En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

03.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

04.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 8 heures 14 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 8 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 1 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 14 heures 54 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 15 heures 37 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 16 heures 1 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 16 heures 38 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 18 heures 23 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 9 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 8 heures 37 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 9 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 11 heures 54 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 14 heures 21 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 15 heures 10 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 15 heures 37 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 16 heures 17 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 17 heures 55 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 9 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 10 heures
© Reuters
Si la communauté internationale intervient en Syrie, elle devra utiliser une tactique différente de celle employée en Libye.
© Reuters
Si la communauté internationale intervient en Syrie, elle devra utiliser une tactique différente de celle employée en Libye.
Va-t-en guerre

"Une intervention militaire en Syrie serait incertaine et contre-productive"

Publié le 20 novembre 2011
Demande de démission de la part du roi de Jordanie, nouvelles sanctions européennes et radiation de la Ligue Arabe… La pression s’est accentuée sur le pouvoir syrien depuis quelques jours. La question d'une intervention militaire occidentale demeure, mais est-elle crédible ?
Fabrice Balanche est Visiting Fellow au Washington Institute et ancien directeur du Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient à la Maison de l’Orient.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Balanche
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Balanche est Visiting Fellow au Washington Institute et ancien directeur du Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient à la Maison de l’Orient.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Demande de démission de la part du roi de Jordanie, nouvelles sanctions européennes et radiation de la Ligue Arabe… La pression s’est accentuée sur le pouvoir syrien depuis quelques jours. La question d'une intervention militaire occidentale demeure, mais est-elle crédible ?

Une partie de l'opposition syrienne à l’étranger demande à la communauté internationale d’intervenir en Syrie, notamment à travers une zone d’exclusion aérienne qui permettrait aux déserteurs de l’armée syrienne de s’y réfugier. Elle espère ainsi provoquer des désertions massives dans les rangs des militaires sunnites, et constituer une armée de libération sur le modèle libyen. Faut-il accéder à ce souhait qui risque d’être présenté dans les prochaines semaines par la Ligue arabe à l’ONU ?

Le pouvoir syrien a d'ores et déjà envisagé une intervention militaire occidentale

Tout d’abord, il faudrait que la Russie et la Chine ne mettent pas leur véto à une telle résolution du Conseil de sécurité, ensuite que des pays au sein de l’OTAN se portent volontaires pour une telle opération avec le soutien de pays arabes.

Le régime syrien a toutefois prévu cette éventualité dès les premiers mois de la révolte. Il s’est empressé de contrôler les zones frontalières en rébellion, préférant abandonner à la contestation Hama et Homs, au centre du pays. La ville de Jesser Shughur, proche de la Turquie, et Al Bou Kamal, à la frontière irakienne, possédaient une importance stratégique beaucoup plus importante, car les armées turques et américaines auraient pu s’en servir comme tête de pont à l’image de Benghazi ou Misrata en Libye.

La Syrie n'est pas la Libye...

Pour réprimer la révolte, le régime syrien n’utilise pas son aviation comme Kadhafi, mais les chars et l’infanterie. Il faudrait donc que la zone d’exclusion aérienne soit accompagnée de frappes militaires sur l’armée régulière syrienne, qu’une "armée syrienne libre", suffisamment organisée, prenne le relais sur le terrain pour éviter à l’OTAN de déployer des troupes au sol.

Car, sur le plan tactique, la Syrie ne ressemble pas à la Libye, nous n’avons pas de grands espaces désertiques entre les agglomérations où les colonnes militaires sont facilement identifiables ; le pays est densément peuplé, par conséquent les frappes aériennes provoqueraient des dégâts "collatéraux" immenses, qui raffermiraient le pouvoir de Bachar el-Assad.

L’Occident se verrait accusé de visées impérialistes, de faire le jeu d’Israël et de massacrer des civils innocents. Les critiques ne manqueraient pas au sein même des pays de la Ligue arabe qui auraient réclamé l’initiative. Mais surtout, le régime de Bachar el-Assad est encore solide, les élites économiques le soutiennent et une grande part de la population lui reste fidèle par solidarité communautaire, peur d’un chaos à l’irakienne ou de la victoire des islamistes.

Nous n’avons pas en Syrie de région entière qui se soit libérée, les désertions dans l’armée restent individuelles et l’appareil d’Etat demeure intact.

L’Iran pourrait s'impliquer, et envenimer le conflit

Intervenir en Syrie, si la Russie de Vladimir Poutine le permettait, risquerait de déclencher les hostilités dans la région, car l’Iran ne resterait pas inactif pour protéger son allié. L’armée américaine prise en otage en Irak serait rapidement harcelée par les milices pro-iraniennes de Moqtada Sader. Le Hezbollah prendrait l’offensive au Liban pour éviter d’être la prochaine cible. L’exportation du pétrole par le détroit d’Ormuz pourrait être sérieusement menacée.

Enfin, il n’est pas sûr que l’Occident trouve en Syrie l’accueil qu’il escompte de la part de la population. Il lui faudrait s’interposer entre des milices rivales, gérer des transferts de population, voire la partition du pays. Certes, l’Occident doit s’impliquer, mais uniquement sur le plan politique et économique, car une action militaire de sa part serait incertaine et contre-productive.

Ce sont plutôt les pays de la Ligue arabe qui devraient prendre leurs responsabilités, et aller jusqu’au bout de leur logique de confrontation avec le régime de Bachar el-Assad. La Ligue arabe réunie à Rabat, mercredi 16 novembre, a donné trois jours au régime pour cesser les violences, sans quoi elle prendrait des sanctions économiques et politiques. Elle ne demande pas encore le départ de Bachar el-Assad et exclut pour l’instant une intervention étrangère. Mais elle devra s’y résoudre dans les prochains mois, car il ne suffit pas de hausser le ton pour faire plier le lionceau de Damas [1].



[1] El Assad en arabe signifie le lion, Hafez el-Assad était le lion de Damas et son fils le lionceau.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

03.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

04.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Chamaco
- 20/11/2011 - 17:43
En toute logique M. le maitre de conf
Quand on s'interroge sur une situation il est bon de commencer par le début.
1 - Pourquoi déstabiliser la Syrie
2 - Pourquoi maintenant
3 - Qui le fait
4 - avec quels moyens
5 - objectifs réels
6 - qui mène la propagande
7 - pourquoi attaquer la Syrie ?
l'Otan n'est ni le bras armé de l'Onu ni surtout la solution.
vous mettez la charrue avant les boeufs.
slavkov
- 20/11/2011 - 15:17
déjà vu ...
... une fois de plus pourquoi s'en mêlé là bas? remplacer un dictateur laïc par une horde de barbus - fous d'allah qui massacrent tout sur leur passage et qui commettent les atrocités cotre tous ceux qui ne sont pas de leur sinistre "religion"? ...
zygo
- 20/11/2011 - 13:29
Si tous les maitres de conferences savaient...?
Voila encore un, ces maitres de conférence qu'on voit surgir sur les plateaux de TV, radio et presse, dés qu'il y a des crises, des attentats, des tremblements de terres.Ces experts de tout et de rien, qui sont bien installés sur un bon fauteuil devant un PC relié à internet et qui donne des leçons "comment on doit faire ceci et cela etc."ça suffit ces conneries.Le peuple Syrien est libre chez lui