En direct
Best of
Best of du 2 au 8 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

04.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

07.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

06.

Comment basculer vos groupes de conversations WhatsApp sur Signal

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 55 min 24 sec
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 2 heures 48 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 3 heures 45 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 4 heures 17 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 4 heures 52 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 5 heures 34 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 5 heures 47 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 6 heures 42 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 6 heures 51 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 7 heures 13 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 2 heures 34 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 3 heures 23 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 4 heures 48 sec
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 4 heures 38 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 5 heures 16 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 5 heures 44 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 6 heures 45 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 7 heures 11 min
décryptage > Politique
Stratégie du gouvernement

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

il y a 7 heures 28 min
© Reuters
© Reuters
Terroriste?

Tueur isolé ou massacre terroriste à Charleston : ce qui se cache derrière les mots qu’on emploie

Publié le 20 juin 2015
La tuerie de Charleston dans laquelle un jeune blanc d'une vingtaine d'année a abattu neuf membres d'une église évangéliste noire fait poser la question d'un terrorisme nouveau. Et pourtant, le mot même de "terroriste" n'est pas celui qui a fait la Une des journaux, les médias lui préférant les termes de "loup solitaire" ou "tueur isolé".
Daphné Pugliesi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Me Daphné Pugliesi est avocat à Neuilly sur Seine. Elle  est compétente en droit pénal, en droit du travail et en responsabilité médicale. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La tuerie de Charleston dans laquelle un jeune blanc d'une vingtaine d'année a abattu neuf membres d'une église évangéliste noire fait poser la question d'un terrorisme nouveau. Et pourtant, le mot même de "terroriste" n'est pas celui qui a fait la Une des journaux, les médias lui préférant les termes de "loup solitaire" ou "tueur isolé".

Atlantico : Le tueur de Charleston se revendique d'une mouvance politique. Dès lors quelle est la différence entre ce tueur et un terroriste islamiste ?

Daphné Pugliesi : le premier acte terroriste qualifié comme tel date de 1791! Il n'y a donc pas de terrorisme islamique qui serait plus proche de la définition que d'autres. On définit cette notion comme un acte commis dans un but de troubler l’ordre public. Le but premier est bien de troubler. Cela implique des victimes non identifiées dont l'éliminination n'est pas motivée par des raisons personnelles, et qui appartiennent à une communauté : pour les islamistes, c'est la commuauté des mécréants, musulmans ou non. Dans le cas de Charleston, c'est un blanc qui attaque la communauté noire, donc on est bien dans un acte terroriste. La différence c’est qu'il commet un acte isolé et qu'il n’appartient pas à un groupe politique clair et défini, alors que les islamistes se revendiquent d’un groupe.

Cependant notre législation définit un acte terroriste soit comme collectif soit individuel. Le fait donc qu'il soit seul n'enlève rien de l'acte terroriste, la législation, en France, est assez claire là-dessus.

Pourquoi privilégie-t-on la dénomination de tueur isolé dans ce type de cas ? Et que révèle cette difficulté à utiliser le terme de "terroriste" lorsqu'il s'agit d'un blanc ? 

Les journalistes sont prudents. On est dans une société où il y a un réel amalgame entre islamisme et terrorisme. Dans cette configuration où un blanc va s'attaquer à la communauté noire, on sent un réel malaise. Et pourtant, le but de cette attaque était bien de semer la terreur au sein de la population, et comme tout acte terroriste, le tueur s'en est pris à une communauté différente de la sienne. Mais parce qu'il n'appartient pas à un groupe, parce qu'il semble être un loup solitaire et peu entouré, on préfère le qualifier de tueur isolé. De plus, on a connu un réel tournant dans la définition du terrorisme depuis les attentats du 11 septembre 2001 : terrorisme et islamisme n'ont fait plus qu'un, et cet acte est tellement fondateur de la société dans laquelle nous vivons qu'il est très difficile de revenir au sens propre du terrorisme.

Et pourtant, à force de faire l'amalgame, et d'associer terrorisme et islamisme, de dénoncer la terreur imposée par des musulmans, on risque de voir les cas inverses se multiplier : la réaction et l'envie de vengeance est inhérente à l'homme. Dès lors on risque de voir apparaître des actes terroristes non liés à un engagement politique, à une revendication, mais sur la base du simple racisme, du rejet d'une communauté autre. La différence alors entre le crime raciste et l'acte terroriste tient au statut de la victime : alors que le crime raciste vise une personne en particulier, à partir d'un élément déclencheur, l'acte terroriste cible des victimes au hasard. Dans le cas de Charleston, il s'agissait de paroissiens d'une église certe symbolique, mais les paroissiens n'étaient pas visés eux, personnellement. Le but était donc de viser une communauté dans son ensemble, en visant en lieu particulier mais dont les victimes auraient pu être autres. Le but premier de cette tuerie était donc bien de perturber l'ordre public. Il n'y a pour moi aucune différence entre cette tuerie et la tuerie de Koulibaly qui entre dans un restaurant casher -symbolique- et tue les personnes présentes ce jour là indiféremment. Effectivement, le fait que les journalistes dans un cas parlent très facilement d'acte terroriste et dans l'autre non montre cette difficuluté qu'on a à dissocier terrorisme et islam.

La condamnation du tueur de Charleston, et probablement sa condamnation à mort, est une partie de son geste qu'il connaissait. La dimension kamikaze fait presque toujours partie de l'acte terroriste: pourquoi ces tueurs acceptent-ils de donner leur vie pour commettre un crime?

Le côté kamikaze permet aussi de donner plus de force à son action, donner plus de profondeur à sa croyance avec cette notion d'aboutissement. Si on veut sauver sa peau, alors il est surtout plus difficile de réaliser son acte. Pour commettre l'acte terroriste, on doit comprendre l'enjeu et accepter que cela signifie sa propre fin.  Dans le cas du terrosime islamiste, c'est un peu ambigu: donner sa vie sert la cause du parti, mais cela implique également une récompense dans l'au-delà. Dès lors, l'acte terroriste est aussi un moyen de s'assurer une bonne "mort". Enfin, s'ériger en martyr d'une cause peut aussi donner du poids à la cause et élever la personne qui commet l'acte terroriste, donc peut être aussi de lui donner une visibilité, une importance qu'il n'avait pas auparavant.

Comment se limite la notion de terrorisme, en termes juridiques et idéologiques ?https://ssl.gstatic.com/ui/v1/icons/mail/images/cleardot.gif

Juridiquement, elle est déterminé par l'article 421-1 et dans la législation française, toute infraction prévue doit l’être strictement. L'acte terrorisme est vraiment une intimidation par un individu ou un collectif avec le but de troubler l’orde public. La législation européenne colle au texte français. Aux Etats-Unis, il y a une définition propre, ainsi que dans chaque pays. S'il n'ya pas d'unité internationale, ni d'égalisation des sanctions, on observe en revanche qu'il y a un vrai travail pour le transfert des terroristes, pour faciliter leur mise en procès. Dans les affaires de terrorisme, les transferts sont beaucoup plus simples que dans tous les autres cas.

Dans l'idéologie, on voit surtout qu'il y a une peur de plus en plus importante, et cette peur vient du risque terroriste en constante augmentation: il y a des juges supplémentaires pour l'anti-terrorisme en France, une multiplication des enquêteur qui révèle une réelle prise de conscience politique de ce risque. Nous ne sommes plus au temps des grandes guerres napoléoniennes, mais bien dans l'ère de la violence et de la terreur qui cherche à tuer et terroriser, pour des intérêts liés à la communauté et non plus à la société.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires