En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Europe
Covid-19
Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers
il y a 6 heures 50 min
pépites > Europe
Allemagne
Le ministre des Finances du lander de Hesse retrouvé mort sur une voie ferré
il y a 11 heures 8 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

il y a 12 heures 35 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Adrien Loir : une vie à l’ombre de Pasteur

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Culture
Atalntico - Litterati

Le chercheur d’art

il y a 14 heures 1 min
décryptage > International
Moyen-Orient

Crise du coronavirus ou pas, la guerre par proxy entre l’Iran et les Etats-Unis continue en Iraq

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Julien Aubert : « En 1914, l’Union sacrée n’empêchait pas la classe politique de s’opposer sur la manière de mener la guerre »

il y a 14 heures 50 min
pépites > France
Covid-19
Coronavirus : décès de l'ancien ministre Patrick Devedjian
il y a 15 heures 12 min
Régal pour les papilles
Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement
il y a 20 heures 42 min
pépite vidéo > Science
"Star mondiale" de la microbiologie
Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique
il y a 1 jour 2 heures
pépites > France
Augmentation
L'amende pour non-respect du confinement passe à 200 euros
il y a 9 heures 43 min
pépite vidéo > Politique
Souvenirs
Quand Patrick Devedjian passait une soirée endiablée à l'université d'été des jeunes UMP
il y a 12 heures 4 min
décryptage > Santé
Tribune

Dramatique pénurie de matériel de protection, appel à tous les Français

il y a 13 heures 30 min
décryptage > Politique
Colères jupitériennes

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

il y a 13 heures 55 min
décryptage > France
Société

L'administration française, si souvent indifférente à la protection des citoyens

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Alain Madelin : "Les citoyens ont raison d’exprimer leur défiance pour contraindre les autorités à l’action"

il y a 14 heures 35 min
décryptage > Santé
Mythe et réalité

Crise sanitaire : non le secteur public n’a pas été abandonné ces dernières années. La preuve par les chiffres

il y a 15 heures 7 min
décryptage > Politique
Politique

Covid-19 : Face au feu de la critique, Philippe ajuste le tir, Macron ne change rien

il y a 15 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le bon sens" de Michel Bernard : un récit imprégné de la vie de Jeanne d’Arc

il y a 21 heures 5 min
pépite vidéo > Santé
Pédagogie et mobilisation du gouvernement
Coronavirus : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 1 jour 3 heures
Automne arabe

Législatives marocaines : qui pour contrer les islamistes ?

Publié le 25 novembre 2011
Élections législatives anticipées au Maroc ce vendredi. Loin du clivage gauche-droite, deux blocs hétéroclites tentent d'endiguer la montée de l’islamisme.
Nabil Bayahya est diplômé de Sciences Po Paris. Il est actuellement Executive Partner en charge de la practice Consulting au sein d’un cabinet international d’Audit et de Conseil. Il intervient  régulièrement dans les colonnes du premier quotidien...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nabil Bayahya
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nabil Bayahya est diplômé de Sciences Po Paris. Il est actuellement Executive Partner en charge de la practice Consulting au sein d’un cabinet international d’Audit et de Conseil. Il intervient  régulièrement dans les colonnes du premier quotidien...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Élections législatives anticipées au Maroc ce vendredi. Loin du clivage gauche-droite, deux blocs hétéroclites tentent d'endiguer la montée de l’islamisme.

En choisissant leurs représentants ce vendredi, les Marocains désigneront pour la première fois eux-mêmes leur chef de gouvernement. La réforme met ainsi les partis au premier plan, après des décennies dominées par la haute administration. Mais loin du clivage gauche-droite, deux blocs hétéroclites tentent aujourd’hui de conjurer la montée de l’islamisme. Tout reste alors possible sur un échiquier politique pas comme les autres.

Si l’anticolonialisme s’est d’abord nourri des idées de gauche, le parti de l’Indépendance (Istiqlal) a choisi le conservatisme au détriment de son aile progressiste devenue l’Union Socialiste des Forces Populaires (USFP). Conservateurs, libéraux, et sociaux-démocrates marocains trouvent ainsi leur ancrage dans un clivage gauche-droite traditionnel.

Ces partis historiques ont cependant formé dès les années 1970 une Koutla (Alliance) face aux « partis de l’administration » encouragés par le Roi Hassan II pour contrer toute hégémonie partisane. Cette démocratie sous surveillance a ainsi multiplié les partis au lieu de les réduire. Aujourd’hui encore, une trentaine de formations sont actives sans qu’aucune n’atteigne 15%. Les innombrables coalitions possibles nourrissent ainsi instabilité et scepticisme.

La menace islamiste

Si le scrutin uninominal pouvait supporter un nombre élevé de partis pour des élections de notables, la proportionnelle intégrale en vigueur depuis 2002 semble aujourd’hui le seul rempart contre l’islamisme qui arbitre désormais chaque scrutin. Les ambitions du Parti de la Justice et du Développement (PJD), qui allie rigorisme des mœurs et engagement social dans un discours populiste irréductible aux clivages traditionnels, cristallisent ainsi les débats électoraux depuis une décennie.

La classe politique a longtemps préféré s’entendre pour le neutraliser, au risque d’en faire le noyau de l’opposition. Mais tout gouvernement d’union nationale reste contre nature pour trancher les questions de société. Le procès en inaction fait au gouvernement sortant est la conséquence de ce choix politique qui n’offre d’alternative à l’islamisme qu’un repli stratégique des principales formations marocaines réduites à leurs bases communes.

Une transition soigneusement contrôlée

En 2008, un intime du Palais, Fouad Ali El Himma,  crée le Parti Authenticité et Modernité (PAM), offrant aux électeurs une légitimité royale pour exprimer leur soutien au Monarque autant que leur défiance envers la classe politique. Après un premier succès aux municipales, il s’est allié au Rassemblement National des Indépendants (RNI), le parti libéral gouvernemental, pour former une coalition hétéroclite de 8 partis allant de la droite conservatrice à la gauche révolutionnaire avec une teinte d’islamisme.

Ce G8 se pose aujourd’hui comme une alliance centriste. Mais en offrant le leadership au RNI, il isole surtout l’Istiqlal qui se retrouve affaibli dans son alliance historique avec l’USFP, et se pose la question d’une entente avec le PJD dans lequel il est tenté de voir un simple parti conservateur. En renvoyant ainsi dos à dos la Koutla et le parti islamiste, le G8 trouve sa raison d’être dans une machine électorale efficace, mais dépourvue de cohérence idéologique.

La Monarchie sur la défensive ?

Le Maroc du « Printemps arabe » est le seul pays à avoir trouvé une réponse institutionnelle et démocratique aux attentes de la rue. Mais si le Palais est assuré de la loyauté du futur gouvernement, le prochain Premier ministre ne bénéficiera pas de l’aura du Souverain pour rassembler autour d’un projet national. Le coalitionnisme marocain a peut-être sa logique politique, mais il n’apporte ni la stabilité ni la sérénité d’un clivage naturel.

Enfin comme le disent les candidats eux-mêmes, une alliance n’est pas une coalition, n’excluant pas une recomposition post électorale. Le verdict sortira donc des urnes, lesquelles garderont toujours leur part d’imprévisibilité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires