En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

02.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

03.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

04.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 23 min 39 sec
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 5 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 7 heures 4 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 8 heures 40 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 9 heures 34 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 10 heures 8 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 10 heures 29 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 10 heures 47 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 11 heures 22 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 4 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 6 heures 42 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 8 heures 18 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 9 heures 7 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 9 heures 29 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 9 heures 45 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 10 heures 16 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 10 heures 34 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 10 heures 47 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 12 heures 4 min
© Reuters
Les inégalités scolaires se creusent.
© Reuters
Les inégalités scolaires se creusent.
0/20

Un an après la réforme Peillon, le désastreux bilan des rythmes scolaires

Publié le 28 août 2015
Deuxième rentrée pour les écoliers sous les nouveaux rythmes scolaires, et les inégalités se creusent. Alors que l'Etat baisse les dotations, certaines villes se trouvent obligées de demander aux parents de mettre la main au portefeuille, pour ouvrir les portes de leurs écoles et financer les activités.
Jean-Paul Brighelli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Brighelli est délégué Education de Debout la France. Professeur agrégé de lettres, enseignant et essayiste français, il est également l'auteur ou le co-auteur d'un grand nombre d'ouvrages parus chez différents éditeurs, notamment...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Deuxième rentrée pour les écoliers sous les nouveaux rythmes scolaires, et les inégalités se creusent. Alors que l'Etat baisse les dotations, certaines villes se trouvent obligées de demander aux parents de mettre la main au portefeuille, pour ouvrir les portes de leurs écoles et financer les activités.

Atlantico : La mise en place de la réforme des rythmes scolaires va souffler sa première bougie. Quel bilan peut-on dresser, un an après, de cette réforme ? Les objectifs fixés par le gouvernement ont-ils été atteints ?  Est-elle à la hauteur de leurs ambitions ?

Jean-Paul Brighelli : Quelle était l'ambition de Vincent Peillon ? Je me le demande encore. Après avoir lancé une grande Refondation de l'Ecole, à laquelle ont été invités les 2000 (au moins : le grand amphi de la Sorbonne était bourré) acteurs principaux de l'Education, près de deux mois de concertation et de réunions, le système a accouché de la réforme des rythmes scolaires. Il n'y avait donc rien de plus urgent ? J'y reviendrai.

En tout cas, ce qui ressort des retards à l'allumage et de la mise en place progressive, c'est que les municipalités riches (celles où les impôts locaux rentrent bien) ont mis en place des projets parfois intéressants — mais pas plus intéressants que d'apprendre à lire et à écrire. ET que les communes pauvres prient les parents de mettre la main à la poche pour l'option foot. J'ai prévenu, à l'époque, que la gauche mettait en place une discrimination sociale hypocrite, mais renforcée. Le collège de Vallaud-Belkacem m'a donné raison.

Les parents qui renâclent passent pour des empêcheurs de faire du ludique en rond. Les autres récupèrent des enfants crevés — particulièrement en maternelle où ça se passe le plus souvent entre midi et deux. Ah, pour être ludique, c'est ludique ! L'essentiel, n'est-ce pas, c'est que les enfants ne s'ennuient pas, dit le ministre. Qu'ils reviennent chaque soir chargés de nouveaux savoirs n'intéresse pas les crétins qui officient rue de Grenelle.

Dans certaines communes, la rentrée 2015-2016 signe la fin de la gratuité ou l'augmentation du coût des activités périscolaires pour les familles. En juin, un rapport indiquait que la moitié des communes demandaient aux parents de mettre la main au portefeuille afin d'aider à financer ces activités. Quelles en sont les conséquences ? Qui sont les plus touchés ?

Les plus pauvres sont toujours les plus touchés — qui s'en étonnera ? L'enseignement fondé par Jules Ferry était gratuit. Désormais, celui de la gauche socialiste est partiellement payant. De la même façon, il était laïc. Mais désormais les mères voilées peuvent accompagner les enfants — pour donner l'exemple.

Et la ponction sur le portefeuille n'est rien, par rapport au déficit d'enseignement. S'il fallait évidemment rattraper la demi-journée que Xavier Darcos, acculé par Bercy, avait supprimée, c'était pour restaurer des heures de cours, pas des animations payantes autour de l'art du macramé.

Le vrai déficit est un déficit de connaissances, un déficit de travail, la fin de l'incitation à l'effort. À la question "Qu'as-tu appris à l'école aujourd'hui ?", les enfants devraient apporter chaque soir des réponses précises. C'est cela, l'ambition d'une vraie école républicaine — cela, et pousser chaque élève non pas uniformément (l'égalitarisme tue l'égalité) mais chacun au plus haut de ses capacités.

Parallèlement, la baisse des dotations de l'Etat fait souffrir davantage les communes en difficultés. A quelle échelle et dans quelles mesures une inégalité géographique se crée ?

Je vous renvoie au livre de Christophe Guilluy, l'un des plus marquants de l'année scolaire qui vient de s'écouler. Dans la France périphérique, il décrit très bien la dissociation entre des villes riches (Paris étant la caricature des cités radieuses) et des périphéries (y compris l'essentiel des campagnes) abandonnées à leur sort, au vote FN, et au communautarisme.

Le PS est définitivement un parti de citadins aisés (d'ailleurs, rue de Solférino, c'est le VIème arrondissement — pas franchement la zone), qui ignorent la vraie vie de la vraie France, celle qui souffre parce qu'elle se lève tôt pour travailler, et souvent qui se lève tard parce qu'elle n'a pas de boulot. Et c'est à ces gens que l'on demande une "contribution" pour que leurs enfants apprennent — apprennent quoi ?

La réforme des rythmes scolaires a été voulue par des gens qui ont inscrit leurs enfants à l'Ecole alsacienne ou à Saint-Stanislas (dans le VIème aussi) — car ces gens "de gôche" ne répugnent pas à inscrire leurs petits chéris dans le privé, même confessionnel — et qui trouvent très tendance la peinture sur soie ou l'apprentissage du chinois. Partout ailleurs le niveau s'effondre, et l'urgence est d'apprendre à lire, écrire, compter — et les rudiments d'une culture française. Grâce aux "héritiers" au pouvoir, les déshérités le restent. Et ceux qui sont nés dans la rue y restent aussi.

Le discours officiel, c'est bla-bla et bonnes paroles.

Comment expliquer les défaillances de cette réforme ? Sont-elles dues à la précipitation dans son élaboration ?

Non. Rien n'a été improvisé. Peillon se préparait au job au moins depuis deux ans. Mais il a fait entrer avec lui le renard dans le poulailler — en clair, des théoriciens de la pédagogie qui piaffaient depuis l'échec de Ségolène Royal en 2007. Ce sont des chevaux de retour qui ont voulu mettre le paquet avant de mourir. Les rythmes scolaires, les ESPE, la réforme du collège (ré-associant CM1/CM2/ Sixième, pour "primariser" les enseignements et faire passer les collègues instits au collège) et les nouveaux programmes, sont autant de manifestations de cette furia novatrice dont on sait qu'elle est mortelle. Cela fait déjà trente ans qu'ils sévissent. Ces diverses réformes sont le coup de pied de l'âne — pardon : des ânes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 29/08/2015 - 14:35
dissoudre l'EN
Chèques éducation de l'Etat dans le privé.
ELLENEUQ
- 29/08/2015 - 07:43
Peillon et Belcacem, des nullités
Peillon, trotskyste de tradition, son père Gilles était directeur de la Banque Commerciale de l'Europe du Nord, établissement soviétique et métastase du sinistre Kominform dont le rôle principal était de saboter la France en finançant les staliniens et les entreprises de subversion. Et on met ce type à la tête de l'éducation nationale qu'il va transformer en entreprise de rééducation des enfants. Peillon a employé les mêmes méthodes de destruction que les bolcheviques en 1920. Détruire l'école "bourgeoise" de fond en comble pour créer la "nouvelle école socialiste". Belkacem, petite garce ambitieuse issue d'on ne sait d'où (Beni Chiker Maroc) qui a grimpé à toute vitesse les échelons de l'université et de l'état on ne sait comment (mais on le devine) protégée par son statut de musulmane donc intouchable. Sectaire et inculte malgré ses diplômes et son vernis médiatique, elle enfonce encore plus ce qui restait du navire fantôme dans les eaux troubles du néant en enlevant des programmes tout ce qui fait la vraie culture pour transformer les élèves en petits robots socialistes bien intoxiquée et bien manipulables par le parti ! Et voilà où on en est !
VV1792
- 28/08/2015 - 22:52
@pale rider. Vous avez raison
@pale rider. Vous avez raison...La question est si l' alternance en 2017 va permettre de remettre les pendules a l' heure ou bien si cela aura ete, encore une fois, une occasion manquee..Il faut esperer souhaiter que notre pays se redresse et puisse retrouver des assises fortes.L' Ecole fait evidemment partie du processus pour le redressement moral de notre pays.