrer dans Berlin. Mais la nouvelle tombe comme un couperet. Les troupes de Wenck sont bloquées aux alentours de Potsdam. C’est la nuit. Le 30 avril. Hitler sait que tout est fini. Le IIIe Reich ne régnera pas mille ans. Peut-être même pas un jour de plus. Les Russes sont à moins de 300 mètres. Le dernier repas est rapidement avalé. Des spaghettis à la tomate. Hitler fait ses adieux à ceux qui sont restés à ses côtés. Et tient des propos vertigineux, avouant son admiration pour Staline et insistant sur l’erreur d’avoir attaqué l’URSS en 1941. Il est un peu plus de 15 heures. Hitler s’apprête à prononcer ses dernières paroles. Son majordome, Heinz Linge, s’approche. Le Führer lui conseille de tenter une percée vers l’ouest. Linge, visiblement troublé, demande alors : « Mais pour qui maintenant devons-nous percer ? » Hitler répond : « Pour celui qui viendra. »

Personne ne viendra après lui. Sûrement le sait-il. L’homme est calme et détendu. Étonnamment. Hitler et Eva Braun pénètrent seuls dans leur appartement privé. Des officiers SS font barrage. Personne ne doit entrer. C’est le dernier ordre de Hitler. Magda Goebbels hurle : « Mon Führer, ne nous abandonnez pas, nous allons tous mourir Adolf Hitler pitoyablement sans vous ! »

Le lendemain, avant de se suicider, elle empoisonnera ses six enfants, âgés de quatre à douze ans. Eva Braun a avalé une dose de cyanure. Hitler s’est tiré une balle dans la tempe. Il ne faut pas perdre de temps, les ordres sont les ordres, qu’ils viennent d’un vivant ou d’un mort. Les deux cadavres sont remontés à la surface. Goebbels, robot hypnotisé, fait le salut nazi. Au total, 400 litres d’essence seront déversés. Les corps se consumeront pendant quatre heures.

Extrait de "Le Fin mot de l'histoire", de Thomas Snégaroff, publié chez Tallandier, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
REVERJOVIAL
- 09/09/2015 - 13:47
Admiration pour les allemandes
Beaucoup d'admiration pour les femmes allemandes qui sont à la base de l'extraordinaire reléve de leur pays et de sa richesse actuelle.
A prendre en exemple aux pays qui préférent s'inventer des boucs émissaires plutot que prendre leurs destins en main.
mado83@free.fr
- 08/09/2015 - 19:49
des assassins
Staline et Hitler ont fait massacre leurs peuples par ambition personnelle.
Ce qui est extraordinaire, c'est que le peuple allemand, surtout grâce à ses femmes(plus d'un million d'hommes disparus) ont relevé leurs ruines en une dizaine d'années avec un courage sans faille ce qui mérite respect et admiration..
jurgio
- 08/09/2015 - 14:00
Le dernier mot
« Je laisse l'Europe à son tragique destin »