En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 3 heures 7 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 4 heures 5 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 5 heures 1 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 5 heures 57 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 7 heures 38 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 10 heures 13 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 10 heures 57 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 11 heures 34 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 12 heures 9 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 13 heures 30 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 3 heures 54 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 4 heures 39 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 5 heures 22 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 6 heures 52 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 10 heures 5 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 10 heures 39 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 11 heures 58 sec
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 11 heures 55 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 12 heures 38 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 13 heures 26 min
© Reuters
Jean-Pierre Chevènement se rendra les 28 et 29 août aux universités d'été de Debout la France.
© Reuters
Jean-Pierre Chevènement se rendra les 28 et 29 août aux universités d'été de Debout la France.
Les contraires s'attirent

Comment l’union des souverainistes de droite et de gauche pourrait modifier le clivage politique français

Publié le 21 août 2015
Répondant favorablement à l'appel de Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Pierre Chevènement se rendra les 28 et 29 août aux universités d'été de Debout la France. Si celui que l'on surnomme le Che a quitté en juin dernier le parti MRC qu'il a fondé, il n'en reste pas moins une figure incontournable du souverainisme en France. Et le rapprochement des deux hommes intrigue.
Eddy Fougier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eddy Fougier est politologue, chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). Spécialiste des mouvements de contestation de la mondialisation, il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur ces thèmes : Dictionnaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Répondant favorablement à l'appel de Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Pierre Chevènement se rendra les 28 et 29 août aux universités d'été de Debout la France. Si celui que l'on surnomme le Che a quitté en juin dernier le parti MRC qu'il a fondé, il n'en reste pas moins une figure incontournable du souverainisme en France. Et le rapprochement des deux hommes intrigue.

Atlantico : Dans quelle mesure le souverainisme de gauche incarné par Jean-Pierre Chevènement au sein du parti qu'il a fondé le MRC est-il différent de celui que représente Nicolas Dupont-Aignan avec Debout la France ?

Eddy Fougier : Jean-Pierre Chevènement s’est toujours évertué à défendre une certaine idée de la République, qui rejoint en un sens l’idée de « nation » au sens révolutionnaire du terme c’est-à-dire de contrat national reposant sur l’identité républicaine, alors que le cheval de bataille de Nicolas Dupont-Aignan, sous une trame gaulliste, réside dans la nation, d’identité républicaine aussi.

Quand on regarde leurs constats, ils sont assez similaires sur le souverainisme : la France ne serait plus souveraine en raison de la mondialisation, de la domination des idées libérales, de l’évolution de la construction européenne, et d’une vision « multiculturaliste » de la société.
Mais les réponses à ces constats peuvent différer. Ils se retrouvent sur l’idée de patriotisme économique, d’une Europe à géométrie variable, avec une dimension plus sociale à gauche et davantage nationale voire nationaliste à droite. Il s’agit surtout de nuances. Des divergences apparaissent aussi quand on regarde leurs origines : du côté de Dupont-Aignan le parti est inspiré par le gaullisme et le mouvement de Chevènement descend du marxisme.

Peut-on imaginer que des électeurs tentés par le vote FN puissent se tourner vers Debout la France ou le MRC par exemple ?

D’abord, l’erreur magistrale a été d’avoir marginalisé et éliminé toutes les forces politiques entre le FN et l’UMP ou le RPR ; je pense  aux indépendants et paysans, Chasse pêche nature et traditions, les villéristes… Toutes ces formations qui représentaient un courant pas très à la mode dans les médias mais qui étaient importantes dans certaines régions, dans le monde rural. Tout ceci a été fondu dans la nébuleuse autour de l’UMP et un espace s’est libéré repris très largement par le FN dès que Marine Le Pen a repris le parti. Il y a probablement un espace possible pour une droite néo-gaulliste, post-gaulliste et souverainiste, mais la porte est très étroite. Cela fait un petit moment que Nicolas Dupont-Aignan est sur le marché et il fait des scores électoraux qui ne changent pas beaucoup/

Pourra-t-il profiter d’une forme de décrédibilisation du FN lié aux conflits internes ? Pourquoi pas. Pourra-t-il bénéficier d’un « recentrage » des Républicains si Juppé devait être candidat ? Cela dépendra aussi des circonstances. Sur le fond, il est évident que la thématique souverainiste ne va pas disparaitre, loin de là. La situation en Grèce par exemple a été certainement un facteur favorable suite aux constats qu’ils ont dressés avec l’idée d’une souveraineté nationale bafouée par les institutions internationales, européennes, par les marchés...  La vision défendue par les souverainistes a été certainement partagée par une grande partie des Français. Est-ce que cela va se traduire électoralement ? Une personnalité doit porter cette voix de façon audible et crédible. Jean-Pierre Chevènement faisait partie de ce genre de personnalité mais il s’est quelque peu retiré du jeu et Nicolas Dupont-Aignan ne peut pas compter sur une notoriété suffisante pour l’incarner, et ce, même avec le soutien du président du MRC.

Si le contexte leur est profitable, pourquoi ne séduisent-ils pas davantage les Français ?

Quand vous regardez la question des migrants simplement, enjeu crucial pour les élections à venir notamment à la prochaine présidentielle en 2017, cela influence le parti Les Républicains et ses leaders avec la re-négociation de Schengen par exemple. Le risque que courent les souverainiste est semblable à celui qu’a connu les Verts. A partir du moment où tous les partis décident de « verdir » leur discours, mettent un peu de vert dans leur programme, le parti EELV est alors dans une logique de surenchère qui aboutit à les décrédibiliser.
Concernant le souverainisme ou sa version plus présentable qui est le patriotisme économique, tous les politiques ont repris à leur compte cette vision-là. De Wauquiez à Montebourg – ce dernier pouvant appartenir à la catégorie des souverainistes d’ailleurs, avec la critique de la mondialisation, l’Europe libérale, la volonté de sortir de l’OTAN...
 Résultat : les partis estampillés souverainistes ne sont pas particulièrement audibles. Sans parler de l’ombre très forte du FN. 

Jean-Pierre Chevènement sera aux universités d’été le 28 et 29 août aux côtés de Nicolas Dupont-Aignan. Comment comprendre le rapprochement entre les deux hommes ?

Je ne sais pas ce qu’il se passe dans la tête des uns et des autres, mais j’imagine aisément que les militants du MRC doivent être assez décontenancés ! On a observé des passages d’un camp à un autre plutôt spectaculaire, le plus connu étant celui de Florian Philippot, ancien chevènementiste qui a rejoint les rangs du parti de Marine Le Pen, désormais vice-président du FN.
On perçoit une évolution qui rencontre en partie les constats faits par Debout la France sur la société, la situation de la France en Europe et dans le monde etc.
Il faut aussi garder à l’esprit que Nicolas Dupont-Aignan est dans une logique gaulliste. Cela consiste à dire « Je ne suis pas nécessairement de droite, il faut dépasser les clivages gauche-droite et penser avant tout à la France. »
Quant à Jean-Pierre Chevènement, il n’est plus dans une logique politicienne.
Si le MRC et Debout la France peuvent se rassembler, des listes communes pourraient émerger aux européennes par exemple, néanmoins il y a peu de chances que cela aille bien plus loin.

Quels sont les liens entre les souverainistes et les partis plus classiques notamment le PS et l’ex-UMP ?

Toutes les personnalités politiques qui ont fondé des partis dits souverainistes appartenaient auparavant à des partis classiques. Chevènement était au PS, Philippe de Villiers avait rejoint l’UDF, Pasqua au RPR… C’est principalement autour des débats de Maastricht que les scissions ont eu lieu. A partir du moment où le PS et surtout le RPR ont affirmé leur caractère pro-européen – souvenez-vous en 1992 Chirac hésitait et Balladur l’a poussé à appeler à voter Maastricht alors que la majorité des sympathisants RPR votaient contre, même chose en 2005 lors du référendum sur le traité constitutionnel européen puisque la majorité des sympathisants PS avait voté contre alors que le parti appelait à voter pour -  le départ des leaders souverainistes a contribué à clarifier la situation.

L’idée d’une grande coalition souverainiste, comme le projet d’une grande gauche radicale, fait partie des fantasmes, on ne l’a jamais vu. La pesanteur politique et institutionnelle en France conduit à ce qu’au second tour un choix s’impose, droite ou gauche, et si vous êtes au centre, ou si vous êtes de droite et de gauche, vous êtes marginalisé.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vae Victis
- 21/08/2015 - 01:54
Contrairement à ce que disent les autres commentaires..
Le souverainisme, ce n'est ni forcément du jacobinisme ; ni de l'interventionnisme étatique à souhait ; ni la domination des énarques ; etc.
C'est simplement considérer que ceux qui nous gouvernent ne doivent pas être des inconnus non élus qui ne représentent rien ni personne et qui viennent d'une contrée lointaine.
L'intérêt de l'Europe n'est presque jamais l'intérêt de chaque nation prise individuellement.
Dire non à l'Europe ne signifie pas arrêter de collaborer, cela signifie qu'une institution étrangère ne peut nous imposer une politique contraire à notre intérêt.
Comme le souligne l'article, le souverainisme manque d'un leader charismatique et rassembleur ni trop à gauche ni trop à droite.
Deudeuche
- 19/08/2015 - 10:14
souverainiste=jacobin
pas bon quoi! la même mouise, mais en pire. Ca fait plus de 200 ans qu'ils nous enmerdent au nom de l'Etat=Nation. Que l'Etat s'occupe de son boulot et laisse la nation exister avec ses régions.
john mac lane
- 18/08/2015 - 17:15
Il cherche un HLM le Ché-bobo profiteur social?
Souverainiste est souvent synonyme de gamelle de l'état et développement interventionniste des politiques publiques par un hypothétique intérêt général, mais par surtout guidées par le profit personnel. C'est pas demain, la veille que ces 2 coquins de la gamelle des régimes spéciaux et de la vie en HLM et sur le compte du contribuable vont changer.