En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

02.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

03.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

06.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

07.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 10 heures 42 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 12 heures 18 min
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 13 heures 49 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 15 heures 58 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 17 heures 44 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 18 heures 12 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 19 heures 4 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 19 heures 46 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 1 jour 4 heures
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 1 jour 6 heures
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 11 heures 26 min
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 13 heures 6 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 14 heures 13 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 16 heures 49 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 17 heures 56 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 18 heures 28 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 19 heures 29 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 19 heures 57 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 1 jour 5 heures
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 1 jour 6 heures
© Reuters Pictures
© Reuters Pictures
Ennemi diplomatique américain

Candidature d'Hillary Clinton : on ne saurait oublier combien la présidence Clinton fut défavorable aux intérêts français

Publié le 28 juin 2015
Hillary Clinton vient de lancer la deuxième phase de sa campagne pour l'investiture démocrate à la présidence des Etats-Unis.
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hillary Clinton vient de lancer la deuxième phase de sa campagne pour l'investiture démocrate à la présidence des Etats-Unis.

Elle a plutôt bonne presse en France : femme, démocrate , dans un pays où l'axe de l'opinion est plus à gauche qu'aux Etats-Unis,  et surtout déjà connue d'une  classe politique généralement méfiante des têtes nouvelles.  Il est  significatif que   , à peine annoncée , cette candidature  ait reçu  par tweet  l'appui du premier ministre français , Manuel Valls et  de l'ancien président de la République,  Nicolas Sarkozy .

On peut regretter que ce mouvement de sympathie  fasse  l'impasse sur  le  fait que  la présidence Clinton (1992-2000) a été  sans doute la plus hostile aux intérêts français qu'il y ait jamais   eue  dans  l'histoire de ce pays. 

Deux affaires méritent d'être rappelées :  celle du Rwanda qui a vu les Etats-Unis appuyer  dans le courant des années 1990 avec discrétion  mais efficacité  l'équipée de Paul Kagame , parti  de l'Ouganda  voisin pour  reconquérir le pouvoir à Kigali  au bénéfice de la minorité   tutsi  chassée du pays en 1959, contre un gouvernement issu de la  majorité hutu soutenu par la France. Les dégâts furent considérable:  au moment de l'ultime offensive des rebelles , l'accident d'avion qui coûta  la vie aux deux présidents hutu du Rwanda et du Burundi le 6 avril 1994 ,  dont des proches de Kagame eux-mêmes ont reconnu qu'il en était l'instigateur,  fut le déclencheur de ce qui fut présenté comme le massacre de la minorité tutsi de  l'intérieur; ce massacre justifia après coup l'invasion, commencée plus tôt,    du  pays  par les troupes de Kagame. Cette invasion peut  être en effet  interprétée aussi bien comme la conséquence  du massacre que sa cause . Mais une fois au pouvoir, le président Kagame, envahit en 1995-96 le Congo (RDC)  voisin pour exercer des représailles terribles contre les réfugiés hutus et , de fait, mettre la main sur la province du Kivu, riche en minerais de toute sorte .  Si les massacres du Rwanda avaient fait près d' 1 million de morts , pas tous  tutsis et  pas tous du fait de l'ancien gouvernement hutu,  l'invasion du Kivu par les troupes de Kagame est , elle, selon les chiffres de l'UNHCR  directement ou indirectement responsable de 4 millions de morts.

Si le gouvernement Clinton  n'avais pas appuyé  la rébellion de Kagame, tous cela ne serait  pas  arrivé. Le gouvernement hutu de  Habyarimana n'était certainement pas  tendre pour les Tutsis ( pas plus que la Révolution française ne l'avait été pour l'ancienne aristocratie), mais il restait  dans le registre des dictatures africaines ordinaires, alors que  ce qui est arrivé au cours de la guerre de 1994-1996 dépasse toutes les bornes de l'horreur.

L'aboutissement de cette opération a été que le Rwanda de Kagame a quitté la francophonie pour adhérer au Commonwealth !  Son but, auquel le gouvernement  Clinton ne saurait être étranger, même si la crise  avait commencé avant lui , était d'éliminer la France de la région des Grands Lacs .  Cette élimination fut complète quand Jacques Chirac renonça en 1996 à appuyer l'armée congolaise qui faisait face au Kivu à une armée rwandaise tutsi encadrée par des officiers US.  Ces événements   avaient , entre autres,  fait dire à Mitterrand vieillissant :

« La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort. »  ( cité par Georges-Marc Benhamou, Le dernier Mitterrand).

 Une guerre sans mort français  évidemment , avec 5 millions de morts africains tout  de même !  

Affaiblir les intérêts français et  en tous les cas les méconnaître, c'est ce qu'on voit  aussi dans la guerre de Yougoslavie et notamment dans sa phase la plus aigue, la guerre dite du Kosovo de 1999 , où les forces de l'OTAN , à l'instigation  des Etats-Unis et de l'Allemagne et sans mandat des Nations-Unies, bombardèrent pendant des semaines,   le territoire de la Serbie, faisant 20 000 morts,  tous civils. Tout au long de ce conflit,   les Etats-Unis prirent systématiquement le parti des alliés historiques de l'Allemagne: Croates, Albanais, Kosovars, Bosniaques musulmans, les  mêmes  qui avaient fait bon accueil à la Wehrmacht en 1941 et combattirent au contraire avec un rare acharnement les Serbes,  alliés historiques de la France et de l'Angleterre,  ennemis de l'Allemagne  et principaux résistants au nazisme . Il est vrai que le président  Chirac   s'est montré complice de cette opération  qu'il aurait pu empêcher. Mitterrand, avait dit "moi vivant, la  France ne fera pas la guerre à la Serbie." Margaret Thatcher ne pensait pas autrement. Dépourvus de cette conscience historique, Jacques Chirac  et Lionel Jospin , pour des raisons qui restent à éclaircir,  n'eurent pas ces scrupules.

On objectera que les entreprises  de Clinton allaient dans le sens des droits de homme frappant les "méchants" ou protégeant  les "bons". Qui est encore dupe de cette rhétorique,  composante  de la guerre médiatique et psychologique qui  accompagne désormais toutes les opérations militaires et dont les clefs se trouvent outre-Atlantique ?  Quand un régime est diabolisé dans l'opinion  mondiale, nous ne savons pas s'il le mérite vraiment, mais nous savons qu'à coup sûr  il n'est pas dans le camp des Etats-Unis !


A ce bilan peu glorieux des relations franco-américaines au temps de Clinton, on pourrait ajouter l'offensive commerciale de l'Amérique contre la politique agricole commune, évoquée par Mitterrand , dans le cadre des négociations du GATT, offensive qui conduisit l'Europe, au dépens des intérêts français,   à  démanteler partiellement les protections de son agriculture, au travers de  la réforme de la politique agricole commune (1992) et le l' accord de Blair House (1993). L'agriculture française ne devait jamais s'en remettre.  

Il est difficile de trouver d' autres présidents des Etats-Unis qui  aient été aussi hostiles aux intérêts français que Bill Clinton.  La France n'eut guère à se plaindre de la plupart des présidents républicains : Eisenhower, Nixon ( qui ne cachait pas son admiration pour le général de Gaulle et suivit ses conseils de rapprochement avec la Chine),  Reagan et même Bush père et fils, quelque contestables qu'aient été   les initiatives internationales des deux derniers. Pas davantage de certains démocrates comme Truman, Carter  et même Obama : que la présidence de ce dernier  coïncide avec une inféodation sans précédent de notre pays est à mettre au passif, moins du président américain lui-même, nous semble-t-il,   que de ceux qui acceptent  cette inféodation . Kennedy ne fit rien pour faciliter la solution de la guerre d'Algérie et sabota les initiatives européennes de la France,  ce dont le général de Gaulle ne lui tint  pourtant  pas grief.  Il  devait s'entendre beaucoup plus mal avec son successeur Johnson.

Sans doute Mme Hillary Clinton n'était-elle entre 1992 et 2000  que la première dame d'Amérique, sans responsabilité officielle  dans la politique étrangère américaine. Mais on doute qu'une personnalité de cette envergure ait pu être totalement étrangère aux événements que nous avons évoqués. Le nom de Clinton ne devrait inspirer  aucune sympathie en France. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Bretondesouche
- 28/06/2015 - 18:51
La grand mère Clinton
A peu de chance d être élue,inutile de s inquieter
adroitetoutemaintenant
- 28/06/2015 - 17:46
Et ne pas oublier
Que c'est grâce à Clinton que la NSA nous surveille et encore grâce à lui que nous avons eu la plus grande catastrophe financière de l'après-guerre. Obama lui fait encore mieux en affaiblissant les USA et l'Europe pour nous livrer à ses coreligionnaires musulmans !
cadi67
- 28/06/2015 - 17:33
rien de nouveau
...sous le soleil. Les Francais s'accommodent de leurs divers incompétences en se noyant dans un anti américanisme doublé généralement d'un anti germanisme maladif. Juste un mot sur le Kosovo. Effectivement Mitterrand, 50 ans après les faits, n'avait pas compris que le monde avait changé. Que les alliés d'hier n'étaient pas fatalement ceux de son époque. Le répéter 70 ans après est carrément affligeant. Sinon plus généralement, que le Président américain défende les intérêts de son pays est tout à fait normal et tout à son honneur. Dommage que les nôtre ne s'en inspirent pas. La fonction en serait rehaussée.