En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

04.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

05.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

06.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 19 min 59 sec
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 1 heure 10 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 2 heures 54 min
décryptage > Société
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

il y a 3 heures 36 min
décryptage > France
Génération Ouin Ouin ?

Fracture sociale française : toutes les fragilités ne se valent pas

il y a 4 heures 12 min
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 14 heures 58 min
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 18 heures 12 min
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 19 heures 25 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture fonce sur la foule lors d'un carnaval de la ville de Volkmarsen
il y a 20 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

il y a 22 heures 5 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 50 min 5 sec
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 2 heures 21 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 3 heures 7 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Coronavirus : un risque de pandémie provoque une panique boursière, menace l’économie mondiale de blocage et fragilise le régime chinois

il y a 3 heures 57 min
décryptage > Santé
Inquiétudes

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

il y a 4 heures 25 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 15 heures 53 min
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 18 heures 53 min
light > Media
Disparition d'une grande figure des médias
Mort d'Hervé Bourges à l'âge de 86 ans
il y a 19 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Mégère apprivoisée" de William Shakespeare : féministe ou pas, telle est la question !

il y a 21 heures 56 min
pépites > Justice
Renvoi
Grève des avocats : le procès de François Fillon et de son épouse Penelope est renvoyé au mercredi 26 février
il y a 22 heures 22 min
De nombreux blocages routiers ont été mis en place en France par des chauffeurs de taxi.
De nombreux blocages routiers ont été mis en place en France par des chauffeurs de taxi.
Hors de prix

Uber contre les taxis : ce que coûterait le rachat de toutes les licences par l’Etat ET ce que ça pourrait rapporter

Publié le 26 juin 2015
Jeudi 25 juin au matin, de nombreux blocages routiers ont été mis en place en France par des chauffeurs de taxis pour protester contre le développement d'UberPop, donnant lieu à de nombreuses échauffourées. Le rachat des licences de taxis pas l'Etat est une des solutions possibles mais coûteuses.
Alain Bonnafous est Professeur Emérite de l’Université de Lyon et chercheur au Laboratoire d’Economie des Transports dont il a été le premier directeur. Auteur de nombreuses publications, il a été lauréat du « Jules Dupuit Award » de la World Conference...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Delpla est économiste, professeur associé à l'université de Toulouse. Il est l'auteur de Le partage des fruits de la croissance (La documentation française, 2009), et La fin des privilèges : payer pour réformer (Hachette Littérature 2007). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Bonnafous
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Bonnafous est Professeur Emérite de l’Université de Lyon et chercheur au Laboratoire d’Economie des Transports dont il a été le premier directeur. Auteur de nombreuses publications, il a été lauréat du « Jules Dupuit Award » de la World Conference...
Voir la bio
Jacques Delpla
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Delpla est économiste, professeur associé à l'université de Toulouse. Il est l'auteur de Le partage des fruits de la croissance (La documentation française, 2009), et La fin des privilèges : payer pour réformer (Hachette Littérature 2007). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jeudi 25 juin au matin, de nombreux blocages routiers ont été mis en place en France par des chauffeurs de taxis pour protester contre le développement d'UberPop, donnant lieu à de nombreuses échauffourées. Le rachat des licences de taxis pas l'Etat est une des solutions possibles mais coûteuses.

Atlantico : Combien coûterait le rachat par l'Etat de la totalité des licences de taxis ? Quels en seraient a contrario les bénéfices à plus ou moins long terme ?

Jacques Delpla : Rappelons d’abord que ces licences de taxi sont émises par les mairies (et la Préfecture de Police pour le grand Paris) gratuitement et que la loi Pasqua de 1995 sur les taxis interdit à l’Etat de racheter ces licences, au motif même qu’elles ont été émises gratuitement.

Mais ce n’est pas seulement leur rareté qui détermine leur prix élevé à la revente (plus de 200 000 euros par licence de taxi à Paris). Ce que j’ai découvert en investiguant ce marché, c’est qu’il y a une fraude fiscale et sociale massive et systématique chez les taxis. La valeur de la plaque de taxi incorpore toutesles fraudes fiscales et sociales anticipées. En faisant les calculs, il est juste impossible de justifier la valeur de marché des licences pour un business normal de taxi qui paierait toutes ses charges. Donc, l’anticipation de fraude fiscale et sociale constitue au moins la moitié de la valeur des licences de taxis. 

Bien sûr, comme les taxis ont une capacité de nuisance importante en cas de revendications, il faudrait, en cas de réforme, les indemniser.

