En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
L'Urssaf s'acharne contre les petits commerçants.
Histoires de fous
Le drame de "mamie bistro", ou comment les excès de zèle de l'Urssaf pourrissent la vie des petits commerçants
Publié le 24 août 2015
Un grand-père qui aide son épouse à desservir au café. Une grand-mère qui donne un coup de pouce à son petit-fils pâtissier. Les exemples se multiplient d'excès de zèles de l'Urssaf visant des petits commerçants... souvent dépassés par la situation.
François Taquet est professeur en droit du travail, formateur auprès des avocats du barreau de Paris et membre du comité social du Conseil supérieur des experts-comptables. Il est également avocat à Cambrai et auteur de nombreux ouvrages sur le droit...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Taquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Taquet est professeur en droit du travail, formateur auprès des avocats du barreau de Paris et membre du comité social du Conseil supérieur des experts-comptables. Il est également avocat à Cambrai et auteur de nombreux ouvrages sur le droit...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un grand-père qui aide son épouse à desservir au café. Une grand-mère qui donne un coup de pouce à son petit-fils pâtissier. Les exemples se multiplient d'excès de zèles de l'Urssaf visant des petits commerçants... souvent dépassés par la situation.

Il est parfois des informations qui ne peuvent que désespérer les individus même les plus optimistes ! Il y a de cela quelque mois, une mamie de 65 ans gérante d’un petit café près d’Arras (au bénéfice de 700 € par an) a été jugée par le tribunal correctionnel pour travail dissimulé après un contrôle de l’URSSAF. Son crime : son conjoint âgé de 70 ans l’aidait de temps en temps à servir des verres ! Il n’en fallait pas plus aux inspecteurs zélés pour caractériser le travail illégal. La "mamie bistro" comme on l’appelle déjà, s’est retrouvée en pleurs à la barre du tribunal, entre les dossiers d’agressions sexuelles et de bagarre à coups de tenaille. Certes, le tribunal a relaxé la gérante. Mais l’histoire nous apprend que le lendemain, le procureur faisait appel de la décision !

Le problème est que ce cas est loin d’être isolé. On se souvient ainsi que pour l’URSSAF de Rennes, rapporter son verre au bar d’un bistro équivaut à du travail dissimulé. De même en est-il pour  une retraitée qui donne bénévolement un coup de main à son fils pâtissier ! La litanie des délires des URSSAF pourrait être longue à citer !

Mais, en allant plus loin, qui faut-il mettre en cause dans cet engrenage de l’aberration ? Sans nul doute, et au commencement, il convient de nommer les gouvernements successifs qui depuis 20 ans n’ont de cesse que de renforcer la lutte contre le travail dissimulé, en le banalisant, à tel point qu’aujourd’hui, plus de 80% des entreprises sont dans le travail dissimulé sans même le savoir ! On comprend dans ces conditions que les redressements opérés dans le cadre du travail dissimulé aient été multipliés par 10 en 10 ans ! Qui dit mieux ?

Ensuite, il convient de citer les inspecteurs en manque de discernement, ainsi les URSSAF qui se piquent, non sans ironie,  d’être des partenaires économiques de l’entreprise ! On rappellera également que les URSSAF sont des organismes privés qui gèrent un service public, administrées et contrôlées par des conseils d’administrations composés de représentants des assurés sociaux (dont des représentants du MEDEF et de la CGPME).

Alors, pourquoi ces représentants n’ont il pu arrêter de telles folies ? A quoi servent finalement ces institutions  si elles ne constituent que des chambres d’enregistrement de la volonté administrative ? Et dans la chaîne du ridicule, il convient d’ajouter en l’espèce, le procureur de la République, qui en faisant appel en ajoute encore à l’absurdité de la situation. Mais, l’ubuesque sera à son comble lorsque l’on aura ajouté que même si la "mamie bistro" est relaxée en appel, cela n’empêchera pas l’URSSAF d’exiger le montant du redressement devant les juridictions civiles !

Finalement, cela fait beaucoup de participants à ce mécanisme grotesque. Et le plus aberrant sans doute est qu’aucune institution n’a été dès le départ en mesure d’arrêter ces prétentions stupides de l’URSSAF.  Ce qui démontre, une fois de plus, que les règles de dialogue et de concertation avec les cotisants ne fonctionnent pas et doivent être revues. C’était d’ailleurs le sens du rapport effectué récemment par deux députés (Marc Goua et Bernard Gérard) et  intitulé "Pour un nouveau mode de relations Urssaf - entreprises". Finalement, et au-delà des discours creux de nos politiques, c’est à ces petits changements que les chefs d’entreprise verraient qu’il y a quelque chose de modifié dans ce pays !  Alors, à quand le début du changement ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
myc11
- 28/08/2015 - 08:28
La schizophrénie d'état, entre un discours qui se veut
généreux (faire baisser le chômage par exemple) et la machine pour faire régner l'ordre (Urssaf). La machine ne fait aucune différence. Elle est par définition inhumaine. Or notre démocratie n'est pas capable de générer du travail pour tous, alors le petit peuple se débrouille tant bien que mal. Mais l'administration n'aime pas cette frange de débrouillardise, ça engendrerait une économie vivrière du type sous-développé. Il ne vous reste plus qu'à toucher le RSA, le dépenser au bistrot en tentant de gagner au loto! L'administration comme machine étatique, pour former des cerveaux qui sont des machines afin de faire respecter l'ordre étatique. A-t-on jamais vu une machine capable de compassion? On a vu des humains devenus comme des machines, dépourvus de toute compassion. La démocratie du point de vue étatique, n'est qu'une machine de contrôle des humains dont la dynamique peut paraître dangereuse pour elle.
john mac lane
- 26/08/2015 - 12:22
En France on est taxé pour cloturer
Imaginez cette dame soit en SAS avec son mari. Face à ce contrôle URSSAF, elle décide de clôturer son entreprise parce qu'ils la font trop chier....Elle devra une "taxe de cessation d"activité" de société de 365€....Pas de taxe pour cesser son activité chez les Enarques?
de20
- 25/08/2015 - 22:43
En joue ; FEU.
En joue ; FEU.