En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

02.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

03.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

04.

Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes

05.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

06.

L’amendement inutile : l’IMG, (Interruption médicale de grossesse) à 9 mois pour cause de détresse psychosociale

07.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Insolite
Spectateurs virtuels
Denver Broncos : les personnages de South Park s'invitent au stade pour les matches de NFL
il y a 7 heures 53 min
pépites > Défense
Chemin de la paix...
L'Arménie saisit d'urgence la Cour européenne des droits de l'homme après les tensions militaires avec l'Azerbaïdjan
il y a 9 heures 34 min
pépites > Economie
Outils de lutte contre la crise et face à la pandémie
Le gouvernement présente son projet de budget 2021
il y a 10 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contes et légendes" de Joël Pommerat : Pommerat au firmament

il y a 13 heures 4 min
Alimentation
Plus de la moitié des produits végétariens étudiés par une association contiennent de l’eau comme ingrédient principal
il y a 13 heures 43 min
pépites > Religion
Séparatisme
Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes
il y a 15 heures 8 min
décryptage > Economie
Nécessité d'un compromis

Sécurité sanitaire et emploi : les difficultés du "en même temps"

il y a 15 heures 35 min
pépite vidéo > Défense
Tensions
L'Arménie et l'Azerbaïdjan instaurent la loi martiale
il y a 15 heures 55 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

COVID-19 : France, Royaume-Uni, Espagne, comment faire baisser la contamination ? Des "Gilets jaunes des bars" maintenant ?

il y a 16 heures 27 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Malaise au poignet ? Le nouvel bracelet connecté de santé d'Amazon analyse votre voix et vos émotions
il y a 17 heures 9 min
light > Media
"En toute franchise"
Ségolène Royal va intervenir régulièrement sur le plateau de LCI dans le cadre d'un débat
il y a 8 heures 21 min
pépites > Politique
Candidature
Rachida Dati se confie dans la presse britannique sur son souhait de vouloir "gagner l'élection présidentielle de 2022"
il y a 10 heures 2 min
décryptage > France
Les entrepreneurs parlent aux Français

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

il y a 12 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vagabondages" de Lajos Kassak : sur les routes de Budapest à Paris avant 14, le savoir survivre d’un artiste prolétaire… une pépite de la littérature hongroise

il y a 13 heures 19 min
décryptage > Economie
Coronavirus

Impact du Covid-19 : vers un budget 2021 en apesanteur

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Société
Licence to kill

L’amendement inutile : l’IMG, (Interruption médicale de grossesse) à 9 mois pour cause de détresse psychosociale

il y a 15 heures 15 min
Crise
La paralysie de l'économie due au coronavirus menace New York déjà très endettée
il y a 15 heures 44 min
décryptage > International
Disraeli Scanner

Donald Trump : comment le populiste s’est mué en conservateur

il y a 16 heures 12 min
décryptage > Santé
Confusion généralisée

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

il y a 16 heures 43 min
décryptage > Sport
Une deux, une deux

Fermetures des salles de sport : à quelles activités physiques se mettre pour garder la forme face à un automne semi-confiné ?

il y a 17 heures 13 min
© Reuters
Le président des Républicains a participé samedi à la Fête de la Violette.
© Reuters
Le président des Républicains a participé samedi à la Fête de la Violette.
L'amour est un bouquet de violettes

Quand Nicolas Sarkozy repart à la conquête de son cœur de cible sous l'orage

Publié le 05 juillet 2015
Invité d'honneur de la Fête de la Violette, le rendez-vous annuel de la Droite Forte, l'ex chef de l’État a été accueilli comme une pop star. Nicolas Sarkozy, galvanisé par cet accueil, a déclaré aux militants de l'aile droite des Républicains : "C'est de vous dont j'ai besoin. De vous seulement".
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Invité d'honneur de la Fête de la Violette, le rendez-vous annuel de la Droite Forte, l'ex chef de l’État a été accueilli comme une pop star. Nicolas Sarkozy, galvanisé par cet accueil, a déclaré aux militants de l'aile droite des Républicains : "C'est de vous dont j'ai besoin. De vous seulement".

Les éléments se sont pourtant ligués contre lui comme autant de mauvais augures. Les embouteillages sur la route puis l'orage qui a commencé à gronder quelques minutes avant son arrivée... A ce stade, Brice Hortefeux n'a pas encore perdu son sens de l'humour : "le bad boy attire la foudre...", lance-t-il. Nouveau coup de tonnerre, il ironise encore : "lorsqu'il arrive, il électrice tout, n'est-ce pas". C'est lorsque la pluie se met à tomber en trombes, alors même que Nicolas Sarkozy s’apprête à descendre de voiture, que l'ancien ministre de l'Intérieur s'éclipse, un peu inquiet, pour rejoindre son mentor qui attend une accalmie. Les militants, dont certains arborent un badge : "tous avec le grand Nicolas", eux, ont gardé le sourire : "ça n'est pourtant pas François Hollande qu'on attend", lance l'un d'eux.

