En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

02.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

03.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

04.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

05.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

06.

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

07.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

01.

Zemmour se paye Anne Sinclair

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Course aux vaccins

IBM détecte des cyber-attaques en cours contre la distribution des vaccins anti-Covid dans le monde : alerte écarlate ou rouge pâle ?

il y a 11 min 6 sec
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 10 heures 45 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 11 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 12 heures 59 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 18 heures 8 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 18 heures 37 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 19 heures 22 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 21 heures 15 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 21 heures 55 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 22 heures 30 min
décryptage > Religion
Séparatisme

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

il y a 28 min 23 sec
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 11 heures 12 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 12 heures 7 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 14 heures 15 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 18 heures 23 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 18 heures 55 min
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 20 heures 51 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 21 heures 41 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 22 heures 3 min
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 23 heures 7 min
Conquête spatiale

L'astronaute, ce mythe en perte de vitesse

Publié le 22 novembre 2011
Nicolas Sarkozy a rendu visite au Centre national d'études spatiales ce mardi, pour célébrer les 50 ans de cet organisme. Désormais la conquête spatiale française s'inscrit dans un cadre européen et souffre d'un manque de moyens et de perspectives.
Jacques Villain
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Villain est ingénieur, spécialiste de l'histoire de la conquête spatiale, membre de l'Académie de l'Air et de l'Espace.Il est l'auteur de Irons-nous vraiment un jour sur Mars ? (Vuibert, février 2011) 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Sarkozy a rendu visite au Centre national d'études spatiales ce mardi, pour célébrer les 50 ans de cet organisme. Désormais la conquête spatiale française s'inscrit dans un cadre européen et souffre d'un manque de moyens et de perspectives.

Atlantico : Nicolas Sarkozy est en visite au CNES ce mardi. Où en est la conquête spatiale française ?

Jacques Villain : Il est difficile de parler de programme spatial français, dans la mesure où la moitié du budget de l’espace en France va à l’Agence spatiale européenne (ESA). Aujourd’hui, le CNES gère les satellites d’application, et non les vols habités qui sont du ressort de l’ESA, ou même les grands programmes d’exploration du système solaire qui en dépendent aussi, bien que la France lance parfois une sonde ou un satellite pour observer telle ou telle partie du système solaire. Mais l’ESA a en charge la plupart des fonctions.

Certains petits programmes restent exclusivement français, ou binationaux avec les Etats-Unis, mais la majeure partie relève de la coopération européenne. Il y a quelques semaines a eu lieu le premier lancement d’un Soyouz à partir de Kourou, à l’initiative de l’ESA, en accord avec la Russie. Tout ce qui se passe en termes de lanceurs est européen, à l’instar du programme Ariane. Pour la simple raison que nous n’avons pas le choix. Le 31 juillet 1973, lorsque les ministres se sont réunis, les deux options étaient soit de rester les bras croisés, parce que la France n’avait pas les moyens de développer un lanceur, soit de s’associer avec d’autres Etats : Ariane est née ainsi.

Le budget du CNES (de l’ordre de 1700-1800 millions d’euros) est stable, mais il ne sera pas augmenté à cause de la conjoncture économique. Il permettra néanmoins de continuer des programmes en coopération avec les Etats-Unis sur certains sujets… Néanmoins, ils sont, eux-aussi, dans une situation délicate, donc le nombre de programmes en coopération ne va pas croître d’une manière significative.

Quant à l’ESA, l’Europe n’a plus de navette spatiale. Le seul moyen pour effectuer des vols habités vers la station internationale est d’utiliser le Soyouz russe, qui est un peu monopolisé par les Russes et les Américains. S’il reste des places disponibles alors on propose à l’Europe, mais il s’agit d’un lancement tous les ans ou tous les 18 mois. Ça ne va pas plus loin.

 

L’agence spatiale européenne n’aurait-elle pas intérêt à développer sa propre navette ? 

Les Européens n’ont jamais envoyé d’astronautes dans l’espace par leurs propres moyens. Ce n’est pas leur stratégie. Ça ne le sera sans doute jamais. Quand on regarde le budget de la NASA, qui s’élève à 18 milliards de dollars, 5 milliards étaient consacrés aux vols habités.

L’Europe ne semble pas en mesure d’investir autant dans ce domaine. On continuera donc à prendre le strapontin dans le vaisseau Soyouz pour se rendre à la station spatiale internationale. L’Europe n’a pas de lanceur capable d’envoyer des astronautes. Il faudrait modifier Ariane 5, ce qui impliquerait un coût plus que conséquent. Ce n’est pas dans nos projets. Une réflexion a été lancée voici deux ans, mais les conclusions n’ont pas encore filtré : si rien n’est communiqué c’est qu’il n’existe pas d’ambition débordante de ce côté-là.

 

Quelle est l’utilité, aujourd’hui, de continuer un programme spatial ?

Cela dépend de quel aspect des choses on parle. La « conquête de l’espace » comprend quatre volets :

  •  Les vols habités, autour de la Terre, et éventuellement autour de la Lune ou autre. Cet aspect est en train de s’étioler. Les Américains  n’ont plus vraiment d’ambitions de ce côté-là, puisque Obama a annulé le programme correspondant sans fixer de date de reprise. La situation est la même sur le plan international.
  • Les sondes automatiques pour explorer le système solaire : cet aspect continue, puisque les Russes ont lancé la sonde de Phobos Ground, mais le lancement a échoué, alors que c’était le premier lancement de sonde de la Russie depuis 1996. Les Russes vont donc sans doute revoir leurs ambitions à la baisse. Les Européens et Américains ont envoyé des sondes pour explorer Mars, Saturne… L’activité continue, mais pas autant qu’auparavant, toujours pour une question de moyens.
  • L’apport des satellites à la vie quotidienne, qui, pour le coup, est en continuel essor. Il concerne les systèmes de localisation (tels que le GPS), la météorologie, les télécommunications, la surveillance de la terre avec recherche géologique… La construction du viaduc de Millau n’aurait pu se faire sans les GPS. Ces applications quotidiennes des satellites sont les plus développées aujourd’hui, bien qu’elles soient occultées, car moins fascinantes que l’envoi d’hommes dans l’espace.
  • Les satellites militaires : c’est le seul domaine où l’Europe monte véritablement en puissance, sans pour autant arriver au niveau des Etats-Unis ou de la Russie. Ce sont les satellites d’observation, d’écoute électronique, de surveillance anti-missile.

 

L’image de l’astronaute est un mythe en perte de vitesse. Pour des raisons financières bien sûr, mais aussi parce qu’on ne sait trop quoi en faire. Il n’y a aucune de vision. Sur Mercure il fait 400 degrés, sur Vénus 470, Jupiter et Uranus on ne peut y aller, il ne reste donc que Mars. Mais un programme pour aller sur Mars coûte aujourd’hui, au bas mot, 400 ou 500 milliards de dollars. Aucune nation ne peut dépenser une telle somme, et une coopération internationale est inenvisageable, parce que ce n’est la priorité de personne.

 

La Chine est-elle la puissance spatiale du futur ? 

La Chine émerge depuis longtemps, leur premier satellite a été lancé en 1971. Ils lancent une dizaine ou une quinzaine de satellites par an, c’est-à-dire bien plus que l’Europe. Mais les Chinois ont franchi un pas en 2007 en envoyant un satellite d’observation de la Lune. C’est la première fois qu’ils sortaient de l’orbite terrestre. Les Japonais et les Indiens l’ont aussi fait. On voit donc l’avènement de puissances spatiales dans l’observation du système solaire. La Chine s’est aussi donnée comme ambition de faire une station orbitale, à l’instar des soviétiques il y a 40 ans.

 

Propos recueillis par Romain de Lacoste

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ciceron
- 23/11/2011 - 22:49
Dédolé Mr Villain
Mais avec la crise de la dette, on a plus le temsp de s'occuper des étoiles hein ?!
Soyons sérieux ! Restons terre à terre