En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Meurtre d'Agnès

Récidive : le suivi socio-judiciaire en manque de moyens... et surtout de volonté

Publié le 23 novembre 2011
La polémique enfle sur le suivi socio-judiciaire du meurtrier présumé d’Agnès. Si les politiques se sont emparés de la question en réaction à l'émotion suscitée par cette tragédie, le chemin à parcourir par le législateur est encore long pour que ce dispositif puisse se révéler efficace.
Olivier Halleguen est médecin psychiatre. Chef de service au centre hospitalier d'Erstein, il est également expert auprès de la Cour d'appel de Colmar. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Halleguen
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Halleguen est médecin psychiatre. Chef de service au centre hospitalier d'Erstein, il est également expert auprès de la Cour d'appel de Colmar. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La polémique enfle sur le suivi socio-judiciaire du meurtrier présumé d’Agnès. Si les politiques se sont emparés de la question en réaction à l'émotion suscitée par cette tragédie, le chemin à parcourir par le législateur est encore long pour que ce dispositif puisse se révéler efficace.

A quoi correspondent exactement les mesures de suivi judiciaire concernant les délinquants sexuels ? 

Dans les faits, la grande majorité des délinquants éligibles pour une mesure de suivi socio-judiciaire sont envoyés par des magistrats débordés, après avis d'experts, à des psychiatres qui prennent à cœur leur mission, mais qui ne sont pas formés et tout aussi débordés.

Notons que la majorité des magistrats n'ont qu'une idée très imprécise de ce que les soins peuvent avoir comme effet. Ajoutons à cela que les experts, qui sont supposés les éclairer, sont rarement formés à l'appréciation de la dangerosité, au risque de récidive et aux soins requis chez cette catégorie de sujets.

Terminons par le fait que les praticiens, auxquels les sujets sont adressés, n'ont le plus souvent aucune formation. Mais ce sont les seuls à accepter cette mission, faute d'alternative. Le tableau serait incomplet si nous n'ajoutions pas l'absence de réels réseaux santé-justice en France, capables d'instaurer un dialogue multidisciplinaire, de dispenser à travers des rencontres régulières des formations aux uns et aux autres pour permettre de travailler ensemble.

Imaginons maintenant un monde idéal, où les uns et les autres travaillent en bonne intelligence, tout en disposant des connaissances et du temps pour mener à bien la prise en charge socio judiciaire.

Que peut-on attendre d'un suivi socio-judiciaire mené dans les règles de l'art ?

Le suivi médical (c'est le nom du suivi socio-judiciaire), ne donne hélas pas les résultats que le grand public est en droit d'en attendre.  Au-delà du débat classique « malade ? pas malade ? », il existe des données criminologiques connues depuis des décennies. Elles sont exposées dans la littérature internationale, et peuvent se résumer de la manière suivante : le suivi médical n'offre que des résultats partiels en termes de prévention de la récidive, et ces résultats ne concernent que des délinquants dont le profil correspond aux moins dangereux.

Ajoutons que par suivi, ces publications font référence à des méthodes très précises de prise en charge. Ces mêmes publications ajoutent que même dans le cas de suivis menés de façon académique, la récidive survient d'une manière qui n'est pas marginale.

Les psychiatres formés à ces méthodes d'analyse des données criminologiques ne sont pas légion dans notre pays, et les volontaires ne se bousculent pas pour l'être. Il est aisé de comprendre pourquoi : en dehors de résultats peu probants même pour des soins bien conduits, il est toujours possible de se retrouver sous les feux de l'actualité en cas de récidive d'un « patient », tant l'habitude de trouver des boucs émissaires a pris la place de la réflexion en profondeur. Le suivi implique également la possibilité d'une castration chimique pour certains cas (recommandations AAS sur les agresseurs de mineurs de moins de 15 ans  en 2009). Certains thérapeutes assimilent la castration chimique une forme de mutilation et choqués dans leurs convictions  refusent de la prescrire.

L'arsenal législatif actuel relève de l'incantation et ne tient pas compte des données de la science et du terrain. Il correspond davantage à un catalogue d'intentions qu'à l'aboutissement d'une réflexion basée sur des données objectives. Son application formelle donne l'impression que l'on « fait quelque chose », avec des résultats qui ne peuvent être a la hauteur des attentes. Pour résumer les choses, ni la justice, ni la santé n'ont la possibilité de prendre en compte les délinquants sexuels dangereux. Et ce n'est pas comme on pourrait le dire seulement une question de « moyens », mais aussi une question de volonté et science. Volonté politique, incarnée dans la loi, de protéger la société d'individus pour lesquels la science, en l'état actuel de ses connaissances, n'offre aucune - je dis bien aucune - possibilité de traitement efficace. 

Pour ce faire il est impératif de ressusciter l'école française de criminologie au-delà des clivages partisans, afin d'éclairé le législateur pour qu'il puisse donner aux uns et aux autres un cadre de travail convenable, en tenant compte du bien commun et en évitant de placer les magistrats et les médecins dans des injonctions paradoxales.

Ce travail permettrait de centrer le dispositif sur les délinquants vis a vis desquels les soins sont capables d'apporter un plus, en excluant ceux pour lesquels ils sont inutiles : les plus dangereux, comme ceux pour lesquels le risque de récidive est minime. Catégoriser les délinquants en fonction des données criminologiques pour adapter leur prise en charge aurait le mérite de faire davantage coïncider le possible et le souhaitable, en ayant un impact réel sur la récidive. Pour être efficace, ce dispositif doit s'accompagner d'une politique adaptée et réaliste vis a vis des sujets les plus dangereux, pour lesquels il n'existe aucune solution en milieu ouvert. 

Il est grand temps que nous tenions compte des faits. Sinon, nous sommes condamnés à répéter à maintes reprises le faux débat tournant autour de « celui » qui n'a pas fait son travail, au sein d'un dispositif qui est supposé éviter ce genre de drames.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
PASCONTENT
- 23/11/2011 - 18:04
Il y a la loi
et ceux qui devraient l'appliquer et font tout pour la contourner .ainsi les mineurs peuvent tuer , voler (ils ne se cachent même plus pour cambrioler) et si j'étais magistrat ,je ne serais pas fier de certains de mes collègues, Leur tendance est de punir lourdement pour des fautes légères et de trouver des combines judiciaires pour relâcher certains voyous criminels issus des quartiers spéciaux
ayrton
- 23/11/2011 - 16:07
ayrton
La petite Agnès a subi les "pulsions" (comme disent les experts) d'un débile récidiviste ! Elle a eu droit à la peine de mort.... alors que les psychopathes de toute sorte s'en sortent très bien.... et recommencent ! Peut être un jour un référendum à ce sujet ?
ciceron
- 23/11/2011 - 15:35
Récapitulons :
Les magistrats n'ont qu'une idée très imprécise de ce que les soins peuvent avoir comme effet.
Les experts, qui sont supposés les éclairer, sont rarement formés.
Les praticiens, auxquels les sujets sont adressés, n'ont le plus souvent aucune formation.
Imaginons maintenant un monde idéal, où les uns et les autres travaillent en bonne intelligence.
J'ai tout à coup des gros doutes !!