En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Journée “hôpital mort”

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

il y a 50 sec
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express voit Macron paralysé; Rachida Dati fait face à ses ennemis; Ségolène Royal veut faire taire les siens, et le PS qu'elle arrête de détourner son temps de parole; Retraite: plus les Français sont âgés, plus ils la souhaitent tardive
il y a 37 min 44 sec
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 15 heures 10 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 16 heures 16 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 18 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 18 heures 47 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 19 heures 10 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 20 heures 21 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 21 heures 46 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 22 heures 37 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’offensive de Disney, Amazon, Google et Apple, les chaînes de télé et le cinéma risquent d’être définitivement dépassés

il y a 26 min 59 sec
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 12 heures 49 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 15 heures 30 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 17 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 18 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 18 heures 57 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 19 heures 56 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 20 heures 52 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 22 heures 6 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 22 heures 38 min
© Reuters
L'ensemble de la rébellion islamiste dans le Caucase russe a officialisé son ralliement à Daech, le mois dernier.
© Reuters
L'ensemble de la rébellion islamiste dans le Caucase russe a officialisé son ralliement à Daech, le mois dernier.
Aspirateur à combattants

État islamique : et maintenant, l'implantation dans le Caucase et en Russie

Publié le 13 juillet 2015
Alors que près de 2.000 citoyens combattraient auprès de l'Etat islamique, le mois dernier, l'ensemble de la rébellion islamiste dans le Caucase russe a officialisé son ralliement à Daech. Un nouveau terrain de chasse pour le groupe terroriste se dessine.
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que près de 2.000 citoyens combattraient auprès de l'Etat islamique, le mois dernier, l'ensemble de la rébellion islamiste dans le Caucase russe a officialisé son ralliement à Daech. Un nouveau terrain de chasse pour le groupe terroriste se dessine.

Atlantico : Le mois dernier, l'un des chefs locaux de l'Emirat du Caucase, le plus important groupe djihadiste de Russie, actif dans le Caucase du Nord (Tchétchénie, Daghestan etc.) a prêté allégeance à l'Etat islamique. Il a par ailleurs décrété que la "région" qu'il gouvernait était désormais aux ordres de Daech. Peut-on aujourd'hui dire que l'Etat islamique s'est "installé" en Russie ? Quelle est la stratégie de l'EI derrière ces "allégeances" sur des terrains éloignés du Moyen-Orient ?

Alain Rodier : Comme sur les autres théâtres extérieurs à la Syrie et à l'Irak, Daech ne fait qu'accueillir les allégeances de chefs et d'activistes qui servaient auparavant sous les couleurs d' Al-Qaida "canal historique".  Dans le Caucase, il convient donc de distinguer deux entités, une dépendant du docteur Al-Zawahiri et l'autre d'Al-Baghdadi alias le calife Ibrahim.
La première est dirigée aujourd'hui Mohamed Abou Osman qui a succédé à Ali Abou Mohamed le Daghestanais tué par les forces de sécurité russes (qui traquent les rebelles "jusque dans les chiottes" comme le déclarait élégamment Vladimir Poutine) en avril dernier. Cette entité qui a été fondée en 2007 -donc bien avant la création de Daech- porte le nom qui peut tromper d' "Emirat Islamique du Caucase" (EIC). Ses chefs se font tuer les uns après les autres avec une régularité consternante.
Le deuxième qui a fait allégeance à l'EI serait emmenée par Roustan Asilderov alias Abou Mohamed al Qadari (ou Kadarsky) , l'ancien émir de l'EIC pour le Daghestan. Il aurait été rejoint par une figure de la rébellion caucasienne, Aslan Byututayev alias l'émir Khamzat commandant la région de Tchétchénie pour l'EIC, et surtout, responsable de nombreux attentats suicide dont ceux de Moscou en 2010 et 2011 et de Grozni de 2014. Selon la déclaration d'allégeance qui a été acceptée par le porte-parole de l'EI, Abou Mohamed al Adani le 23 juin, tous les militants de l'EIC pour la Tchétchénie, le Daghestan, l'Ingouchie et la Karbadino-Balkarie se sont rangés du côté de Daech. Cette déclaration a été condamnée par les leaders de l'EIC mais aussi par Al-Qaida dans la Péninsule Arabique (AQPA) qui joue un peu le rôle des "Affaires étrangère" au sein d'Al-Qaida "canal historique". Nous nous retrouvons un peu dans le même cas de figure qu'en Syrie où le Front Al-Nosra (la branche armée d'Al-Qaida) s'oppose frontalement à l'EI (les combats ne sont pas vraiment directs mais majoritairement via des attentats et des exécutions médiatisées).
 

Aux revendications islamistes des nombreux groupes salafistes présents dans cette région russe, se mêlent parfois des considérations ethniques et nationalistes issues de la diversité des peuples locaux (Tchétchènes, Ingouches ...). La tradition d'indépendance des combattants les rend moins enclins à être totalement intégrés dans la nébuleuse djihadiste internationale. Qu'en est-il aujourd'hui et les promesses de l'Etat islamique y changent-elles quelque chose ?

La rébellion dans le Caucase a toujours été très morcelée en fonction de réalités ethniques et régionales. Le commandement central de l'EIC n'a toujours fait qu'envoyer des directives très générales laissant les chefs locaux agir à leur guise. En effet, il ne bénéficie d'aucun moyen de rétorsion ne fournissant aucune aide à ces groupes sur le terrain. Son souci premier consiste à échapper aux commandos russes et aux milices spéciales du très festif président tchétchène Ramzan Kadirov, qui agissent avec des succès certains bien au delà des frontières.
L'influence directe d'Al-Baghdadi risque donc d'être insignifiante mais les groupes utilisant son label vont en profiter pour se faire un peu de publicité. En fin de compte, Daech est plus "vendeur" qu'Al-Qaida "canal historique" qui, par exemple, a été responsable des attentats dirigés contre Charlie Hebdo (via AQPA) mais dont on parle beaucoup moins que de l'EI.
 

Les djihadistes caucasiens ont mené, et continuent de mener, des attentats très meurtriers dans la région et dans les grandes villes russes. L'arrivée de Daech fait-elle craindre de nouvelles attaques ? Comment le gouvernement russe réagira-t-il ?

La capacité de nuisance des mouvements rebelles caucasiens a toujours été élevée. Par exemple, les fameuses "veuves noires" ont défrayé la chronique nécrologique. L'arrivée de Daech dans le paysage n'augmente pas le risque. Seules les signatures des prochains attentats seront intéressantes à décrypter afin de savoir qui prend l'avantage entre Al-Qaida "canal historique" et l'Etat Islamique. Mais je ne crois pas en une recrudescence des attentats dans la mesure où les moyens des rebelles ne sont pas augmentés.
Par contre, les autorités craignent, comme en Europe, le retour des volontaires servant sur le front syro-irakien, aussi bien dans les rangs de Daech que dans ceux d'Al-Nosra. En effet, 500 Ouzbeks, 360 Turkmènes, 200 Tadjiks, 100 Kirghizes et un nombre indéterminé d'Ouzbeks serviraient en Syrie. Il ne faut pas oublier les Ouzbeks membres du Mouvement Islamique d'Ouzbekistan (MIO) qui combattent aux côtés d'Al-Qaida en Afghanistan et au Pakistan. Certains auraient rejoint la "province Khorasan", une nouvelle entité créée par l'EI dans la zone.
Cette crainte de Moscou permet de comprendre pourquoi la Russie soutient les régimes en place à Damas, à Bagdad et dans une moindre mesure à Islamabad : ces pays constituent des abcès de fixation qui permettent de mener la guerre contre les radicaux islamistes hors de la mère patrie. Le but du président Poutine ne consiste pas à empêcher les volontaires caucasiens de partir se faire trouer la peau à l'extérieur mais à empêcher qu'ils ne reviennent créer des désordres à domicile.
 
 

L'implantation de l'Etat islamique sur un nouveau terrain donne l'impression que l'étau se resserre autour de l'Europe : Irak, Libye, Russie. Doit-on craindre la multiplication des foyers salafistes ? Quels risques pour l'Europe ?

Comme je le disais auparavant, il n'y a pas réellement de nouveauté. Les groupes salafistes-djihadistes existaient bien avant l'arrivée de Daech. Ceux qui lui font allégeance ne sont que des transfuges qui espèrent bénéficier d'une augmentation des moyens logistiques et humains. En dehors de la Libye et, dans une moindre mesure, de Boko Haram, ce n'est pas encore le cas. En effet, Daech concentre actuellement tous ses efforts sur la consolidation de son "Etat" situé à cheval sur le Syrie et l'Irak et ne peut dépêcher ailleurs des aides significatives.
 
Il se passe aujourd'hui un phénomène psychologique inquiétant dans le monde occidental : entraîné par l'Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie qui se sont mis discrètement d'accord (pour une fois), Al-Qaida paraît "moins pire" que l'EI. L'objectif est vraisemblablement, au final, d'entamer dans les années qui viennent, des négociations avec un acteur "qui compte". Or, l'objectif d'Al-Qaida est le même que celui de l'EI : établir un califat mondial, même si les modalités pour y parvenir sont actuellement différentes. 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 15/07/2015 - 10:55
Tchetchenie
Probablement inévitable, tant les "exploits" de Daesh suscitent d'enthousiasme chez les faibles d'esprits, soumis de plus à un régime d'une implacable dureté et probablement corruption.
Marie-E
- 14/07/2015 - 08:16
bon alors
on compte sur les Russes parce que si même les Chinois et les Russes ne peuvent rien ce ne sont pas les démocraties occidentales qui vont arriver à éradiquer le terrorisme islamiste qui prend de l'ampleur et qui va finir par convaincre les fameux modérés que la charia est un régime politique équivalent à la démocratie.
cloette
- 13/07/2015 - 09:34
hum
Qu'en dit Obama ?