En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

04.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 54 min 23 sec
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 3 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 4 heures 42 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 5 heures 49 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 6 heures 53 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 7 heures 46 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 8 heures 10 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 8 heures 50 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 9 heures 14 min
décryptage > Environnement
On tremble

Un nouveau délit va être créé : celui "d'écocide"

il y a 9 heures 22 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 1 heure 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 4 heures 21 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 5 heures 28 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 6 heures 4 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 7 heures 33 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 8 heures 25 sec
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 8 heures 44 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 9 heures 7 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 9 heures 15 min
décryptage > Economie
Espoir dans la lutte contre le virus

Vaccins contre Covid-19

il y a 9 heures 27 min
© Reuters
© Reuters
Grande question

Et chez vous, c’est combien ? L’art délicat de se faire la bise en France

Publié le 04 juillet 2015
Une carte de France des plus complexes vient d'être publiée : celles du nombre de bises, en fonction des régions.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une carte de France des plus complexes vient d'être publiée : celles du nombre de bises, en fonction des régions.

Qui n'a jamais vécu ce malaise indescriptible de se voir tourner le dos alors que l'on s'apprêtait à offre une nouvelle bise à son interlocuteur ? Ou au contraire cette légère honte de laisser en plan celui ou celle qui ne partage pas notre sacro-sainte tradition locale en matière de bisous ? Si ces questions franco-françaises ne sont toujours pas réglées, les appréhensions des étrangers sur le sujet sont démultipliées. Dans un court reportage, la chaîne ARTE raconte ainsi l'angoisse collective de tous les petits élèves allemands lors de leur séjour dans les familles françaises, qui redoutent l'instant terrible du bonjour. Alors si on ajoute le nombre de bises qui varient… "C'est vrai que pour beaucoup de pays, la bise paraît exotique" explique Frédéric Rouvillois, auteur du livre 'Histoire de la politesse : De la Révolution à nos jours.' "D'ailleurs, on la voit apparaître dans les milieux très snobs des Etats-Unis."


Orange = 1 bise, jaune = 2 bises, vert = 3 bises, bleu = 4 bises, violet = 5 bises


Le Washington Post a récemment publié une étrange carte de France, réalisée par le site Radical Cartography. Les différentes couleurs correspondent au nombre de bises que l'on se fait pour se saluer en fonction des régions. L'auteur se base sur une étude faite sur internet, et compilée sur le site combiendebises.free.fr. Plus de 75 000 personnes ont répondu pour donner des résultats variés. Ainsi, la majorité de l'hexagone a opté pour la double bise, rapide, efficace. C'est le cas des grandes villes comme Lyon, Toulouse ou Marseille. Paris est aussi une grande ambassadrice mais semble littéralement cernée par le deuxième plus grand groupe, ceux de la double-double bise (quatre bises en fait). Représentée en bleu, cette population occupe la partie nord du pays avec des fiefs important en Bourgogne et en Vendée.

Le "3 bises" est bien installé dans le midi à l'exception notable de la côte d'Azur, fidèle à la double bise. Restent quelques espaces étranges où l'aspect identitaire semble aussi passer par le claquement de joues : 18% de la Corse prend le temps de faire 5 bises ! De l'autre côté de la France, le Finistère se contente d'une seule, tout comme les Deux-Sèvres. Et que penser de la Creuse où toutes les couleurs semblent se mélanger ?


En Allemagne, on n'est pas très bisous. Ou alors est-ce une question d'affinités...

Difficile de savoir d'où viennent ces habitudes mais les résistances identitaires jouent peut-être un rôle dans leur vivacité. Ainsi, un site d'actualité locale de Haute-Loire s'enorgueillit que le département soit "le dernier rempart des trois bises." Une différence sociale semble aussi être à l'œuvre entre les riches urbains et les ruraux plus modestes, bien que les évolutions soient constantes. Un provincial, revenu de Paris, peut parfois revenir avec de nouvelles habitudes. "Tout cela reste un peu de la sociologie de bricolage" tempère Frédéric Rouvillois qui rappelle que l'apparition de la bise est très récente. "Elle remonte à la fin du 19ème siècle dans les couches populaires et s'est véritablement développée après mai 1968."

Ces questions de nombres de bises restent à mille lieux de beaucoup de nos voisins, en particulier germaniques et anglo-saxons. Si le "hug" (le fait de s'enlacer) est la norme aux Etats-Unis, la bise reste une étrangeté, surtout entre hommes. En Allemagne, la réticence est encore plus prononcée. Il y a quelques années, la société de conseil allemande Knigge affirmait que la bise était en augmentation dans le monde du travail et que cela gênait énormément de nombreux travailleurs. Pire, il existerait en Europe une "zone de distanciation sociale" d'un mètre qu'il faudrait ainsi respecter. Il faut dire que beaucoup de nos voisins outre-Rhin y voient un "aspect érotique." Que doivent-ils penser alors du baiser "à la russe…"


Le fameux baiser de Léonid Brejnev et Erich Honecker lors de l'époque soviétique

Peut-être ne faut-il justement pas nier le caractère séducteur de la bise. "La bise crée une promiscuité immédiate, c’est un reniflement animalier et aussi une bonne base pour draguer" raconte ainsi ARTE. D'ailleurs, elle n'a pas toujours été bien vue en France. Il est toujours formellement interdit de se faire la bise à l'Assemblée nationale comme le racontait le député écologiste François de Rugy sur son blog et de nombreux députés restent très conservateurs en la matière.  

C'est seulement une fois que la bise sera durablement admise tant en France (et c'est bientôt) que par nos voisins que ces derniers pourront réfléchir au nombre adéquat de bise à partager. Avec la nuance qu'il faut apporter : le concepteur de la carte affirme, par exemple,  avoir reçu un email d'un Corse affirmant qu'il n'avait jamais vu de "5 bises" sur son île… Français ou pas, le mieux est de se laisser guider par son instinct. Après tout, une bise de plus ou de moins n'a jamais tué personne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires