En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

03.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

04.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

05.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 10 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 11 heures 10 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 12 heures 50 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 13 heures 56 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 16 heures 35 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 16 heures 55 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 17 heures 36 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 18 heures 45 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 19 heures 18 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 20 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 10 heures 53 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 12 heures 48 sec
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 13 heures 25 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 15 heures 58 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 16 heures 47 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 17 heures 8 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 18 heures 1 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 18 heures 59 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 19 heures 42 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 20 heures 20 min
© Reuters
© Reuters
Retour du blasphème

Affaire de la tête de cochon sur une mosquée de Mayotte : pourquoi la notion de violence morale à l’égard d’une communauté religieuse, musulmane ou catholique ne peut être retenue

Publié le 21 décembre 2016
En septembre 2014, trois personnes sont condamnées à de la prison, dont une avec sursis à Mayotte pour avoir déposé une tête de cochon dans le patio de la Mosquée. C’était à l’issue d’une soirée très arrosée de la Saint Sylvestre 2013. En appel, elles viennent d’être relaxées. Une décision logique qui montre bien que le délit de blasphème n’existe plus depuis 1789. Pourtant, l’association propriétaire de la mosquée a formé un pourvoi en cassation. La haute juridiction opérera-t-elle un revirement de jurisprudence en estimant que le dépôt de cette tête de cochon était un délit commis contre l’Islam ?
Gilles Gaetner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste à l’Express pendant 25 ans, après être passé par Les Echos et Le Point, Gilles Gaetner est un spécialiste des affaires politico-financières. Il a consacré un ouvrage remarqué au président de la République, Les 100 jours de Macron (Fauves ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En septembre 2014, trois personnes sont condamnées à de la prison, dont une avec sursis à Mayotte pour avoir déposé une tête de cochon dans le patio de la Mosquée. C’était à l’issue d’une soirée très arrosée de la Saint Sylvestre 2013. En appel, elles viennent d’être relaxées. Une décision logique qui montre bien que le délit de blasphème n’existe plus depuis 1789. Pourtant, l’association propriétaire de la mosquée a formé un pourvoi en cassation. La haute juridiction opérera-t-elle un revirement de jurisprudence en estimant que le dépôt de cette tête de cochon était un délit commis contre l’Islam ?
  • A l’issue d’une soirée arrosée le soir de la Saint-Sylvestre 2013, un couple, aidé par une amie, se rend à la Mosquée de Mamoudzou à Mayotte pour y déposer une tête de cochon dans le patio.
  • Dès le 1 er janvier 2014, lorsque les premiers fidèles découvrent, vers 6 heures du matin, la tête de l’animal, c’est l’ébullition dans la population mahoraise à 95% musulmane.
  • Trois personnes sont rapidement placées en garde à vue et sommées, en compagnie d’une quatrième, de quitter Mayotte.
  • En septembre 2014, trois personnes sont condamnées, pour deux d’entre elles à 9 mois de prison dont 3 ferme. Il y a quelques jours, la Cour d’appel de Mamoudzou les a relaxées estimant qu’aucun délit pénal ne pouvait leur être reproché, la notion de blasphème n’existant plus dans notre droit depuis 1789.
  • L’association propriétaire de la Mosquée, partie civile, a formé un pourvoi en cassation. Si la haute juridiction revenait sur cette relaxe, somme toute logique, ce serait une grande première.

 

Peut-on retenir le délit de blasphème par le biais d’incrimination de violences morales ? Cette question, la Cour de cassation va y répondre d’ici quelques mois. Si d’aventure, notre haute juridiction y répondait favorablement, ce serait un immense retour en arrière. Et pour cause : la déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen de 1789 a fait disparaitre de notre droit la notion de blasphème. Seule exception : l’Alsace-Moselle, où l’article 166 du Code pénal prévoit un emprisonnement "pour celui qui aura causé un scandale en blasphémant Dieu par des propos outrageants ou aura tenu publiquement des propos outrageants à l’égard d’une communauté religieuse établie." Pour comprendre la résurgence de ce débat autour du blasphème, il nous faire un long détour par Mayotte, ce territoire situé dans l’Océan Indien à plus de 10 000 kilomètres de la métropole.

