En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 10 heures 55 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 11 heures 33 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 14 heures 16 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 15 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 16 heures 17 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 19 heures 2 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 19 heures 13 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 19 heures 34 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 20 heures 12 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 20 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 11 heures 15 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 13 heures 17 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 14 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 16 heures 11 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 18 heures 54 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 19 heures 10 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 19 heures 24 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 19 heures 38 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 20 heures 16 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 20 heures 20 min
Leader maxima

Quand Danielle Mitterrand "flirtait" avec Fidel Castro...

Publié le 27 novembre 2011
Exilé cubain, Jacobo Machover revient sur les relations cordiales qu'entretenait l'ex-Première Dame de France avec le Leader Maximo.
Jacobo Machover
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacobo Machover est un écrivain cubain exilé en France. Il a publié en 2019 aux éditions Buchet Castel Mon oncle David. D'Auschwitz à Cuba, une famille dans les tourments de l'Histoire. Il est également l'auteur de : La face cachée du Che (Armand Colin)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Exilé cubain, Jacobo Machover revient sur les relations cordiales qu'entretenait l'ex-Première Dame de France avec le Leader Maximo.

 Un dictateur, Fidel Castro ? Pas pour l’ex-Première dame de France qui, dans son livre de mémoires En toutes libertés (Ramsay - 1996) écrit « dictateur » en italiques (dans le long chapitre qui lui est consacré, pages 248-281), comme si le terme qui lui est accolé par ses opposants et ses victimes lui était attribué à tort.

Dans ses mémoires, elle décrit ses visites récurrentes à Cuba, la première en compagnie de son mari, alors Premier secrétaire du Parti socialiste, au cours des années 1970, puis seule, en tant que présidente de sa fondation. Elle était visiblement tombée alors sous le charme de son hôte, qui l’a comblée de toutes les attentions et qui lui survit aujourd’hui (pour combien de temps ?). Au cours de ses séjours dans l’île, Danielle Mitterrand n’a voulu voir que les réalisations, los logros, du régime, dont elle visitait les installations les plus reculées à bord de la Jeep du Líder Máximo, avec des habitants enthousiastes lui réservant un accueil qu’elle croyait « spontané » pour bien lui montrer combien ils aimaient leur Commandant en chef.

« Oui, j’embrasse Fidel Castro »

Mais le point d’orgue de ces rapports, ce fut la réception offerte à Fidel sur le perron de l’Élysée en mars 1995, quelques semaines avant la fin du mandat de son mari, qui signait ainsi la fin de l’ostracisme qui avait cours en Europe à l’égard du révolutionnaire cubain (à l’exception de l’Espagne, gouvernée par le socialiste Felipe González, qui l’avait reçu auparavant). A cette occasion, Madame Mitterrand commit un geste fort peu diplomatique : se levant sur la pointe des pieds pour atteindre le visage du géant barbu, elle l’embrassa devant les télévisions du monde entier, dont certaines se firent un plaisir de diffuser en boucle ce baiser « obscène » pour bien montrer la complicité de la France avec certaines tyrannies idéologiquement marquées du même sceau que le Président et son épouse (le Premier ministre de la cohabitation, Édouard Balladur, avait signalé, pour sa part, qu’il refuserait de rencontrer Fidel Castro, ce qui ne fut pas le cas du président de l’Assemblée nationale, le gaulliste Philippe Séguin ni, bien entendu, celui du sempiternel ministre de la Culture Jack Lang). Danielle Mitterrand, pour sa part, revendiquait orgueilleusement son geste : « Oui, j’embrasse Fidel Castro », écrivait-elle dans son ouvrage. 

« Il y a des prisonniers à Cuba. Politiques ? Je ne sais pas. »

Cependant, elle-même avait certainement pris conscience de la portée de son geste spectaculaire, surtout aux États-Unis, où son homologue, la First Lady Hillary Clinton, l’humilia personnellement, l’obligeant à passer tous les contrôles de sécurité avant de la laisser entrer à l’intérieur de la Maison Blanche.

C’est pourquoi elle prit contact, à travers son bras droit Raphaël Doueb, le responsable de France Libertés, avec des exilés cubains en France (parmi lesquels l’auteur de ces lignes), pour demander une liste de prisonniers politiques cubains en faveur desquels elle pourrait intervenir. Quelques années auparavant, nous avions déjà eu une réunion avec elle, au cours de laquelle nous lui avions demandé de faire pression auprès de son ami Fidel pour ce faire. Elle nous avait alors écoutés discrètement, nous parlant de « François », tout en caressant son chien « Baltique », pour détourner l’objet de notre conversation. Sa réponse arriva par le biais d’un entretien concédé à Daniel Schneidermann, dans Le Monde : « Il y a des prisonniers à Cuba. Politiques ? Je ne sais pas. »

Contre toute évidence, elle continuait à défendre cette l’ « humanisme » de la révolution castriste. Fidel Castro lui en sut gré : après sa visite en France, il lui offrit comme « cadeau » la libération de trois (pas plus) prisonniers politiques (d’autres en avaient obtenu beaucoup plus, par exemple le révérend Jesse Jackson ou le commandant Cousteau), qui partirent rapidement vers les États-Unis. L’un d’entre eux mourut rapidement d’un cancer contracté en prison.

C’est ainsi que Danielle Mitterrand entendait la défense de ses causes « humanitaires » : par le soutien jamais démenti à l’un des plus longs régimes totalitaires de la planète. Elle aurait pu dire, comme son cher Fidel : « L’Histoire m’acquittera ». Ça m’étonnerait. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ann O'nymous
- 28/11/2011 - 16:13
Je n'arrive pas à détester Castro autant que l'auteur
La question des prisonniers politiques est une question importante, mais ce n'est pas la seule qui puisse servir à caractériser un régime.

En regardant plus globalement la situation sur la période concernée, je ne suis pas sure que Cuba s'en sorte plus mal que des pays équivalents.
onnissoit
- 28/11/2011 - 15:36
Les oeilleres du socialisme
Curieux que cette femme qui avait connu "les heures les plus sombres de notre histoire" et qui avait vécu la disparition de ses camarades de Résistance dans les geoles nazies, ne se soit pas inquiétée de l' existence et de l' état des prisons à Cuba où ont sévi le Ché : surnommé "le boucher de La Havane" et son patron Fidèl!
Occidentale
- 28/11/2011 - 10:50
prérogatives d'Ancien Régime
le fondement de la gauche est dans le clientélisme et les privilèges avec l'assistanat pour asservir
la dame "humaniste" appréciait particulièrement de manger la langouste cubaine avec Castro et les apparatchiks