Tout à coup, les portières s'ouvrent, Nicolas Sarkozy s'extrait, abrité par un parapluie. Lorsqu'il arrive sous la tente dressée pour l'occasion, c'est l'euphorie. La foule déchaînée hurle : "Nicolas ! Nicolas !". Il peine à commencer son discours, doit faire taire une partie des militants. Ici à La Ferté Imbault, en Sologne, l'ex président est chez lui, au milieu des siens. La Droite Forte est son fan club. Et cette foule affectueuse, à chaque fois, le galvanise. Il ne s'en cache pas : "C'est la troisième édition de la Fête de la Violette. J'ai regardé les deux premières. A l'époque, j'étais retiré de la vie politique et je me disais : lorsque je reviendrai, c'est eux que je veux voir en premier, eux qui ne désespèrent jamais... de la France". De moi, a-t-il failli dire ? Cette affection mutuelle, cette confiance à laquelle il accorde tant de prix, il y reviendra plus tard, en lançant : "quand je vous vois, je comprends pourquoi je devais revenir. C’est de vous dont je veux être compris. De vous seulement. C'est de vous dont j'ai besoin. De vous seulement !".

Puis Nicolas Sarkozy se lance dans un discours auquel le tonnerre va donner un étrange écho. Un discours au fil duquel chacun va en prendre pour son grade : le Modem pour commencer "qui (est) avec nous pour prendre des postes et à Paris avec François Hollande pour prendre des miettes. La vie politique française n'a pas besoin de girouettes". 

Puis, c'est au tour d'Alexis Tspiras d'être la cible des attaques de l'ancien Président qui s'offusque "il dit : si l'Europe ne paie pas, nous laisserons passer les migrants et même des djihadistes". Hoooo fait la salle. Puis il explique sa position sur le référendum : "je ne reprocherai jamais à quelqu’un de choisir le référendum car demander au peuple son avis c'est bien mais si les grecs disent non Tsipras devra partir".

L'ancien président réaffirme sa conviction, tout en égratignant François Hollande : "Il faut un gouvernement économique à l’Europe et je demande un président de ce gouvernement économique. On ne peut plus continuer comme ça mais tout ça ne peut être fait sans un couple franco-allemand indestructible. Le leadership n'est pas un droit mais un devoir". A l'attention de Manuel Valls qu’il appelle "le récent converti à la guerre de civilisation", il explique, alors que le tonnerre redouble de force : "oui, il y a une civilisation européenne et oui elle a des racines judéo-chrétiennes et dans un élan lyrique d'ajouter : "en disant cela, je ne milite pour aucune religion, je ne fais que survoler notre hexagone avec son long cortège de cathédrales et d’églises". Le ciel se déchire à nouveau. Un peu plus tard, alors qu'il explique que la France n'a plus les moyens de sa politique d'immigration, il termine dans un nouveau craquement assourdissant : "nous sommes attachés à notre mode de vie et nous ne voulons pas en changer". Le discours est sérieux, presque académique. Comme si le président des Républicains avait entendu les critiques, l'accusant de transformer ses meetings en one man show.

Devant ces plus fidèles soutiens, il a voulu renouer avec une certaine forme de solennité. Mais il n'a  pu s’empêcher une pique que l'on imagine destinée à Alain Juppé qui, au même moment, organisait, à Suresnes, un barbecue avec ses soutiens. Il raconte qu'un médecin de Saint-Étienne lui a écrit pour lui dire "monsieur Sarko, vous êtes attaqué de toutes parts et vous ne répondez pas, pourquoi ?". Et Nicolas Sarkozy d'expliquer à la salle : "quand je n'entends pas, je fais semblant d'être sourd. Quand je ne vois pas, je fais semblant d'être aveugle et... ça ne durera qu'un temps !", lance-t-il un brin menaçant avant de marquer un temps d’arrêt et d'ajouter : "Soleil ou pluie, ce rendez-vous là, je ne l'aurai manqué pour rien au monde". On le sent sincère. Ce plongeon en plein cœur du noyau dur de la sarkozie semble avoir redonné confiance au futur candidat à la primaire des Républicains. Alors que chutent les sondages le concernant, la fête de la Violette tombait à point nommé.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cadi67
- 06/07/2015 - 00:20
changement
Clair, il a pas changé. L'excité de service est toujours là.
BOCE64
- 05/07/2015 - 22:39
Barre tôt VGE
Moneo 98 , les Français ont plutôt ratés Giscard en 1981
raslacoiffe
- 05/07/2015 - 21:40
Encore un petit effort Madame BERTRAND
Le style un peu goguenard du début de l'article s'est ensuite mu en analyse plus objective et distanciée. Continuez Madame BERTRAND dans cette voie et vous pourrez revendiquer votre qualité de journaliste politique.