En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

02.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

03.

Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

07.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 10 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 10 heures 50 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 12 heures 21 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 16 heures 15 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 17 heures 19 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 17 heures 37 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 17 heures 55 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 18 heures 21 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 19 heures 18 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 19 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 10 heures 39 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 11 heures 38 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 13 heures 26 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 16 heures 46 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 17 heures 24 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 17 heures 54 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 18 heures 16 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 19 heures 48 sec
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 19 heures 30 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 20 heures 3 min
© Reuters
Sheikha Mozah, la dirigeante de la "Fondation du Qatar" et femme de l'Emir.
© Reuters
Sheikha Mozah, la dirigeante de la "Fondation du Qatar" et femme de l'Emir.
Double jeu à Education City

Pourquoi la Fondation du Qatar dirigée par Sheikha Mozah n’a pas grand-chose à envier aux préceptes défendus par l’Etat islamique

Publié le 30 juin 2015
Créée en 1995 par l'émir qatari, la "Fondation du Qatar" est une organisation immensément riche qui assure au pays un puissant soft-power dans le monde. Centrée sur les problématiques d'éducation et de sciences, la Fondation est dirigée par la femme de l'émir, Sheikha Mozah. En sous-main, cela n'empêche pas l'organisme de promouvoir des thèses proches de l'islamisme radical tel qu'il est appliqué au Qatar.
Haoues Seniguer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Haoues Seniguer est maître de conférences en science politique à l'Institut d'Études Politiques de Lyon (IEP)Il est aussi chercheur au Triangle, UMR 5206, Action, Discours, Pensée politique et économique à Lyon et chercheur associé à l'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Créée en 1995 par l'émir qatari, la "Fondation du Qatar" est une organisation immensément riche qui assure au pays un puissant soft-power dans le monde. Centrée sur les problématiques d'éducation et de sciences, la Fondation est dirigée par la femme de l'émir, Sheikha Mozah. En sous-main, cela n'empêche pas l'organisme de promouvoir des thèses proches de l'islamisme radical tel qu'il est appliqué au Qatar.

Atlantico : Cette fondation a officiellement la responsabilité de promouvoir la connaissance, l'éducation, la paix et le savoir dans le monde. Que fait-elle réellement, de manière plus discrète ? Et comment s'y prend t-elle ?

Haoues Seniguer : Très officiellement, sur le site de la Fondation du Qatar, plusieurs activités sont mises en avant. Il y a plusieurs champs d’investissement ou d’intervention de la Fondation, parmi lesquels : l’environnement, l’éducation, la technologie, la santé, etc. Il est également question d’améliorer la condition des ouvriers travaillant sur les différents chantiers du pays, très souvent au péril de leur vie. L’image extrêmement négative de leurs conditions de vie, vue de l’étranger gêne considérablement la communication feutrée du Qatar à l’adresse de ses partenaires occidentaux, d’où cette politique d’affichage.

Néanmoins, loin de se cantonner strictement au registre profane, le domaine religieux fait l’objet d’une attention toute particulière des autorités qatariennes. En particulier durant le mois de Ramadan, où des manifestations sont organisées avec la présence de différents prêcheurs, y compris rigoristes, tel que Aidh al-Qarni, connu pour des prises de position explicitement antijuives et des appels au djihad en Syrie. À ce propos, comme il apparaît dans une tribune du Daily Beast rédigée par Jamie Dettmer[1], le profil de certains hommes de religion qui interviennent, ou interviendront, dans une mosquée, inaugurée en mars dernier, à l’intérieur des murs de la Fondation du Qatar interroge clairement. En effet, certains d’entre eux, à l’instar du clerc saoudien littéraliste Saleh al-Moghamsy, qui a célébré la prière à l’occasion de l’inauguration de la mosquée en présence de Sheikha Moza, aurait déclaré (tel que le propos est rapporté dans la tribune précitée), a priori par le passé, que le fondateur d’al-Qaïda, Oussama ben Laden, "est mort avec plus d’honneur aux yeux de Dieu que n’importe quel juif, chrétien, zoroastrien, athée ou musulman apostat, simplement parce qu’il est mort en musulman". Il y a également Abdelaziz al-Fawzan, qui serait intervenu dans la mosquée de la cité de l’éducation, lequel aurait tenu un discours violemment anti-chiite quelques semaines à peine avant l’attentat suicide perpétré en mai 2015 par l’État islamique en Arabie Saoudite, à l’est du royaume, faisant 21 victimes et 100 blessés. Comment, en la circonstance, prétendre faire montre d’ouverture au monde quand de telles personnalités sont invitées à s’exprimer dans une fondation censée promouvoir l’éducation, la culture, etc. Toute l’ambiguïté de l’émirat est ici parfaitement représentée.

