En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

03.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

04.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

07.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

06.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 4 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 45 min 14 sec
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 1 heure 5 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 2 heures 28 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 3 heures 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 3 heures 33 min
pépites > Justice
Terrorisme
Sept personnes mises en examen après l'assassinat de Samuel Paty
il y a 4 heures 25 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 14 heures 52 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 19 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 21 heures 54 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 20 min 50 sec
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 56 min 5 sec
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 1 heure 44 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 3 heures 5 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 3 heures 29 min
décryptage > Education
Education nationale

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

il y a 3 heures 40 min
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 14 heures 8 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 15 heures 35 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 20 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 22 heures 16 min
© Reuters
NKM veut abolir la prostitution.
© Reuters
NKM veut abolir la prostitution.
"Le corps ne se vend pas"

N. Kosciusko-Morizet : "sur la prostitution, voilà pourquoi je reste sur une position abolitionniste"

Publié le 29 juin 2015
Mercredi 24 juin dernier, des prostituées ont manifesté à Belleville à Paris pour demander que les policiers les laissent travailler en paix.
Nathalie Kosciusko-Morizet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Kosciusko-Morizet est une femme politique française.Députée de la quatrième circonscription de l'Essonne à partir de 2002, elle occupe les fonctions de secrétaire d'État chargée de l'Écologie, puis chargée de la Prospective et du...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mercredi 24 juin dernier, des prostituées ont manifesté à Belleville à Paris pour demander que les policiers les laissent travailler en paix.

Atlantico : Vous avez décidé de vous attaquer aux salons de massage qui sont en réalité des lieux de prostitution, pour quelle raison ?

Nathalie Kosciusko-Morizet : A Paris, il y avait une centaine de salons en 2009, leur nombre a cru lentement pour finalement exploser récemment. On en comptait 575 en 2014! Evidement tous ne sont pas des lieux de prostitution. Mais le Préfet de Police, dans une réponse qu'il m'a faite, confirme que 300 d'entre eux environ sont considérés comme suspects. Il y a des quartiers dans lesquels tout le monde sait ce qui se passe dans le salon de massage coincé entre le bureau de tabac et la boulangerie. Avant même d'aborder la question sur le fond, ce qui me choque ici c'est l'hypocrisie. Au vu et au su de tout le monde, la loi est bafouée. On débat actuellement à l’Assemblée nationale d’une nouvelle loi qui prévoit la pénalisation du client, et j'y suis favorable, mais on se demande pourquoi légiférer alors que les lois existantes ne sont pas appliquées. Depuis 1946, la loi Marthe Richard interdit les maisons closes or ces salons de massages sont les versions contemporaines des maisons closes.

Mais justement, ces lieux ne protègent-ils pas les femmes qui y travaillent ? N’est-ce pas mieux que les allées désertes du bois de Boulogne ?

Je suis contre la légalisation des maisons closes. Mais je comprends presque mieux ceux qui les défendent, au nom de la mise en place d'une protection sanitaire et sociale des prostitués, que ceux qui s'accommodent de la situation actuelle. Ces salons ont tous les inconvénients des maisons closes sans les avantages que seraient la protection sanitaire et sociale. Les prostitués n’y trouvent aucune protection car on leur prend leurs papiers et leur activité n’est pas déclarée. Avec Philippe Goujon, député maire du 15ème, nous avons écrit une lettre au préfet de police demandant, sur la base de la réglementation actuelle, le renforcement des contrôles. Cette lettre est devenue une pétition que l’on trouve sur le site www.stop-hypocrisie-prostitution.fr. Nous demandons simplement l'application de la loi. Le Préfet de police nous a répondu il y a deux jours, en confirmant que seuls 27 salons, si l'on additionne Paris et Haut de Seine, font l'objet d'une procédure. Les outils juridiques existent donc, c'est sur leur mise en œuvre qu'on est très loin du compte. Il faut bien constater que la lutte contre ce type de prostitution n’est pas considéré comme prioritaire. Ce que je critique aujourd’hui c’est l’hypocrisie d’un système qui fait comme si les maisons closes étaient interdites alors que tout le monde sait qu’il y en a une au coin de sa rue.

Comment expliquez-vous cette hypocrisie ?

Il y a plusieurs motifs : ceux qui se retranchent derrière la fatalité en soulignant que ça a toujours existé, ceux qui défendent la prostitution comme régulation de la violence présente dans la société, et même ceux qui postulent que c’est un choix de la part des femmes.

Votre intervention concernant ces salons pose plus largement la question de la prostitution. Le 12 juin, les députés ont voté une loi supprimant le délit de racolage et pénalisant les clients. Qu’en pensez-vous ?

