En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

04.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

05.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 11 heures 36 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 12 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 14 heures 47 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 23 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 18 heures 15 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 18 heures 59 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 19 heures 23 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 20 heures 16 sec
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 21 heures 45 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 13 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 11 heures 58 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 12 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 15 heures 15 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 17 heures 43 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 18 heures 31 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 18 heures 59 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 19 heures 39 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 21 heures 17 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 12 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 13 heures
Des institutions américaines ont commencé à vendre des embryons congelés.
Des institutions américaines ont commencé à vendre des embryons congelés.
Brave new world !

Et maintenant, l’adoption d’embryons congelés...

Publié le 05 juillet 2015
Aux Etats-Unis, il y a aujourd’hui 500.000 embryons congelés, non-utilisés par les familles souhaitant pratiquer une fécondation in vitro. Quelques institutions américaines proposent de les vendre aux couples souffrant de double infertilité. Le prix : jusqu'à 20.000 dollars. Une somme qui rend plus concret le débat moral autour de l'objectivisation de la vie humaine.
Dr Alexandra Caude est directrice de recherche à l’Inserm à l’Hôpital Necker. Généticienne, elle explore les nouveaux mécanismes de  maladie, en y intégrant l’environnement. Elle enseigne, donne des conférences, est membre de conseils scientifiques...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandra Henrion-Caude
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dr Alexandra Caude est directrice de recherche à l’Inserm à l’Hôpital Necker. Généticienne, elle explore les nouveaux mécanismes de  maladie, en y intégrant l’environnement. Elle enseigne, donne des conférences, est membre de conseils scientifiques...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aux Etats-Unis, il y a aujourd’hui 500.000 embryons congelés, non-utilisés par les familles souhaitant pratiquer une fécondation in vitro. Quelques institutions américaines proposent de les vendre aux couples souffrant de double infertilité. Le prix : jusqu'à 20.000 dollars. Une somme qui rend plus concret le débat moral autour de l'objectivisation de la vie humaine.

Atlantico : Quels problèmes éthiques ce procédé de vente des embryons congelés non-utilisés soulève-t-il ?

Alexandra Henrion-Caude : En tant que scientifique co-responsable au nom de ma communauté, mais aussi en tant que mère, je souffre de notre indifférence vis-à-vis de ces millions d’embryons dont la vie est cryo-conservée. Ces vies ne sont-elles donc pas notre responsabilité? Ne devons-nous pas réfléchir à ces vies mises artificiellement en "pause". On pourrait les décrire dans une sorte de "coma réfrigéré".

Vous me dites 20.000 dollars ? Des soldes seront-elles envisagées ? Un nouveau produit est donc sur le marché : il s’appellera Emma, Lucas, Chloé ou Hugo. Il, ou elle, est très jeune et totalement vulnérable. Cette fois, nous le comprenons : il s’agit d’une nouvelle forme d’esclavage permettant de monnayer la vie de millions d’hommes et de femmes, dès un stade très précoce de leur développement. Les esclaves connaissaient leurs origines. Ceux-là ne les connaitront probablement même pas.

Vous mentionnez 500.000 embryons congelés mais il s’agit là d’estimations. Elles sont supérieures à ce que vous indiquez puisque l’estimation est de 625.000 embryons pour l’Amérique. En France, j’ai beau chercher cette information, je ne la trouve nulle part. Les rapports d’activité ne sont pas renseignés depuis 2010 et d’après un audit de l’Agence de la Biomédecine, les registres ne sont même pas tous numérisés…

Le tout dans l’indifférence totale de notre société, et notre entretien restera, vous m’excuserez mais je le pense, poste restante. Alors même que nous sommes tous concernés et que ce n’est évidemment pas une affaire de spécialistes.

Quelle différence y a-t-il avec un don d’ovocytes ou de sperme ?

