En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Si la communauté internationale intervient en Syrie, elle devra utiliser une tactique différente de celle employée en Libye.
Va-t-en guerre

"Une intervention militaire en Syrie serait incertaine et contre-productive"

Publié le 20 novembre 2011
Demande de démission de la part du roi de Jordanie, nouvelles sanctions européennes et radiation de la Ligue Arabe… La pression s’est accentuée sur le pouvoir syrien depuis quelques jours. La question d'une intervention militaire occidentale demeure, mais est-elle crédible ?
Fabrice Balanche est Visiting Fellow au Washington Institute et ancien directeur du Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient à la Maison de l’Orient.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Balanche
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Balanche est Visiting Fellow au Washington Institute et ancien directeur du Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient à la Maison de l’Orient.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Demande de démission de la part du roi de Jordanie, nouvelles sanctions européennes et radiation de la Ligue Arabe… La pression s’est accentuée sur le pouvoir syrien depuis quelques jours. La question d'une intervention militaire occidentale demeure, mais est-elle crédible ?

Une partie de l'opposition syrienne à l’étranger demande à la communauté internationale d’intervenir en Syrie, notamment à travers une zone d’exclusion aérienne qui permettrait aux déserteurs de l’armée syrienne de s’y réfugier. Elle espère ainsi provoquer des désertions massives dans les rangs des militaires sunnites, et constituer une armée de libération sur le modèle libyen. Faut-il accéder à ce souhait qui risque d’être présenté dans les prochaines semaines par la Ligue arabe à l’ONU ?

Le pouvoir syrien a d'ores et déjà envisagé une intervention militaire occidentale

Tout d’abord, il faudrait que la Russie et la Chine ne mettent pas leur véto à une telle résolution du Conseil de sécurité, ensuite que des pays au sein de l’OTAN se portent volontaires pour une telle opération avec le soutien de pays arabes.

Le régime syrien a toutefois prévu cette éventualité dès les premiers mois de la révolte. Il s’est empressé de contrôler les zones frontalières en rébellion, préférant abandonner à la contestation Hama et Homs, au centre du pays. La ville de Jesser Shughur, proche de la Turquie, et Al Bou Kamal, à la frontière irakienne, possédaient une importance stratégique beaucoup plus importante, car les armées turques et américaines auraient pu s’en servir comme tête de pont à l’image de Benghazi ou Misrata en Libye.

La Syrie n'est pas la Libye...

Pour réprimer la révolte, le régime syrien n’utilise pas son aviation comme Kadhafi, mais les chars et l’infanterie. Il faudrait donc que la zone d’exclusion aérienne soit accompagnée de frappes militaires sur l’armée régulière syrienne, qu’une "armée syrienne libre", suffisamment organisée, prenne le relais sur le terrain pour éviter à l’OTAN de déployer des troupes au sol.

Car, sur le plan tactique, la Syrie ne ressemble pas à la Libye, nous n’avons pas de grands espaces désertiques entre les agglomérations où les colonnes militaires sont facilement identifiables ; le pays est densément peuplé, par conséquent les frappes aériennes provoqueraient des dégâts "collatéraux" immenses, qui raffermiraient le pouvoir de Bachar el-Assad.

L’Occident se verrait accusé de visées impérialistes, de faire le jeu d’Israël et de massacrer des civils innocents. Les critiques ne manqueraient pas au sein même des pays de la Ligue arabe qui auraient réclamé l’initiative. Mais surtout, le régime de Bachar el-Assad est encore solide, les élites économiques le soutiennent et une grande part de la population lui reste fidèle par solidarité communautaire, peur d’un chaos à l’irakienne ou de la victoire des islamistes.

Nous n’avons pas en Syrie de région entière qui se soit libérée, les désertions dans l’armée restent individuelles et l’appareil d’Etat demeure intact.

L’Iran pourrait s'impliquer, et envenimer le conflit

Intervenir en Syrie, si la Russie de Vladimir Poutine le permettait, risquerait de déclencher les hostilités dans la région, car l’Iran ne resterait pas inactif pour protéger son allié. L’armée américaine prise en otage en Irak serait rapidement harcelée par les milices pro-iraniennes de Moqtada Sader. Le Hezbollah prendrait l’offensive au Liban pour éviter d’être la prochaine cible. L’exportation du pétrole par le détroit d’Ormuz pourrait être sérieusement menacée.

Enfin, il n’est pas sûr que l’Occident trouve en Syrie l’accueil qu’il escompte de la part de la population. Il lui faudrait s’interposer entre des milices rivales, gérer des transferts de population, voire la partition du pays. Certes, l’Occident doit s’impliquer, mais uniquement sur le plan politique et économique, car une action militaire de sa part serait incertaine et contre-productive.

Ce sont plutôt les pays de la Ligue arabe qui devraient prendre leurs responsabilités, et aller jusqu’au bout de leur logique de confrontation avec le régime de Bachar el-Assad. La Ligue arabe réunie à Rabat, mercredi 16 novembre, a donné trois jours au régime pour cesser les violences, sans quoi elle prendrait des sanctions économiques et politiques. Elle ne demande pas encore le départ de Bachar el-Assad et exclut pour l’instant une intervention étrangère. Mais elle devra s’y résoudre dans les prochains mois, car il ne suffit pas de hausser le ton pour faire plier le lionceau de Damas [1].



[1] El Assad en arabe signifie le lion, Hafez el-Assad était le lion de Damas et son fils le lionceau.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une suggestion pour Greta Thunberg : et si pour sauver la planète, on guillotinait les riches ?

02.

​Terrorisés par les voyous, les locataires d'une tour HLM d'Avion (Pas-de-Calais) vont être relogés. Et nous, quand est-ce qu'on nous reloge ?

03.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

04.

Carlos Ghosn : enfin un ami, Francis Ford Coppola !

05.

Une affaire d'espionnage qui casse les mythes si prisés du public

06.

L‘après G7 : les leaders populistes vont s’obliger à changer de logiciel s’ils ne veulent pas perdre leur électorat

07.

Nous ne serons jamais aussi mince que dans les années 80 et voilà pourquoi

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

04.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

05.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

06.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

Une suggestion pour Greta Thunberg : et si pour sauver la planète, on guillotinait les riches ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Chamaco
- 20/11/2011 - 17:43
En toute logique M. le maitre de conf
Quand on s'interroge sur une situation il est bon de commencer par le début.
1 - Pourquoi déstabiliser la Syrie
2 - Pourquoi maintenant
3 - Qui le fait
4 - avec quels moyens
5 - objectifs réels
6 - qui mène la propagande
7 - pourquoi attaquer la Syrie ?
l'Otan n'est ni le bras armé de l'Onu ni surtout la solution.
vous mettez la charrue avant les boeufs.
slavkov
- 20/11/2011 - 15:17
déjà vu ...
... une fois de plus pourquoi s'en mêlé là bas? remplacer un dictateur laïc par une horde de barbus - fous d'allah qui massacrent tout sur leur passage et qui commettent les atrocités cotre tous ceux qui ne sont pas de leur sinistre "religion"? ...
zygo
- 20/11/2011 - 13:29
Si tous les maitres de conferences savaient...?
Voila encore un, ces maitres de conférence qu'on voit surgir sur les plateaux de TV, radio et presse, dés qu'il y a des crises, des attentats, des tremblements de terres.Ces experts de tout et de rien, qui sont bien installés sur un bon fauteuil devant un PC relié à internet et qui donne des leçons "comment on doit faire ceci et cela etc."ça suffit ces conneries.Le peuple Syrien est libre chez lui