Je suis favorable à la pénalisation des clients parce qu’avoir recours aux services d’une prostituée, c’est participer à un système derrière lequel se cache violence, aliénation et parfois réseaux mafieux. Sur le délit de racolage, il y a eu des débats intéressants entre le Sénat et l’Assemblée Nationale et un début d'accord sur l’importance de disposer des moyens juridiques permettant d'interroger les prostituées pour remonter les réseaux. L’objectif n’est pas de les mettre en cause elles. Tout le monde s’accorde à dire qu’elles sont les victimes des réseaux. Une formule qui permettrait d’entendre les prostituées sans les condamner pourrait réunir ceux qui s'opposent au délit de racolage et ceux qui le soutiennent.

Ce délit de racolage décidé par Nicolas Sarkozy en 2003 n’a-t-il pas contribué à repousser les prostituées dans les périphéries des villes où elles ne bénéficient pas de la protection des associations ?

Il a amélioré la situation dans certains quartiers, mais il n'a pas supprimé la prostitution, c'est évident. Ça n'est pas une question binaire. Pour ma part, je trouve que s'il existait une formule qui permette de garder la part la plus efficace du délit de racolage, celle qui permet d'entendre les prostituées pour faire tomber les réseaux qui les exploitent, on avancerait.

Mercredi 24 juin, des prostituées ont manifesté à Belleville pour demander que les policiers les laissent travailler tranquilles. Qu’en pensez-vous ? Ecoute-t-on assez les principales concernées ?

Il y a toujours des voix pour défendre la liberté de se prostituer. Mais je vous renvoie au rapport de l’IGAS de 2012  qui montre que le taux de suicide est 7 fois supérieur chez les prostitués par rapport à la moyenne de la population. Le taux de mortalité est aussi impressionnant. Les situations de choix sont minoritaires or on fait la loi pour le plus grand nombre.

Au-delà du proxénétisme, la question posée est plus philosophique : les femmes (et les hommes) peuvent-ils librement disposer de leur corps et le monnayer ?

Oui, les femmes peuvent et doivent disposer librement de leur corps, mais la réalité de la prostitutionça n’est majoritairement pas ça. Dans la plupart des cas, c’est une contrainte voire une violence. J’entends l’argument de la liberté mais celles qui le choisissent librement sont rares, ce sont des trajectoires minoritaires. Pour une minorité de prostituées qui ont choisi, on ne va pas maintenir la majorité dans une forme d’esclavage. Je reste de mon côté sur une position abolitionniste. L'aliénation du corps ne participe pas de l’émancipation des femmes. C’est pour le même motif que je m’oppose à la GPA : le corps ne se vend pas. Il ne s'agit pas de morale, mais d'éthique. Je trouve d'ailleurs que les politiques se mêlent trop de morale.

La commission européenne a récemment estimé que les revenus tirés de la prostitution dopaient la croissance et qu’il fallait les intégrer au PIB comme l’ont fait les Anglais et les Italiens. Qu’en pensez-vous ?

Ça nous ramène à une question ancienne qui est : est-ce que la croissance du PIB mesure le progrès ? Si vous vous cassez une jambe vous augmentez le PIB car vous creez de l’activité mais vous n’augmentez pas le bonheur humain, ça ne va pas dans le sens du progrès. L’activité et le progrès ça n’est pas la même chose, il nous faudrait réfléchir à ce que serait une bonne mesure de la croissance.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 30/06/2015 - 00:04
Prostitution
Le sujet de cet article est la prostitution : les pays voisins de la France : Pays-Bas, Belgique, Suisse, Espagne, qui sont des pays parfaitement respectables et civilisés, ont depuis longtemps légalisé la prostitution, le cannabis, l'euthanasie, le mariage gay… Il n'y a qu'au pays du Soleil de Minuit qu'on défend des théories bizarres qui ont déjà séduit la ravissante musulmane : Najat V-B ! Mais mme NKM est prête elle-même à se prostituer sans limites pour grappiller une parcelle du pouvoir !
cpamoi
- 29/06/2015 - 21:59
Et pour les politiciens quelles sont les sanctions ?
Et pour la prostitution intellectuelle en politique, toujours pas de loi ? Concernant l'absence d'intégrité, de compétence, toujours aucune sanction ? Au sujet du catalogue des mensonges et autres promesses intenables, élections après élections, toujours aucune pénalité ? Venant d'un corps législatif qui a eu le toupet de se voter une loi d'amnistie, l'emploi du mot éthique devrait être banni. Question de décence.
Nargath
- 29/06/2015 - 18:12
prohibition
La prohibition crée des mafias, ne jamais perdre ça de vue!