En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Revendre vos bonnes bouteilles peut vous rapporter gros.
Juteux
Avec Cavacave, sortir vos bonnes bouteilles peut vous rapporter gros
Publié le 28 août 2015
La start-up propose depuis 2013 une plateforme de vente de vins français d’exception adressée aux particuliers et aux professionnels, ainsi qu’un service de gestion de portefeuille d’investissement.
Julien Gagliardi est journaliste pour Atlantico. Il couvre l’actualité des entrepreneurs et des start-up.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Gagliardi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Gagliardi est journaliste pour Atlantico. Il couvre l’actualité des entrepreneurs et des start-up.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La start-up propose depuis 2013 une plateforme de vente de vins français d’exception adressée aux particuliers et aux professionnels, ainsi qu’un service de gestion de portefeuille d’investissement.

Et si vous revendiez au meilleur prix les trésors de votre cave ? C’est le pari que s’est lancé Cavacave. Lancée il y a deux ans, la start-up met en relation acheteurs et vendeurs de vins rares français. L’entreprise s’est également attaquée depuis 4 mois au juteux marché de l’investissement patrimonial en proposant la création et la gestion de portefeuilles dédiés au précieux breuvage. L’objectif, 500.000 portefeuilles d’ici la fin de l’année.

"Les plus belles bouteilles se trouvent dans les caves de particuliers, notre mission c’est d’aller les chercher et de les proposer à leur exact valeur" explique Stéphane Deubel, le fondateur de Cavacave. Sur le même fonctionnement qu’un site de petites annonces, le site met en relation acheteurs et vendeurs et travaille également avec les professionnels "afin d’augmenter les volumes de transactions".

Pour fixer le bon prix, l’entreprise s’appuie sur les courbes du WineForecasts, un organisme indépendant qui permet de prédire les évolutions des cotes de la quasi-totalité des vins français. "Au départ, les gens surévaluaient le prix de leurs bouteilles, on a donc rapidement mis en place cette cote des vins qui, par l’agrégation de plusieurs critères, va permettre de donner une note financière de 0 à 100. Combiné à la durée, on est capable de définir le prix exact d’un vin. Cette mesure dite de screening et de symétrie de l‘information est issue des recherches économique de Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie", lance fièrement le patron de l’entreprise.

Fort de ces succès, la start-up a lancé en avril 2015, une activité de gestion pour des particuliers désireux de constituer un portefeuille d’investissement. "Les cycles de l’immobilier se raccourcissent, la bourse devient peu contrôlable et parfois irrationnelle. Nos clients expriment le besoin d’être sur un investissement alternatif pour protéger leur capital". Et de préciser que l’entreprise "n’est pas sur de la titrisation de stock de vin, on est sur de la propriété pleine de bouteilles".

Une activité qui a déjà attisé la curiosité de nombreux entrepreneurs, en témoignent les succès de Cavissima et Patriwine les principaux concurrents de l’activité "Invest" de Cavacave. "Nos concurrents vendent des portefeuilles de vins plus communs et sont donc confrontés à des problèmes sur le marché de la revente. Dans la mesure où l’on trouve ces vins facilement, ils ne sont pas en mesure de revendre les vins aux cotes annoncées", tance Stéphane Deubel.

Côté retour sur investissement, la start-up annonce sans trembler des rendements de près de 15% ! "Ce chiffre parait incroyable mais nous jouons beaucoup sur la rareté et sur le calcul au plus juste de la côte, et nos bouteilles sont bien achetées".

Alors qu’elle compte boucler une levée de fonds de 300.000 euros d’ici début de 2016, la start-up vise la rentabilité d’ici 2 ans et ambitionne d’être présent "partout où l’on peut augmenter la liquidité du produit et faciliter les transactions. Nous souhaitons rapidement être présents dans les grandes salles de ventes aux enchères et pourquoi pas dans quelques années ouvrir nos boutiques".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires