En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

02.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

03.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

04.

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

05.

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

06.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

07.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

ça vient d'être publié
light > Culture
Lecteurs orphelins
Quino, le dessinateur et scénariste argentin, créateur du personnage de "Mafalda", est mort à l'âge de 88 ans
il y a 4 heures 51 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 7 heures 9 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 8 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 9 heures 30 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 10 heures 38 sec
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 11 heures 38 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 12 heures 12 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 12 heures 33 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 13 heures 2 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 13 heures 20 min
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 6 heures 41 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 7 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 9 heures 9 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 9 heures 49 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 10 heures 33 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 11 heures 38 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 12 heures 18 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 12 heures 47 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 13 heures 12 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 13 heures 46 min
© Reuters
Le monde se méfie de la Russie de Poutine.
© Reuters
Le monde se méfie de la Russie de Poutine.
Atomes crochus

Pourquoi le monde se méfie de la Russie de Poutine, mais continue d'aimer l'Amérique d'Obama

Publié le 07 août 2015
Dans une étude sortie mercredi 5 août, le Pew Research Center identifie un fort sentiment de défiance à l'égard de la Russie. Ce rejet est encore plus marqué envers le président, Vladimir Poutine. En comparaison, les Etats-Unis restent majoritairement appréciés dans une bonne partie du monde.
Olivier Schmitt
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Schmitt est associate professor en relations internationales au Center for War Studies de l'université de Southern Denmark. Titulaire d'un doctorat du King's College de Londres, il étudie la théorie stratégique, les opérations...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une étude sortie mercredi 5 août, le Pew Research Center identifie un fort sentiment de défiance à l'égard de la Russie. Ce rejet est encore plus marqué envers le président, Vladimir Poutine. En comparaison, les Etats-Unis restent majoritairement appréciés dans une bonne partie du monde.

Atlantico : En sondant des habitants d’une quarantaine de pays, le Pew Research Center a établi l’existence d’un fort sentiment défavorable à la Russie. Ainsi, 51% des sondés se disent défavorable à ce pays, contre 30% d’avis positifs. Parmi les populations qui apprécient le plus le géant eurasiatique, on trouve le Vietnam (75% favorables), le Ghana (56%) et la Chine (51% favorables), suivis par l’Inde et la Corée du Sud, sans que la barre des 50% ne soit franchie chez ces derniers. Parmi les populations qui se défient le plus de la Russie, on trouve la Pologne et la Jordanie (80% défavorables pour les deux), suivis par Israël (74% défavorables), le Japon (73% défavorables), puis l’Allemagne et la France (70% défavorables). Quels enseignements peut-on tirer de ces perceptions de différentes opinions publiques, quant aux relations avec la Russie ?

Olivier Schmitt : Je ne suis pas surpris en ce qui concerne les Européens et les Américains. Les résultats concernant les Asiatiques et les Moyen-Orientaux sont plus étonnants. Par exemple, j’aurais cru que l’image de la Russie aurait été meilleure en Chine.

Le premier enseignement à en tirer, c’est que les millions dépensés par le régime pour sa propagande à l’étranger n’ont pas l’air d’être si efficaces. Ce qui est intéressant, c’est que cela fonctionne très bien en Russie. Mais si l’on en croit ces chiffres, les populations étrangères sont assez attentives aux actions du gouvernement russe et moins sensibles à sa propagande. Même dans des pays dont la diplomatie est proche de la Russie, comme le Venezuela, la population garde une mauvaise image de la Russie.

On peut noter l’exemple allemand. L’opinion favorable baisse nettement en quatre ou cinq ans, alors que l’Allemagne était proche de la Russie, à travers notamment une tradition historique du SPD allemand depuis Willy Brandt. Loin d’avoir affaibli la solidarité au sein de l’OTAN, je pense que les actions russes l’ont en réalité renforcée. Il me semble que ce qui se passe depuis 2013-2014 est contre-productif pour la Russie. Vladimir Poutine adore être représenté en joueur d’échecs, en stratège… mais je ne suis absolument pas convaincu que les actions entreprises soient très utiles pour accomplir ses objectifs.

Ce qui me frappe, c’est que j’aurais pensé que la propagande russe était plus efficace. Il y a un vrai décalage entre leur présence, notamment sur Internet, et les résultats.

En comparaison, les Etats-Unis suscitent une adhésion beaucoup plus importante. 79% d’opinion favorable en Afrique, contre 37% pour la Russie. 69% en Europe contre 26% pour la Russie. Comment comprendre cet écart ? Les Etats-Unis sont-ils meilleurs pour le monde… ou simplement de meilleurs communicants ?

La première chose, c’est l’image de Barack Obama : elle est plutôt bonne à l’étranger, bien meilleure, d’ailleurs, que dans son propre pays. Il y a un deuxième aspect : les Etats-Unis sont entrés dans des mécanismes d’alliance avec de nombreux pays dans le monde. Du coup, les populations ont été, d’une manière ou d’une autre, socialisées, habituées à une présence américaine. Cela peut être du fait de la présence de troupes militaires ou d’une ouverture à des médias américains.

Le troisième aspect, c’est la grande stratégie américaine. Washington a toujours dit qu’un monde démocratique est plus stable, parce que les démocraties ne se font pas la guerre entre elles, et que cela facilite le commerce et est donc bénéfique pour tout le monde. C’est vraiment le meta-discours qui est très fort dans la diplomatie américaine. Le rapport de Pew montre que ce discours porte beaucoup plus auprès des populations que celui des Russes qui consiste à dire "nous sommes les champions des valeurs conservatrices".

 

Le Moyen-Orient est dans une situation un peu à part et se montre méfiant vis-à-vis des deux géants : 29% d’opinion favorable envers les Etats-Unis et 25% en faveur de la Russie. Pourquoi ce rejet ?

