En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 5 min 24 sec
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 43 min 45 sec
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 1 heure 2 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 11 heures 11 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 15 heures 14 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 17 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 18 heures 29 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 20 heures 26 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 20 heures 51 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 21 heures 23 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 42 min 48 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 45 min 46 sec
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 10 heures 59 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 11 heures 59 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 16 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 18 heures 7 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 19 heures 30 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 20 heures 37 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 21 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 21 heures 43 min
© Reuters
L'ensemble de la rébellion islamiste dans le Caucase russe a officialisé son ralliement à Daech, le mois dernier.
© Reuters
L'ensemble de la rébellion islamiste dans le Caucase russe a officialisé son ralliement à Daech, le mois dernier.
Aspirateur à combattants

État islamique : et maintenant, l'implantation dans le Caucase et en Russie

Publié le 13 juillet 2015
Alors que près de 2.000 citoyens combattraient auprès de l'Etat islamique, le mois dernier, l'ensemble de la rébellion islamiste dans le Caucase russe a officialisé son ralliement à Daech. Un nouveau terrain de chasse pour le groupe terroriste se dessine.
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que près de 2.000 citoyens combattraient auprès de l'Etat islamique, le mois dernier, l'ensemble de la rébellion islamiste dans le Caucase russe a officialisé son ralliement à Daech. Un nouveau terrain de chasse pour le groupe terroriste se dessine.

Atlantico : Le mois dernier, l'un des chefs locaux de l'Emirat du Caucase, le plus important groupe djihadiste de Russie, actif dans le Caucase du Nord (Tchétchénie, Daghestan etc.) a prêté allégeance à l'Etat islamique. Il a par ailleurs décrété que la "région" qu'il gouvernait était désormais aux ordres de Daech. Peut-on aujourd'hui dire que l'Etat islamique s'est "installé" en Russie ? Quelle est la stratégie de l'EI derrière ces "allégeances" sur des terrains éloignés du Moyen-Orient ?

Alain Rodier : Comme sur les autres théâtres extérieurs à la Syrie et à l'Irak, Daech ne fait qu'accueillir les allégeances de chefs et d'activistes qui servaient auparavant sous les couleurs d' Al-Qaida "canal historique".  Dans le Caucase, il convient donc de distinguer deux entités, une dépendant du docteur Al-Zawahiri et l'autre d'Al-Baghdadi alias le calife Ibrahim.
La première est dirigée aujourd'hui Mohamed Abou Osman qui a succédé à Ali Abou Mohamed le Daghestanais tué par les forces de sécurité russes (qui traquent les rebelles "jusque dans les chiottes" comme le déclarait élégamment Vladimir Poutine) en avril dernier. Cette entité qui a été fondée en 2007 -donc bien avant la création de Daech- porte le nom qui peut tromper d' "Emirat Islamique du Caucase" (EIC). Ses chefs se font tuer les uns après les autres avec une régularité consternante.
Le deuxième qui a fait allégeance à l'EI serait emmenée par Roustan Asilderov alias Abou Mohamed al Qadari (ou Kadarsky) , l'ancien émir de l'EIC pour le Daghestan. Il aurait été rejoint par une figure de la rébellion caucasienne, Aslan Byututayev alias l'émir Khamzat commandant la région de Tchétchénie pour l'EIC, et surtout, responsable de nombreux attentats suicide dont ceux de Moscou en 2010 et 2011 et de Grozni de 2014. Selon la déclaration d'allégeance qui a été acceptée par le porte-parole de l'EI, Abou Mohamed al Adani le 23 juin, tous les militants de l'EIC pour la Tchétchénie, le Daghestan, l'Ingouchie et la Karbadino-Balkarie se sont rangés du côté de Daech. Cette déclaration a été condamnée par les leaders de l'EIC mais aussi par Al-Qaida dans la Péninsule Arabique (AQPA) qui joue un peu le rôle des "Affaires étrangère" au sein d'Al-Qaida "canal historique". Nous nous retrouvons un peu dans le même cas de figure qu'en Syrie où le Front Al-Nosra (la branche armée d'Al-Qaida) s'oppose frontalement à l'EI (les combats ne sont pas vraiment directs mais majoritairement via des attentats et des exécutions médiatisées).
 

Aux revendications islamistes des nombreux groupes salafistes présents dans cette région russe, se mêlent parfois des considérations ethniques et nationalistes issues de la diversité des peuples locaux (Tchétchènes, Ingouches ...). La tradition d'indépendance des combattants les rend moins enclins à être totalement intégrés dans la nébuleuse djihadiste internationale. Qu'en est-il aujourd'hui et les promesses de l'Etat islamique y changent-elles quelque chose ?

