En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

02.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

03.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

04.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

05.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

06.

Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct

07.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 8 heures 59 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 9 heures 51 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 11 heures 12 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 16 heures 22 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 16 heures 50 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 17 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 19 heures 28 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 20 heures 9 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 20 heures 43 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 21 heures 48 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 9 heures 26 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 10 heures 21 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 12 heures 29 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 16 heures 36 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 17 heures 8 min
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 19 heures 4 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 19 heures 55 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 20 heures 17 min
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 21 heures 20 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 21 heures 52 min
© Reuters
Charles Pasqua s'est éteint ce lundi 29 juin.
© Reuters
Charles Pasqua s'est éteint ce lundi 29 juin.
Confessions intimes

Jean-Charles Marchiani : "Charles était au bout du rouleau en raison de la mort de son fils..."

Publié le 06 juillet 2015
Jean-Charles Marchiani, principal conseiller de l'ancien ministre de l'Intérieur de 1986 à 1988 et de 1993 à 1995, revient sur l'histoire de ce personnage hors-norme de la Ve République, qui avait notamment perdu son fils unique trois mois avant sa propre mort, ce lundi 29 juin.
Antoine de Tournemire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine de Tournemire est journaliste, entrepreneur et éditeur français.
Voir la bio
Jean-Charles Marchiani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Charles Marchiani est un homme politique. Ancien officier du SDECE (devenu DGSE), il a représenté le gouvernement français lors de négociations pour la libération d'otages au Liban, en Algérie et en Bosnie. Il a aussi été préfet du Var de 1995...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Charles Marchiani, principal conseiller de l'ancien ministre de l'Intérieur de 1986 à 1988 et de 1993 à 1995, revient sur l'histoire de ce personnage hors-norme de la Ve République, qui avait notamment perdu son fils unique trois mois avant sa propre mort, ce lundi 29 juin.

Antoine de Tournemire : Que ne sait-on pas de Charles Pasqua et qui gagnerait à l'éclairer un peu ?

Jean-Charles Marchiani : On sait peu que sa vie personnelle était d'une extrême simplicité. La même épouse depuis 67 ans. Un appartement de location à Suresnes. Pas de chalet, pas de yacht ni de voiture rutilante. Après près de 70 ans de vie politique, c'est quand même à signaler !

Quand l'avez-vous vu la dernière fois ?

Il y a 10 jours. Il était au bout du rouleau. Il était affecté par la mort de son fils unique – il y a trois mois.

Comment l'aviez vous rencontré ?

En 1968, au moment de l'organisation de la manifestation du 30 mai. Avec René Tomasini et Alexandre Sanguinetti. Au moment où les gaullistes ont fait l' « armistice » avec les partisans de l'Algérie française – dont j'étais.

Des rencontres déjà très corses... C'est important ?

Il se trouve que traditionnellement, les Corses sous la IVe République étaient plutôt gaullistes. La Corse est le seul département qui ait basculé du côté des Insurgés du 13 mai 1958 - et ce dès le 23 mai. Les parachutistes ont alors fondé des Comité de Salut public à Bastia et Ajaccio. Alors qu'il n'y en avait, jusque là, qu'à Paris.

Il y avait une communauté corse qui traditionnellement s'entraidait ou était un peu plus unie que les autres. Comme il y avait un réseau breton ou auvergnat. A l'époque cela comptait beaucoup ! Aujourd'hui, on se serre moins les coudes car les distances n'existent plus car on se déplace plus souvent et plus rapidement.

Le réseau corse vous a aidé lors de vos missions ?

Au Moyen-Orient, non. Mais en Afrique, oui. Il ne faut pas prendre le terme de « réseau corse » avec sa connotation péjorative. On parlait à l'ensemble des connaissances – sans plus. C'était parfois un atout. Parfois, un handicap car tous les Corses n'étaient pas des carmélites... Mais pour négocier les otages, par exemple, mes réseaux étaient Iraniens ou Arabes. La Corse n'était pas dans le coup !

Est-il vrai que vous parliez corse entre vous ou c'est du folklore ?

C'est notre langue maternelle. Quand on est entre nous on parle corse. Et en français pour les dossiers administratifs, qu'on évoquait peu en était tête-à-tête, mais en réunion plénière du cabinet.

Était-ce aussi par soucis de discrétion ?

Non (NDLR : large sourire), par habitude. Comme j'imagine que les enfants d’immigrés algériens parlent arabe entre eux...

La France subit actuellement des attaques terroristes islamistes, comme jadis sous Charles Pasqua qui voulait « terroriser les terroristes ». Ses successeurs sont ils à la hauteur ?

Ce qu'ils font actuellement se base sur des outils mis en place par Pasqua dans la police ou sur le plan judiciaire. La création du Parquet anti-terroriste : c'est lui. La mise sur pied opérationnelle du RAID et du GIPN, c'est encore lui. La mise en place de postes de renseignements (DST) à l'extérieur, dépendants du Ministère de l'Intérieur, c'est toujours lui.

Pasqua n'aurait-il pas eu plus de poigne ?

Honnêtement, ils font le boulot dans le cadre de la loi. A l'époque, on avait affaire à des organisations. C'était plus facile. On utilisait des techniques classiques de filature ou d'écoute. Aujourd'hui, on se bat contre une nébuleuse qui communique via les réseaux sociaux depuis le fin fond de la Syrie et dont les membres disparaissent dans la nature en trois heures !

Sans oublier que, à l'époque de Charles Pasqua, il n'y avait de contre-pouvoir aussi puissant politiquement et médiatiquement que celui de la garde des sceaux.

Ce qu'il manque enfin, c'est la cohérence dans la diplomatie et dans les relations notamment vis-à-vis de Bachar El-Assad et d'un certain nombre de gouvernements ou de groupes... On doit s'appuyer Assad, il protège les chrétiens. C'est le dernier rempart contre les islamistes. Le problème est que tout cela est tenu par un membre de l'Otan, la Turquie, et financé par deux pays alliés, l'Arabie saoudite et le Qatar... Le vrai problème est là !

Que pensez-vous de la loi sur le renseignement présentée en ce moment ?

A l'époque, la question ne se posait naturellement pas. Aujourd'hui, je la soutiens à 100%.

Cette loi n'est-elle pas un peu intrusive...

Intrusive ? Et décapiter son patron, n'est-ce pas aussi intrusif ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JG
- 03/07/2015 - 02:05
La gauche et la droite molle sont lamentables
Et Chirac en était un représentant particulièrement zélé.
Ils ne pensent que "repentance", "fautes de la colonisation", "culpabilité de l'homme blanc", "principe de précaution"
Ces lavettes qui nous servent d'hommes politiques - et leurs larbins qui nous servent de journalistes...ou de futurs journalistes- 100% des éléves des 3 principales écoles françaises de journalisme auraient vôté Hollande en 2012-bonjour le pluralisme politique- ont besoin de psychiatres pour les aider à comprendre leur tendance à l'autoflagellation....
Et nous aurions besoin de bien plus d'hommes comme Charles Pasqua en ces temps de danger majeur pour l'identité future de notre pays....Paix à votre noble âme cher Monsieur Pasqua et honte à tous vos détracteurs passés ou présents. Vous étiez un vrai patriote et il n'y en a plus beaucoup à droite comme à gauche ces temps-ci.
Marie Esther
- 02/07/2015 - 23:53
Charles Pasqua
et Jean Charles Marchiani, le vol d'Alger, les otages du Liban et tant d'autres choses
J'aime ceux qui restent fidèles. Marchiani en fait partie quand il parle de Charles Pasqua.
Sinon il y a une chose certaine c'est que depuis qu'on est fâché avec Assad nous n'avons plus les infos sur les réseaux terroristes qui nous étaient données de Syrie.
von straffenberg
- 02/07/2015 - 17:17
choisir se amis
Je rejoins totalement cette analyse chose que j'avais déjà exprimée et j'ajouterais reconnaître ses ennemis ; Bachar est incontournable et il faut le soutenir .