En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

Quand les centristes font planer un parfum de Jasmin sur l’Assemblée…

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 6 heures 22 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 8 heures 52 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 10 heures 44 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 11 heures 19 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 12 heures 5 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 13 heures 12 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 15 heures 14 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 15 heures 49 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 16 heures 19 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 16 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 6 heures 40 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 10 heures 15 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 10 heures 56 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 11 heures 48 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 12 heures 43 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 14 heures 38 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 15 heures 20 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 16 heures 2 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 16 heures 25 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 17 heures 2 min
© Reuters
Le gouvernement de Manuel Valls doit faire face à de sérieux obstacles.
© Reuters
Le gouvernement de Manuel Valls doit faire face à de sérieux obstacles.
Poker menteur

Des mauvais chiffres de la croissance aux régionales, François Hollande aura-t-il intérêt à garder Manuel Valls et a-t-il vraiment le choix ?

Publié le 25 août 2015
Perspectives d'élections régionales complexes, chiffres du chômage et de la croissance moroses, vives tensions au sein de la gauche... Le gouvernement de Manuel Valls doit faire face à de sérieux obstacles. Et les cartes à jouer sont peu nombreuses pour l’exécutif.
Yves-Marie Cann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves-Marie Cann est politologue, spécialiste de l’Opinion publique. Il a dirigé les études d'opinion (Politique, société et affaires publiques) au sein de l'Institut CSA. Il est désormais Directeur des études politiques chez Elabe, cabinet d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Perspectives d'élections régionales complexes, chiffres du chômage et de la croissance moroses, vives tensions au sein de la gauche... Le gouvernement de Manuel Valls doit faire face à de sérieux obstacles. Et les cartes à jouer sont peu nombreuses pour l’exécutif.

Atlantico : Une nouvelle fois, le gouvernement sera confronté à une rentrée délicate, notamment en ce qui concerne les chiffres décevants de la croissance, mais également un horizon noir relatif aux élections régionales. Or, le 14 juillet dernier, François Hollande indiquait que "Valls a vocation à rester premier ministre jusqu’en 2017". Le Président sera-t-il contraint de garder Manuel Valls, quoi qu’il arrive, ou dispose-t-il encore d’une marge de manœuvre afin de faire face à ces situations ?

Yves-Marie Cann : La rentrée politique constitue généralement une période risquée et donc délicate pour les gouvernants. D’abord parce qu’il s’agit d’une séquence marquée par de nombreux événements politiques (universités d’été, journées parlementaires, etc.) qui sont traditionnellement l’occasion pour les partis et leurs leaders de prendre la parole tout en bénéficiant d’une caisse de résonance appréciable dans les médias. Les opposants, les critiques, peuvent alors donner de la voix tout en s’assurant d’une visibilité optimale. La rentrée politique, c’est aussi la période pendant laquelle les orientations budgétaires du gouvernement pour l’année à venir se précisent. J’en veux pour preuve les récentes déclarations de l’exécutif sur les baisses d’impôts. A cette occasion, les revendications pour tenter d’influer sur la ligne gouvernementale se multiplient, ce qui est fréquemment source de tensions au sein des majorités présidentielles. Comme leurs prédécesseurs et à l’instar des précédentes rentrées, François Hollande et Manuel Valls n’y échapperont pas et devront s’adonner à un traditionnel exercice d’équilibristes.

L’impopularité de François Hollande qui reste à de très hauts niveaux, les tensions au sein de la majorité présidentielle avivées par la perspective de 2017 et le rendez-vous des élections régionales en fin d’année rendent toutefois la période qui s’ouvre encore plus périlleuse pour l’exécutif, alors que les perspectives économiques restent très incertaines, sur fond de chômage qui ne cesse de progresser.

L’avenir de Manuel Valls et son maintien à Matignon jusqu’en 2017 dépendront par conséquent pour beaucoup de cette nouvelle séquence. Si François Hollande a affirmé le 14 juillet que celui-ci "a vocation à rester Premier ministre jusqu’en 2017", le Président de la République n’est pas pour autant pieds et poings liés. Ainsi, même si cette hypothèse apparaît peu probable aujourd’hui, un changement de Premier ministre pourrait être envisagé début 2016 en cas d’élections régionales calamiteuses pour la gauche sur fond d’absence persistante de résultats sur le front économique et social.

Au début du mandat de François Hollande, Manuel Valls semblait être son atout. Est-ce toujours le cas ou Manuel Valls est-il aujoud'hui un handicap dans une optique de rassemblement de la gauche autour de François Hollande ? En utilisant Manuel Valls comme un fusible, le président de la République pourrait-il le transformer en premier opposant ?

La popularité de Manuel Valls est aujourd’hui sensiblement supérieure à celle du chef de l’Etat. Pour gouverner, le Premier ministre constitue donc plutôt un atout pour François Hollande, lequel peut s’appuyer sur un Premier ministre faisant office de bouclier pour mettre en oeuvre la politique qu’il a défini. Toutefois, le temps passant, Manuel Valls devient lui aussi de plus en plus comptable de l’absence de résultats économiques et surtout du chômage qui continue de progresser.

Pour conforter sa place à la tête du gouvernement, le Premier ministre a donc besoin de pouvoir rapidement se prévaloir de premiers résultats tangibles, ce qui n’est pas encore le cas. Une telle situation pourrait attiser les critiques à son encontre à gauche, le déstabiliser et constituer un handicap pour François Hollande. Mais, je le rappelle, tel n’est pas le cas aujourd’hui. Manuel Valls bénéficie d’ailleurs du soutien d’une large majorité de sympathisants socialistes (de l’ordre des trois quarts dans les enquêtes de popularité). A ce jour, les critiques restent pour l’essentiel circonscrites à la gauche du PS.

A l’inverse, Manuel Valls a-t-il intérêt à rester au gouvernement dans le cas où les résultats ne seraient pas à la hauteur des attentes ? N’existe t-il pas un risque de voir le Premier ministre se "Ayraultiser" ? 

C’est le grand risque pour Manuel Valls ! D’où l’impérieuse nécessité, pour lui comme pour le président de la République d'ailleurs, d’obtenir enfin des résultats sur le plan économique et social. Son implication et le volontarisme affiché sur ce terrain lui permettent aujourd’hui de bénéficier d’une relative bienveillance de l’opinion publique. Si les actions menées (notamment via la loi Macron pour laquelle il est resté au premier plan) sont reconnues des Français, encore faut-il que les promesses se concrétisent par un surcroît d’activité économique et donc une inversion de la courbe du chômage. A défaut, la capital politique de Manuel Valls et son leadership en pâtiront, au risque alors d’apparaître démonétisé aux yeux des électeurs… et de sa majorité parlementaire.

Pour Christophe Caresche, député PS de Paris : "L'état de la gauche est très inquiétant, pour ne pas dire catastrophique. On a une gauche très disloquée, avec des fractures plus fortes que jamais". Convaincu que tout se jouera à la fin de l'année, il ajoute : "Le paysage est éclaté. Y compris face au FN, nous sommes incapables de nous rassembler. La gauche est suicidaire". S'agit-il d'une réelle nouveauté pour la gauche ?

Au-delà de la nature même de la ligne économique et sociale retenue par François Hollande et dont Manuel Valls a fait sienne, c’est l’absence durable de résultats qui est source de tensions à gauche, favorisant cette dislocation à laquelle vous faites référence. Le plus inquiétant pour la gauche reste toutefois à mes yeux qu’il n’existe pas aujourd’hui de "désir" de gauche. J’en veux pour preuve le fait que la « gauche de la gauche » ne parvient à capitaliser dans un contexte où les récriminations et les déceptions sont pourtant fortes.
 
Dans la perspective des régionales de fin d’année, les scores obtenus par le FN aux élections intermédiaires changent pourtant significativement la donne, et ce d’autant plus que si l’extrême droite siphonne aujourd’hui une partie de l’électorat de Nicolas Sarkozy elle trouve aussi de nouveaux soutiens parmi ceux qui ont voté Hollande en 2012. Dès lors, les divisions pourraient coûter très cher à la gauche. Au-delà du risque de perdre un grand nombre de régions (déjà acté par beaucoup d’acteurs et d’observateurs), elle s’expose au risque de disparaître du paysage politique dans certaines d’entres elles ! Par exemple, quelle stratégie adopter au second tour des régionales s’il s’avère que son maintient à l’issue du premier tour peut permettre la victoire du Front national en PACA ou en Nord-Pas-de-Calais-Picardie ? Autant choisir entre la peste et le choléra : le maintien au risque de favoriser la victoire de l’extrême-droite, sinon se retirer mais n’avoir aucun représentant dans les assemblées régionales concernées.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vincennes
- 25/08/2015 - 16:22
C'est fou comme la Fraance va mieux depuis que le roquet VALLS
est aux manettes, LUI qui proclamait : "peu importe le résultats des élections.....peu importe que j'ai la majorité ou non à l'Assemblée, JE RESTERAI Ier Ministre" !!! LUI qui a procédé aux redécoupages des cantons, nationalisé et politisé le scrutin, pour quel résultat ?? LUI qui a crée un tel fatras de directions hiérarchiques sans coordination, pour mieux régner, tout en affaiblissant les services totalement remaniés pour placer ses copains inefficaces......et on voit les résultats...... les terroristes profitant des faiblesses des gauchistes
alainb
- 25/08/2015 - 15:24
Pauvre France
On est bien' monté entre François La Faillite et Manu La Führer !!!
C'est incompétents laissent un champ de ruinés!!!
Quel gâchis.
vangog
- 25/08/2015 - 13:47
Qu'il garde Valls-la-führer ou pas...
cela ne changera rien! ce n'est pas une question d'hommes, mais de mentalité et d'anticipation. Ils ne savent pas et ne veulent pas anticiper...