En direct
Best of
Best of du 16 au 22 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

04.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

05.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Réforme
Grève du 5 décembre : Emmanuel Macron considère que la mobilisation est "avant tout contre la fin des régimes spéciaux"
il y a 24 min 45 sec
pépites > Politique
Union des droites
Les Républicains : une procédure d'exclusion vise Erik Tegnér
il y a 5 heures 32 min
pépites > France
Journée de mobilisation
FNSEA – Monde agricole : 1.000 tracteurs vont converger vers Paris le mercredi 27 novembre
il y a 6 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suite française" de Irène Némirovsky : adaptation méritoire d’une œuvre, dont l’auteure puis l’exhumation littéraire firent grand bruit en leur temps

il y a 6 heures 40 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la Belle au bois dormant noue sa cravate et quand s’allument les aurores boréales : c’est l’actualité des montres à la fin de l’automne
il y a 8 heures 29 min
décryptage > Société
L’enfer, c’est nous autres

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

il y a 10 heures 11 min
décryptage > Société
Pauvreté

Face aux inégalités : s’engager dans une dynamique de créativité

il y a 11 heures 37 min
décryptage > Culture
Touche pas à ma vahiné…

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

il y a 12 heures 10 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste
il y a 12 heures 54 min
décryptage > Environnement
Roger Hallam

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

il y a 13 heures 50 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 21 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 9 min
Justice
Carlos Ghosn et son épouse Carole ont pu enfin communiquer pour la première fois en sept mois
il y a 5 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les renards et les lions" de Marcello Simonetta : le destin hors norme des fils de Laurent de Médicis

il y a 6 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pour l'amour des livres" de Michel Le Bris : une amitié entre le voyage et la littérature

il y a 6 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
Solutions
Dialogue sous tension entre Emmanuel Macron et les anciens salariés de Whirlpool à Amiens
il y a 9 heures 44 min
pépites > Environnement
Pollution
Réchauffement climatique : les plans de la Chine sur les centrales à charbon menacent les objectifs de Paris sur le climat
il y a 10 heures 42 min
rendez-vous > France
Zone Franche
Plus que jamais, le "pognon de dingue" coule à flots mais les gens sont toujours aussi pauvres
il y a 11 heures 58 min
décryptage > Economie
Insécurité économique

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

il y a 12 heures 41 min
décryptage > Education
Réussite

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

il y a 13 heures 36 min
décryptage > Politique
Promesse

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

il y a 14 heures 7 min
© Reuters
Facebook vient de breveter une technologie permettant d'évaluer le risque de crédit d'une personne.
© Reuters
Facebook vient de breveter une technologie permettant d'évaluer le risque de crédit d'une personne.
Le prix de l'amitié

Quand facebook profile vos “amis” pour déterminer votre capacité de remboursement et vous donner une note de crédit

Publié le 27 août 2015
Aux Etats-Unis, Facebook vient de breveter une technologie permettant d'évaluer le risque de crédit d'une personne en fonction de la qualité et du passif financier de ses "amis".
Franck DeCloquement est praticien et expert en intelligence économique et stratégique (IES). Membre fondateur du Cercle K2 et ancien de l’Ecole de Guerre Economique de Paris (EGE), il est en outre professeur à l'IRIS (Institut de Relations...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michaël V. Dandrieux, Ph.D, est sociologue. Il appartient à la tradition de la sociologie de l’imaginaire. Il est le co-fondateur de la société d'études Eranos où il a en charge le développement des activités d'études des mutations sociétales....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Franck DeCloquement
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Franck DeCloquement est praticien et expert en intelligence économique et stratégique (IES). Membre fondateur du Cercle K2 et ancien de l’Ecole de Guerre Economique de Paris (EGE), il est en outre professeur à l'IRIS (Institut de Relations...
Voir la bio
Michaël Dandrieux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michaël V. Dandrieux, Ph.D, est sociologue. Il appartient à la tradition de la sociologie de l’imaginaire. Il est le co-fondateur de la société d'études Eranos où il a en charge le développement des activités d'études des mutations sociétales....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aux Etats-Unis, Facebook vient de breveter une technologie permettant d'évaluer le risque de crédit d'une personne en fonction de la qualité et du passif financier de ses "amis".

