En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Un automne dans les rues?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 45 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 11 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 12 heures 10 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 13 heures 58 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 15 heures 58 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 16 heures 45 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 17 heures 20 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 17 heures 50 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 18 heures 2 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 10 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 12 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 12 heures 15 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 14 heures 47 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 16 heures 26 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 16 heures 51 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 17 heures 11 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 17 heures 37 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 17 heures 57 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 8 heures
© Wikimédia
Le cofondateur de la Droite forte, Geoffroy Didier.
© Wikimédia
Le cofondateur de la Droite forte, Geoffroy Didier.
Grand entretien

Geoffroy Didier : "La seule manière d'être haut dans les baromètres d'opinion est de ne rien dire, de ne rien faire, et de ne prendre aucun risque"

Publié le 05 juillet 2015
La fête de la Violette samedi 4 juillet a réuni près de 4 000 personnes. Organisée par la Droite Forte, le rassemblement a été occasion pour le Président des Républicains de s'adresser à un public conquis dans une séquence politique difficile.
Geoffroy Didier est député européen et secrétaire général délégué des Républicains. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Geoffroy Didier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Geoffroy Didier est député européen et secrétaire général délégué des Républicains. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La fête de la Violette samedi 4 juillet a réuni près de 4 000 personnes. Organisée par la Droite Forte, le rassemblement a été occasion pour le Président des Républicains de s'adresser à un public conquis dans une séquence politique difficile.

Atlantico : La fête de la Violette vient de se terminer. Qu'a-t-elle permis de réaliser selon vous ?

Geoffroy Didier : La fête de la Violette est depuis maintenant trois ans ce moment magique où à l'orée de l'été, plusieurs milliers de nos concitoyens se retrouvent, à l'invitation de Guillaume Peltier et de moi-même, pour une journée champêtre, conviviale, intense en émotion et forte en convictions. En trois ans, elle s'est imposée comme le rendez-vous incontournable de la droite française : nous étions 2000 la première année, près de 3000 l'année dernière et 4000 cette année. Elle est un fait politique en soi, mais elle est aussi ce lieu à part qui démontre que la politique, c'est avant tout une aventure humaine et collective. 

Quelle signification la présence de Nicolas Sarkozy pouvait-elle revêtir ?

Nous avions reçu la première année Bruno Le Maire, Jean-François Copé, Brice Hortefeux, puis l'année dernière Rachida Dati et Luc Chatel. Il était naturel que pour l'édition 2015, notre invité  d'honneur soit le président de notre famille politique, Nicolas Sarkozy. Il était celui que tous attendaient. 

Considérez-vous que la Droite Forte est aujourd'hui l'un des plus fidèles soutien de Nicolas Sarkozy ? Y trouve-t-on les plus fervents sarkozystes ?

La Droite forte est le premier mouvement militant de la première force politique de France. Elle est comme le réacteur d'une fusée : sans elle, nous ne pouvez pas vous envoler. Sans légitimité populaire, une aventure politique tourne court. Je sais bien qu'à cette force militante, certains préfèrent "l'opinion publique", qui serait comme plus noble. Mais "l'opinion", je ne sais pas ce que c'est ni qui elle est. L'opinion, moi, je ne l'ai jamais rencontrée. Je n'ai jamais déjeuné avec une opinion publique. 

Selon des propos rapportés par Le Figaro, vous seriez passés avec Guillaume Peltier de "sarkolâtre à sarkoréaliste". Qu'est-ce que cela signifie concrètement ?

Nous n'avons jamais été sarkolâtres, et je trouve étrange que dès qu'on partage les valeurs du sarkozysme, l'on soit nécessairement considéré comme sarkolâtre, comme "ultra" ou "groupie". Mais si votre perception a changé, c'est sans doute aussi parce que Guillaume et moi avons évolué, mûri, grandi. Avant, nous étions moqués et caricaturés. Désormais, nous sommes légitimés et écoutés. 

Début mars, vous avez critiqué les conférences données par Nicolas Sarkozy. Pour quelles raisons ?

Si je soutiens Nicolas Sarkozy pour son énergie, son autorité, sa force de persuasion et sa capacité d'entrainement, je reste libre de mes pensées et de mes paroles. Lorsqu'il s'éloigne de ce en quoi je crois, je le dis. Je serai toujours sincère dans ma parole. Cette sincérité, je la puise de mes très nombreux déplacements de terrain. Et elle est pour moi la marque du respect que je porte à tous les Français qui se sont trop longtemps sentis abandonnés par les hommes et femmes politiques. 

