En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Recette de crise
Sauvetage de l'euro : les Eurobonds nécessaires... mais pas suffisants
Publié le 23 novembre 2011
La Commission européenne livre ce mercredi ses propositions sur la création d'euro-obligations. Ces "eurobonds", libellés en euros et émis en commun par les pays de l’union monétaire, sont censés éviter la spéculation sur la dette des états les plus fragiles. Mais ils doivent aller de pair avec une intervention plus poussée de la Banque centrale européenne...
Frédéric Bonnevay est Associé d’Anthera Partners. Il conseille des institutions financières en Europe et au Moyen-Orient.Il est notamment l'auteur de l'étude Pour un Eurobond - Une stratégie coordonnée pour sortir de la crise (Février 2010, Institut...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Bonnevay
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Bonnevay est Associé d’Anthera Partners. Il conseille des institutions financières en Europe et au Moyen-Orient.Il est notamment l'auteur de l'étude Pour un Eurobond - Une stratégie coordonnée pour sortir de la crise (Février 2010, Institut...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Commission européenne livre ce mercredi ses propositions sur la création d'euro-obligations. Ces "eurobonds", libellés en euros et émis en commun par les pays de l’union monétaire, sont censés éviter la spéculation sur la dette des états les plus fragiles. Mais ils doivent aller de pair avec une intervention plus poussée de la Banque centrale européenne...

Atlantico : Pourriez-vous nous expliquer ce que sont les Eurobonds?  

Frédéric Bonnevay : La crise des endettements souverains renvoie l’Europe à ses responsabilités, et la place devant une alternative simple : opérer le démantèlement progressif de l’édifice communautaire ou renforcer un dispositif institutionnel incomplet.

L’introduction d’Eurobonds constituerait un pas décisif dans cette deuxième direction, en corrigeant cette faille majeure de l’union monétaire qu’est l’absence de coordination budgétaire, hors le Pacte de stabilité et de croissance - la fameuse liste des critères de Maastricht -, allègrement transgressée par la quasi-totalité des États.

Ces titres obligataires, émis par une agence supranationale sur la base d’un échéancier pluriannuel dépendant des programmes budgétaires concertés des gouvernements de la zone euro, verraient le produit de leur placement reversé aux Trésors nationaux, année après année. Corrélativement, chaque état paierait à cette agence un montant correspondant à la charge d’intérêts et au remboursement des capitaux mis à sa disposition.

Introduire des Eurobonds revient donc à utiliser un mode d’endettement commun, et non à confondre les passifs nationaux.
 

En quoi est-ce aujourd'hui une solution technique viable face à la crise que traverse l'Europe ? 

Le grand mérite des Eurobonds serait de contraindre les États membres à faire primer l’intérêt commun de la zone euro à long terme sur leur intérêt national immédiat. L’une des causes principales de la crise actuelle réside dans la politique budgétaire déraisonnable conduite par certains pays de l’Union, forts de la caution supposée de Berlin.

Des taux d’intérêts artificiellement faibles encourageaient les gouvernements de ces pays à accumuler des engagements financiers supérieurs à leur capacité effective de remboursement, sans pénalité infligée par les marchés – du moins jusqu’en 2009.

L’introduction d’Eurobonds rendrait cette dérive impossible. Un gouvernement participant qui ne respecterait pas ses engagements - en réclamant à l’agence des capitaux supérieurs à ceux prévus par l’échéancier commun ou en se déclarant inapte à reverser les fonds requis - serait amené à choisir entre une "mise sous tutelle européenne" temporaire, destinée à ramener le pays dans le droit chemin, et un recours aux marchés - mais sans caution européenne, donc dans des conditions financières dissuasives.

Sans se substituer à l’effort de rétablissement budgétaire imposé aux états européens, l’introduction d’Eurobonds marquerait le franchissement d’une nouvelle étape-clef vers la plus grande intégration de l’union monétaire, sans abandon de souveraineté.

La proposition d’une émission d’Eurobonds est-elle politiquement recevable, sachant que l'Allemagne pourrait placer son veto comme pour la question d’une intervention plus soutenue de la BCE ?

 Les deux initiatives sont sans lien. Certains dirigeants allemands, pour l’heure, refusent encore de donner leur blanc-seing à un changement de stratégie explicite de la BCE (Banque centrale européenne) - pourtant, à mon sens, la seule façon d’apporter aux états les liquidités nécessaires à leur financement.

Concernant les Eurobonds, en revanche, l’opposition me semble beaucoup moins vive : c’est la collectivisation des dettes existantes que refuse - à juste titre - l’Allemagne et bon nombre de pays européens, pas la mise en place d’un canal d’endettement commun.

Pour preuve, Berlin a accepté de devenir le premier garant des émissions du Fonds européen de stabilité financière (FESF), émissions qui préfigurent celle d’Eurobonds.

Les Eurobonds sont-ils une solution de long terme à la crise économique européenne, ou une intervention de la BCE pour monétiser la dette sera-t-elle forcément nécessaire ? 

Une simple intervention, même massive, de la BCE ne constituerait au mieux qu’un expédient, dont les bienfaits auraient tôt fait de disparaître, faute d’un changement plus profond de l’architecture économique européenne. A contrario, la seule introduction d’Eurobonds rendrait certes aux états leur accès aux marchés de capitaux, mais laisserait peser sur leurs bilans l’intégralité d’un stock de dettes à l’évidence insoutenable.

In fine, l’introduction d’Eurobonds et le lancement d’un plus vaste programme de rachat des dettes nationales par la BCE sont deux volets complémentaires d’un même programme de sortie de crise.

 

Propos recueillis par Franck Michel

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Gilets Jaunes : des échauffourée avec la police, des voitures brûlées et des magasins pillés
05.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
06.
Cette fâcheuse addiction du monde contemporain à la pornographie émotionnelle
07.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Orel35
- 23/11/2011 - 16:03
Et que dire du FESF...
Les banques, sous couvert du FESF (1000M de garantie des Etats), prêtent aux Grecs à des taux légèrement inférieur aux marchés (très légèrement), ils profitent donc de très bonne marge de rentabilité, puisqu'ils empruntent à 1,25% à la BCE, sans courir le moindre risque de défaut car les Etats paieront en dernier ressort !! C'est l'investissement idéal, sans risque mais très rentable !
bobocleaner
- 23/11/2011 - 12:59
a propos pour rigoler
le fameux FESF ( Fonds Eurofaramineux Solidarité Fantastique ) est de droit ..... Luxembourgeois !

Tout un symbole .
Les Eurobonds ( y a bon eurobonds) on les émettra de Monaco ou du Liecstenstein.
Mais non on va faire les ... EUROMILLIONS !
tirage le Samedi aprés fermeture des marchés bien sur.
Thomas Bishop-Garnier
- 23/11/2011 - 12:56
Donnons le Sahara à certains et ...
Donnons le Sahara à gerer à certains "conseillers economiques" et dix ans plus tard, il faut chercher du sable ailleurs !

Des "conseillers economiques", surtout européens et du coté de Bruxelles, de Luxembourg mais pas à Strasbourg, dont le role est purement figuratif.