En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le journalisme au conditionnel

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 7 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 8 heures 38 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 9 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 10 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 10 heures 29 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 11 heures 58 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 13 heures 16 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 13 heures 55 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 14 heures 29 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 8 heures 24 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 9 heures 12 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 9 heures 56 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 10 heures 18 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 11 heures 43 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 13 heures 3 sec
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 13 heures 34 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 14 heures 19 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 14 heures 40 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 15 heures 31 min
© Reuters
Le chiffres sur l'islamophobie en France sont à manipuler avec précaution.
© Reuters
Le chiffres sur l'islamophobie en France sont à manipuler avec précaution.
Attention, manipuler avec précaution

+500% pour les agressions physiques et +23,5% pour l’ensemble des actes islamophobes : les éléments pour vraiment comprendre ces chiffres choc

Publié le 03 juillet 2015
Le nombre d'actes "islamophobes" signalés au premier semestre 2015 a augmenté de 23,5% par rapport à la même période de l'an dernier, avec une flambée des agressions physiques (+500%) et des violences verbales (+100%), selon les données du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) publiées le 1er juillet.
Tarik Yildiz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tarik Yildiz est est sociologue et président de l'Institut de Recherche sur les Populations et pays Arabo-Musulmans (IRPAM). Il est également essayiste et notamment l'auteur de Qui sont-ils ? Enquête sur les jeunes musulmans de France (Editions...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le nombre d'actes "islamophobes" signalés au premier semestre 2015 a augmenté de 23,5% par rapport à la même période de l'an dernier, avec une flambée des agressions physiques (+500%) et des violences verbales (+100%), selon les données du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) publiées le 1er juillet.

Atlantico : Le rapport du Collectif contre l'islamophobie en France fait état d'une hausse de 23,5% sur les six premiers mois de l'année 2015 par rapport à la même période l'an dernier. Concrètement, le collectif a recensé 489 actes anti-musulmans depuis janvier, contre 396 un an plus tôt. Peut-on parler d'une hausse significative quand on la replace dans le contexte général ?

Tarik Yildiz : Il faut prendre en compte l'impact du baromètre de l'islamophobie. Cela dépend de l'instrument avec lequel on prend la température. On note certes une augmentation des actes islamophobes dans l'absolu. Mais certains actes qui sont considérés comme islamophobes aujourd'hui ne l'étaient pas il y a tout juste dix ans. C'est notamment le cas des profanations ou le refus d'un service à une femme parce qu'elle est voilée, choses qui étaient considérés comme des incivilités auparavant. Cette nouvelle mesure permet de gonfler artificiellement les chiffres. Mais même en prenant en compte ces nouveaux éléments, il est difficile d'en arriver aux mêmes conclusions que le CCIF.

Le rapport du CCIF présente des pourcentages chocs (+500% pour les agressions physiques ; 400% pour les actes de dégradations et de vandalisme). Qu'en est-il quand on étudie les données en valeur absolue ?

Ces chiffres sont à prendre avec des pincettes. Il y a clairement une réserve sur la méthode. Il faudrait savoir comment on a compté. Si une année, on assiste à un acte raciste, et l'année suivante, à 1, on ne pourrait pas affirmer aussitôt qu'on a affaire à une hausse de 1000%. Il faut privilégier une approche prudente. Il ne faut jamais oublier que le rapport du CCIF reflète seulement la perception, la vision d'un organisme, d'une association.

Sur 489 "actes islamophobes" recensées depuis les attentats de janvier 2015, 320 sont des "discriminations" commises sept fois sur dix par des institutions. Ces signalements, par nature plus flous, sont-ils un indicateurs fiables du phénomène d'islamophobie en France ? Quels éléments permettraient concrètement de considérer que nous sommes face à un phénomène en explosion ?

Il y a là aussi une dimension politique dans le fait de considérer ce phénomène comme en explosion. Le refus d'accès à un service public pour une femme voilée, pour certains, sera qualifié d'islamophobe quand pour d'autres, il s'agissait d'une application stricte de la laïcité. C'est plutôt à la lumière des chiffres du ministère de l'Intérieur, lequel recense les délits et non plus seulement les simples signalements, qu'il faudrait mesurer l'islamophobie. Ne se fonder que sur les déclarations des vicitmes, comme le fait le CCIF permet juste de faire passer un message politique. Ces données, si elles ne sont pas non plus objectives, ont au moins le mérite d'être officielles.

Les chiffres du CCIF, qui rejette les statistiques fondées sur les simples plaintes et mains courantes déposées au Ministère de l'intérieur, reposent sur les signalements des victimes. Quels sont justement les chiffres officiels ?

Les chiffres officiels sont effectivement beaucoup moins importants, de l'ordre de un à cinq environ, ne serait-ce que parce qu'il s'agit d'une autre manière de compter. Pour une estimation grossière, il suffirait à peu près de prendre les chiffres du CCIF et de les diviser par cinq.

Quels sont les avantages et limites de l'approche du CCIF ? En quoi l'approche statistique peut-elle par ailleurs être parcellaire ? Est-il possible de trouver un juste milieu ?

Les avantages, en quelque sorte, consistent dans le fait de porter un message politique pour le CCIF qui est une association dont le but est de mettre la lumière sur un certain nombre de discriminations, réelles ou perçues, et de les porter sur la place publique. A ce titre, elle remplit complètement son rôle. La limite, et l'inconvénient, de son travail, c'est que les définitions ne sont pas partagées. Tout est affaire de perception. Certains actes sont perçus comme islamophobes par certains et pas par d'autres et à partir du moment où les définitions ne sont pas partagées, il y aura toujours des critiques pour remettre en cause la parole de l'association. L'approche statistique est limitée aussi. On ne peut pas uniquement se baser sur les plaintes pour prendre la mesure du phénomène. Par exemple, sur le racisme anti-blanc, pendant longtemps, on disait que le phénomène n'existait pas parce qu'il n'y avait pas eu de condamnations. Or, le phénomène existait bel et bien. Ce genre d'approche a le mérite d'être plutôt objective et de s'appuyer sur des données incontestables. Alors que dans l'autre as, il y a une forte subjectivité très liée au message que l'on veut faire passer. Il faut être en mesure d'utiliser à chaque fois la même méthode pour analyser deux phénomènes comparables. Par exemple, si vous voulez comparer les actes antisémites et antimusulmans, il vaut mieux que la même méthodologie soit retenue, par exemple le dépôt de plaintes. Mais si dans un cas, on retient les plaintes et dans l'autre, les perceptions des individus, il y a un biais scientifique et statistique qui ne permettra pas de faire une vraie comparaison.

Début juin, la communauté asiatique saisissait via une pétition le Premier ministre afin de l'alerter sur les violences dont elle fait l'objet. De quelles données dispose-t-on concernant ce phénomène ?

C'est compliqué parce qu'il s'agit d'un phénomène extrêmement localisé, au 13e arrondissement de Paris et dans certains quartiers de la capitale comme Barbès où vit une importante communauté asiatique. Par contre, on a pu suivre une augmentation des plaintes au cours des 4 à 5 dernières années pour des faits de violence aggravée dans le 13e arrondissement. Mais il n'existe pas de données spécifiques pour le suivi de ce phénomène.

Comment expliquer qu'on n'en entende jamais parler ?

Il y a en France une tradition qui voit la société divisée entre oppresseurs et opprimés. Dans ce dernier camp, on va placer les Français issus des anciennes colonies, comme les Maghrébins. Mais pour les Asiatiques, il s'agit de communautés peu visibles en France et qui n'ont pas ou peu d'associations communautaires capables de porter leurs revendications dans l'espace public. De plus, en France, ce genre de combat a été porté par les mouvements antiracistes, eux-mêmes portés par les associations présentes dans les banlieues françaises, où les Asiatiques n'avaient pas une forte visibilité.

A l'échelle européenne, la France est-elle un pays particulièrement intolérant ?

Plusieurs critères permettent de penser que non, comme le fait d'accueillir de nombreux réfugiés politiques. La France est le pays qui en accueille le plus en Europe. La France accueille aussi les plus grandes communautés juive et musulmane, qui coexistent. Le nombre de groupuscules racistes et néonazis n'est pas non plus plus important qu'ailleurs, surtout si on compare par rapport à l'Allemagne et à l'Europe de l'Est. Malgré certains actes racistes, la France n'est ni plus ni moins tolérante que les pays voisins. Il n'y a pas de différence notable entre la France et les autres pays européens.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 04/07/2015 - 13:43
Provocation
La réponse à une provocation n'est pas du racisme. Si une femme voilée se présente dans un service public alors qu'elle sait qu'elle ne peut l'être, elle sait ce qui l'attend. Ce n'est donc pas le refus d'accès qui est une infraction mais bel et bien l'attitude de la personne.
ISABLEUE
- 03/07/2015 - 14:21
ALainAFZ
LE SYNDROME DU BOXEUR....
AlainAFZ
- 03/07/2015 - 12:19
@isableue
intéressante question