Ma suggestion de réforme du secteur des taxis est la suivante :

  • Lutter contre la fraude fiscale et sociale dans le secteur, en reliant le taximètre à la comptabilité des taxis. Ceci fera baisser la valeur des plaques.
  • Augmenter (doubler) partout en France (surtout à Paris, les grandes villes et la Côte d’Azur) le nombre de licences de taxis, cédées gratuitement selon la loi. Les taxis ne pourront pas rouspéter car tous les taxis savent bien que c’est possible dans la loi et ils ont accepté le risque d’augmentation des licences. Comment ? Le gouvernement pourrait demander à la Préfecture de Police de multiplier par deux le nombre de plaques à Paris et inciter les maires à faire de même.
  • Elargir le périmètre d’action des taxis par exemple à l’agglomération ou au département (aujourd'hui, les taxis ne sont autorisés à prendre des clients seulement dans leur ville d’attache).
  • Compenser les chauffeurs de taxis par des points supplémentaires dans leurs régimes de retraite, car la licence est souvent considérée comme devant financer leur future retraite. Mais pour une valeur très nettement inférieure à leur valeur de marché. 
  • Aujourd'hui, la valeur de marché des licences en France est d’environ 5 milliards d’euros. Une compensation partielle devrait se monter au maximum à 1 milliards d’euros, sous forme de points retraite supplémentaires. 

 

Alain Bonnafous : Un tel rachat serait de l’ordre de 5 milliards d’euros pour les seuls taxis parisiens où les licences sont les plus chères. Le prix varie beaucoup selon les villes et il est difficile d’évaluer précisément le coût global. On estime entre 7 et 8 milliards d’euros le coût pour l’ensemble du territoire.

Mais cela pose un réel problème d’équité et même de politique des transports, car un certain nombre de ces licences a été attribué gracieusement. Il s’agit d’autorisations administratives, mais le fait qu’elles soient contingentées et qu’elles puissent être cédées leur donne une valeur marchande. Le marché est tel que dans certains endroits comme à Paris, une licence atteint des prix astronomiques. Le problème fondamental est là. Un petit artisan taxi qui paye sa licence 250 000 euros doit nécessairement amortir ce coût d’entrée. Il existe une évidente contradiction comme dans tout système contingenté, nous sommes toujours confrontés à des anomalies de ce genre.

Ce rachat serait-il la seule solution envisageable pour remettre sur un pied d'égalité les taxis et Uber ?

Non, on peut réformer sans toucher aux taxis, juste en faisant appliquer la loi. Rappelonsqu’officiellement une plaque de taxis n’est qu’une Autorisation De Stationnement. Cette ADS donne aux taxis seulement :

  • le monopole de prendre des gens dans la voiture lorsqu’ils sont helés.
  • le monopole d’utiliser dans les rues les bornes de taxis et places de stationnement qui y sont dédiées. 

Le problème des taxis aujourd'hui est que ces deux monopoles sont battus en brèche par les smarphones. À ce moment-là, la bonne réforme est juste d’autoriser UBER et autres à travailler. Il faudrait toutefois supprimer la disposition de la loi Thevenoud qui interdit l’utilisation de la géolocalisation pour les VTC (une disposition hallucinante, analogue à interdire l’utilisation de l’électricité lors de la seconde Révolution industrielles). 

Dans ce cas-là, les Autorisations De Stationnement n’auraient plus de valeur, car sans utilité.

Alain Bonnafous : Le rachat pose un premier problème car il nécessite des milliards que l’Etat n’a pas. Il suffit de lire le dernier rapport de la Cour des Comptes pour s’en convaincre, si besoin en était.

Le rachat devrait être corrélé avec la distribution de licences supplémentaires. Il serait par exemple possible de décontingenter progressivement ce marché dans les cinq à dix ans en donnant de nouvelles licences à ceux qui en ont déjà. Le marché serait totalement décontingenté et la perte de cet actif serait compensée par des licences nouvelles. La profession fonctionnerait plus harmonieusement avec de nouveaux entrants qui pourraient alors venir travailler sous réserve, bien sûr, de remplir des obligations professionnelles diverses et variées (contrôle technique, etc.).

Quelles perspectives économiques ouvrirait la libéralisation totale du secteur des taxis en termes de croissance économique ? Pourrait-elle permettre le développement de nouveaux marchés en permettant d'atteindre de nouveaux publics, qui ne prenaient pas le taxi jusque-là?

Jacques Delpla : Il y 50 000 taxis en France. Ils sont trop chers et pas assez nombreux.  On pourrait à court terme envisager un doublement de leur nombre (y compris avec les VTC) ; à moyen terme un triplement.  Et avec des prix plus bas. 