Atlantico : Un tel rapprochement entre vie virtuelle et démarches bancaires est-il réaliste et vous surprend-il ?

Franck DeCloquement : Rien ne me surprend plus à titre personnel. Il est en effet possible aujourd’hui - grâce à la technologie du net et les collectes de données de masse - d’établir des corrélations signifiantes et vérifiables, entre les affinités amicales que partagent une personne sur les réseaux sociaux, et ses comportements de consommation attendus en matière de remboursement… C’est une réalité. Nous entrons ici de plein pied dans le diktat de la solvabilité et son hybridation avec l’univers du "Big Data" prédictif.

Ainsi, Facebook vient en effet de déposer un brevet le 4 aout dernier, au Bureau américain des brevets et des marques (United States Patent and Trademark Office), qui pourra permettre aux prêteurs d’évaluer un client en fonction de la qualité de ses "amis" supposés sur le réseau et s’assurer ainsi que son "environnement social" est globalement bon payeur. Autrement-dit, un accord de prêt pourra bientôt vous être virtuellement consenti, entre autre chose, en fonction de la qualité de vos amis sur Facebook…  

Tout cela pose bien évidemment le problème des liens qu’il est possible désormais d’établir à l’avance ("scientifiquement" pourrions nous dire) et d’extraire  -  par l’usage d’algorithmes intelligents et apprenants -  entre un utilisateur lambda des réseaux sociaux comme Facebook, et son environnement amical direct.

Ainsi, certaines relations amicales peuvent "dire quelque chose" sur le souscripteur potentiel d’une offre de crédit et "prédire" ses comportements, dés lors quelles passent par le tamis de l’analyse mathématique, et le filtre du traitement statistique des données de masse. Autrement dit, le fameux "Big Data". L’objectif final recherché (EFR) pour le prêteur étant comme toujours d’évaluer par "effet d’affinité", la solvabilité individuelle du demandeur et le risque que représente pour lui une souscription de prêt en fonction des comportements objectifs et observables de consommation de son client, via le truchement de ses relations sociales… Dès demain donc, des sociétés privées de prêts et des établissements de crédits bancaires seront donc en mesure de scanner les listes d'amis de leurs clients et de connaître ainis leurs historiques financiers, afin de savoir s'ils se sont toujours correctement acquittés de leurs mensualités de remboursement. Magnifique perspective…

Un "meilleur des mondes" en quelques sortes qui pourra très bientôt être agrémenté d’analyses génétiques complémentaires de leurs prospects, sur lesquels certains GAFA du web se sont d’ores et déjà positionnés…  Nous ne sommes plus très loin des extrapolations fictives du film d’anticipation : "Bienvenue à Gattaca" d’Andrew Niccol.

Michaël Dandrieux : Personne ne sait véritablement à quoi pourront servir toutes les données qui sont, chaque jour, emmagasinées par ceux qui ont la patience et l’ambition de le faire. Leur modèle est de provisionner ces données — le plus de données possible sur le plus de choses possibles — afin de ne pas rater une lecture possible du monde. Il y a un consensus sur la question de la data qui est de croire que le sens naîtra lorsque nous trouverons les bonnes liaisons, les bonnes corrélations, et les schémas qui se répètent au sein des configurations sociales (les patterns). Si vous possédez un pattern, rien ne vous empêche de croire que vous avez une fenêtre sur le futur. Vous resserrez le faisceau de présomption, vous réduisez les chances que l’avenir vous surprenne.

Ce n’est pas du tout surprenant que Facebook tente d’aller dans la direction des banques avec le montage dont vous parlez. Le principe de la croissance bancaire est de produire de la dette, et donc de minimiser le risque du défaut de remboursement. On vous fait moins de bon coeur un prêt si vous êtes à l’article de la mort. L’espoir de Facebook est de trouver un pattern, dans l’ensemble immense des données que nous partageons, permettant d’établir notre solvabilité. C’est l’une des manières de valoriser leur trésor, qui sont les traces que nous leur laissons chaque jour. Ce projet suppose que notre comportement social et nos amis sont liés à notre solvabilité. Il suppose qu’il y a, par exemple, une corrélation entre la solvabilité de nos amis et notre solvabilité, donc que nous sommes liés à notre environnement immédiat. Ce qui suppose encore que les gens que nous fréquentons sur Facebook soient un environnement immédiat...

Comment cela marcherait-il au juste ?

Franck DeCloquement : Très classiquement, quand une personne lambda sollicitera un prêt, l’organisme prêteur pourra examiner alors les scores de crédit les membres du réseau social Facebook de cette personne qui sont connectés avec lui, via un nœud autorisé. Autrement dit, "l’environnement" de la cible. Si le score de crédit moyen de ces membres atteint un score minimum de crédit, l’organisme prêteur poursuivra alors l'examen de la demande de prêt de l’individu. Sinon, la demande sera impitoyablement rejetée. En définitive, ce score de crédit déterminera le taux. Cette note de crédit sera classiquement calculée par des agences qui évaluent la solvabilité des clients potentiels, selon les revenus, les autres emprunts contractés, les charges pesant sur le ménage, et bien d’autres critères encore. L’ingénierie financière n’est jamais à court d’idées en la matière…

Cette note de crédit influera en définitive grandement sur le taux d'emprunt qu’il sera possible de décrocher, selon le risque que présente le client pour l’organisme prêteur. A priori, cette nouvelle "fonctionnalité" offerte par les développeurs de Facebook serait envisagée de manière "positive" par ses promoteurs... Chacun pourrait ainsi choisir "d'activer" ou non cette "option" spécifique à destination des établissements financiers, dans le but avoué de soutenir sa demande personnelle initiale auprès d’eux, en prouvant à contrario qu’il évolue dans un milieu social de proches "solvables" et "bien sous tous rapports"...

De la même manière, il sera également parfaitement possible de choisir de ne pas voir apparaitre son profil Facebook dans les résultats des moteurs de recherche du web, auxquelles pourraient accéder de possibles évaluateurs. Mais également, des demandes d’ajouts amicaux "gênants", pouvant apparaitre comme "indigents" aux yeux d’organismes prêteurs... Réputation oblige ! De quoi soulever d’ores et déjà pour chacun de nous de très sérieuses questions éthiques, sur le prix de l’amitié selon Facebook.

Une telle exploitation des données virtuelles afin de "rassurer" un acteur économique a-t-elle déjà été observée par ailleurs ? Si oui, pouvez-vous en donner quelques exemples ? 

Franck DeCloquement : D’autres startups s'appuient en effet déjà sur les réseaux sociaux pour évaluer le potentiel de leurs clients respectifs, comme NEO Finance, une jeune entreprise californienne qui se base sur les profils et les réseaux Linkedin de leurs prospects.

Au Brésil par exemple, CETELEM (une filiale du groupe BNP Paribas) partenaire de SUBMARINO - le leader brésilien de l’e-commerce - se base également sur le comportement d’achat de ses clients pour octroyer des prêts et affiner ses critères traditionnels de "scoring" en usage dans les banques traditionnelles. Cela n’est donc pas nouveau. Mais cette nouvelle solution prédictive représente une alternative et un outil de mesure de plus, en matière de décision d’octroie.

