En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

07.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

01.

Un appel contre l'Europe

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 8 heures 18 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 10 heures 59 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 13 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 14 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 14 heures 26 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 15 heures 25 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 21 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 17 heures 35 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 18 heures 7 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 18 heures 40 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 10 heures 39 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 11 heures 45 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 13 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 14 heures 16 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 14 heures 39 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 15 heures 50 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 17 heures 15 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 18 heures 6 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 18 heures 26 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 19 heures 13 min
© Reuters
Emmanuel Macron, ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique.
© Reuters
Emmanuel Macron, ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique.
Mouton gris

Quand Emmanuel Macron se façonne studieusement une image d’homme différent

Publié le 13 juillet 2015
En travaillant à une identité politique alternative, le ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique, Emmanuel Macron, se positionne comme un outsider à l’intérieur du système.
Arnaud Mercier est professeur en sciences de l'information et de la communication à l'Institut Français de Presse, à l'université Panthéon-Assas, Paris. Responsable de la Licence information communication de l'IFP et chercheur au CARISM,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Mercier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Mercier est professeur en sciences de l'information et de la communication à l'Institut Français de Presse, à l'université Panthéon-Assas, Paris. Responsable de la Licence information communication de l'IFP et chercheur au CARISM,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En travaillant à une identité politique alternative, le ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique, Emmanuel Macron, se positionne comme un outsider à l’intérieur du système.

Atlantico : Emmanuel Macron ne semble pas s'inscrire dans uns stratégie d'image traditionnelle. Nécessité d'un Roi en France, déclaration sur les ouvrières de Gad "illettrées"... Le ministre de l’Économie donne l'impression de vouloir se construire une identité politique alternative. Quelle peut-être sa stratégie d'image ? 

Arnaud Mercier : Il tente de capitaliser sur ses compétences économiques attestées à priori par ses diplômes et ses expériences acquises, y compris dans le secteur bancaire. Il cultive un profil qui se veut intermédiaire entre l’élu militant (l’élection au suffrage universel et/ou les positions de pouvoir au sein de l’appareil partisan valant carte d’accès à bord du gouvernement) et le technocrate expert (seule son expertise justifierait sa nomination au gouvernement), tout en penchant davantage du côté de l’expertise. Il sait que les Français pensent que la classe politique se sclérose, ne se renouvelle pas assez, donc il joue de sa « fraicheur », il surfe sur l’image d’un « novice » en politique, qui n’agit pas tout à fait comme les autres, car il est résolument pragmatique et veut simplement avoir des résultats plutôt que de donner le sentiment de gérer sa carrière.

Emmanuel Macron assume également le fait de ne pas avoir sa carte au PS par exemple... Quels bénéfices peut-il tirer de sa position d'outsider à l'intérieur du système ?

Dans un climat d’opinion où une infime minorité de Français déclarent avoir confiance dans les partis politiques en général, et où le Parti socialiste au pouvoir est discrédité aux yeux d’une majorité de citoyens, l’affichage de sa non appartenance est tout sauf un handicap. Du coup, il cultive son image de non apparatchik du PS pour mettre en scène sa compétence économique et son pragmatisme, loin des dogmes. Il est assez cohérent et démarqué pour que nul ne remette en cause son label social-démocrate et ne l’assimile aux frondeurs du PS.

Dans le cas des ouvrières de Gad, si le ministre de l'Economie s'est excusé, il n'est pas revenu sur ses conclusions. A qui s'adresse-t-il lorsqu'il montre qu'il assume toutes ses sorties ? 

S’il s’est excusé très vite c’est parce qu’il a réalisé que sur la forme il avait pu blesser les personnes concernées et celles et ceux qui pouvaient s’y identifier. D’autant plus que ce « premier de la classe » pouvait accréditer l’idée du mépris social. Mais il n’est pas revenu sur le fond de cette affaire, car sa démonstration était juste : il est plus difficile de retrouver du travail quand on cumule des handicaps comme ne pas savoir lire et écrire couramment ou qu’on n’a pas le permis (autre exemple concret qu’il citait). Il voulait donc marquer sa cohérence d’analyse, tout en concédant une expression malencontreuse. Il a fait le choix de faire amende honorable sur la forme mais de tenir sur le fond.

Quelle est la valeur de ce type de lucidité dans le champ de la communication politique ? 

En agissant ainsi, il a plus de chance aujourd’hui, dans le climat de désamour des Français vis-à-vis de la classe politique, d’être bien perçu en reconnaissant avoir fait une erreur, qu’en alimentant la chronique des hommes politiques qui seraient arrogants et trop sûrs d’eux. Face à une gouvernance devenue très difficile (Nicolas Sarkozy a aussi suscité très rapidement de nombreux déçus et a généré un mouvement de rejet contre sa personne, qui a fait la victoire de François Hollande), où l’insatisfaction est massive vis-à-vis de tout gouvernant, adopter le profil bas et humble de celui qui sait reconnaître ses erreurs n’est pas une faiblesse et peut même devenir un atout, dès lors que vous arrimez cela à une image de compétence par ailleurs. Ce qui est son cas.

Finalement, en quoi cette stratégie d'image s'intègre-t-elle dans sa stratégie plus globale, dans un plan de carrière ? 

Quelles que soient la réalité de ses ambitions politiques, le fait qu’il ait quitté les cabinets de la République pour une banque et qu’il a l’humilité de confesser ses erreurs d’expression et d’appréciation donnent du crédit à l’idée qu’il ne rêve pas de places politiques tous les jours en se rasant. Dans le climat de rejet des professionnels de la politique, une telle posture peut devenir un atout.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

07.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

01.

Un appel contre l'Europe

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires