En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

05.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

06.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

07.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

01.

Mondial 2018 de foot : deux affaires de corruption présumées

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Calendrier électoral
Présidentielle 2022 : EELV décide de repousser la désignation d’un candidat après les régionales
il y a 2 heures 13 min
light > Culture
Icône du théâtre et du cinéma
Mort de l'acteur Michael Lonsdale à l'âge de 89 ans
il y a 4 heures 5 min
pépites > Justice
ENM
Eric Dupond-Moretti propose l'avocate Nathalie Roret pour diriger l'Ecole nationale de la magistrature
il y a 5 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

il y a 7 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 7 heures 22 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 7 heures 49 min
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 9 heures 12 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 10 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 10 heures 50 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 11 heures 25 min
light > Culture
Bilan inquiétant
Journées du patrimoine : la fréquentation en net recul suite à l'impact de la crise sanitaire
il y a 3 heures 18 min
pépites > Santé
Briser les chaînes de contaminations
Coronavirus : de nouvelles mesures de restrictions vont être appliquées à Lyon
il y a 4 heures 36 min
pépites > Société
Annonces
Emmanuel Macron présentera sa stratégie de lutte contre les "séparatismes" le 2 octobre prochain
il y a 6 heures 38 min
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 7 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 7 heures 31 min
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 8 heures 8 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 9 heures 40 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 10 heures 25 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 11 heures 20 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 11 heures 55 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Quelle est la responsabilité saoudienne dans le retour du djihad ?

Publié le 13 août 2015
Avec l’irruption inattendue des combattants de Daech (ou État islamique) dans le Nord de l’Irak, la chute de Mossoul et le long siège de Kobané, en Syrie, la question kurde est revenue sous les feux de l’actualité internationale depuis l’été 2014. Extrait de "La Question kurde à l'heure de Daech", de Gérard Chaliand et Sophie Mousset, publié au Seuil éditions (2/2).
Gérard Chaliand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Chaliand, spécialiste des conflits internationaux particulièrement engagé aux côtés de la communauté kurde, est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages de géopolitique parmi lesquels Vers un nouvel ordre du monde (avec Michel Jan, Points Essais, n°...
Voir la bio
Sophie Mousset
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie Mousset est écrivain et photographe.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec l’irruption inattendue des combattants de Daech (ou État islamique) dans le Nord de l’Irak, la chute de Mossoul et le long siège de Kobané, en Syrie, la question kurde est revenue sous les feux de l’actualité internationale depuis l’été 2014. Extrait de "La Question kurde à l'heure de Daech", de Gérard Chaliand et Sophie Mousset, publié au Seuil éditions (2/2).

Pour comprendre les raisons de l’embrasement régional actuel, il faut tout d’abord souligner le rôle central joué par l’Arabie saoudite. C’est elle qui, depuis la pre- mière crise pétrolière (1973-1974), pour ne pas remonter plus avant, n’a cessé d’œuvrer pour une ré-islamisation militante et ultraconservatrice du monde musulman, de l’Afrique de l’Ouest à l’Indonésie. J’en ai perçu l’un des signes premiers, par hasard, en 1977, tandis que je tournais un film à Bouaké, en Côte d’Ivoire. Dans une medressa où se trouvait une classe de jeunes garçons, j’ai aperçu une grande carte du monde, indiquant en vert et en arabe l’étendue de l’islam. Comme je m’étonnais que l’instituteur donne aussi un cours de géographie, celui-ci m’expliqua qu’il avait obtenu une bourse de deux années dispensée par l’Arabie saoudite. Il avait étudié à la prestigieuse université d’Al-Azhar, en Égypte, où l’enseignement de l’histoire et de la géographie confortait l’importance politique de l’islam et sa place éminente dans le monde.

Dès que le quadruplement du prix du pétrole l’a permis, l’Arabie saoudite, sunnite, qui abrite La Mecque, n’a pas cessé d’envoyer des prêcheurs, de bâtir des mosquées, d’œuvrer pour la wahhabisation1 des sociétés musulmanes. Avant cela, soutenue par les États-Unis, elle s’était opposée de toutes ses forces au panara- bisme nassérien, tant au Yémen que dans le reste du Moyen-Orient. La politique conservatrice promue par l’Arabie saoudite convenait parfaitement aux États- Unis, qui trouvaient ainsi un allié (inféodé aux intérêts pétroliers américains) contre le communisme dans le monde musulman.

