En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

06.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

07.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 59 min 54 sec
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 3 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 4 heures 14 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 6 heures 12 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 6 heures 36 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 7 heures 8 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 7 heures 39 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 8 heures 16 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 8 heures 45 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 8 heures 53 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 2 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 3 heures 53 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 5 heures 15 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 6 heures 22 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 6 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 7 heures 28 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 7 heures 59 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 8 heures 36 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 8 heures 51 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 9 heures 52 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Voyeurisme d'Etat : comment François Hollande et Nicolas Sarkozy ont profondément modifié la fonction même et la figure Président

Publié le 29 août 2015
Des explications crues de Nicolas Sarkozy aux confessions inédites de son épouse Carla, aux transgressions subies ou voulues de François Hollande, soumis à la prose au vitriol de son ex-compagne, Valérie Trierweiler, il dessine les contours du roman vrai d'une République qui a désacralisé la fonction même du Président, l'affaiblissant durablement. Quelle est la part de mise en scène, de connivence, de responsabilité et d'instrumentalisation des médias dans ce feuilleton permanent ? Cette ère nouvelle balaye tout. Ce véritable voyeurisme d'Etat consume tous les codes. Jusqu'à quand ? Extrait de "Vie privée, vie publique : un voyeurisme d'Etat", de Philippe Labi, publié aux éditions First (1/2). A suivre : une interview de l'auteur.
Philippe Labi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Labi est éditorialiste politique et auteur de Vie privée vie publique, un voyeurisme d'Etat.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des explications crues de Nicolas Sarkozy aux confessions inédites de son épouse Carla, aux transgressions subies ou voulues de François Hollande, soumis à la prose au vitriol de son ex-compagne, Valérie Trierweiler, il dessine les contours du roman vrai d'une République qui a désacralisé la fonction même du Président, l'affaiblissant durablement. Quelle est la part de mise en scène, de connivence, de responsabilité et d'instrumentalisation des médias dans ce feuilleton permanent ? Cette ère nouvelle balaye tout. Ce véritable voyeurisme d'Etat consume tous les codes. Jusqu'à quand ? Extrait de "Vie privée, vie publique : un voyeurisme d'Etat", de Philippe Labi, publié aux éditions First (1/2). A suivre : une interview de l'auteur.

Ce sont des fauves d’un genre particulier. Leur terrain de chasse n’est pas la jungle ou une lointaine savane, mais l’État français. Ils se sont rêvés « pape » ou « roi », pas moins, comme le confessait François Mitterrand dans sa jeunesse, en se caressant doctement les mains. Ils chassent les voix, traquent les électeurs. Ils programment, déprogramment, saisissent l’air du temps, les variations de l’opinion et les rapports de force. Ils ne doutent pas de leur talent, de leur force de persuasion ni de leur charisme, parce qu’ils se vivent comme les meilleurs, les seuls aptes à imprimer leur marque, à changer le pays, à exercer la plénitude du pouvoir. Pour entrer dans l’Histoire. Élus au suffrage universel, ils font don, toute modestie rentrée, de leur personne à la nation.Ce sont, les chefs de l’État !

Souverains républicains, descendants élus du monarque, ils sont l’épicentre de toute la vie politique. Ils fabriquent un inconscient collectif, de l’indentification, du rejet aussi. Leurs actes sont disséqués, analysés, interprétés. Sans discontinuer. Avec raison et déraison. Leur vie privée est désormais publique. Parfois ils en jouent. Parfois, ils subissent. Souvent ils s’en accommodent, ou orchestrent le tout avec plus ou moins de succès. Avant de feindre l’étonnement ou la colère. Naguère, le discours et les actes l’emportaient quasiment sur l’essentiel. Aujourd’hui la manière et le style impriment, non pas tout, mais une part non nulle de l’essentiel, marquant durablement les esprits. C’est cet objet de curiosité que j’ai voulu saisir et dépeindre.

Parce qu’en quelques années la Ve République a changé de nature. Le rapport au pouvoir, à son esprit et à son respect, a vacillé. Transgressions, manipulations et voyeurisme à tous les étages de la nation, ont bouleversé la donne. Progressivement. Deux hommes qu’apparemment tout oppose, qui se détestent intensément, mais que bien des points réunissent, ont profondément modifié la fonction même et la figure du chef de l’État. Nicolas Sarkozy et François Hollande. Le premier, rompu à toutes les formes de communication, s’applique depuis toujours à faire de sa vie un roman, un récit récurrent, un lien continu, une charge émotionnelle intense entre lui et l’opinion. Il commente autant ses bonheurs que ses malheurs personnels, quitte à manier l’intimidation si tel ou tel sujet lui déplaît. Biberonné depuis l’enfance à toutes les émissions de télévision, connaissant parfaitement les scores d’audience comme les oscillations des quotidiens et des magazines, ainsi que tout ce qui le concerne à la virgule près. « Je fais vendre ! » a-t-il coutume de dire. Il aurait fait un patron de presse redoutable et redouté. Cela tombe bien, il nous connaît tous.

Objectif numéro un et inchangé : « Il faut créer, au minimum, un événement par jour. » Ainsi, pense-t-il relayer rivaux et adversaires au second plan. Loin derrière. Une pratique qu’il a mise en oeuvre de longue date. Avant la conquête du pouvoir, pendant son exercice et après la défaite, peaufinant minutieusement l’heure de son retour et de sa revanche. François Hollande dispose, lui aussi, d’un solide carnet d’adresses médiatiques dans lequel il pioche chaque semaine pour organiser des rendez-vous informels. Mais, à l’inverse de l’ancien locataire de l’Élysée, il a théorisé la mise à distance. Avec lui, tout serait « exemplaire » ! La République autant que son style personnel seraient en rupture totale avec son prédécesseur. Dans la forme, comme sur le fond. Las ! Il va exposer et laisser s’exposer, volontairement, et à son insu par la suite, sa part d’intime devenue publique et objet de tous les commentaires. Rongeant son frein en s’astreignant au silence. Apparemment. D’autres parleront pour lui. Homme des synthèses impossibles, il a pensé que l’art de l’esquive le prémunirait de l’époque. Il s’est, à son tour, lourdement trompé. Le reality-show d’un genre nouveau, dans lequel tous deux sont plongés et se sont plongés, essore tout sur son passage. Eux les premiers.

Certes, et l’argument n’est pas mince, il y a la loi du 17 juillet 1970. L’article 9 y énonce que « chacun a droit au respect de sa vie privée. Les juges peuvent, sans préjudice de la réparation du dommage subi, prescrire toutes mesures, telle que séquestre, saisie et autres mesures propres à empêcher ou faire cesser une atteinte à l’intimité de la vie privée.

Les mesures peuvent, s’il y a urgence, être ordonnées en référé. » Limpide. En théorie. L’assemblée consultative du Conseil de l’Europe a, quant à elle, légèrement nuancé le propos dans sa résolution du 23 janvier de la même année : « Les personnes qui jouent un rôle dans la vie publique ont droit à la protection de leur vie privée, sauf dans les cas où celle-ci peut avoir des incidences sur la vie publique. » Le champ n’est, en réalité, pas plus ouvert. Les interprétations sont multiples. Le politique peut jouer de la menace du dépôt de plainte, en toute légalité, sans nécessairement l’utiliser ; les médias peuvent se servir de l’instrumentalisation de la vie privée pour montrer, publier, dévoiler. Un casse-tête garanti entre l’application la plus stricte du droit et le droit à l’information.

Extrait de "Vie privée, vie publique : un voyeurisme d'Etat - Le roman vrai des Présidents", de Philippe Labi, publié aux éditions First, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
vie privée, État
Thématiques :
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
von straffenberg
- 29/08/2015 - 17:55
Putain de communication
La politique actuelle telle qu'elle est menée est pourrie ,rongée par nos gouvernants .Ce ne sont que paroles avis sur tout quand on connait qu'une une partie infime du sujet , il faut parler , souvent avant les autres le fait d'être énarque et au pouvoir donnant souvent le droit de mépriser les avis contraires .Notre pays a besoin de profonds changements que le bon sens réapparaisse avec une analyse sereine et loin du tapage médiatique .
zouk
- 29/08/2015 - 12:02
Exhibitionnisme présidentiel
Quelle dégradation de la vie publique! Où est la dignité de la fonction qu'illustrèrent le Général de Gaulle, G. Pompidou et même VGE ou surtout Fr. Mittterand