Il est difficile de dire si la fondation en question agit avec d’autres intentions en coulisse. Toutefois, celle-ci, en disant "promouvoir la connaissance, l’éducation, la paix et le savoir dans le monde", cherche surtout à légitimer son pays hôte, le Qatar en l’occurrence, comme vecteur de modernité et d’ouverture d’un pays majoritairement musulman sur le reste du monde, en particulier non majoritairement musulman. C’est en quelque sorte la logique du double standard ou, aussi invraisemblable que cela puisse paraître, de "la schizophrénie" consciente, si j’ose dire, nonobstant le caractère oxymorique de l’expression. Qu’est-ce à dire ? Le Qatar adoube les mouvements les plus conservateurs et les plus fermés à l’Occident d’un côté, et, de l’autre, fait la promotion du savoir et la démonstration de son ouverture sur le monde. On pourrait, à cette aune, envisager la fondation comme une sorte de couverture, de gage de bonne conduite d’un pays qui est loin de briller par son souci scrupuleux des droits de l’homme et, notamment, de la dignité de l’ensemble de ses ressortissants, en particulier les ouvriers népalais.

Cette fondation qatarie est un vecteur dans la propagation d'un discours dangereux. Quelles différences sur le fond avec l'Etat islamique ? Quelles haines cette fondation attise t-elle ? 

Il est permis de dire, avec toutes les nuances d’usage, que des Qataris, évoluant ou non dans le giron de l’État, ont un paradigme qui n’est pas très éloigné de celui de l’État islamique. Sinon, comment expliquer les forts soupçons, et la démonstration à présent correctement assurée par différents observateurs sérieux, sur le financement fort probable de groupes extrêmement violents, au moins dans un proche passé, que ce soit au nord du Mali ou au Moyen-Orient ? Ceci permet de dire que, assurément, plus la lecture de l’islam est rigoriste, exclusiviste, et promeut ainsi clairement le rejet de l’Autre, et plus, subséquemment, la haine croît ; cela me paraît évident. Cependant, il y a une différence de taille entre le Qatar et l’État islamique : l’un est un pays reconnu dans ses frontières et dans le concert des nations, l’autre est un mouvement extrêmement violent qui s’affranchit complètement du droit international en agressant, tuant et décapitant sans aucun ménagement. La différence entre les deux structures, quoi qu’on puisse penser de l’émirat, est par conséquent plus que absolue. Ce qui n’exclut pas la possibilité que des Qataris partagent à titre plus individuel le projet de l’État islamique.

Pourquoi est-ce caractéristique de l'ambiguïté du Qatar sur la question ?

Parce que le Qatar est un pays traversé par des courants contraires, tantôt foncièrement antagoniques tantôt complices ou complémentaires. Il y a sans doute un courant modernisant au sein du régime, c’est incontestable, symbolisé notamment par la princesse Moza bint Nasser al Missned, mais cela n’empêche pas la prédominance d’un courant hyper conservateur dans le pays. Au demeurant, que pèse réellement le courant d’opinion porté par la princesse ? Certainement peu au regard de l’économie symbolique globale des acteurs étatiques ou non étatiques principaux du Qatar.

Cette fondation est implantée en France et en Europe, et dispose d'une force de frappe considérable, notamment chez les jeunes. Est-ce un risque dans un contexte de crispation identitaire et d'angoisses généralisées sur nos territoires ? Cette fondation pourrait-elle recruter et embrigader de jeunes Français ?

Je ne crois pas qu’il faille parler d’embrigadement, car le terme me paraît beaucoup trop fort. Mais, il est clair que tout ce qui peut servir à l’extension du régime d’islamité participe de la vision idéologique générale de l’émirat. En d’autres termes, il s’agit d’aider matériellement, autant que faire se peut, les jeunes, musulmans en particulier, afin d’en récolter, dans le temps, les bénéfices symboliques, en termes d’image, par la participation à des formes diverses de da’wa (la prédication islamique) et/ou par le fait de louer le bienfaiteur qatari au plus fort des attaques exercées contre lui. Il y a d’ailleurs des activistes musulmans de France, dont en particulier le directeur du site l’Observatoire du Qatar, qui sont de parfaits relais d’opinion de l’émirat dans l’hexagone, sans qu’on ait la preuve décisive qu’ils sont financés par lui. Néanmoins, des indices tangibles peuvent peut-être constituer un début de preuve : en effet, le directeur de l’Observatoire en question, sur sa page Facebook, le 6 février dernier[1], faisait ostensiblement la promotion de bourses qataries pour apprendre l’arabe à Doha, et ce, notamment à l’adresse des musulmans qui visitent sa page. Cela s’apparente clairement à de la propagande, ou s’il l’on préfère du lobbying, en faveur d’un pays au plus fort des accusations de financement de groupuscules violents. Par ailleurs, apprendre l’arabe à Doha, ce n’est pas comme apprendre l’arabe à la Sorbonne ou à Lyon II ; l’arabe, dans les pays très conservateurs au plan religieux, est souvent adossé à des contenus idéologiques. Et cela, on en a parfaitement la preuve  en tant que chercheurs travaillant sur le religieux.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
C3H5.NO3.3
- 01/07/2015 - 20:54
50 ans à tenir
Encore 50 ans à attendre que les revenus du pétrole s'épuise. Ensuite, le monde entier va leur tomber dessus. Le choc en retour va être terrible.
ISABLEUE
- 01/07/2015 - 10:29
Il faut surtout arrêter de leur faire de la pub
à ce petit pays qui est en fait comme ses voisins : sectaire, raciste : on ne peut pas travailler sans une personne accrochée à vos basques; pour les ouvriers c'est pire que le Moyen Age, alors pas la peine de nous faire croire que ce sont des modernes !! Ils ont du gaz, ok, du fric plein les poches, ne bossent pas (ils saliraient leurs robes blanches) alors pourquoi nous en parler..... Qu'ils achètent le Printemps, des immeubles à Paris et dans le Sud, pourquoi pas, les cousinades sont énormes;.. mais c'est tout. Basta
Texas
- 01/07/2015 - 10:10
Monofocal
vangog , achetez-vous un grand angle. D' un point de vue financier , économique et géopolitique , nos relations avec les Petromonarchies ( en particulier avec le Qatar depuis J-L Lagardère ) rendent l' entrisme musulman anecdotique . D' un point de vue Culturel , c' est une toute autre affaire . Que les politiciens n' aient pas trouver un juste équilibre des migrations ne concernent pas plus un Qatar Francophile , que l' Algerie , le Maroc , la Tunisie et tous les autres.. ! Concernant l' Allemagne , rappelez-moi , quel est le niveau de leurs interventions exterieures ou leur passé colonial . Votre pretendue independance aux ressources d' hydrocarbures ,ne merite quant à elle , qu' un sourire de compassion.