La menace à laquelle Ryad veut s’opposer vient de Téhéran. La querelle entre sunnites et chiites est ancienne, on le sait, puisqu’elle remonte au lendemain de la disparition du prophète Mahomet et touche à sa succession. Mais l’événement central dans le déclenchement de la crise qui se déroule actuellement est bien la révolution iranienne khomeiniste de 1979, qui marque une date majeure dans la montée de l’islamisme.

Au Moyen-Orient, l’échec du nassérisme puis les errements des divers socialismes arabes ont permis que la contestation la plus radicale aux régimes en place soit celle qui est dorénavant prônée au nom de l’islam. Reste que cette contestation apparaît alors plus mobilisatrice que porteuse de solution.

L’Arabie saoudite est d’emblée hostile à la préten- tion des dirigeants chiites, et de surcroît persans, de s’arroger le titre de dirigeant du monde musulman se dressant contre l’impérialisme américain. Par ailleurs, afin de se gagner l’adhésion des sunnites, le régime des mollahs adopte une politique violemment anti-sioniste. N’ayant pas recherché l’appui de l’Union soviétique, l’Iran se retrouvera fort isolé lors de la guerre du Golfe (1980-1988) face à l’Irak.

Fin 1979, l’Arabie saoudite cherche à s’opposer à l’intervention soviétique en Afghanistan en organisant, avec l’aide logistique du Pakistan et des États-Unis, un djihad sunnite pour épauler les combattants afghans. En Afghanistan même, les États-Unis décident d’appuyer, parmi les diverses composantes de l’opposition, le plus radical des groupes islamistes, celui de Gulbuddin Hek- matyar, qui se retournera par la suite contre eux, tout comme le fera Oussama ben Laden, une fois terminé le conflit avec l’Union soviétique.

C’est ainsi qu’apparaissent les premiers attentats djihadistes : à New York, au World Trade Center, dès 1993 (dix-sept morts) ; puis à Riyad et Khobar, en Arabie saoudite, en 1995 et 1996 (vingt-quatre morts) ; et de façon plus spectaculaire contre les ambassades américaines à Nairobi et à Dar es-Salaam (Afrique 123 orientale) en 1998, avant l’USS Cole à Aden en 2000 et le 11 septembre 2001…

Indirectement, l’impact du fameux attentat new- yorkais provoqua la montée au pouvoir des néocon- servateurs, au premier rang desquels Paul Wolfowitz et leur allié, le vice-président, Dick Cheney. L’expédition punitive en Afghanistan fut menée comme le prélude à la préparation politique, diplomatique et psychologique de l’agenda néoconservateur destiné à « remodeler le Grand Moyen-Orient ». Il s’agissait, comme on l’a vu, en terminant une « guerre inachevée », de se débarras- ser d’une dictature disposant d’« armes de destruction massive », puis de forcer le régime syrien à cesser toute aide au Hamas et au Hezbollah de façon à soulager Israël, afin de se tourner vers l’adversaire principal, l’Iran, et de contribuer à y favoriser un changement de régime. Ce projet s’est avéré un fiasco.

L’impréparation aux conditions que les États-Unis devaient rencontrer en Irak était confondante : manque de troupes pour une occupation effective, absence de renseignements, renvoi sans solde des troupes dans leurs foyers, élimination des membres du Baas quel que soit leur rang par une commission dirigée par Ahmed Chalabi, un chiite au rôle ambigu qui avait gagné la confiance des autorités américaines.

Entre-temps, dès 2002, des Iraniens étaient très actifs en Irak et préparaient le terrain qui devait servir leurs propres intérêts. L’incurie du proconsul américain Paul Bremer ne faisait que concourir à marginaliser des sunnites qui n’étaient pourtant pas tous, surtout aux 124 échelons inférieurs de la société, inféodés à Saddam Hussein.

Dès 2004, il y eut de violents affrontements avec la résistance sunnite, comme à Fallouja, auxquels les milices chiites, formées en Iran, participèrent aussi. La même année, après avoir démontré leur peu de capacités à ramener l’ordre et à remettre en marche l’électricité, les autorités américaines étaient confrontées au scan- dale de la prison d’Abu Ghraib. Des photos montraient l’humiliation sexuelle infligée aux captifs irakiens. La guerre psychologique venait d’être perdue à l’échelle du monde musulman. Comment prétendre diffuser la démocratie avec des pratiques de cette nature ?

Al-Qaida, qui n’avait jamais été présent en Irak durant la dictature de Saddam Hussein, y faisait une entrée fracassante avec la création, par Abou Mous- sab al-Zarqawi, adoubé dirigeant par Ayman Zawahiri d’Al-Qaida au pays des deux fleuves, avivant à l’excès les antagonismes entre sunnites et chiites, tandis que le pays plongeait dans le chaos.

Bientôt, la guerre d’Afghanistan, considérée comme terminée et ne représentant, de toute façon, qu’un enjeu marginal, allait apparaître comme un nouveau théâtre de conflits avec le retour des talibans dès 2005-2006. Victime collatérale de la guerre d’Irak, elle apparais- sait néanmoins comme un jeu de dupes, les États-Unis épaulant financièrement le Pakistan dont les services spéciaux (Inter-Services Intelligence) des forces armées étaient le principal soutien logistique des talibans…

En Irak, malgré une amélioration autour de 2007,  avec des mesures prises par le général américain David Petraeus qui associaient les tribus sunnites à la liquida- tion d’Al-Qaida, l’accession au pouvoir la même année du Premier ministre Nouri al-Maliki à Bagdad n’apporta aucune solution pour la recherche d’une concorde mini- male entre sunnites et chiites, au contraire. Tout indiquait, au fil des votes, que ceux-ci étaient strictement communautaires : Kurdes, chiites et sunnites (quand ils votaient) votaient pour les leurs.

Durant les années où il exerça le pouvoir, Nouri al- Maliki, tout en concentrant au maximum les pouvoirs (intérieur, défense, police politique…) s’ingénia à marginaliser les sunnites toujours davantage. En marge de son pouvoir proliféraient des milices chiites, toutes plus ou moins soutenues par l’Iran, qui formaient une armée parallèle particulièrement efficace. Mais les groupes insurgés sunnites ne désarmaient pas et les attentats continuaient.

Lorsque les États-Unis voulurent laisser sur place une dizaine de milliers d’hommes, le dirigeant irakien s’y opposa, sans doute encouragé dans ce refus par Téhé ran. Quoi qu’il en soit, à peine les troupes américaines avaient-elles quitté le sol irakien en 2011 que Nouri al-Maliki tenta de faire arrêter le vice-président sunnite, lequel trouva refuge chez les Kurdes, puis en Turquie.

1. Version fondamentaliste de l’islam créée par Mohammed ibn Abdelwahhab au xviiie siècle, dont la dynastie des Saoud est aujourd’hui la représentante. Le Qatar appartient également à cette mouvance.

Extrait de "La Question kurde à l'heure de Daech", de Gérard Chaliand et Sophie Mousset, publié au Seuil éditions, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 13/08/2015 - 15:53
La Turquie et la question Kurde
On organise un petit attentat, on dit que c'est Daech, on met aussi les kurdes dans cette histoire, qui eux combattent courageusement Daech, et on profite de cet amalgame pour bombarder les kurdes tout en affirmant que la Turquie se bat contre Darch. Erdogan est un authentique intégriste musulman et l'on continue à discuter de l'entrée de la Turquie dans l'UE. Heureusement NS a promis un référendum avant cette entrée, pourvu que.....
vangog
- 13/08/2015 - 09:50
La dynastie des Saouds doit être mise au ban des Nations!
L'UE doit conquérir son indépendance énergétique, notamment nucléaire, vis à vis de ces archaïques, et combattre leur allié intérieur, les ecolo-trotskystes régressifs! Il n'y a plus d'alternative, car l'islam Wahabite se répand comme une traînée de poudre, alimentée par les pétrodollars des dictateurs. Et, par dessus tout, cesser l'ingérence messianique occidentale dans tous les conflits au Moyen-Orient qui ne fait que favoriser le communautarisme et les exodes dépopulations!