En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
Le marché du gaz et de l'électricité est encore largement dominé par les acteurs historiques.
David contre Goliath
Prix de l’énergie, la baisse qui n’était jamais venue : la faute à qui (mais y avait-il vraiment de l’espoir) ?
Publié le 17 juin 2015
Le marché du gaz et de l'électricité est encore largement dominé par les acteurs historiques, malgré sept années de déréglementation et d’ouverture à la concurrence. L'intervention de l'Etat en la matière n’a donc pas permis une baisse des prix et une meilleure offre de service.
Chargé de mission UFC-Que Choisir - Expertise dans le domaine de l'énergie et de l'environnement.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Mouchnino
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chargé de mission UFC-Que Choisir - Expertise dans le domaine de l'énergie et de l'environnement.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le marché du gaz et de l'électricité est encore largement dominé par les acteurs historiques, malgré sept années de déréglementation et d’ouverture à la concurrence. L'intervention de l'Etat en la matière n’a donc pas permis une baisse des prix et une meilleure offre de service.

Atlantico : Quelles logiques ont pu conduire l'Etat à s'opposer à cette initiative de libéralisation du marché ? 

Nicolas Mouchnino : L'Etat est un gestionnaire de patrimoine, actionnaire à hauteur de 84,5% chez EDF, et à plus de 33% chez Engie (ex GDF-Suez). L'Etat, en tant qu'actionnaire, établit de nombreuses demandes auprès d'EDF, et touche une somme avoisinant les 1,8 milliards d'euros de dividendes chaque année. Un rapport récent du Sénat expliquait l'obligation pour EDF de s'endetter pour payer ces dividendes. 

L'Etat est quelque peu schizophrène car il définit dans le même temps les tarifs réglementés de vente, proposés par EDF pour l'électricté et par Engie pour le gaz. L'évolution des tarifs est définie par la loi et par différentes modalités de calculs. On peut constater que, sur l'électricité, l'Etat ne respecte pas les règles qu'il s'est lui même fixé, en modérant les tarifs de l'électricité, pour ne pas impacter les consommateurs. Les fournisseurs alternatifs attaquent ces décisions et gagnent face au Conseil d'Etat, les gouvernements ne respectant pas les règles qu'ils se sont eux-même imposés.

Sur le gaz, des offres de plus en plus intéressantes émergent. Ce n'est en revanche toujours pas le cas pour l'électricité. Le fait de ne pas suivre un cadre et de ne pas respecter la règle du jeu impacte le consommateur et la concurrence. 

Si l'Etat avait complètement joué le jeu, dans quelle mesure le bilan, après sept ans de déréglementation, aurait été différent ? 

Le marché du gaz est potentiellement structurellement concurrentiel. Pourquoi ? Aujourd'hui, le gaz n'est pas produit en France, et il existe de nombreuses sources d'importations (Russie, Norvège, Moyen-orient, Algérie). Certains fournisseurs, sur ce marché, en faisant jouer les différents approvisionnements et en les optimisant, peuvent ainsi proposer des prix concurrentiels. 

 

Sur le marché de l'électricité, le problème est plus structurel. La concurrence est très difficile. Si on observe la facture électrique d'un ménage, elle se compose de trois éléments : le réseau, la production, les taxes. Tous les prix de ce réseau sont réglementés, appliqués sur les fournisseurs qui le répercutent sur leurs consommateurs. On ne peut donc pas dédoubler et concurrencer cette infrastructure. Les taxes et les contributions sont égalements payées par les fournisseurs et les consommateurs. Or, ce réseau et ces taxes représentent les deux tiers de la facture. 

Le dernier tiers représente la production. Sur ce dernier tiers, la concurrence est difficile : du fait du parc nucléaire français, extrêmement compétitif jusqu'à présent, aucun producteur ne peut s'installer et concurrencer EDF sur le marché de la production. Le nucléaire représente, en France, 75% de l'énergie produite. Finalement, la concurence peut jouer sur une partie très faible, face à des mastodontes sur le marché. Il existe donc, au-delà du jeu de l'Etat, une problématique structurelle liée à la spécificté de notre parc nucléaire.  


Cette mesure, décidée à l'échelle européenne, a t-elle vraiment rencontré un engouement chez nos voisins ? A t-on observé un impact sur les prix et la qualité de service ? 

Après l'ouverture à la concurrence, on a observé pour l'ensemble des pays européens une augmentation des tarifs. Cette ouverture à la concurrence a coïncidé avec une logique de fiscalité environnementale, instaurée par exemple en Allemagne. Dans ce même pays, aujourd'hui et à la différence de la France, les prix liés à la production d'énergie baisse ; ce qui ne veut pas dire que la facture baisse, d'autres logiques comme certaines taxations devant être prises en compte. Sur les marchés dits de gros, les prix baissent. Le marché européen est aujourd'hui, pour l'électricité, en surcapacité, avec une demande qui reste relativement faible. Mécaniquement, avec une offre supérieure à la demande, les prix diminuent. 

Sur les services, liées à la libéralisation du secteur, on a vu arriver un démarchage aggressif, avec le principe des ventes liées. Ces ventes liées, avec des assurances, voire des complémentaires santé, n'ont pas grand chose à voir avec l'électricité. Mais la libéralisation a conduit à l'émergence, dans certains pays d'Europe comme au Portugal, de pratiques commerciales inédites. 


Cette déréglementation reste méconnue en France. Comment faire pour que les ménages français connaissent davantage cette initiative ? Une meilleure connaissance pourrait-elle entraîner certains changements de comportements et impacter les stratégies des fournisseurs ?

Sur le marché des télécoms, le développement de la connaissance de ce marché a été amené par des prix attractifs et par des questions d'innovation. Pour l'électricité, le consommateur apprendra à connaître le marché avec plus de concurrence. Pour le gaz, on note un taux de changement de fournisseur de 6% chez les ménages. C'est faible, mais deux ans auparavant, ce taux était de mois de 1%. En proposant des tarifs, des services et des offres intéressants, les concurrents sont dans leur rôle et intéresseront le consommateur. Pour l'électricté, sur 1200 euros de facture, le consommateur ne trouve pour l'instant pas un intérêt évident si ses économies ne s'élèvent qu'a une dizaine d'euros... 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
02.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
03.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
04.
Petits scénarios alternatifs pour la fin du quinquennat Macron
05.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
06.
LR : le difficile avenir de la droite française
07.
Européennes : soulagement teinté d’inquiétude pour les milieux d’affaires français
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
05.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
06.
Mais que ferait l’UE face à une répétition de la grande crise 2008 ? Le sujet étrangement absent de la campagne des Européennes
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
04.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires