En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Europe
Tournant dans la crise ?
Coronavirus : les pays de l'Union européenne trouvent un accord pour une réponse économique commune face à l'épidémie
il y a 1 heure 24 min
pépites > Finance
Espoir…
Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929
il y a 2 heures 22 min
pépite vidéo > Culture
Chansons pour le personnel soignant
"Et demain ?" : 350 personnalités mobilisées pour une chanson caritative au profit de la lutte contre le Covid-19
il y a 3 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Neige Noire" de Paul Lynch : un tableau saisissant du monde paysan d’avant-guerre, loin d’une image bucolique et stéréotypée

il y a 5 heures 4 min
light > Politique
Sécurisation des déplacements présidentiels
Le parc automobile de l’Elysée a été équipé de barrières antipostillons
il y a 6 heures 29 min
pépites > Santé
Déplacement surprise
Emmanuel Macron rencontre le professeur Didier Raoult à Marseille en ce jeudi 9 avril
il y a 8 heures 23 min
pépites > France
Polémique
Christophe Castaner demande un contrôle sur le dossier de la morgue provisoire au marché de Rungis
il y a 9 heures 39 min
pépite vidéo > International
Nouveau bras de fer
Vives tensions entre Donald Trump et l’OMS sur la gestion de crise du coronavirus
il y a 10 heures 37 min
décryptage > France
Solidarité

Opération #connexion d’urgence : 10.000 ordinateurs pour les élèves défavorisés

il y a 12 heures 24 min
décryptage > France
Défis à relever

Covid-19 : le jour d’Après

il y a 13 heures 32 min
pépites > Europe
Solidarité européenne
Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus
il y a 2 heures 38 sec
pépites > Europe
Combat contre le Covid-19
Coronavirus : le Premier ministre britannique Boris Johnson est sorti des soins intensifs
il y a 3 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Maître du Haut Château - The Man in the High Castle", une série visible sur Amazon Prime Video : et si l'Allemagne et le Japon avaient gagné la guerre ? Une uchronie palpitante

il y a 4 heures 42 min
pépites > Economie
"Plus grande récession en France depuis 1945"
Gérald Darmanin et Bruno Le Maire annoncent un "plan d'urgence révisé à 100 milliards d'euros" face à une chute du PIB de 6% cette année
il y a 5 heures 32 min
pépites > Economie
Mesures exceptionnelles
Etats-Unis : la Fed active un dispositif de 2.300 milliards de dollars pour soutenir l’économie américaine face au coronavirus
il y a 7 heures 39 min
pépites > Santé
Projections
Près d'1,6 million de Français pourraient avoir contracté le virus, selon des estimations du syndicat de médecins généralistes MG France
il y a 8 heures 48 min
pépites > Santé
Espoir d’un traitement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron apporte son soutien aux chercheurs lors d’une visite à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre
il y a 10 heures 11 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Coronavirus : on pourrait être infecté plusieurs fois; La Chine noyaute les institutions internationales; Les médecins cubains au secours des Antilles françaises; L’éducation nationale moins bonne en informatique que les sites porno
il y a 11 heures 18 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Stop-COVID : voilà toutes les données qu’une application peut collecter sur vous

il y a 13 heures 6 min
décryptage > Société
Problème de langage

Pourquoi les libéraux parlent-ils si mal du libéralisme ? Parce qu’ils utilisent les mots de ses adversaires !

il y a 14 heures 4 min
© Reuters
Inscrire la parité dans la loi est sujet à controverse.
© Reuters
Inscrire la parité dans la loi est sujet à controverse.
Machistador-system

De la "suspicion de la promotion canapé" au "soupçon du quota" : grands effets pervers et petites vertus de la parité imposée en politique

Publié le 07 août 2015
Inscrire la parité dans la loi est sujet à controverse. La parité imposée introduit la différence biologique dans la Constitution, génère de lourdes amendes pour certains partis (Les Républicains notamment) et résonne comme un affront fait aux capacités et au potentiel des femmes. Ce pourrait être un handicap de plus.
Sophie Primas est sénatrice des Yvelines (Ile-de-France) et maire d'Aubergenville (Les Républicains).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie Primas
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie Primas est sénatrice des Yvelines (Ile-de-France) et maire d'Aubergenville (Les Républicains).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Inscrire la parité dans la loi est sujet à controverse. La parité imposée introduit la différence biologique dans la Constitution, génère de lourdes amendes pour certains partis (Les Républicains notamment) et résonne comme un affront fait aux capacités et au potentiel des femmes. Ce pourrait être un handicap de plus.

Atlantico : Que pensez-vous des risques, voire des effets pervers de mesures contraignantes en faveur de la parité en politique, de type "discrimination positive" ?

Sophie Primas : Pour être honnête, en 2000, lors du débat au Parlement du projet de loi tendant à favoriser l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, j’étais dans la vie civile, au comité de direction d’une entreprise. J’étais alors farouchement opposée à cette disposition qui peut s’apparenter à un quota. Je considérais qu’inscrire la parité comme une contrainte était un affront fait aux capacités et au potentiel des femmes. Née dans une commune dont le maire avait été une femme dès 1965, je trouvais qu’il y avait d’autres sujets sur lesquels il fallait mettre l’accent pour améliorer la représentativité du corps politique…et notamment la présence de membres de la société civile. Sujet beaucoup plus délicat à résoudre. Cependant, force est de constater que sans cette loi je n’aurais probablement pas été parlementaire moi-même, non pas par machisme, mais simplement parce que les hommes ont brigué les mandats depuis plusieurs décennies et qu’ils ont acquis les compétences, la reconnaissance des électeurs et la légitimité… là où les femmes ont encore besoin de faire leur chemin.

C’est d’ailleurs la source des effets pervers sur lesquels vous m’interrogez : les femmes ont parfois acquis leurs places grâce à un mode de scrutin paritaire et n’ont donc pas systématiquement traversé ce parcours politique du combattant. Aussi, leurs compétences peuvent faire l’objet de perplexité, d’interrogations plus ou moins bienveillantes, voire de quolibets. Nous sommes ainsi passés de la "suspicion de la  promotion canapé" au "soupçon du quota"… ce n’est guère mieux. 

Y a-t-il des dispositions non-contraignantes susceptibles de favoriser la parité ? Et de la favoriser aussi vite que ne le ferait la "discrimination positive" ?

Je crois toujours à la valeur de l’exemple. Cela me semble infiniment plus puissant que les quotas ou que la féminisation orthographique et grammaticale des fonctions… En ce qui me concerne, dès mon enfance, c’est une femme qui m’a servi de modèle : Madame Nelly Rodi, qui était maire d’Aubergenville et sénatrice des Yvelines… il n’y a pas de hasard ! Aussi, je pense que nous devrions faire la promotion de toutes ces femmes qui, sans les quotas, ont fait honneur à la France dans tous les domaines. Simone Veil n’a pas eu besoin de quotas pour laisser une trace indélébile dans la vie politique française. Michèle Alliot-Marie a notamment été chef de parti et brillante ministre du très masculin ministère de la Défense. A droite comme à gauche, les exemples ne manquent pas. Ce sont elles qui doivent nous inspirer. 

Quel est votre diagnostic sur la parité, aujourd'hui, quelques mois après les élections départementales et les fameux binômes homme-femme des candidats?

Il est un peu tôt pour dresser un bilan de cette bizarrerie électorale. Je reste très dubitative sur le principe du binôme, au-delà du fait qu’il soit paritaire. Toutefois, les échos des administrations qui travaillent avec ces nouvelles assemblées - présidées en grande majorité par des hommes- sont que les modes de travail évoluent significativement. L’implication, l’exigence et la grande détermination de ces élues semblent être quelques lignes de force. Mais il faudra confirmer cela dans le temps…

Pensez-vous que l'exercice des responsabilités politiques par les femmes puisse être source d'une plus grande éthique au pouvoir ? Qu'une plus grande place accordée aux femmes permette de revenir à davantage de morale républicaine en politique?

Voilà bien une question assez machiste finalement ! De façon provocatrice, je vous répondrais bien volontiers que les femmes revendiquent aussi leur droit à l’immoralité ! Plus sérieusement, je crois que les femmes sont plus "neuves" en politique. Elles souhaitent réussir leur mission et être utiles de façon pragmatique, proche du terrain. Peut-être sont-elles moins enclines à la course au pouvoir et donc moins vulnérables aux tentations qui peuvent se présenter. Mais, plus que l’apport de la parité pour les femmes, je pense que c’est l’arrivée d’une nouvelle génération en politique qui coupera avec des pratiques que plus personne ne peut accepter.

Propos recueillis par Catherine Laurent

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 08/08/2015 - 09:28
femmes plus morales?
non, tout simplement plus femmes.
la parité c'est pas mal et c'est plus hétéro! Donc c'est bien!
vangog
- 07/08/2015 - 23:16
Voila les réflexions d'une femme intelligente et lucide!
Et j'ai retenu sa "valeur de l'exemple" qui me paraît être un moteur bien plus puissant, à moi aussi, que la contrainte de la loi. Où est cet exemple actuellement? Taubira ministre d'une Justice en loques?, Philipetti puis Pellerin, ministres de la propagande la plus honteuse? Royal, aussi mauvaise comme ministre qu'elle l'est en Poitou-Charentes? Dufflot qui a sinistré le bâtiment? Touraine en train de détruire notre Santé?...j'ose dire: "les femmes, c'est la cata!"...on attend désespérément une nouvelle Simone Weil, mais on n'en voit pas le bout d'une queue...J'ajouterai qu'il ne faut pas se méprendre sur l'objectif final, qui n'est pas une pléthore d'assemblées paritaires, comme voudraient le faire croire les partisans d'un egalitarisme archaïque et sans fondement, mais un état minimal qui offre les conditions de vie les plus favorables à son peuple, avec le minimum de contraintes et de taxes...tout l'inverse de la France socialiste, me direz-vous? Oui, mais ce sont eux qui invoquent la parité avec le plus de véhémence, car leur électorat et leurs élus sont le plus souvent des femmes...la parité, un calcul de politiciens sans scrupules, en quelque sorte!
bjorn borg
- 07/08/2015 - 10:03
Les idées folles
du PS qui n'en rate pas une !