En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

07.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 12 min 2 sec
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 1 heure 9 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 2 heures 6 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 2 heures 19 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 2 heures 40 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 2 heures 59 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 3 heures 10 min
décryptage > Media
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Michel Drucker, le pater familias du PAF

il y a 3 heures 14 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Monde de demain : les bienfaits de l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé

il y a 3 heures 14 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 20 heures 4 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 36 min 3 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 1 heure 50 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 2 heures 13 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 2 heures 48 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 3 heures 14 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Robots, intelligence artificielle : qu’est-ce qui va fondamentalement changer pour votre métier ?

il y a 3 heures 14 min
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 19 heures 32 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 20 heures 26 min
© Reuters
Eric Laurent et Catherine Graciet auraient renoncé à tout écrit à charge sur le Palais royal, avec comme contrepartie une indemnisation de 2 millions d’euros.
© Reuters
Eric Laurent et Catherine Graciet auraient renoncé à tout écrit à charge sur le Palais royal, avec comme contrepartie une indemnisation de 2 millions d’euros.
La plume dans la tirelire

Soupçons de chantage à l’encontre du roi du Maroc : pieds nickelés naïfs ou racketteurs ?

Publié le 04 septembre 2015
Quelle que soit la suite de l’instruction, cette histoire de soupçon de chantage à l’encontre du roi du Maroc montre que deux journalistes se sont assis sur la plus élémentaire déontologie. Elle révèle aussi, c’est le côté rocambolesque, que pour la première fois, des auteurs demandent à être payés… Pour ne rien écrire. Une grande première !
Gilles Gaetner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste à l’Express pendant 25 ans, après être passé par Les Echos et Le Point, Gilles Gaetner est un spécialiste des affaires politico-financières. Il a consacré un ouvrage remarqué au président de la République, Les 100 jours de Macron (Fauves ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quelle que soit la suite de l’instruction, cette histoire de soupçon de chantage à l’encontre du roi du Maroc montre que deux journalistes se sont assis sur la plus élémentaire déontologie. Elle révèle aussi, c’est le côté rocambolesque, que pour la première fois, des auteurs demandent à être payés… Pour ne rien écrire. Une grande première !

"Je me dis que si j’accepte cette somme [1 million d’euros],  ça va changer ma vie." C’est ainsi que Catherine Graciet, dans une interview au Parisien, a justifié entre autres, la demande puis l’acceptation d’un tel pactole pour renoncer à la publication d’un livre à charge contre le roi du Maroc. Son confrère et co-auteur, Eric Laurent, lui, a invoqué la santé chancelante de son épouse atteinte d’un cancer au stade terminal. Quels aveux ! Ainsi donc, les deux journalistes reconnaissent explicitement avoir réclamé une somme fort coquette de la part de l’avocat marocain Hicham Naciri, émissaire du roi du Maroc, Mohammed VI.

Y a-t-il bien eu chantage et tentative d’extorsion de fonds de la part des deux journalistes selon les termes de l’article 312 du Code Pénal ? La juge d’instruction le pense, puisqu’elle a mis en examen les deux journalistes. Est-ce à dire qu’Eric Laurent et Catherine Graciet vont nécessairement se retrouver devant un Tribunal correctionnel avec le risque - c’est la peine prévue - d’écoper sept ans de prison ? Nous n’en sommes pas encore là, car les deux journalistes, vont tout faire pour démontrer que, selon l’expression de Catherine Graciet, c’est le "Palais qui propose", "le Palais qui corrompt", tandis qu’Eric Laurent n’en démord pas : il n’a jamais sollicité l’entourage de Mohammed VI… Bref, à en croire les deux journalistes, il n’y aurait eu qu’une suite d’entretiens avec l’avocat de Rabat, au cours de ce mois d’août, se terminant par une sorte de gentleman agreement, une transaction, au terme de laquelle Eric Laurent et Catherine Graciet renonçaient à tout écrit à charge sur le Palais royal, avec comme contrepartie une indemnisation de 2 millions d’euros. Autant dire une grande première dans le monde du journalisme et de l’édition ! En effet deux auteurs auraient été payés pour ne rien écrire… Du jamais vu !

Sous cet angle, cette affaire apparait disons un peu rocambolesque. Sur le plan pénal, pour que le délit de chantage soit constitué, la juge va devoir prouver notamment que les deux journalistes ont proféré, à l’égard du souverain de manière explicite des menaces en cas de non-paiement de la somme exigée et qu’ils ont eu la volonté de le contraindre à la régler. Sinon, l’infraction pourrait s’étioler. La procédure de flagrance telle qu’elle s’est déroulée mérite interrogation : pourquoi les enregistrements sur lesquels repose l’accusation ont-ils été effectués via l’iPhone de l’avocat du roi ? N’aurait-il pas été préférable que les limiers de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) soient maîtres du jeu ? Il n’empêche. Pour Eric Dupond-Moretti, autre avocat du roi, les faits sont carrés : les deux journalistes ont eu recours à "un racket digne de voyous." Difficile de le contester : ces derniers, ils l’ont reconnu, étaient bien disposés à recevoir les 2 millions d’euros promis par l’émissaire de Mohammed VI, comme l’atteste la petite provision de 40 000 euros chacun qu’ils ont accepté d’empocher ce jeudi 27 août lors d’une dernière rencontre avec Me Naciri à l’hôtel Raphaël. Et comme le montre la lettre qu’ils ont accepté de signer.

Ce qui apparait certain, c’est que, sans accabler davantage les deux journalistes, ils ont commis une faute déontologique. De même, comment des journalistes aussi avertis qu’Eric Laurent et Catherine Graciet, qui depuis des années, ne cessent de tourner autour du roi du Maroc, de son entourage, et de publier des écrits explosifs pouvaient-ils penser qu’il n’y aurait pas de retour de bâton ? Alors, ces derniers ont-ils agi comme des Pieds nickelés naïfs ou des racketteurs illuminés par l’amour du risque et le vertige du gain ? A la justice d’apporter une réponse… Il est clair que la confrontation probable dans le cabinet de la juge entre d’une part, Me Naciri et d’autre part, les deux auteurs, permettrait de lever le voile sur quelques zones d’ombre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 03/09/2015 - 15:14
Corruption de journalistes...
Le Narco Momo 6 a des secrets......
ceci explique cela.....
hibernato
- 03/09/2015 - 09:59
Le doigt et la lune
Rien ne transpire sur ce que le narco souverain M6 souhaite cacher
Texas
- 02/09/2015 - 14:05
" Le bûcher des vanités "
C' est un peu l' impression que laisse cette affaire pour reprendre le titre de Tom Wolfe .