En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

01.

De la difficulté à juger les politiques

02.

Le filet de sécurité lâche l'homme-canon se tue

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 23 min 30 sec
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 1 heure 18 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 1 heure 56 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 2 heures 15 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 12 heures 24 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 16 heures 27 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 18 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 19 heures 41 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 21 heures 39 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 22 heures 3 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 32 min 26 sec
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 1 heure 58 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 12 heures 12 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 13 heures 11 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 18 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 19 heures 20 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 20 heures 42 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 21 heures 50 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 22 heures 16 min
© Reuters
Emmanuel Macron, ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique.
© Reuters
Emmanuel Macron, ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique.
Mouton gris

Quand Emmanuel Macron se façonne studieusement une image d’homme différent

Publié le 13 juillet 2015
En travaillant à une identité politique alternative, le ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique, Emmanuel Macron, se positionne comme un outsider à l’intérieur du système.
Arnaud Mercier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Mercier est professeur en sciences de l'information et de la communication à l'Institut Français de Presse, à l'université Panthéon-Assas, Paris. Responsable de la Licence information communication de l'IFP et chercheur au CARISM,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En travaillant à une identité politique alternative, le ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique, Emmanuel Macron, se positionne comme un outsider à l’intérieur du système.

Atlantico : Emmanuel Macron ne semble pas s'inscrire dans uns stratégie d'image traditionnelle. Nécessité d'un Roi en France, déclaration sur les ouvrières de Gad "illettrées"... Le ministre de l’Économie donne l'impression de vouloir se construire une identité politique alternative. Quelle peut-être sa stratégie d'image ? 

Arnaud Mercier : Il tente de capitaliser sur ses compétences économiques attestées à priori par ses diplômes et ses expériences acquises, y compris dans le secteur bancaire. Il cultive un profil qui se veut intermédiaire entre l’élu militant (l’élection au suffrage universel et/ou les positions de pouvoir au sein de l’appareil partisan valant carte d’accès à bord du gouvernement) et le technocrate expert (seule son expertise justifierait sa nomination au gouvernement), tout en penchant davantage du côté de l’expertise. Il sait que les Français pensent que la classe politique se sclérose, ne se renouvelle pas assez, donc il joue de sa « fraicheur », il surfe sur l’image d’un « novice » en politique, qui n’agit pas tout à fait comme les autres, car il est résolument pragmatique et veut simplement avoir des résultats plutôt que de donner le sentiment de gérer sa carrière.

Emmanuel Macron assume également le fait de ne pas avoir sa carte au PS par exemple... Quels bénéfices peut-il tirer de sa position d'outsider à l'intérieur du système ?

Dans un climat d’opinion où une infime minorité de Français déclarent avoir confiance dans les partis politiques en général, et où le Parti socialiste au pouvoir est discrédité aux yeux d’une majorité de citoyens, l’affichage de sa non appartenance est tout sauf un handicap. Du coup, il cultive son image de non apparatchik du PS pour mettre en scène sa compétence économique et son pragmatisme, loin des dogmes. Il est assez cohérent et démarqué pour que nul ne remette en cause son label social-démocrate et ne l’assimile aux frondeurs du PS.

Dans le cas des ouvrières de Gad, si le ministre de l'Economie s'est excusé, il n'est pas revenu sur ses conclusions. A qui s'adresse-t-il lorsqu'il montre qu'il assume toutes ses sorties ? 

S’il s’est excusé très vite c’est parce qu’il a réalisé que sur la forme il avait pu blesser les personnes concernées et celles et ceux qui pouvaient s’y identifier. D’autant plus que ce « premier de la classe » pouvait accréditer l’idée du mépris social. Mais il n’est pas revenu sur le fond de cette affaire, car sa démonstration était juste : il est plus difficile de retrouver du travail quand on cumule des handicaps comme ne pas savoir lire et écrire couramment ou qu’on n’a pas le permis (autre exemple concret qu’il citait). Il voulait donc marquer sa cohérence d’analyse, tout en concédant une expression malencontreuse. Il a fait le choix de faire amende honorable sur la forme mais de tenir sur le fond.

Quelle est la valeur de ce type de lucidité dans le champ de la communication politique ? 

En agissant ainsi, il a plus de chance aujourd’hui, dans le climat de désamour des Français vis-à-vis de la classe politique, d’être bien perçu en reconnaissant avoir fait une erreur, qu’en alimentant la chronique des hommes politiques qui seraient arrogants et trop sûrs d’eux. Face à une gouvernance devenue très difficile (Nicolas Sarkozy a aussi suscité très rapidement de nombreux déçus et a généré un mouvement de rejet contre sa personne, qui a fait la victoire de François Hollande), où l’insatisfaction est massive vis-à-vis de tout gouvernant, adopter le profil bas et humble de celui qui sait reconnaître ses erreurs n’est pas une faiblesse et peut même devenir un atout, dès lors que vous arrimez cela à une image de compétence par ailleurs. Ce qui est son cas.

Finalement, en quoi cette stratégie d'image s'intègre-t-elle dans sa stratégie plus globale, dans un plan de carrière ? 

Quelles que soient la réalité de ses ambitions politiques, le fait qu’il ait quitté les cabinets de la République pour une banque et qu’il a l’humilité de confesser ses erreurs d’expression et d’appréciation donnent du crédit à l’idée qu’il ne rêve pas de places politiques tous les jours en se rasant. Dans le climat de rejet des professionnels de la politique, une telle posture peut devenir un atout.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires