En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 14 min 19 sec
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 2 heures 15 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 3 heures 45 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 3 heures 57 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 5 heures 30 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 5 heures 46 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 6 heures 6 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 6 heures 33 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 6 heures 47 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 8 heures 4 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 1 heure 42 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 2 heures 27 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 3 heures 56 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 4 heures 28 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 5 heures 35 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 5 heures 59 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 6 heures 28 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 6 heures 37 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir la Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 7 heures 12 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 8 heures 38 min
Maîtresse germanique

Et si la vertu de l'Allemagne masquait une défense féroce de ses intérêts...

Publié le 11 novembre 2011
Alors que l'Italie menace la zone Euro d'une crise systémique, l’Allemagne reste toujours opposée à une plus forte implication de la BCE dans la prise en charge de la dette européenne. Pourtant, l'obsession de la lutte contre l'inflation n'est peut-être pas la seule clé de la position allemande... Deuxième partie de notre série en trois volets sur les ambiguïtés de "l'exemple allemand".
Jean-Luc Schaffhauser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Schaffhauser est un ancien député européen. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'Italie menace la zone Euro d'une crise systémique, l’Allemagne reste toujours opposée à une plus forte implication de la BCE dans la prise en charge de la dette européenne. Pourtant, l'obsession de la lutte contre l'inflation n'est peut-être pas la seule clé de la position allemande... Deuxième partie de notre série en trois volets sur les ambiguïtés de "l'exemple allemand".

La BCE aurait largement les moyens d'engager la politique de rachat de la dette européenne si elle se comportait comme la FED américaine... Mais les Allemands refusent catégoriquement d'en entendre parler.

La Fed (Réserve fédérale des États-Unis) détenait, en juillet 2011, dans son bilan pour plus de 1 600 milliards de dollars de bons du Trésor américain. Mais aussi les titres hypothécaires des Agences fédérales pour plus de 900 de milliards, que l’on peut assimiler à de la dette publique (Fannie Mae et Freddie Mac). Ces titres ont été repris à leur valeur d’émission, grâce à la garantie de l’État, alors qu’ils avaient perdu toute valeur de marché...

A titre d’exemple, si la BCE (Banque centrale européenne) pratiquait la même politique de rachat de la dette pour 1 600 milliards de dollars, elle pourrait acheter, au cours des années à venir ou immédiatement, toute la dette actuelle grecque, portugaise, irlandaise, et 70% de la dette espagnole.

Si la valeur de l’Euro se rapprochait de celle du dollar, elle pourrait acheter près d’un tiers de la dette de la France en plus. Si on rajoutait les MBS, on peut encore ajouter la moitié de la dette de l’Italie. On ne parlerait plus de crise dans la zone Euro.

Un autre calcul montre que la base monétaire mondiale correspond approximativement à 24% du PIB mondial. La base monétaire est la monnaie de base émise qui correspond aux pièces et billets, ainsi qu’aux réserves des Banques auprès des Banques centrales. Pour la zone Euro, entre la base actuelle de 1 000 milliards et la base monétaire possible pour rester dans la moyenne mondiale, la zone euro faisant 9 500 milliards de PIB, si la base monétaire se situait à 24%, nous aurions une capacité de création monétaire de 1 200 milliards d’euros approximativement, soit 2 200 milliards en nous situant dans la moyenne mondiale (dont 1 000 milliards de base monétaire actuelle). Avec ces 1 200 milliards de création monétaire, en restant donc dans la moyenne mondiale, nous pourrions racheter toute la dette grecque et portugaise si nécessaire. Et nous disposerions encore de 700 milliards d’euros supplémentaires pour établir un programme de relance par l’investissement rentable, et remédier structurellement aux déficits industriels des pays du Sud de la zone Euro, France comprise.

La création monétaire est pratiquée à l’échelle planétaire par tous les grands pays puisque la base monétaire, ces 15 dernières années, a presque triplée par rapport au PIB mondial. Durant cette même période, elle a été multipliée par six sous l'effet des Banques centrales, pour avoisiner un montant total de plus de 10 000 milliards de dollars. La zone Euro représente approximativement 20% du PIB mondial. En suivant cette tendance, elle aurait donc pu augmenter de 2 000 milliards de dollars.

