En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

02.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

03.

Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes

04.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

05.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

06.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

07.

L’amendement inutile : l’IMG, (Interruption médicale de grossesse) à 9 mois pour cause de détresse psychosociale

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

06.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Insolite
Spectateurs virtuels
Denver Broncos : les personnages de South Park s'invitent au stade pour les matches de NFL
il y a 11 heures 35 min
pépites > Défense
Chemin de la paix...
L'Arménie saisit d'urgence la Cour européenne des droits de l'homme après les tensions militaires avec l'Azerbaïdjan
il y a 13 heures 16 min
pépites > Economie
Outils de lutte contre la crise et face à la pandémie
Le gouvernement présente son projet de budget 2021
il y a 14 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contes et légendes" de Joël Pommerat : Pommerat au firmament

il y a 16 heures 46 min
Alimentation
Plus de la moitié des produits végétariens étudiés par une association contiennent de l’eau comme ingrédient principal
il y a 17 heures 25 min
pépites > Religion
Séparatisme
Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes
il y a 18 heures 50 min
décryptage > Economie
Nécessité d'un compromis

Sécurité sanitaire et emploi : les difficultés du "en même temps"

il y a 19 heures 17 min
pépite vidéo > Défense
Tensions
L'Arménie et l'Azerbaïdjan instaurent la loi martiale
il y a 19 heures 37 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

COVID-19 : France, Royaume-Uni, Espagne, comment faire baisser la contamination ? Des "Gilets jaunes des bars" maintenant ?

il y a 20 heures 9 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Malaise au poignet ? Le nouvel bracelet connecté de santé d'Amazon analyse votre voix et vos émotions
il y a 20 heures 51 min
light > Media
"En toute franchise"
Ségolène Royal va intervenir régulièrement sur le plateau de LCI dans le cadre d'un débat
il y a 12 heures 3 min
pépites > Politique
Candidature
Rachida Dati se confie dans la presse britannique sur son souhait de vouloir "gagner l'élection présidentielle de 2022"
il y a 13 heures 44 min
décryptage > France
Les entrepreneurs parlent aux Français

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

il y a 16 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vagabondages" de Lajos Kassak : sur les routes de Budapest à Paris avant 14, le savoir survivre d’un artiste prolétaire… une pépite de la littérature hongroise

il y a 17 heures 1 min
décryptage > Economie
Coronavirus

Impact du Covid-19 : vers un budget 2021 en apesanteur

il y a 18 heures 13 min
décryptage > Société
Licence to kill

L’amendement inutile : l’IMG, (Interruption médicale de grossesse) à 9 mois pour cause de détresse psychosociale

il y a 18 heures 57 min
Crise
La paralysie de l'économie due au coronavirus menace New York déjà très endettée
il y a 19 heures 26 min
décryptage > International
Disraeli Scanner

Donald Trump : comment le populiste s’est mué en conservateur

il y a 19 heures 54 min
décryptage > Santé
Confusion généralisée

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

il y a 20 heures 25 min
décryptage > Sport
Une deux, une deux

Fermetures des salles de sport : à quelles activités physiques se mettre pour garder la forme face à un automne semi-confiné ?

il y a 20 heures 55 min
© Reuters
L'organisation des Jeux Olympiques sont un gouffre financier.
© Reuters
L'organisation des Jeux Olympiques sont un gouffre financier.
Mauvais Paris

Pourquoi la France est-elle seule à ne pas se rendre compte que l’organisation des JO n’a pas d’intérêt économique ?

Publié le 07 août 2015
L'équipe française l'assure : la candidature de Paris aux Jeux olympiques est une opportunité économique. Pourtant, l'expérience montre que l'organisation de ce type d'événement est un véritable gouffre financier.
Julien Gooris
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Gooris est consultant en économie et data science au cabinet d’expertise économique Microeconomix. Il est spécialisé dans l’analyse statistique des données d’entreprises et poursuit en parallèle des activités de recherche académique sur l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'équipe française l'assure : la candidature de Paris aux Jeux olympiques est une opportunité économique. Pourtant, l'expérience montre que l'organisation de ce type d'événement est un véritable gouffre financier.

Atlantico : Le retrait de la candidature de Boston aux Jeux olympiques (JO) de 2024, fin juillet, relance le débat sur l'opportunité économique de leur organisation. En analysant les expériences précédentes (Londres, Pékin, Atlanta, Barcelone…), il semblerait qu'organiser les JO ne soit pas rentable économiquement. A partir de ce constat, quelles sont les raisons qui poussent encore les villes à présenter leur candidature ? 

Julien Gooris : Après le retrait de la candidature de Boston, la liste des villes candidates se réduit à Budapest, Hambourg, Paris et Rome. Par ailleurs, la candidature allemande pourrait être fragilisée par la pression de l’opinion publique sur les dépenses liées à l’organisation d’une candidature nationale. Les citoyens allemands semblent particulièrement sensibles aux coûts liés à celle-ci et l’opinion publique en Allemagne est vraisemblablement plus entendue par les décideurs politiques que dans d’autres villes candidates.

Bien que le comité olympique des États-Unis puisse encore désigner une autre ville américaine, le renoncement de Boston tend à réduire la concurrence entre les villes candidates, ce qui pourrait limiter la surenchère entre elles pour espérer remporter l’organisation des JO de 2024. Le retrait de Boston pourrait donc favoriser la candidature française tout en limitant les promesses, et donc le budget, nécessaires pour être élue ville organisatrice par le comité international olympique (CIO).

La surenchère en matière d’infrastructures sportives et d’accueil est une des raisons principales conduisant aux budgets mirobolants des JO observés dans le passé, avec à la clé des dépassements quasi-systématiques des dépenses anticipées. Ces dépassements s’élèvent en moyenne à +179% pour les jeux organisés depuis 1960. Par exemple, lors de la dernière édition des JO d’été à Londres, les coûts anticipés de 7,4 milliards de dollars ont été in fine de 14,8 milliards, soit le double de l’estimation initiale.

Les analyses des JO passés permettent de tirer des enseignements sur les retombées économiques liées à leur organisation. Sur la base des analyses universitaires existantes (moins enclines à surestimer les bénéfices que les études réalisées par les villes organisatrices elles-mêmes), il apparaît que le bilan économique est généralement négatif. Les impacts en termes d’emplois, de tourisme et d’attractivité internationale sont incertains, voir défavorables, tandis que les coûts sont élevés, et dépassent de loin les estimations initiales présentées lors des candidatures.

Le secteur du tourisme parisien ne devrait pas particulièrement bénéficier des JO, surtout pour une ville comme Paris, se situant déjà dans les trois villes les plus visitées au monde avec Londres et Bangkok, tandis que la France reste le pays accueillant le plus de touristes. Le tourisme lié aux JO se fait au détriment du tourisme traditionnel, qui est découragé par la tenue de JO.

Sur base de ce bilan économique négatif, les motivations qui poussent les candidats ne sont pas d’ordre économique. Elles relèvent, d’une part, de bénéfices sociaux (dont ceux d’une cohésion nationale potentiellement renforcée par l’organisation de JO et de l’amélioration de l’image du pays) et d’autre part, des intérêts personnels comme les retombées d’image positives pour des personnages politiques ou encore la signature d’importants contrats privés d’infrastructure avec des industriels nationaux. Les intérêts privés n’étant pas légitimes pour justifier les budgets astronomiques des JO, une question clé se pose donc à nos décideurs politiques : est-ce que les bénéfices sociaux envisagés sont suffisants pour justifier le coût économique net de cet événement ?

 

Il est régulièrement avancé que l'organisation des JO consiste à investir de l'argent public permettant de soutenir des bénéfices privés. Qui sont les premiers bénéficiaires des Jeux ?

Les bénéficiaires sont multiples et dépendent de la nature du bénéfice. Outre les bénéfices sociaux évoqués précédemment, il y a des bénéfices économiques pour les entreprises mandatées pour la réalisation des infrastructures et des emplois temporairement créés pour ces projets. Toutefois, la dépense publique liée à ces contrats est conséquente tout en ne concernant qu’un nombre limité de personnes. Cette dépense n’est donc pas économiquement efficace.

D'autres usages de l’argent public, comme des politiques nationales de réduction du chômage ou encore une réduction de la dette publique, seraient certainement plus judicieux qu’investir dans des infrastructures sportives pour un événement durant deux semaines (quand bien même une partie des équipements sera utilisée après l'événement). Par ailleurs, ces dépenses et investissements pour accueillir les JO s’inscriraient en France dans un contexte économique défavorable marqué par de fortes contraintes budgétaires avec un endettement national et des collectivités locales déjà important.

Pour quelles raisons la ville de Paris s'obstine-t-elle à présenter sa candidature? Quel rapport coûts-bénéfices attendre d'un tel événement ? 

Le rapport coûts-bénéfices économiques est au mieux faible et vraisemblablement défavorable aux villes organisatrices.

À n’en pas douter, les intérêts des politiques en termes d’image - et donc électorat -, comptent pour beaucoup dans la décision de faire candidater Paris. Il est frappant de voir comme la maire de Paris s’opposait à la candidature de Paris avant le début 2015, date à laquelle le président et le gouvernement français se sont clairement positionnés en faveur de la candidature de Paris. La maire de Paris s’est alors alignée sur la position du sommet de l’État. S’opposer à sa majorité sur le projet des JO aurait pu la fragiliser politiquement.

Même si la concurrence entre les villes candidates venait à être réduite par l’abandon de Boston, le processus de sélection pour les JO de 2024 ne devrait pas faire exception aux précédents JO. Les risques de surenchère des projets d’organisation semblent réels. Les évaluations de coûts pour Paris 2024 chiffrent à 3,6 milliards d’euros le budget d’organisation de la quinzaine sportive, qui devrait être financée par le CIO et des fonds privés, et à 3 milliards les investissements en infrastructures d’accueil. Ce dernier montant est certainement très sous-évalué quand on sait qu’en 2012, les JO de Londres ont coûté près de 14,8 milliards de dollars (soit environ 13,4 millions d’euros, hors dépenses indirectes comme les infrastructures de transport) et que les budgets observés lors des précédentes olympiades étaient très supérieurs à ceux promis par les organisateurs espérant avoir le soutien de la population.

Le coût réel observé des JO d’été de 2012 semble donc être une prévision plus crédible des dépenses nécessaires à la tenue de JO à Paris, que ceux avancés par l'"étude d’opportunité" française, soit environ 13 milliards d’euros.

En dehors des coûts d'organisation, peut-on chiffrer le coût de la simple candidature ? Qu'est-ce qu'implique une candidature en termes de coût, d'investissement en temps et en hommes? 

Le coût de la simple candidature est estimé dans son ensemble à 60 millions d‘euros par le comité olympique français. Les investissements en termes monétaire et humain de la candidature seule sont très limités comparé à l’organisation de l’événement, si Paris venait à être choisie par le CIO. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 07/08/2015 - 21:01
Pas rentable
Tout le monde le sait et l'expérience le montre partout. Mais c'est le problème d'élire des malades mentaux, on ne peut s'attendre à ce qu'ils aient un comportement rationnel, et comme les électeurs ne valent pas mieux...
langue de pivert
- 07/08/2015 - 16:35
"Idalgogo veut le gateau !"
Financé(s) les jeux ! C'est qu'il n'y en a pas qu'un !
langue de pivert
- 07/08/2015 - 16:29
Qui veut le pope paye le pope !...
...Lénine ou un clampin du même genre, j'me rappelle plus ! ☺ Pas de jeux du cirque en France ! C'est un ordre ! ☺ Ou alors financé par les contribuables du Grand-Paris ! Qui veut les jeux payent les jeux !