A-t-il fait d'autres erreurs selon vous depuis son retour en politique ?

Chaque responsable politique a des devoirs : écouter et prendre le pouls pour saisir le réel, se remettre toujours en question pour mieux avancer. Nicolas Sarkozy a compris que pour lui, ce ne pouvait pas être un retour mais que ce devait être un nouveau départ. 

Comment analysez-vous sa chute dans les sondages ?

La seule manière d'être au plus haut des baromètres d'opinion est de ne rien dire, de ne rien faire et surtout de ne prendre aucun risque. Vous admettrez que je viens de vous décrire là tout le contraire de Nicolas Sarkozy! Mais lorsqu'il s'agit de passer à l'acte de vote, seuls ceux qui s'engagent, font des choix et assument leurs convictions finissent par susciter l'adhésion.

Rue de Vaugirard certains pensent qu'il doit se recentrer pour enrayer la chute. Comment cela pourrait-il être mis en oeuvre ?

Ce n'est pas en ces termes qu'il faut réfléchir. Les Français attendent de nous que l'on soit surtout plus à l'écoute, plus courageux et visionnaires. Plus à l'écoute, car trop de grands élus, adeptes de l'entre-soi et des cordons de protection dans les meetings, n'écoutent ni ne regardent même plus les Français. Plus courageux, car si on a fait beaucoup de lois, à droite comme à gauche, on les a très rarement appliquées. La loi d'interdiction du port de la burqa dans l'espace public? Pas appliquée! Le choc de simplification? C'est tout le contraire qui a été mis en œuvre. Enfin, nous devons être visionnaires, car telle doit être la question : où emmène-t-on la France pour dans 20 ans? Les politiques à la petite semaine sont devenues insupportables. Si je suis de droite, c'est parce que j'ai la conviction profonde que sans ordre, il n'existe pas de justice. Même si je respecte chacun, je n'ai jamais véritablement compris ce que signifiait être centriste. 

Imaginez-vous que Nicolas Sarkozy puisse perdre aux élections primaires ?

Imaginer qu'il la gagnerait forcément serait la pire manière de s'y préparer. Une élection est une mise en danger, et les Français sont libres. Il existe aujourd'hui une soif de relève. La France change, et elle change vite. Cela signifie que l'expérience d'une personnalité comme Nicolas Sarkozy devra nécessairement s'accompagner du nouveau logiciel de jeunes élus, qui savent écouter, qui s'engagent sur le terrain et qui ont compris que demain, il faudra dire, faire mais surtout tenir. Seul cet alliage sera susceptible de créer un nouvel espoir. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Un automne dans les rues?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 06/07/2015 - 07:58
c'est ca la droite forte ?
Laissez nous rire, c'est la droite forte en gueule. Et pour ce qui est de leur " fête de la violette " je rappelerai a ces messieurs que les violettes ne poussent pas en juillet mais entre avril et mai. C'est sûrement un de ces petits communicants fraîchement sortis d'une grande école qui ont trouver ce nom. Une bonne dose de bon sens, les pieds sur terre,du courage , voila ce qui manque.Quant a dire que ne rien dire, ne pas faire de bruit ferait monter dans les sondages, en effet dans les sondages commandes par les média, mais pour les gens, il faut dire et nommer les choses,c'est justement un des reproche qui est fait aux politiciens .
cadi67
- 06/07/2015 - 00:09
changement
Ce n'est pas en changeant le nom d'un parti qu'il va changer. Pas plus que son président en tout cas. Votre parti a été au pouvoir pendant 5 ans. Vous avez trouvé un pays avec un très fort taux de chômage, une insécurité record et une immigration inacceptable. Vous l'avez rendu dans le même état. Le bilan n'est pas médiocre, il est nul. Si vous revenez, vous ferez du Hollande dans le texte. Le discours creux et musclé en plus. Comment vous faire confiance quand vos partis successifs se fichent de nous depuis 1974?
Fran6
- 05/07/2015 - 19:37
oui?
bah, ça y va le violon... pour moi, impossible de voter pour un menteur, dans votre parti, les ripoublicains, je vois que bruno Lemaire comme possible sur mon bulletin, un qui fait ce qu'il dit, tellement rare, les autres, c'est l'argent et la place dont vous êtes l'exemple donné par Gilly