Nous sommes le 31 décembre 2013. Ce soir-là, dans une maison, on s’apprête à passer le Réveillon entre amis et à fêter la nouvelle année. Ils sont une vingtaine autour d’une table bien garnie. Il y a là pléthore d’uniformes. Des légionnaires. Des gendarmes. Des policiers. Des douaniers. Parmi les convives, trois vont être, malgré eux, les héros d’une soirée -plutôt d’un lendemain- dont ils se souviendront. Le dîner ? Deux cochons préparés à la tahitienne. Tout ce petit monde va montrer de l’appétit, et surtout qu’il a soif. Très soif. Il va boire, boire. Plus que de raison. De mémoire de rapport de police, jamais sans doute une soirée n’avait été autant arrosée. L'un des protagonistes reconnaitra avoir descendu une trentaine de verres, et pas de l’eau de Vittel. Bien sûr, avec tout cet alcool ingurgité, on se laisse aller, pas forcément dans la bonne direction. L’un des invités se propose de jeter une patte de cochon dans le jardin du voisin. Un petit groupe va un peu plus loin : "Et si on mettait une tête de cochon dans une mosquée, qu’est-ce que cela ferait ?" Pari tenu. Puisque tôt le matin un couple prend la route dans un état apparemment peu lucide. C’est un gendarme qui conduit. A sa droite, sa compagne… et dans le coffre, la tête de cochon. Le duo arrive à la mosquée de Labattoir et dépose la tête de cochon dans le patio. Dès 6 heures du matin, les fidèles découvrent la tête. C’est l’émoi immédiat dans la communauté mahoraise à 95% musulmane. Un peu partout des manifestations ont lieu pour demander le respect de l’islam réunissant plus de 10 000 personnes dans les rues de Mamoudzou. Le Parquet de la ville, soucieux d’éviter un embrasement, ouvre une enquête préliminaire. Dans un premier temps, pour "incitation à la haine raciale à raison de l’appartenance à la religion musulmane"… Une qualification vite abandonnée. En effet, comment une tête de cochon peut –elle revendiquer une posture anti-islam ? C’est grotesque. Du coup, le Tribunal suggère, lors de l’audience une nouvelle qualification : "violence volontaire aggravée". Ce qui signifierait que les fidèles de la mosquée seraient victimes. Voilà qui est limite. Dans la foulée, les protagonistes sont placés en garde à vue, avant d’être sommés de quitter Mayotte. Ce qui a lieu courant janvier 2014. Galopent les mois. La tension baisse.

Jusqu’à ce 17 septembre 2014, jour de l’audience devant le Tribunal de Mamoudzou. Me Julien Pinelli, doit plaider dans un climat particulièrement hostile. Les débats sont tendus. D’emblée, le président du tribunal, Jean-Pierre Rieux, très remonté contre les prévenus, interroge leurs avocats : "Ils ont combien de QI, vos clients ?" Ambiance. Me Pinelli, rompu au combat judiciaire, ne se démonte pas. Il argumente : "Les prévenus sont poursuivis pour avoir commis un blasphème, c’est-à-dire une infraction qui n’existe pas dans le Code pénal. Vous n’apaiserez pas la colère des plaignants par une décision juridiquement infondée, le remède serait plus dangereux que le mal. Le parquet et la partie civile exigent leur condamnation au nom de l’émotion et de la paix publique. Je vous demande de statuer à la seule lumière de la loi et de prononcer la relaxe." La défense n’est pas entendue. Aussi, est-ce sans surprise que deux des protagonistes écopent de 9 mois de prison dont trois ferme, tandis que le 3ème est condamné à 6 mois de prison avec sursis. Il n’a fait que conduire les deux autres à la mosquée. Le 21 mai 2015, nouveau procès en appel. Là, les choses se passent mieux pour les trois prévenus, même si le Parquet a sollicité la confirmation du jugement. Pour Me Pinelli, "le Tribunal de première instance a cru faire œuvre de paix sociale… Mais c’est un trouble à l’ordre public beaucoup plus grave que porte en germe une telle jurisprudence, celui qui éclot chaque fois que l’égalité des citoyens devant la loi est rompue." Et l’avocat de solliciter de la Cour d’appel "une décision courageuse, la défense en est pleinement consciente."

Le 9 juillet, c’est le verdict : relaxe pour tout le monde, la Cour d’appel ne se privant pas de souligner que les faits s’ils sont "moralement condamnables" ne peuvent être pénalement sanctionnés. Inutile de le dire, la partie civile, l’association propriétaire de la mosquée, représentée par Me Céline Cooper, fort mécontente de la relaxe, vient de former un pourvoi en cassation. Laquelle devra dire si un délit assimilable à un blasphème tout en ne l’étant pas vraiment, peut être pénalement répréhensible. Une sorte de quadrature du cercle déjà examinée par les Tribunaux avec une réponse claire et nette. Ainsi, lorsque les Femen ont successivement profané la cathédrale Notre-Dame de Paris et l’église de la Madeleine au cours de l’année 2013, ces dernières ont été simplement poursuivies pour dégradation et exhibition sexuelle. Certaines d’entre elles ont d’ailleurs été relaxées. Comme l’a souligné Me Pinelli et ses confrères devant le Tribunal correctionnel puis devant la Cour d’appel de Mamoudzou, jamais la violence morale commise à l’encontre de la communauté catholique par les Femen n’a été retenue pour qualifier leurs agissements.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Mike Desmots
- 18/07/2015 - 18:55
@MC,comme quoi plus il y a d'abrutis ...
moins il y a de gens pour s'en apercevoir......!
MC
- 18/07/2015 - 12:50
@ Mike Desmots
Pivert ou pas pivert, l' arche a été construite par un amateur et le Titanic par des professionnels... On a vu le résultat !
Mike Desmots
- 17/07/2015 - 21:22
@benvoyons , rassurez vous c'est du bon cynisme ...bien dosé...
D'ailleurs , je l'utilise avec parcimonie , seulement pour les gens que je n'aime pas...