En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

06.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

ça vient d'être publié
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 7 heures 6 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 8 heures 38 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 10 heures 32 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 12 heures 15 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 14 heures 35 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 15 heures 24 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 15 heures 50 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 16 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 9 heures
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 1 jour 10 heures
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 8 heures 8 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 10 heures 7 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 10 heures 56 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 12 heures 51 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 15 heures 5 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 15 heures 36 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 16 heures 3 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 1 jour 9 heures
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 1 jour 10 heures
© Reuters
Nicolas Sarkozy avance ses pions pour la primaire et les régionales.
© Reuters
Nicolas Sarkozy avance ses pions pour la primaire et les régionales.
Double "je"

Les Républicains : comment Nicolas Sarkozy pense avancer ses pions pour la primaire tout en jouant la carte de l’apaisement pour les régionales

Publié le 04 septembre 2015
Mercredi 2 septembre, dans une tribune publiée sur Facebook, l'ancien chef de l’Etat a expliqué que les élections régionales étaient sa priorité. Un conseil national et des tracts sont en préparation. A la Baule, samedi prochain, il développera l’une des thématiques de la campagne : la lutte contre la pensée unique.
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mercredi 2 septembre, dans une tribune publiée sur Facebook, l'ancien chef de l’Etat a expliqué que les élections régionales étaient sa priorité. Un conseil national et des tracts sont en préparation. A la Baule, samedi prochain, il développera l’une des thématiques de la campagne : la lutte contre la pensée unique.

"Franchement, Nicolas Sarkozy a été correct. Il a laissé Juppé et Fillon faire leur rentrée politique sans dire un mot. Il aurait pu intervenir mais on ne l’a pas entendu, il était au Brésil, loin". Cette analyse étonnée n’émane pas du camp sarkozyste mais de l’entourage de Bruno Le Maire. Correct Nicolas Sarkozy ? Fairplay ? C’est, en tout cas, le costume qu’il a décidé d’endosser, prenant une fois de plus ses adversaires à contre-pied. On l’attendait remonté à bloc, boosté par la crise agricole ou l’afflux de réfugiés. Décidé à en découdre avec un Alain Juppé qui a fait une rentrée réussie grâce à son livre programme sur l’Education et un François Fillon qui, bien qu’à la traîne dans les sondages, n’a renoncé à rien. "Il a fait le choix de ne pas être présent médiatiquement afin de laisser tout le monde s’exprimer, il n’a pas voulu intervenir en même temps que François Fillon, Bruno Le Maire et Alain Juppé", affirme son entourage. Et c’est finalement via Facebook, par un texte très "vieux sage", que l’ancien chef de l’Etat a fait sa rentrée.

Presque aucun coup de griffe à l’égard de ses concurrents, pas de proposition choc. Des conseils, rien que des conseils adressés à de fougueux candidats par un président des Républicains investi dans sa mission. "Les élections primaires auront lieu à la fin de 2016. Les Français ne comprendraient pas que nous leur donnions le sentiment d’être obsédés trop tôt par cette échéance, écrit-il par exemple". Ou encore : " Les prochains mois doivent donc être consacrés à trois objectifs essentiels. Le premier sera de consolider notre unité". Après avoir clivé avant l’été, comparant les migrants à une fuite d’eau, sans grand succès. Après s’être pris les pieds dans la crise grecque en voulant doubler ses concurrents, réclamant la sortie du pays de la zone euro pour finalement se montrer conciliant, il change donc de registre. Un nouveau Sarkozy est-il né ?

Pas exactement. Cette discrétion, toute réfléchie, lui permet de se placer au-dessus de la mêlée, de ne pas être un candidat parmi d’autres, et de jouer les chefs de guerre de la campagne des régionales, espérant se servir de cet éventuel succès électoral comme d’un marchepied en vue de la primaire. Hier, il recevait les têtes de liste corses ainsi que Renaud Muselier qui représentait Christian Estrosi et Virginie Calmels tête de liste en Aquitaine. Il devrait ainsi accueillir, rue de Vaugirard, un groupe de candidats tous les 15 jours. Il va aussi entamer un tour de France des régions au rythme d’un ou deux déplacements par semaine, il commencera samedi dans le Doubs. Un département important qui, en février dernier, lors de la législative partielle destinée à désigner le remplaçant de Pierre Moscovici, a été le lieu de vifs débats sur l’attitude que l’UMP devait adopter face au FN. Nicolas Sarkozy entend y rappeler la ligne à tenir : "voter FN, c’est voter PS". L’après-midi, l’ancien chef de l’Etat sera à La Baule où il tiendra un discours autour de la pensée unique. Une thématique déjà abordée, hier, sur Facebook : "Cette nouvelle pensée unique, c'est celle qui veut faire croire aux Français que la reprise est là. C’est celle qui nous interdit de dire que le système social français est à bout de souffle, alors que les Français sont écrasés d’impôts, de charges, de normes, de contraintes. Celle qui a érigé les 35 heures en totem".

A La Baule, comme il le fera le 27 septembre lors d’un meeting de Valérie Pécresse, Nicolas Sarkozy retrouvera ses concurrents, Alain Juppé et François Fillon mais apparaitra comme le boss. "Il va rester connecté aux régionales", explique son entourage, soulignant ainsi, en creux, que c’est le collectif qui préoccupe avant tout l’ancien président alors que ses concurrents ne s’intéressent qu’à leur petite écurie. Il n’y a qu’à laisser les images parler d’elles mêmes : Bruno Le Maire réunira ses équipes le 12 septembre à Souston pour préparer la campagne, Alain Juppé travaille à un nouveau livre et s’adonne au jeu de la petite phrase comme, hier sur Europe 1, lorsqu’il tacle ses concurrents : "Je suis réaliste et modéré. Je ne me droitise pas pour faire plaisir à mon électorat". Quant à François Fillon, il sort prochainement un livre sur ses relations avec Nicolas Sarkozy. Le message est clair : les trois candidats sont investis dans leur propre campagne, n’hésitant pas à s’attaquer entre eux, alors que l’ancien chef de l’Etat se veut garant de l’unité et travaille pour le collectif : un conseil national sur les régionales aura lieu en Novembre, une campagne de tract  est en préparation, une journée de travail sur l’immigration le 16 septembre et une autre sur le code du travail sont aussi prévues.

Mais quoi qu’il en dise, le président des Républicains n’en oublie pas pour autant les primaires, et il y travaille discrètement. Les quelques phrases qui concluent sa tribune sur Facebook en sont la preuve : "Je m’adresserai dans les mois qui viennent à tous les Français. Je le ferai à ma manière, libre. Mon premier engagement c’est celui d’une démarche de vérité, sur le passé comme sur l’avenir, sincère, sans esprit de revanche, au service de la France". L’ancien chef de l’Etat entend bien s’adonner à une forme d’inventaire, même s’il reste toujours allergique au mot il en a compris la nécessité. Il souhaite, comme il l’a fait lors de sa rencontre avec les agriculteurs dans l’Yonne le 18 août, s’expliquer, décrypter son action passée.

Il continue, en outre, à placer ses hommes aux postes clés, ainsi vient-il de nommer Frédéric Péchenard, le directeur général de l’UMP, secrétaire départemental de la fédération de Paris. Un poste décisif dans le cadre de l’organisation de la primaire. Les secrétaires départementaux seront d’ailleurs réunis prochainement. L’élection du président des jeunes  Républicains, le 9 septembre, sera aussi l’occasion de placer des soutiens fidèles et utiles puisque ce sont traditionnellement les jeunes qui font la claque dans les meetings des uns et des autres et donnent, à la télé, cette atmosphère de liesse qui porte une campagne. Enfin, Nicolas Sarkozy mène un travail souterrain avec d’anciens collaborateurs, "il a, selon ses proches, des moments de réflexion personnelle qui ne sont pas destinés au socle commun".

Même s’il donne la priorité au scrutin de décembre, l’ancien président n’en oublie donc pas pour autant son propre avenir. Et la future échéance ne le contraint pas, elle lui permet bien au contraire de repousser son entrée en campagne qu’il ne souhaite pas trop précoce. Il évite ainsi le plus longtemps possible les attaques directes de ses concurrents, se maintient au-dessus de la mêlée, travaille à son programme mais aussi à celui de ses futurs adversaires comme il l’explique sur Facebook : "Notre troisième objectif doit être de bâtir un projet commun. Bien sûr, les ambitions des candidats déjà déclarés à l’élection primaire sont légitimes. Ce sont des contributions utiles et précieuses qui ont toute leur place au sein des Républicains. Mais nous devons veiller à ce que, quel que soit le candidat qui gagnera les Primaires, notre famille politique affiche une position commune sur un ensemble de sujets essentiels". Le voici qui vient de réduire, en une phrase, le livre d’Alain Juppé sur l’Education au rang de simple contribution. Au moins la qualifie-t-il d’utile. Dans le même temps, il confirme vouloir lier les mains des différents candidats en leur imposant les grandes lignes de leur programme. La campagne des primaires est donc bien lancée et Nicolas Sarkozy entend en dicter le rythme. Un art de la maitrise du calendrier dans lequel il a longtemps excellé.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 03/09/2015 - 20:05
Ce n'est pas certain du tout
Sarkozy ne fera pas une bouchée de MLP
Orchidee31
- 03/09/2015 - 19:29
Réfléchir avant d'ecrire, mme Bertrand
Vous jouez à être journaliste mais Sarko, lui, ne joue pas, il bosse ne vous en déplaise et n'en déplaise aux Juppé Fillon Le Maire.... Qui ne pensent qu'à leur nombril et à taper sur Sarko, le seul valable et crédible - d'accord avec Camton -
Leucate
- 03/09/2015 - 17:23
le calme des vieilles troupes FN
Le vent souffle pour lui, il sent la victoire maintenant à portée.
Quant aux arguments des autres, il est facile à balayer par leur bilan puisque ce sont eux qui ont gouverné la France depuis plus de trente ans, les Trente Piteuses.
At pour ce qui concerne leurs promesses de campagne, il est facile de leur rétorquer "pourquoi feraient-ils demain ce qu'ils ont été incapables de faire hier quand ils avaient le pouvoir.
Leur seule chance est la cervelle de moineau d'une partie des électeurs.