En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

02.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

05.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

06.

Le RN servi par des critiques paresseux

07.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Etat stratège

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

il y a 9 min 37 sec
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

il y a 32 min 32 sec
pépites > International
Vers une nouvelle guerre froide ?
Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé
il y a 12 heures 31 min
pépite vidéo > Insolite
Visage humain
Covid-19 : une entreprise indienne propose des masques avec la photo du visage des clients
il y a 13 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Moura, la mémoire incendiée" d'Alexandra Lapierre : épique, palpitant, et romanesque en diable

il y a 16 heures 23 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les couleurs éclatent et quand les sportives rayonnent : c’est l’actualité des montres en mode prairial
il y a 17 heures 29 min
pépites > Justice
Secret des sources
Affaire Geneviève Legay : suspension à Nice d'un policier soupçonné d'avoir renseigné Mediapart
il y a 18 heures 39 min
pépites > Economie
Inquiétudes pour l'emploi
Renault a l’intention de supprimer 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France
il y a 19 heures 30 min
décryptage > International
Mirage ?

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

il y a 21 heures 39 min
décryptage > France
Atout pendant le confinement

Risques du télétravail : les techniques des négociateurs antiterroristes au secours des chefs d’entreprise sur la sellette

il y a 22 heures 12 min
décryptage > Santé
Équation à inconnues multiples

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

il y a 22 min 17 sec
rendez-vous > People
Revue de presse people
Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne
il y a 33 min 33 sec
pépite vidéo > Media
Scène surréaliste
Emeutes à Minneapolis : des journalistes de CNN ont été arrêtés en plein direct
il y a 13 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le vieil homme qui vendait du thé. Excentricité et retrait du monde dans le Japon du XVIIIe siècle" de François Lachaud : le confinement volontaire d’un sage japonais, plein de surprises et de poésie

il y a 16 heures 3 min
pépites > Politique
Lyon
Elections municipales : LREM retire son investiture à Gérard Collomb
il y a 16 heures 56 min
Embellie pour le commerce
Les Galeries Lafayette à Paris vont pouvoir rouvrir dès ce samedi 30 mai
il y a 17 heures 57 min
pépites > International
Tensions maximales
Mort de George Floyd : nouvelle nuit d’émeutes à Minneapolis, un commissariat a été incendié
il y a 19 heures 7 min
pépite vidéo > Consommation
Grands magasins
Les images de la réouverture du Printemps Haussmann à Paris
il y a 20 heures 29 min
décryptage > Politique
État gadget

Inciter à faire du vélo plutôt que d’empêcher qu’on les vole : SOS fonctions régaliennes disparues

il y a 21 heures 56 min
décryptage > Media
Internet Protocol Television

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

il y a 22 heures 38 min
© Reuters
700 exécutions en 6 mois ont eu lieu en Iran.
© Reuters
700 exécutions en 6 mois ont eu lieu en Iran.
La corde au cou

700 exécutions en Iran en 6 mois : comment expliquer le raidissement du régime au moment même où il joue l’apaisement avec l’extérieur ?

Publié le 28 juillet 2015
Alors que l'accord sur le nucléaire iranien vient d'être ratifié, Amnesty International a récemment publié un rapport dénonçant l'usage massif de la peine de mort en Iran. Avec 700 exécutions en 6 mois, le régime durcit sa politique interne, quitte à être en contradiction avec les signaux d'ouverture qu'il donne sur le plan de ses relations internationales.
Delphine Minoui est journaliste française spécialisée dans le monde iranien, correspondante au Moyen-Orient du Figaro, auteur de "Je vous écris de Téhéran", publié aux éditions du Seuil en mars 2015. Elle a vécu 10 ans en Iran, de 1997-2007. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Delphine Minoui
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Delphine Minoui est journaliste française spécialisée dans le monde iranien, correspondante au Moyen-Orient du Figaro, auteur de "Je vous écris de Téhéran", publié aux éditions du Seuil en mars 2015. Elle a vécu 10 ans en Iran, de 1997-2007. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'accord sur le nucléaire iranien vient d'être ratifié, Amnesty International a récemment publié un rapport dénonçant l'usage massif de la peine de mort en Iran. Avec 700 exécutions en 6 mois, le régime durcit sa politique interne, quitte à être en contradiction avec les signaux d'ouverture qu'il donne sur le plan de ses relations internationales.

Atlantico : Quelques temps après l'accord sur le nucléaire iranien qui semble être le symbole d'un apaisement de la politique extérieure iranienne, Amnesty International publie un rapport dénonçant l'usage de la peine de mort massif en Iran. Avec plus de 700 exécutions en 6 mois, l'Iran est le pays qui exécute le plus de condamnés à mort au monde. Comment expliquer ce décalage entre les ces deux aspects de la politique iranienne ? 

Delphine Minoui : Depuis l’élection du président modéré, Hassan Rohani, en 2013, l’Iran donne des signes d’ouverture : sur la scène internationale – l’aboutissement de l’accord sur le nucléaire en est la meilleure illustration -, mais également en interne. On peut citer le léger assouplissement de la censure sur la presse, un retour à une certaine pensée critique, ou la réapparition sur les bancs des universités d’étudiants exclus pour cause d’activisme sous la présidence de l’ultra conservateur Ahmadinejad. Du côté des femmes, Rohani a marqué les esprits en plaidant ouvertement pour l’égalité entre les sexes via son compte twitter. Sa vice-présidente chargée des Femmes et de la famille bataille également pour que les Iraniennes, interdites de stade depuis la révolution de 1979, et la prise du pouvoir par les Religieux, puissent assister aux matchs de football et de volley ball. Ce sont des avancées positives qui devraient se poursuivre au fur et à mesure que l’Iran sort de son isolement international – notamment économique – avec la levée progressive des sanctions. Mais des années de répression et de rigidité ne peuvent s’effacer du jour au lendemain. Et le chemin vers plus de liberté et de démocratie est encore long et sinueux. Le nombre inquiétant des condamnations à mort en est la meilleure illustration. La peine capitale, déjà en nette augmentation sous Ahmadinejad, se poursuit aujourd’hui. Tandis que le pouvoir reconnaît officiellement 246 exécutions sur les 6 premiers mois de 2015, elles s’élèveraient en fait à plus de 700 sur cette même période selon Amnesty International. Un chiffre inquiétant qui place l’Iran au top des pays pratiquant la peine de mort.

Quel message veut faire passer le gouvernement iranien en jouant ainsi la fermeté ? Peut-on déceler une problématique sécuritaire derrière cette hausse des exécutions ? 

Je ne suis pas certaine que le gouvernement, dans son ensemble, cherche à faire passer un message en particulier. Il est difficile d’expliquer ce regain d’éxécutions. J’ai l’impression que cela relève avant tout du pouvoir judiciaire, connu pour être dominé par la faction conservatrice du régime. En Iran, les décisions de justice sont souvent arbitraires. Les procès sont souvent entâchés d’irrégularités. Bien souvent, les condamnés à mort n’ont pas les moyens de consulter un avocat ou de faire appel. En province, plus particulièrement, on assiste à des procès expéditifs. Toutefois, pour revenir aux récentes exécutions, elles semblent concerner, pour une grande majorité, des traffiquants de drogue – un crime passible de la peine de mort en Iran. Est-ce lié à une augmentation du traffic de drogue, notamment venant d’Afghanistan ? Est-ce lié à la vélléité d’intimider les dealers de stupéfiants ? Ce sont des hypothèses possibles. 

Est-ce là une conséquence de l'affrontement qui a lieu au sein du gouvernement entre les "durs" du régime et les plus modérés ? Comment imaginer que la courbe des exécutions va-t-elle évoluer ?

On assiste en effet à une bataille serrée entre les réformistes, partisans d’une ouverture et une minorité conservatrice, qui défend une vision plus rétrograde de l’islam. Ce qui est intéressant, et encourageant pour l’avenir de l’Iran, c’est que ces exécutions sont loins de faire l’unanimité au sein de la classe politique. Il existe aujourd’hui des débats ouverts sur la question de la peine de mort, y compris dans les sphères religieuses de la ville sainte de Qom, où certains ayatollahs s’opposent à la sentence capitale. Je tiens à souligner ici le travail exemplaire mené par un grand journaliste et intellectual iranien, Emmadeddin Baghi – dont je parle dans mon livre – dans la lutte en faveur de l’abolition de la peine de mort. Cet homme a mainte fois été embastillé pour ses opinions critiques envers le régime. Son livre, “Le droit à la vie”, qui dénonce la peine capitale, est censuré en Iran. Pourtant, il n’a jamais renoncé à son combat, qu’il mène via une petite ONG créée il y a quelques années. C’est un bel exemple de cette société civile iranienne très active malgré les carcans imposés par le régime.

De quelle côté penche la balance entre les deux camps ? Les modérés semblent avoir remporté une victoire éclatante après la ratification de l'accord sur le nucléaire...

L’accord nucléaire est un succès pour les partisans de l’ouverture. C’est un sérieux coup de pouce aux modérés, et aux proches du président Rohani. A ce titre, les élections legislatives de février 2016 seront particulièrement intéressantes à suivre. C’est un test pour les réformistes, qui pourraient retrouver la majorité au Parlement, après avoir été longtemps dominé par les conservateurs

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

02.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

05.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

06.

Le RN servi par des critiques paresseux

07.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires