En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 3 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 3 heures 24 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 6 heures 50 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 7 heures 45 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 8 heures 31 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 9 heures 29 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 11 heures 44 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 12 heures 31 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 14 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 3 heures 12 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 3 heures 48 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 7 heures 12 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 8 heures 6 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 8 heures 45 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 9 heures 51 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 12 heures 6 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 12 heures 57 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 13 heures 52 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 14 heures 51 min
© Reuters
Le chiffres sur l'islamophobie en France sont à manipuler avec précaution.
© Reuters
Le chiffres sur l'islamophobie en France sont à manipuler avec précaution.
Attention, manipuler avec précaution

+500% pour les agressions physiques et +23,5% pour l’ensemble des actes islamophobes : les éléments pour vraiment comprendre ces chiffres choc

Publié le 03 juillet 2015
Le nombre d'actes "islamophobes" signalés au premier semestre 2015 a augmenté de 23,5% par rapport à la même période de l'an dernier, avec une flambée des agressions physiques (+500%) et des violences verbales (+100%), selon les données du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) publiées le 1er juillet.
Tarik Yildiz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tarik Yildiz est est sociologue et président de l'Institut de Recherche sur les Populations et pays Arabo-Musulmans (IRPAM). Il est également essayiste et notamment l'auteur de Qui sont-ils ? Enquête sur les jeunes musulmans de France (Editions...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le nombre d'actes "islamophobes" signalés au premier semestre 2015 a augmenté de 23,5% par rapport à la même période de l'an dernier, avec une flambée des agressions physiques (+500%) et des violences verbales (+100%), selon les données du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) publiées le 1er juillet.

Atlantico : Le rapport du Collectif contre l'islamophobie en France fait état d'une hausse de 23,5% sur les six premiers mois de l'année 2015 par rapport à la même période l'an dernier. Concrètement, le collectif a recensé 489 actes anti-musulmans depuis janvier, contre 396 un an plus tôt. Peut-on parler d'une hausse significative quand on la replace dans le contexte général ?

Tarik Yildiz : Il faut prendre en compte l'impact du baromètre de l'islamophobie. Cela dépend de l'instrument avec lequel on prend la température. On note certes une augmentation des actes islamophobes dans l'absolu. Mais certains actes qui sont considérés comme islamophobes aujourd'hui ne l'étaient pas il y a tout juste dix ans. C'est notamment le cas des profanations ou le refus d'un service à une femme parce qu'elle est voilée, choses qui étaient considérés comme des incivilités auparavant. Cette nouvelle mesure permet de gonfler artificiellement les chiffres. Mais même en prenant en compte ces nouveaux éléments, il est difficile d'en arriver aux mêmes conclusions que le CCIF.

Le rapport du CCIF présente des pourcentages chocs (+500% pour les agressions physiques ; 400% pour les actes de dégradations et de vandalisme). Qu'en est-il quand on étudie les données en valeur absolue ?

Ces chiffres sont à prendre avec des pincettes. Il y a clairement une réserve sur la méthode. Il faudrait savoir comment on a compté. Si une année, on assiste à un acte raciste, et l'année suivante, à 1, on ne pourrait pas affirmer aussitôt qu'on a affaire à une hausse de 1000%. Il faut privilégier une approche prudente. Il ne faut jamais oublier que le rapport du CCIF reflète seulement la perception, la vision d'un organisme, d'une association.

Sur 489 "actes islamophobes" recensées depuis les attentats de janvier 2015, 320 sont des "discriminations" commises sept fois sur dix par des institutions. Ces signalements, par nature plus flous, sont-ils un indicateurs fiables du phénomène d'islamophobie en France ? Quels éléments permettraient concrètement de considérer que nous sommes face à un phénomène en explosion ?

Il y a là aussi une dimension politique dans le fait de considérer ce phénomène comme en explosion. Le refus d'accès à un service public pour une femme voilée, pour certains, sera qualifié d'islamophobe quand pour d'autres, il s'agissait d'une application stricte de la laïcité. C'est plutôt à la lumière des chiffres du ministère de l'Intérieur, lequel recense les délits et non plus seulement les simples signalements, qu'il faudrait mesurer l'islamophobie. Ne se fonder que sur les déclarations des vicitmes, comme le fait le CCIF permet juste de faire passer un message politique. Ces données, si elles ne sont pas non plus objectives, ont au moins le mérite d'être officielles.

Les chiffres du CCIF, qui rejette les statistiques fondées sur les simples plaintes et mains courantes déposées au Ministère de l'intérieur, reposent sur les signalements des victimes. Quels sont justement les chiffres officiels ?

