En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

07.

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 36 min 49 sec
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 13 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 14 heures 18 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 15 heures 14 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 17 heures 15 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 18 heures 45 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 18 heures 57 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 20 heures 31 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 20 heures 46 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 21 heures 6 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 13 heures 8 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 13 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 14 heures 32 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 16 heures 42 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 17 heures 27 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 18 heures 56 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 19 heures 28 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 20 heures 35 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 20 heures 59 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 21 heures 28 min
Bonnes feuilles

Face à la maladie de Lyme, journal d'un naufrage : à l'arrivée des premiers symptômes, licenciée faute de pouvoir nommer le mal

Publié le 29 août 2015
Il y a dix mois, j'apprends que je suis atteinte de la maladie de Lyme, ce "sida du vingt et unième siècle". Je redeviens moi.Je ne suis plus en quarantaine. Élisabeth Le Saux relate, avec l'acuité et la sensibilité d'une blessée vive, le combat mené en aveugle contre une maladie mal connue et sous-estimée en France: la borréliose, ou maladie de Lyme. Extrait de "Face à Lyme - journal d'un naufrage", publié aux éditions Michalon (1/2).
Élisabeth Le Saux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Élisabeth Le Saux vit en région parisienne.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a dix mois, j'apprends que je suis atteinte de la maladie de Lyme, ce "sida du vingt et unième siècle". Je redeviens moi.Je ne suis plus en quarantaine. Élisabeth Le Saux relate, avec l'acuité et la sensibilité d'une blessée vive, le combat mené en aveugle contre une maladie mal connue et sous-estimée en France: la borréliose, ou maladie de Lyme. Extrait de "Face à Lyme - journal d'un naufrage", publié aux éditions Michalon (1/2).

À l'automne 2006, je viens de fêter mes 40 ans, il y a quelques mois, et suis censée être dans la force de l'âge, c'est-à-dire en pleine possession de mes moyens physiques. Or, comme par un fait exprès, je ne me suis jamais sentie aussi fatiguée... particulièrement en ce samedi 27 novembre.


13 heures

Alors que je finis la vaisselle de midi, penchée sur l'évier, de violents vertiges me prennent, comme si le sol montait et descendait ou plutôt, que mon corps basculait d'avant en arrière. Le malaise est tel que je décide d'aller m'allonger un peu, par crainte de rester debout et m'évanouir. Je monte péniblement les marches, tant la sensation de déséquilibre est forte, mais parviens à gagner la chambre. Là, étendue sur le lit, je tente de reprendre mes esprits, même si je pressens déjà qu'un mécanisme vient de céder – mais lequel ? Serais-je en train de faire une rupture d'anévrysme comme ma sœur, Bénédicte, il y a quinze ans ?


14 heures

La sonnerie du téléphone retentit en bas, dans la salle à manger. À demi assoupie, je réalise soudain que Chloé m'attend à l'école de musique et entreprends de me lever pour répondre. À peine ai-je commencé de descendre l'escalier que mon corps, de nouveau, bascule en avant, m'entraînant au bas des marches. Tout l'espace se met à tourner autour de moi, dans un criblement d'éclairs aveuglants et une salve de vomissements irrépressibles. La tête choquée, je pense alors que je suis en train de mourir...

(...)