Mais, à horizon de 10 ans, les métiers de taxis et de VTC sont condamnés par l’apparition des voitures sans chauffeur. Elles ont commencé avec Google ; aujourd'hui tous les grands constructeurs automobiles s’y mettent. Le jour où elles seront généralisées, les voitures sans chauffeurs feront le travail des taxis et VTC pour un prix beaucoup plus faible, 24h/24h, avec plus de sécurité.

Le vrai concurrent des Taxis, ce sera la Google Car, qui les battra sur tous les plans.

Alain Bonnafous : Il est très difficile d’estimer l’impact sur la croissance économique. Cela nécessite de faire des simulations très précises. Il est vraisemblable qu’il y aurait de la création de valeur et un impact positif sur l’emploi. Mais c’est compliqué à évaluer car on détruit également de la valeur. Il faut souligner que cette valeur est artificielle car générée par la rente de rareté. La destruction de ce type de rentes est généralement bien vue des économistes, mais certains sont victimes de ce procédé.

Des taxis qui respectent toutes les normes demandées pourront demain se placer sur le marché sur lequel Uber fait aujourd’hui un carton. Ainsi, de nouveaux publics pourraient être atteints, mais cela reste de l’ordre de l’hypothèse. 

L’équilibre se ferait alors comme dans n’importe quel métier. La vente de sandwichs, par exemple, trouve un point d’équilibre entre l’offre et la demande. Ce serait pareil avec les taxis. On se retrouverait comme dans les villes américaines comme à New York, il y a l’embarras du choix. Plus de taxis et moins cher. 

La libéralisation des taxis pourrait-elle avoir un effet d'entraînement sur d'autres professions réglementées (notaires, huissiers, mandataires, ...) ?

Jacques Delpla : On pourrait l’espérer. Mais le problème est que ces professions sont protégées par des lois et que, nous l’avons vu avec la Loi Macron, les lobbies font tout pour éviter ces réformes de la réglementation.

La grande alliée des réformistes ici, c’est la Commission Européenne, qui pousse à l’ouverture de ces professions réglementées.

Alain Bonnafous : D’autres secteurs réglementés où il existe de fait une rente de rareté pourront être touchés. Cependant, tous les secteurs ne sont pas bons à libéraliser. Je pense à l’activité de notaire où les obligations sont telles qu’il est impossible de laisser n’importe qui peut entrer dans la profession. 

Cette libéralisation des professions réglementés (dont les taxis) avait déjà été envisagée par Arnaud Montebourg en 2014 avant son départ du gouvernement. Y a-t-il un manque de volonté politique pour la faire appliquer ?

Jacques Delpla : L’ouverture de ces professions réglementées est sur l’agenda politique depuis le rapport Armand-Rueff de 1960. Il y a évidemment un manque de volonté politique, car les hommes politiques, sous le poids des lobbies, préfèrent toujours protéger les emplois de hier, plutôt que de défendre le consommateur ou de préparer les emplois de demain.

Alain Bonnafous : La théorie est bien plus facile que la pratique et le passage aux actes révèlent des difficultés. On s’aperçoit parfois que des systèmes dénoncés n’ont pas forcément que des inconvénients. Pour reprendre l’exemple des notaires, ce qu’ils touchent lors d’une transaction immobilière est en fait très faible et un rabot de 10 % à 15 % les mettrait dans de sérieuses difficultés.

Il y a pas mal d’illusions, mais aussi de gesticulations. La cabale aux profiteurs du système est un mouvement populaire à laquelle il faut prendre garde. La loi Macron a conservé quelques miettes de ce qui avait été envisagé auparavant, mais cela ne représente finalement presque rien.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

04.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

05.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

06.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ex abrupto
- 27/06/2015 - 16:02
Supprimer
cette autorisation de stationner, contraindre uber à racheter toutes les plaques qu'on lui présente et à verser les sommes perçues sur un fond de retraite, et amener les taxis à créer leur propre plateforme/appli....
NB: "Contraindre Uber" comme vous y allez mon bon monsieur: c'est le prix à payer pour l'arrogance de son patron français, puant de bouffitude au delà de l'imaginable...
mounette
- 27/06/2015 - 08:43
seuls les utilisateurs
seuls les utilisateurs devraient décider.
Jardinier
- 27/06/2015 - 07:52
On pourrait aussi ne faire supporter cette taxe
uniquement que par les nouveaux entrant. Ce qui faciliterait l'acceptation de la reforme par les détenteurs de plaques, rétablirait un peu la balance des charges en leur faveur, et serait un droit à l'entrée assez faible, finalement pour les nouveaux arrivants.