En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

05.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

06.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

07.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

ça vient d'être publié
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 1 heure 48 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 2 heures 18 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 2 heures 57 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 3 heures 38 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 4 heures 3 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 4 heures 37 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 4 heures 52 min
décryptage > Economie
Diversions budgétaires

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

il y a 5 heures 13 min
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 19 heures 12 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 20 heures 14 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 2 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 2 heures 56 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 3 heures 12 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 3 heures 56 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 4 heures 16 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 4 heures 39 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 5 heures 1 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Trump Biden : vers une élection beaucoup plus serrée qu’il n’y paraît ?

il y a 5 heures 29 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 19 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 20 heures 52 min
© Reuters
Yanis Varoufakis.
© Reuters
Yanis Varoufakis.
L'Édito de Jean-Marc Sylvestre

De Montebourg à Varoufakis, la gauche extrême pose des questions mais n’apporte aucune réponse

Publié le 24 août 2015
L’extrême gauche a beau faire beaucoup de bruits et agiter nos bons sentiments, Arnaud Montebourg et Yanis Varoufakis, auto-proclamés leaders de la gauche radicale en Europe, n’ont aucune politique alternative à proposer.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’extrême gauche a beau faire beaucoup de bruits et agiter nos bons sentiments, Arnaud Montebourg et Yanis Varoufakis, auto-proclamés leaders de la gauche radicale en Europe, n’ont aucune politique alternative à proposer.

Arnaud Montebourg et Yanis Varoufakis se sont taillés un joli succès populaire et médiatique ce week-end en France et en Europe. Fort de leur parcours qui est un peu semblable, ils se positionnent comme les principaux adversaires du système de gouvernance européenne  et portent un discours très émotionnel sur la situation économique. Ce qui leur vaut de rallier la sympathie d’une majorité des victimes de ce système et de tous ceux qui ne se reconnaissent pas dans les gouvernances en place, y compris quand ces gouvernances s’affichent à gauche.

Bref, ils se positionnent clairement comme les leaders d’une opposition de gauche radicale à ce qu'ils appellent la politique européenne d’austérité. Cette dernière serait voulue et téléguidée par la toute puissante Allemagne.

Ces deux-là, ont tout compris pour profiter de la machine médiatique et capitaliser  le mécontentement de beaucoup, devant la crise.

D’abord, ils se sont drapés dans une stature de victime, ce qui leur donne, croient-ils, une certaine légitimité. Ils ont été exclus des gouvernements auxquels ils appartenaient parce qu'ils n’étaient pas d’accord avec la ligne suivie à Paris et à Athènes. Ils se positionnent du même coup comme radicalement opposés à la politique de l’Eurogroupe et de ce qu’ils appellent l’austérité.

Ensuite, ils ont trouvé des bouc émissaires qui tombent à pic. L’Allemagne, Angela Merkel, le président de la Commission de Bruxelles, celui de la BCE ou encore Christine Lagarde au FMI.

Enfin, le diagnostic qu'ils formulent n’est pas faux. L’Europe n’était pas responsable de la crise et elle en subi les effets. On lui demande de faire des efforts d’assainissement et la plupart des pays du Sud ont du mal à profiter de ces efforts.

Le problème de cette équation, dont les principaux ressorts sont l’émotion, le compassionnel et le bouc émissaire, c’est qu’elle ne débouche sur aucune alternative crédible. D’ailleurs, à Paris comme à Athènes, à Madrid comme à Rome, il n'y a pas de politique alternative.

Quand on écoute les discours et les programmes, on découvre des diagnostics qui correspondent à la réalité, mais on tombe sur des réponses de politique alternative qui, elles, ne correspondent à rien. 

Du coup, cette gauche radicale soulève la sympathie d'une partie de l’opinion publique mais elle la conduit directement dans le mur. L’aventure grecque avec Syriza et AlexisTsipras illustre à merveille, l’impossibilité de trouver une porte de sortie compatible avec les idées qui permettent d’accéder au pouvoir.

Alexis Tsipras a fait campagne contre l’Europe du Nord, l’organisation européenne, la nécessite d'annuler les dettes, contre l’euro... Bref, une campagne ultra "gauchiste", très populiste et vraiment démagogique. Une fois arrivé au pouvoir, il s’aperçoit que son "programme de rupture" est inapplicable parce qu'il repose sur l’argent et le crédit des partenaires européens auxquels on n’a pas demandé l'avis.

Au bout de quelques mois, les partenaires européens refusent de payer les factures. Du coup, le pays risque la faillite et la ruine totale. L’ordre public est en cause quand les banques sont obligées de fermer. Devant ce risque de catastrophe, le premier ministre Alexis Tsipras a été obligé de ravaler son chapeau, d’aller à Canossa et d’accepter de négocier avec les créanciers. Lesquels demandent des garanties que Tsipras accorde, évidemment, en contradiction avec les engagements électoraux. Du coup, il n’a plus de majorité pour le soutenir. Il démissionne pour en reconstruire une, sur des bases différentes.

Son ministre de l’Économie, qu’il a obligé à partir, prend la posture de l’opposant pur et dur et continue de porter les convictions de départs alors que la preuve a été administrée au pays que ces convictions étaient irréalistes.

Les convictions de gauche et d'extrême gauche sont inapplicables, pour une raison très simple : un pays membre de l’euro ne peut pas vouloir rester dans l’euro sans respecter les règles de fonctionnement de cet euro. Ou bien on participe à la communauté européenne et on suit le règlement de copropriété. Ou, on ne participe pas à la communauté et on en assume les conséquences.

Un pays ne peux pas voter tout seul pour obliger ses voisins à payer pour lui. La légitimité démocratique ne donne pas de pouvoir pour changer la gouvernance des autres.

Pour sortir de ses contradictions internes et proposer une véritable politique alternative, il faudra que les mouvements d’extrême gauche prennent en compte les contraintes ou les évolutions actuelles. La réalité s’impose très rapidement. Elle est très simple.

D'une part, tous les pays vivent dans un monde globalisé. La mondialisation est un fait auquel on n’échappe pas...  ou alors, on s’enferme comme la Corée du Nord. L’organisation de cette économie mondiale est fondée sur la concurrence et par conséquent sur la spécialisation internationale. Pour affronter cette concurrence il faut utiliser sa compétitivité.

D'autre part, tous les pays européens ont profité de l'adhésion à l'Europe. Contrairement à ce que l’on dit, l’organisation européenne est très démocratique, trop parfois. Toutes les décisions sont prises par des délégations de gouvernances nationales. Que ces gouvernements n’utilisent pas assez leur responsabilités et leur compétence est une chose qu’il ne faudrait pas nier. Le système n’est pas en cause. Les hommes politiques ne l’utilisent pas…

Cela dit, cette gauche radicale qui semble se former en Europe et dont Varoufakis et Montebourg se verraient bien en leader…  Cette gauche extrémiste ne sera pas crédible et responsable, capable de gouverner tant qu'elle n’aura pas clarifié sa position sur un certain nombre de dossiers clés : Sur l’euro : faut-il en partir ou rester dans la zone en en payant le prix ? Sur le modèle social européen, comment le financer à partir du moment ou un pays ne peut plus emprunter aux autres. Mais aussi sur la mondialisation, comment protéger les industries nationales et qui paie le prix du protectionnisme, et sur la fiscalité. Enfin, sur la technologie et la modernité, sur l’innovation, sur le fédéralisme et sur l’immigration.

Tous ces dossiers ne sont pas des marqueurs de droite ou de gauche. Ce sont des marqueurs qui partagent les partisans d’une politique réaliste et responsable qu'ils soient de droite ou de gauche et ceux qui vivent dans l’utopie, c’est-à-dire dans l’extrémisme.

La gauche et l’extrême gauche pose parfois des vraies questions. Les réponses qui leurs sont apportées sont, elles, nulles. Il y a deux façons d’être utopiques. Par romantisme, et c’est louable. Ou  par cynisme pour arriver au pouvoir et c’est méprisable.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
scrat75
- 25/08/2015 - 07:19
camarades !
Vraiment et je le pense, le communisme est une bonne idée à la base.
Seulement il y a un paramètre incontournable dans cette histoire.
C'est que l'homme est depuis tjrs profondément individualiste et tôt où tard il fini tjrs par ne penser qu' à lui.
Qu'on le veuille ou non le capitalisme a tjrs permis au plus grand nombre de sortir de la misère. Ça n'empêche en rien le fait d'être solidaire des autres bien au contraire mais là où certains préfèrent donner une maigre pension de subsistance le capitalisme propose de créer de la richesse pour mieux profiter à tous le monde.
Maintenant il y a un sérieux problème à régler. Il faut remettre tout à plat car la cupidité de certains ( tjrs les mêmes ) est en train de faire vaciller l'économie mondiale.
Sarkozy lors de la dernière crise a été l'un des rare chef d'État a le faire remarquer.
Dans un premier temps il a été salué , mais très vite on a tout fait pour l'abattre.
Qui ? Mais encore les mêmes, ceux qui détiennent la finance et par la même les médias bien-sûr ........c'est la raison pour laquelle je suis et je resterai un des fidèles de Nicolas Sarkozy.
scrat75
- 25/08/2015 - 06:53
le sage et la lune.
Il y en a encore qui regarde le doigt à lire quelques commentaires ici .
Perso je me moque complètement de savoir si le texte est bien rédigé, c'est le message qu'il véhicule qui m'importe.
Une fois de plus c'est un reel plaisir pour moi de vous suivre dans votre analyse monsieur
Sylvestre .
Liberte5
- 24/08/2015 - 18:23
Si la gauche et l'extême gauche Françaises avaient des solutions
cela se saurait et se verrait. Hélas nous avons là de bons orateurs, mais qui sont incapables d'aligner trois propositions crédibles et réalistes.