Je suis aux arrêts. Enfermée dans ma propre maison. Condamnée au repos forcé. Travailler sur écran est devenu une torture. Le seul déplacement du curseur m'occasionne instantanément des étourdissements. Et la sensation d'étau est telle que j'ai l'impression de porter un casque en permanence, un heaume de plomb, impossible à retirer. Corriger tout court est devenu extrêmement difficile. Mon cerveau semble baigner dans un brouillard perpétuel, peinant à lire les mots, déchiffrer leur sens, articuler les phrases. L'exercice même de mon métier est compromis puisque les principales qualités requises, à savoir l'attention et la concentration, me font désormais défaut. Je constate avec effarement mon incapacité, tant physique qu'intellectuelle, à mener à bien les relectures qui me sont confiées, dans les délais impartis. Le stress s'installe, l'agressivité gagne, je devient aussi un autre : les collègues ne reconnaissent plus Élisabeth et Élisabeth elle-même ne se reconnaît plus. Les arrêts maladie se multiplient, entre confusion et culpabilité. Car je constate, avec tout autant d'effarement, mon incapacité à nommer le mal dont je souffre, donc à justifier mes absences répétées. Dans les couloirs des bureaux, tandis que je tente de récupérer au lit, on brode sur le motif dépression, ce fourre-tout qui délie les langues et comble les vides : Élisabeth, la dévouée correctrice, n'a plus envie. Et Élisabeth a envie de leur dire : Je suis lessivée. Merci de ne pas m'oublier dans la machine à laver, ou je vais me noyer. Pensez à essorer de temps en temps, en prenant de mes nouvelles. Mais même mon humour coutumier m'a abandonnée. Et, une fois la question des dossiers réglée, plus personne, ou presque, ne décroche son combiné. Sauf mon patron, qui fait pression et m'appelle en soirée, une fois toutes les oreilles écartées : D'où viennent tes problèmes ? Je n'ai rien à lui répondre d'objectif, de tangible, de mesurable et ce vide médical finira, précisément, par causer ma perte. Aux yeux de la direction, ma supposée dépression est jugée sans retour. Le 30 mars 2010, je dois cesser définitivement mes fonctions au sein de la société d'édition où j'ai accompli, près de vingt ans durant, de bons et loyaux services. Motif : licenciement. Je suis passée au nettoyage à sec.

Extrait de "Face à Lyme - journal d'un naufrage", de Élisabeth Le Saux, publié aux éditions Michalon, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cremone
- 30/08/2015 - 21:43
Florilège
« je viens de fêter mes 40 ans, il y a quelques mois, »
« anévrysme »
« Motif : licenciement »
et j’en passe...
ndecham@gmail.com
- 30/08/2015 - 11:31
M. 21 ans n'a pas eu votre chance
Il y a un eu 2 ans au mois de mai, M.21 ans est décédée des séquelles de la maladie de Lyme. Il ne s'agit pas d'une histoire que l'on m'a racontée mais que j'ai vécu de très près car il s'agissait d'une amie de mes enfants. Par 3 fois elle était allée aux urgences CHU Reims car souffrant de violentes douleurs dans le bras gauche. Ce vendredi nous l'avons vu revenant pour la deuxième fois du CHU et les examens pratiqués ne montraient semble-t-il qu'un foyer infectieux aux poumons. Elle dormit chez mes enfants puis le samedi compte tenu de leur absence retourna dans son foyer. Son état s'étant détérioré dans la nuit de samedi à dimanche ses amis la conduirent de nouveau à l'hôpital où une coronarographie fut décidée car modification des analyses. Dès que l'iode fut injectée l'aorte lâcha et malgré tous les efforts des médecins elle ne pu être réanimée. Traumatisé le cardiologue demanda à pratiquer une autopsie car elle avait un coeur de "vieille". La maladie de Lyme était responsable!!! La bactérie avait attaquée le coeur. Les parents n'ont pas souhaité médiatiser cette affaire souhaitant aller de l'avant pour leurs autres enfants. C'était une fille superbe au moral comme au physique
JMAndré
- 30/08/2015 - 07:59
J'aimerais vraiment savoir
J'aimerais vraiment savoir comment, en l'état actuel des moyens de détection, on peut être certain de la présence à long terme des borrélies dans l'organisme. Les (rares) spécialistes reconnaissent eux-mêmes que l'interprétation des résultats est pour le moins aléatoire ..! Seule une observation directe des bactéries peut lever le doute me semble-t-il. Pourquoi cette méthode n'est-elle pas réhabilitée ? Beaucoup attendent douloureusement de savoir si oui ou non ils souffrent d'une maladie de Lyme.

Et il y a la question du traitement, antibiotique le plus souvent, parfois très mal supporté, faute d'en savoir plus sur ces maladies souvent associées à d'autres pathologies, tout aussi ignorées des médecins français... Ajouté à une recherche particulièrement peu active en France. Espérons un tournant dans la volonté de faire la lumière sur ces maladies complexes et progressivement invalidantes.