Je pense que les populations voient bien que, par exemple, la Russie soutient Bachar al-Assad qui est tout de même un meurtrier de son peuple. Elles ont un sentiment anti-américain, pour toutes les raisons que nous connaissons, mais ne sont pas pour autant naïves quant à l’aspect pacificateur des Russes. Moscou aimerait se présenter comme une alliance de revers potentielle pour un certain nombre d’Etats dans la région. Mais les pays du Golfe sont fondamentalement opposés à Bachar al-Assad et à l’Iran, alliés de la Russie. Il n’y a par contre dans le rapport pas de chiffres pour l’Iran... qui seraient pourtant très intéressants.

En France, cette méfiance envers la Russie est beaucoup plus marquée chez les sympathisants socialistes (78% défavorables) que chez les républicains (67% défavorables). Apprécier la Russie, c’est un truc de droite ?

C’est lié aux valeurs que Vladimir Poutine veut projeter : une opposition à l’homosexualité, un retour à une sorte d’Occident blanc et chrétien… et cela parle à une partie de l’électorat français. Il y a aujourd’hui une porosité entre une partie de l’électorat de la droite des Républicains et l’extrême droite, qui s’incarne dans des personnalités comme Thierry Mariani ou Jacques Myard.

Il y a aussi des aspects spécifiques à la culture française, en matière de politique, qui entrent en résonnance avec le discours russe actuel. Le premier, c’est notre culte du chef, ce que Raoul Girardet appelait le mythe du sauveur. Et cela, Vladimir Poutine l’incarne pour une partie de l’électorat. Le deuxième aspect, c’est ce que j’appelle la culture républicaine jacobine. C’est-à-dire que l’Etat doit être fort et doit tout gérer : ce qui compte c’est la souveraineté. Vladimir Poutine l’illustre à travers ce qu’il appelle la « verticale du pouvoir » (vertical vlasti), avec toute une série de mécanismes de décision qu’il a mis en place en Russie, allant en gros de lui vers le bas, et qui revient régulièrement dans son discours. Une apparence de puissance de l’Etat qui touche des gens de gauche comme Jean-Pierre Chevènement ou Jean-Luc Mélenchon.

Sauf que Vladimir Poutine lui-même a admis que 70% des décrets qu’il prenait n’étaient pas appliqués dans les régions : sa verticale du pouvoir ne fonctionne pas. Sans parler de la situation en Tchétchénie, qui se transforme en véritable enclave musulmane conservatrice qui, même si elle est alliée à Vladimir Poutine grâce à Ramzan Kadyrov, reste une enclave musulmane conservatrice. On a vu mieux en matière de défense de la chrétienté traditionnelle !

Néanmoins, ses arguments peuvent parler à un certain public. C’est pour cela que l’on voit cette étrange entente transpartisane sur le sujet, qui va de Mélenchon à De Villiers, Chevènement en passant par Dupont-Aignan, le Front National et la droite des Républicains.

La question a également été posée au sondés de leur confiance en Vladimir Poutine. La méfiance envers le président russe est encore plus importante que celle envers le pays. Là aussi, Barack Obama, son homologue américain, s’en sort mieux. Pourquoi ce sentiment est-il si marqué, lorsqu’il s’agit du patron du Kremlin ?

Barack Obama a une image très vendeuse, volontairement internationale. Il s’est présenté comme fils de Kenyan, noir-Américain, avec tous les symboles qui vont derrière. Il se montre en leader multiculturel, ouvert sur le monde. Il a également eu de grands moments, comme son discours à la mosquée Al Azhar en 2009. Ils ont plus ou moins été suivis d’effets, mais ce sont des images qui restent dans les esprits.

Vladimir Poutine a une image qui est parfaitement calibrée pour l’audience russe. Il entretient une image virile caricaturale et se présente comme le défenseur des valeurs traditionnelles, conservatrices. Ce discours ne passe pas partout dans le monde : ce sont des valeurs conservatrices occidentales, qui ne sont pas pour autant conservatrices universelles. A l’inverse, les valeurs du libéralisme politique valorisées par Barack Obama sont plus faciles à universaliser.

Etant donnée l’argent dépensé en propagande, les Russes ont certainement envie de corriger cette situation, mais ils sont pris dans leur propre discours. L’image de Vladimir Poutine a été réinventée plusieurs fois : d’abord le héros en lutte contre les rebelles Tchétchènes, puis contre les oligarques. Aujourd’hui, c’est Poutine contre le reste du monde. Mais cela vise toujours des audiences nationales pour assurer son maintien au pouvoir. A l’étranger, l’image qu’il projette est difficile à réinventer : on ne l’imaginera pas demain en défenseur des droits de l’homme. Mais je ne pense pas que ce soit une priorité pour les Russes.

Propos recueillis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Bretondesouche
- 07/08/2015 - 21:27
L Amérique fait rever
Depuis plus de deux cents ans
Qui rêve de la Russie ex Union soviétique?
Anouman
- 07/08/2015 - 20:57
Poutine vs Obama?
Si on considère qu'il y a plus de neuneus que de gens qui réfléchissent, cela ne semble pas étonnant.
MC
- 07/08/2015 - 16:21
Les bras m' en tombent !
Les Etats-Unis, responsables du chaos au M.O., défaits par les Vietnamiens, impliqués dans nombre de coups d' état (la liste est longue... Les sources sont ouvertes !)
Russie (et ex-URSS) : Budapest 1956 - Prague 1968 - Afghanistan - Quoi d' autre ? Ratio bases américaines / bases russes...
La nation la plus belliqueuse n'est pas celle qu' on pense. Ce sondage est du même acabit que Radio-Moscou des années 70 !