Constatons ensuite, qu’après la Crise de Septembre 2008, la Banque centrale d’Angleterre a acheté des bons du trésor ou Gilts pour 170 milliards de Livres, soit pour près de 12% de son PIB. A l’échelle de la zone Euro, cela correspondrait approximativement à 1 100 milliards d’euros. Il y a certes un peu plus d’inflation en Grande-Bretagne, mais ce n’est pas l’hyper inflation allemande.

L'Allemagne empêtrée dans son histoire (et ça l'arrange bien)

Par méconnaissance de son histoire économique sans doute, mais aussi par intérêt, car un Euro fort lui est favorable. Un Euro faible avantagerait en revanche ses concurrents.

La méconnaissance historique, tout d’abord. Si on analyse l’histoire de l’hyper inflation, on constate qu’elle tient à des situations extrêmes, liées à la guerre en Europe. Il s’agissait pour la République de Weimar de payer les réparations imposées par le Traité de Versailles, ainsi que les salaires des ouvriers, en grève, dans la Ruhr occupée. Les recettes ne rentraient plus dans les Caisses de l’État en raison de cette occupation et des réparations, mais la création monétaire était antérieure à cette crise des années 1920. Par ailleurs, en Grèce et en Hongrie, juste après la Guerre, la situation tenait également à l’occupation. L’hyper inflation était donc due à des circonstances politiques.

En réalité, l’hyper inflation tient toujours à des circonstances politiques de perte de confiance dans la monnaie, situation que l’Allemagne est justement en train de créer en raison de son intransigeance. Elle seule fragilise donc la zone Euro, et non les grecs, les portugais ou les italiens, et définitivement pas le phénomène de création monétaire en zone Euro, nettement inférieur à la moyenne mondiale.

Par ailleurs, mais cela nous engagerait dans un autre débat, la Banque centrale européenne monétise quand même, ou crée de la fausse monnaie, mais uniquement pour les banques !

Si la création monétaire reste raisonnable, comme toutes les Banques centrales importantes la pratiquent, la confiance dans la monnaie est maintenue. Ensuite, évidemment, il s’agit d’investir cette masse d’argent dans l’économie réelle créant de véritables richesses, et non dans l’économie spéculative. Mais c’est un autre problème que nous ne pourrons pas traiter ici. Disons seulement que si on regarde la demande mondiale et les besoins essentiels non satisfaits ainsi que la masse d’argent disponible, ce qui manque le plus, ce sont des entrepreneurs et des États qui engagent des grands travaux rentables avec des fonds d’investissement au service de ces infrastructures rentables.

L'Allemagne a besoin d'un Euro fort

Mais l’Allemagne a aussi besoin d’un Euro fort, non par vertu monétaire mais par pur intérêt. Elle achète des productions intermédiaires hors zone Euro, pour les revendre essentiellement sous ses marques, en zone Euro. L’Euro fort lui est favorable, puisqu'elle achète ainsi moins cher ses importations. Faisant peu d’excédents commerciaux hors zone Euro, un Euro fort ne l’handicape pas. Ce n’est pas la même situation pour la Grèce ou pour la France, car leurs commerces extérieurs sont différents. Derrière l’Euro, il n’y a ni la vertu d'outre-Rhin ni la rigueur, mais l’intérêt allemand et sa politique de guerre économique en Europe.


 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Outre-Vosges
- 13/11/2011 - 04:57
Pas d'antigermanisme primaire
L'euro fort permet à l'Allemagne d'acheter moins cher ses exportations mais elle nous le permet aussi. Or comment se fait-il que nos produits soient plus chers que ceux d'Outre-Rhin? Il y a beaucoup plus d'Alsaciens qui font leurs achats au Pays de Bade ou au Palatinat que l'inverse; faire la culbute demeure l'idéal de nos commerçants français et ils préfèrent la faillite plutôt que d'y renoncer.
benj117
- 11/11/2011 - 19:53
Oh quelle surprise!!!
les allemands voient leur propre intérêt, tiens donc! Ils ont bien raison, ils n'ont aucun compte a rendre!
Moonray
- 11/11/2011 - 19:47
Bien sûr que la vertu est dans l'intérêt de l'allemagne
Etre vertueux est dans l'intérêt de tous les pays. Il serait dans l'intérêt de la France d'être vertueuse aussi !