En définitive, la montée en puissance des réseaux sociaux et la rapide progression des ressources qu’offre la généralisation du Big Data viennent bousculer les méthodologies traditionnelles des poids lourds européens du secteur en la matière, obligés d’adapter prestement leurs processus de décisions.

Ainsi CETELEM ne demande pas à connaître les revenus de ses clients, mais délivre ses cartes de crédit en se basant sur leurs comportements d’achat. Ce qui d’ailleurs n’a pas fait progresser les impayés semble-t-il. Certes, l’examen de la capacité financière de remboursement des emprunteurs reste un modèle dominant dans toute l’Europe. Et ceci, sur la base d’une péréquation de critères objectifs tels que l’âge, le nombre d’enfants ou le salaire. Néanmoins, des technologies "innovantes", "alternatives" et "complémentaires" parfois très surprenantes émergent très rapidement. C’est le cas dans l’exemple qui nous occupe ici.

Dans la lignée des techniques de neuromarketing classiques, les technologies du "web prédictif" en matière de traitement des données de masse – autrement dit, le "Big Data" – permettent d’extraire des relations complexes entre les parties prenantes, et certains comportements individuels spécifiques que l’on peut ainsi évaluer et qualifier à l’avance... Voila l’enjeu. C’est en outre le cas de ces nouvelles approches qui permettent de maitriser au plus juste, le risque pour le prêteur d’accorder ses crédits.

Un autre GAFA du web (GoogleAppleFacebookAmazon qui sont les quatre grandes firmes américaines auxquels on peu ajouter aussi Microsoft), aborde le crédit avec sa propre "codification" au Japon, au Royaume-Uni, aux Etats-Unis. Mais aussi très bientôt, dans sept autres pays du globe, dont la France. La firme Amazon propose d’ores et déjà un service de prêts à la carte à sa clientèle de petites et moyennes entreprises. Son point fort réside dans une procédure simplifiée et des prêts accordés le jour même ; pour la grande moitié d’entre eux ; grâce à un système de "scoring" très novateur et performant. Numéro un mondial du commerce en ligne, Amazon ne demande pas de détail sur les résultats financiers des entreprises qui transitent par sa plate-forme, et qui souhaitent souscrire un prêt. La firme se contente essentiellement des informations qu’elle possède déjà sur elles. Et pour le remboursement, "Amazon Lending" prélève directement des mensualités sur les ventes réalisées par ces entreprises.

Michaël Dandrieux : Il s’agit ici d’un brevet que Facebook a racheté, et ce brevet se compose de use-cases, proposant de multiples applications imaginées pour la technologie en question. L’une d’entre elles mentionne un acteur de prêt. Nous sommes encore assez éloignés de la mise en pratique, ou de la légalisation. Surtout en France.

Ce qui est nouveau, ce n’est pas que des organismes dont le but est de réduire le risque cherchent de nouvelles manières de réduire le risque… Mais ces organismes viennent piocher dans un vivier d’indicateurs qu’il leur avait été, jusqu’alors, impossible d’atteindre : des données qui n’ont pas été fournies par l’administration, l’Etat, ou les organismes avec lesquels nous imaginons être en contrat. Ces données qui, d’habitude, ont un caractère solennel, ou officiel. Au contraire, Facebook imagine mettre au service des organismes de prêt des données issues de notre vie quotidienne, pas des données que nous déclarons : des données qui ont été recueillies, observées, la chronique de notre vie de tous les jours. Cela parait choquant parce que nous avons oublié que sommes aussi en contrat avec Facebook, et que l’exploitation de cette vie de tous les jours que nous leur racontons est leur commerce.

