En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 1 heure 7 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 1 heure 52 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 3 heures 21 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 3 heures 53 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 5 heures 13 sec
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 5 heures 24 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 5 heures 52 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 6 heures 2 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir la Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 6 heures 36 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 8 heures 3 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 1 heure 40 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 3 heures 10 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 3 heures 22 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 4 heures 55 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 5 heures 11 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 5 heures 31 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 5 heures 58 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 6 heures 12 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 7 heures 29 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 8 heures 23 min
© Reuters
Si la communauté internationale intervient en Syrie, elle devra utiliser une tactique différente de celle employée en Libye.
© Reuters
Si la communauté internationale intervient en Syrie, elle devra utiliser une tactique différente de celle employée en Libye.
Va-t-en guerre

"Une intervention militaire en Syrie serait incertaine et contre-productive"

Publié le 20 novembre 2011
Demande de démission de la part du roi de Jordanie, nouvelles sanctions européennes et radiation de la Ligue Arabe… La pression s’est accentuée sur le pouvoir syrien depuis quelques jours. La question d'une intervention militaire occidentale demeure, mais est-elle crédible ?
Fabrice Balanche
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Balanche est Visiting Fellow au Washington Institute et ancien directeur du Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient à la Maison de l’Orient.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Demande de démission de la part du roi de Jordanie, nouvelles sanctions européennes et radiation de la Ligue Arabe… La pression s’est accentuée sur le pouvoir syrien depuis quelques jours. La question d'une intervention militaire occidentale demeure, mais est-elle crédible ?

Une partie de l'opposition syrienne à l’étranger demande à la communauté internationale d’intervenir en Syrie, notamment à travers une zone d’exclusion aérienne qui permettrait aux déserteurs de l’armée syrienne de s’y réfugier. Elle espère ainsi provoquer des désertions massives dans les rangs des militaires sunnites, et constituer une armée de libération sur le modèle libyen. Faut-il accéder à ce souhait qui risque d’être présenté dans les prochaines semaines par la Ligue arabe à l’ONU ?

Le pouvoir syrien a d'ores et déjà envisagé une intervention militaire occidentale

Tout d’abord, il faudrait que la Russie et la Chine ne mettent pas leur véto à une telle résolution du Conseil de sécurité, ensuite que des pays au sein de l’OTAN se portent volontaires pour une telle opération avec le soutien de pays arabes.

Le régime syrien a toutefois prévu cette éventualité dès les premiers mois de la révolte. Il s’est empressé de contrôler les zones frontalières en rébellion, préférant abandonner à la contestation Hama et Homs, au centre du pays. La ville de Jesser Shughur, proche de la Turquie, et Al Bou Kamal, à la frontière irakienne, possédaient une importance stratégique beaucoup plus importante, car les armées turques et américaines auraient pu s’en servir comme tête de pont à l’image de Benghazi ou Misrata en Libye.

La Syrie n'est pas la Libye...

Pour réprimer la révolte, le régime syrien n’utilise pas son aviation comme Kadhafi, mais les chars et l’infanterie. Il faudrait donc que la zone d’exclusion aérienne soit accompagnée de frappes militaires sur l’armée régulière syrienne, qu’une "armée syrienne libre", suffisamment organisée, prenne le relais sur le terrain pour éviter à l’OTAN de déployer des troupes au sol.

Car, sur le plan tactique, la Syrie ne ressemble pas à la Libye, nous n’avons pas de grands espaces désertiques entre les agglomérations où les colonnes militaires sont facilement identifiables ; le pays est densément peuplé, par conséquent les frappes aériennes provoqueraient des dégâts "collatéraux" immenses, qui raffermiraient le pouvoir de Bachar el-Assad.

L’Occident se verrait accusé de visées impérialistes, de faire le jeu d’Israël et de massacrer des civils innocents. Les critiques ne manqueraient pas au sein même des pays de la Ligue arabe qui auraient réclamé l’initiative. Mais surtout, le régime de Bachar el-Assad est encore solide, les élites économiques le soutiennent et une grande part de la population lui reste fidèle par solidarité communautaire, peur d’un chaos à l’irakienne ou de la victoire des islamistes.

Nous n’avons pas en Syrie de région entière qui se soit libérée, les désertions dans l’armée restent individuelles et l’appareil d’Etat demeure intact.

L’Iran pourrait s'impliquer, et envenimer le conflit

Intervenir en Syrie, si la Russie de Vladimir Poutine le permettait, risquerait de déclencher les hostilités dans la région, car l’Iran ne resterait pas inactif pour protéger son allié. L’armée américaine prise en otage en Irak serait rapidement harcelée par les milices pro-iraniennes de Moqtada Sader. Le Hezbollah prendrait l’offensive au Liban pour éviter d’être la prochaine cible. L’exportation du pétrole par le détroit d’Ormuz pourrait être sérieusement menacée.

Enfin, il n’est pas sûr que l’Occident trouve en Syrie l’accueil qu’il escompte de la part de la population. Il lui faudrait s’interposer entre des milices rivales, gérer des transferts de population, voire la partition du pays. Certes, l’Occident doit s’impliquer, mais uniquement sur le plan politique et économique, car une action militaire de sa part serait incertaine et contre-productive.

Ce sont plutôt les pays de la Ligue arabe qui devraient prendre leurs responsabilités, et aller jusqu’au bout de leur logique de confrontation avec le régime de Bachar el-Assad. La Ligue arabe réunie à Rabat, mercredi 16 novembre, a donné trois jours au régime pour cesser les violences, sans quoi elle prendrait des sanctions économiques et politiques. Elle ne demande pas encore le départ de Bachar el-Assad et exclut pour l’instant une intervention étrangère. Mais elle devra s’y résoudre dans les prochains mois, car il ne suffit pas de hausser le ton pour faire plier le lionceau de Damas [1].



[1] El Assad en arabe signifie le lion, Hafez el-Assad était le lion de Damas et son fils le lionceau.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Chamaco
- 20/11/2011 - 17:43
En toute logique M. le maitre de conf
Quand on s'interroge sur une situation il est bon de commencer par le début.
1 - Pourquoi déstabiliser la Syrie
2 - Pourquoi maintenant
3 - Qui le fait
4 - avec quels moyens
5 - objectifs réels
6 - qui mène la propagande
7 - pourquoi attaquer la Syrie ?
l'Otan n'est ni le bras armé de l'Onu ni surtout la solution.
vous mettez la charrue avant les boeufs.
slavkov
- 20/11/2011 - 15:17
déjà vu ...
... une fois de plus pourquoi s'en mêlé là bas? remplacer un dictateur laïc par une horde de barbus - fous d'allah qui massacrent tout sur leur passage et qui commettent les atrocités cotre tous ceux qui ne sont pas de leur sinistre "religion"? ...
zygo
- 20/11/2011 - 13:29
Si tous les maitres de conferences savaient...?
Voila encore un, ces maitres de conférence qu'on voit surgir sur les plateaux de TV, radio et presse, dés qu'il y a des crises, des attentats, des tremblements de terres.Ces experts de tout et de rien, qui sont bien installés sur un bon fauteuil devant un PC relié à internet et qui donne des leçons "comment on doit faire ceci et cela etc."ça suffit ces conneries.Le peuple Syrien est libre chez lui