La rébellion dans le Caucase a toujours été très morcelée en fonction de réalités ethniques et régionales. Le commandement central de l'EIC n'a toujours fait qu'envoyer des directives très générales laissant les chefs locaux agir à leur guise. En effet, il ne bénéficie d'aucun moyen de rétorsion ne fournissant aucune aide à ces groupes sur le terrain. Son souci premier consiste à échapper aux commandos russes et aux milices spéciales du très festif président tchétchène Ramzan Kadirov, qui agissent avec des succès certains bien au delà des frontières.
L'influence directe d'Al-Baghdadi risque donc d'être insignifiante mais les groupes utilisant son label vont en profiter pour se faire un peu de publicité. En fin de compte, Daech est plus "vendeur" qu'Al-Qaida "canal historique" qui, par exemple, a été responsable des attentats dirigés contre Charlie Hebdo (via AQPA) mais dont on parle beaucoup moins que de l'EI.
 

Les djihadistes caucasiens ont mené, et continuent de mener, des attentats très meurtriers dans la région et dans les grandes villes russes. L'arrivée de Daech fait-elle craindre de nouvelles attaques ? Comment le gouvernement russe réagira-t-il ?

La capacité de nuisance des mouvements rebelles caucasiens a toujours été élevée. Par exemple, les fameuses "veuves noires" ont défrayé la chronique nécrologique. L'arrivée de Daech dans le paysage n'augmente pas le risque. Seules les signatures des prochains attentats seront intéressantes à décrypter afin de savoir qui prend l'avantage entre Al-Qaida "canal historique" et l'Etat Islamique. Mais je ne crois pas en une recrudescence des attentats dans la mesure où les moyens des rebelles ne sont pas augmentés.
Par contre, les autorités craignent, comme en Europe, le retour des volontaires servant sur le front syro-irakien, aussi bien dans les rangs de Daech que dans ceux d'Al-Nosra. En effet, 500 Ouzbeks, 360 Turkmènes, 200 Tadjiks, 100 Kirghizes et un nombre indéterminé d'Ouzbeks serviraient en Syrie. Il ne faut pas oublier les Ouzbeks membres du Mouvement Islamique d'Ouzbekistan (MIO) qui combattent aux côtés d'Al-Qaida en Afghanistan et au Pakistan. Certains auraient rejoint la "province Khorasan", une nouvelle entité créée par l'EI dans la zone.
Cette crainte de Moscou permet de comprendre pourquoi la Russie soutient les régimes en place à Damas, à Bagdad et dans une moindre mesure à Islamabad : ces pays constituent des abcès de fixation qui permettent de mener la guerre contre les radicaux islamistes hors de la mère patrie. Le but du président Poutine ne consiste pas à empêcher les volontaires caucasiens de partir se faire trouer la peau à l'extérieur mais à empêcher qu'ils ne reviennent créer des désordres à domicile.
 
 

L'implantation de l'Etat islamique sur un nouveau terrain donne l'impression que l'étau se resserre autour de l'Europe : Irak, Libye, Russie. Doit-on craindre la multiplication des foyers salafistes ? Quels risques pour l'Europe ?

Comme je le disais auparavant, il n'y a pas réellement de nouveauté. Les groupes salafistes-djihadistes existaient bien avant l'arrivée de Daech. Ceux qui lui font allégeance ne sont que des transfuges qui espèrent bénéficier d'une augmentation des moyens logistiques et humains. En dehors de la Libye et, dans une moindre mesure, de Boko Haram, ce n'est pas encore le cas. En effet, Daech concentre actuellement tous ses efforts sur la consolidation de son "Etat" situé à cheval sur le Syrie et l'Irak et ne peut dépêcher ailleurs des aides significatives.
 
Il se passe aujourd'hui un phénomène psychologique inquiétant dans le monde occidental : entraîné par l'Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie qui se sont mis discrètement d'accord (pour une fois), Al-Qaida paraît "moins pire" que l'EI. L'objectif est vraisemblablement, au final, d'entamer dans les années qui viennent, des négociations avec un acteur "qui compte". Or, l'objectif d'Al-Qaida est le même que celui de l'EI : établir un califat mondial, même si les modalités pour y parvenir sont actuellement différentes. 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 15/07/2015 - 10:55
Tchetchenie
Probablement inévitable, tant les "exploits" de Daesh suscitent d'enthousiasme chez les faibles d'esprits, soumis de plus à un régime d'une implacable dureté et probablement corruption.
Marie Esther
- 14/07/2015 - 08:16
bon alors
on compte sur les Russes parce que si même les Chinois et les Russes ne peuvent rien ce ne sont pas les démocraties occidentales qui vont arriver à éradiquer le terrorisme islamiste qui prend de l'ampleur et qui va finir par convaincre les fameux modérés que la charia est un régime politique équivalent à la démocratie.
cloette
- 13/07/2015 - 09:34
hum
Qu'en dit Obama ?