Les chiffres officiels sont effectivement beaucoup moins importants, de l'ordre de un à cinq environ, ne serait-ce que parce qu'il s'agit d'une autre manière de compter. Pour une estimation grossière, il suffirait à peu près de prendre les chiffres du CCIF et de les diviser par cinq.

Quels sont les avantages et limites de l'approche du CCIF ? En quoi l'approche statistique peut-elle par ailleurs être parcellaire ? Est-il possible de trouver un juste milieu ?

Les avantages, en quelque sorte, consistent dans le fait de porter un message politique pour le CCIF qui est une association dont le but est de mettre la lumière sur un certain nombre de discriminations, réelles ou perçues, et de les porter sur la place publique. A ce titre, elle remplit complètement son rôle. La limite, et l'inconvénient, de son travail, c'est que les définitions ne sont pas partagées. Tout est affaire de perception. Certains actes sont perçus comme islamophobes par certains et pas par d'autres et à partir du moment où les définitions ne sont pas partagées, il y aura toujours des critiques pour remettre en cause la parole de l'association. L'approche statistique est limitée aussi. On ne peut pas uniquement se baser sur les plaintes pour prendre la mesure du phénomène. Par exemple, sur le racisme anti-blanc, pendant longtemps, on disait que le phénomène n'existait pas parce qu'il n'y avait pas eu de condamnations. Or, le phénomène existait bel et bien. Ce genre d'approche a le mérite d'être plutôt objective et de s'appuyer sur des données incontestables. Alors que dans l'autre as, il y a une forte subjectivité très liée au message que l'on veut faire passer. Il faut être en mesure d'utiliser à chaque fois la même méthode pour analyser deux phénomènes comparables. Par exemple, si vous voulez comparer les actes antisémites et antimusulmans, il vaut mieux que la même méthodologie soit retenue, par exemple le dépôt de plaintes. Mais si dans un cas, on retient les plaintes et dans l'autre, les perceptions des individus, il y a un biais scientifique et statistique qui ne permettra pas de faire une vraie comparaison.

Début juin, la communauté asiatique saisissait via une pétition le Premier ministre afin de l'alerter sur les violences dont elle fait l'objet. De quelles données dispose-t-on concernant ce phénomène ?

C'est compliqué parce qu'il s'agit d'un phénomène extrêmement localisé, au 13e arrondissement de Paris et dans certains quartiers de la capitale comme Barbès où vit une importante communauté asiatique. Par contre, on a pu suivre une augmentation des plaintes au cours des 4 à 5 dernières années pour des faits de violence aggravée dans le 13e arrondissement. Mais il n'existe pas de données spécifiques pour le suivi de ce phénomène.

Comment expliquer qu'on n'en entende jamais parler ?

Il y a en France une tradition qui voit la société divisée entre oppresseurs et opprimés. Dans ce dernier camp, on va placer les Français issus des anciennes colonies, comme les Maghrébins. Mais pour les Asiatiques, il s'agit de communautés peu visibles en France et qui n'ont pas ou peu d'associations communautaires capables de porter leurs revendications dans l'espace public. De plus, en France, ce genre de combat a été porté par les mouvements antiracistes, eux-mêmes portés par les associations présentes dans les banlieues françaises, où les Asiatiques n'avaient pas une forte visibilité.

A l'échelle européenne, la France est-elle un pays particulièrement intolérant ?

Plusieurs critères permettent de penser que non, comme le fait d'accueillir de nombreux réfugiés politiques. La France est le pays qui en accueille le plus en Europe. La France accueille aussi les plus grandes communautés juive et musulmane, qui coexistent. Le nombre de groupuscules racistes et néonazis n'est pas non plus plus important qu'ailleurs, surtout si on compare par rapport à l'Allemagne et à l'Europe de l'Est. Malgré certains actes racistes, la France n'est ni plus ni moins tolérante que les pays voisins. Il n'y a pas de différence notable entre la France et les autres pays européens.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 04/07/2015 - 13:43
Provocation
La réponse à une provocation n'est pas du racisme. Si une femme voilée se présente dans un service public alors qu'elle sait qu'elle ne peut l'être, elle sait ce qui l'attend. Ce n'est donc pas le refus d'accès qui est une infraction mais bel et bien l'attitude de la personne.
ISABLEUE
- 03/07/2015 - 14:21
ALainAFZ
LE SYNDROME DU BOXEUR....
AlainAFZ
- 03/07/2015 - 12:19
@isableue
intéressante question