Nous peuplons les réseaux sociaux avec un tout un tas de vérités approximatives (et souvent théâtrales) sur ce que nous aimons, ce que nous écoutons et ce que nous lisons... Facebook pense que cet ensemble cohérent représente plus fidèlement la réalité que ce que nous déclarons solennellement, à froid. C’est à dire qu’il y aurait une personnalité un peu officielle, celle qui s’insurge contre la vanité des contenus que partagent nos amis ; et puis un fait social plus secret au cours duquel, par exemple, nous regardons quand même les vidéos des petits chats. La vérité est que nous regardons les petits chats, et Facebook le sait, au même titre que la liste des gens avec qui nous déclarons ne plus avoir de lien, et que nous suivons tout de même. Tout cela se cumule et permet de resserrer une approximation de la personne que vous avez en face de vous lorsque vous allez prêter de l’argent.

Une idée peut être faussée cependant, c’est l’idée que la personne que nous sommes sur les réseaux est “plus vraie” que notre figure civile, que ce modèle de calcul du risque est plus fiable que les autres, parce qu’il se base sur “ce que nous faisons vraiment”. Mais ce que nous faisons sur Facebook ne nous ressemble pas toujours. Il n’est pas dit que Facebook le pense, ni que les banques le croient.

Les citoyens peuvent-ils se prémunir contre une telle utilisation de leurs données personnelles enregistrées en ligne ?

Franck DeCloquement : Comme chacun le sait, les moteurs de recherches sont déjà capables de guider individuellement chaque utilisateur dans ses pérégrinations sur le web – et corrélativement de le "pister" en retour – afin de le mener tout droit vers ses préférences personnelles, en fonction de ses inclinaisons propres. Les habitudes de navigation des internautes n’ont donc plus aucun secret pour les grands opérateurs du web. Et cela pose naturellement pour chacun de nous, le problème de la confidentialité de nos données ainsi que leur traçabilité.

Néanmoins, si le fondateur de Facebook et ses équipes de développeurs décidaient à l’avenir d’activer cette nouvelle fonctionnalité, il reste encore aujourd’hui très difficile d’évaluer à ce stade quels en seraient les contours exactes et les ressorts réels de déploiement. "L’accord éclairé" des demandeurs de crédits et de leurs "amis" Facebook mis involontairement à contribution dans cette quête de prêt, pourrait être en effet nécessaire…   Car cette fonctionnalité pousserait les établissements financiers à enquêter sur la situation bancaire de très nombreuses personnes non concernées par une demande de prêt, effectuée par l’un de leur contact. Contact qu'elles pourraient en effet à peine connaître sur Facebook.

Enfin, certains se posent tout naturellement la question de la pertinence du lien entre les "amis souvent virtuels" que l’on côtoie sur Facebook, et la solvabilité corrélative de chacun d’entre nous.

Le fait que des contacts aient pu avoir des difficultés à rembourser leurs mensualités dans le passé, indiquerait-il à coup sur qu’une personne qui sollicite un prêt pour elle-même aura "statistiquement" les mêmes soucis de remboursements, et sera donc indubitablement "suspecte" ? Rien n’est moins sur… Et ceci reste encore à démontrer.

Dans un premier temps, la technologie devait être implémentée, testée et approuvée sur la plateforme Facebook, mais à destination des seuls abonnés américains. Pour autant, qu’en sera-t-il très bientôt pour tous les consommateurs dans l’espace européen ?  La question reste posée…

Michaël Dandrieux : Cela dépend des lieux, des lois qui évoluent, des données en question. Plusieurs des articles qui relaient ce dépôt de brevet sont a tonalité alarmiste. Ils mettent en garde les citoyens contre l’usage qui est fait de leur data. C’est un problème très actuel, qui préoccupe tout le monde, car c’est le problème de l’intimité.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

04.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

05.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
VV1792
- 27/08/2015 - 23:38
Article tres, tres
Article tres, tres interessant.. N'etant utilisateur d' aucuns des reseaux sociaux par choix, cela n' encourage pas a changer d' avis. Le probleme est que l' espace de liberte se reduit de jour en jour, ces toiles d' arraignee deviennent des outils cherchant a devenir incontournables dans le day to day..La Revolte des Masses est irresistible..