Paradoxalement, cette mise sur le marché d’êtres humains outre-Atlantique se déroule alors même que nous sommes en pleine actualité d’un appel publicitaire à la radio de dons de gamètes financé par l’Agence de la Biomédecine sous le contrôle du Ministère de la Santé. Autrement dit, alors même que nous sommes dans l’embarras de gérer ces centaines de milliers d’embryons dans leurs containers, nous nous permettons d’en générer davantage… Une aberration supplémentaire dont notre système à la française se rend capable mais qui touche à l’intimité des femmes. Le don de gamètes est tout sauf banal et il est traité avec une légèreté et une désinvolture révoltante. Aimez-vous offrir des fleurs ou des chocolats nous demande le site officiel ? Alors vous êtes candidat pour donner vos ovocytes, prendre en gros 2 semaines de congés pour mener l’entreprise à bien et subir le choc d’un traitement hormonal d’une dizaine de jours et une intervention sous anesthésie générale… et d’un âge de ménopause nécessairement avancé… Et on ose parler de don anodin.

Les familles pourront s'appuyer sur des contrats qui régiront ce type de "transaction". Quels en sont les principaux risques juridiques ?

Vous me parliez précédemment d’éthique. Je pense que c’est au-delà de l’éthique. Il s’agit d'une responsabilité collective que nous avons vis-à-vis de ces embryons humains.

Je trouve indécent de parler des risques juridiques quand, par simple bon sens, le risque est porté sur notre propre humanité. Qui sommes-nous ? Qui étions-nous ? Que serons-nous si nous ne réagissons pas à cette étape supplémentaire dans l’instrumentalisation de la vie d’autrui ? Non, pardon. Même pas l’instrumentalisation mais une totale chosification, avec un coût : 20.000 dollars. Peut-être qu’avec un coût plus important, les centres vous offriront de choisir la couleur des yeux, le QI des géniteurs etc….

Quid des liens de parenté des enfants issus de ce type de fécondation ?

Comme je vous le disais : les esclaves connaissaient la plupart du temps leurs origines. Ici, on nie l’humanité à ces embryons humains qui deviennent l’objet d’une offre supplémentaire sur un marché économique. Dans ces conditions, je ne parviens pas à comprendre comment on peut s’investir comme parents, ni quel regard l’enfant -même aimé- portera sur ceux qui l’ont acheté 20.000 dollars. Avec ces dérives successives, c’est le lien qui unissait tous les hommes de cette terre les uns aux autres en tant qu’êtres humains, dans l’histoire commune de leur naissance après l’union d’un homme et d’une femme qui se désintègre. Réagissons ! J’avais lancé, au travers de "science-en-conscience" une alerte à la conscience scientifique il y a quelques années réunissant plusieurs centaines de collègues. N’est-ce pas un SOS qu’il faudrait aujourd’hui lancer ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

04.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

05.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 05/07/2015 - 19:54
à Outre-Vosges
Vous dites avec justesse "suivant nos conceptions juridiques de gauche, un embryon est une simple chose" Tout le problème est là. car on peut acheter et vendre une chose. Quoi de plus normal ? Mais cette "chose" va immanquablement se transformer en "être humain" logiquement pourvu de droits - dont ... le droit aux origines si cher aux gens de gauche. Peut-être qu'après tout, un embryon n'est pas une simple chose ? Qu'il a aussi des droits ? Alors quid du droit à l'avortement ? Le serpent va vite se mordre la queue. On n'a pas fini de remplir les tribunaux. Au prix de combien de souffrances pour les enfants décongelés ?
Outre-Vosges
- 05/07/2015 - 17:35
Une question brulante
N’oublions pas que, suivant nos conceptions juridiques de gauche, un embryon est une simple chose : si la femme qui le porte n’en veut pas ou n’en veut plus, elle peut de façon tout à fait légale le jeter à la poubelle avec la bénédiction des associations bienpensantes. Comme on ne s’est pas soucié de savoir à partir de quel moment cette chose devient un être humain, si j’avais été l’avocat de Dominique Cottrez, j’aurais soutenu qu’il ne s’agissait dans le cas de cette femme que d’avortements banals, simplement un peu retardés. Dans l’affaire présente, celle qui risque beaucoup c’est madame Henrion-Caude, l’auteure de cet article, qui va se faire accuser de propagande d’extrême-droite avec les poncifs habituels : sympathie pour le F Haine, renvoi aux heures les plus sombres de notre histoire etc. J’aimerais que les quelques gauchistes qui s’aventurent (courageusement) sur Atlantico viennent donner leur opinion.
cloette
- 05/07/2015 - 10:04
il va y avoir un site
"Adopte un embryon.com "