En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce que les municipales risquent d’imposer à Emmanuel Macron

02.

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

03.

Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles

04.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

05.

Plus précieux que l’or, le palladium : les raisons d’un envol des prix

06.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

07.

Cette si discrète entreprise qui pourrait faire que nos vies privées ne le soient… plus jamais

01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

06.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

04.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Et après ?
Brexit : Quelles sont les démarches que les Français devront effectuer pour se rendre en Grande-Bretagne ?
il y a 27 min 23 sec
pépites > Santé
Conoravirus
Coronavirus : comment les Français atteints du virus sont-ils pris en charge sur le territoire ?
il y a 3 heures 12 min
décryptage > Politique
C'est grave docteur ?

Et Benjamin Griveaux dérailla gravement à la gare de l'Est…

il y a 5 heures 31 min
décryptage > Politique
Nouvelle technologie

Ce laser super puissant développé par Israël pourrait devenir un instrument de paix

il y a 6 heures 20 min
décryptage > Politique
Lendemains qui déchantent

L’Europe face à une gueule de bois post Brexit

il y a 7 heures 23 min
décryptage > Santé
Le fugitif

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

il y a 8 heures 24 min
décryptage > Société
Inquiiétude

De l’inquiétant au dramatique : ces réalités diverses qui se cachent derrière le chiffre global de la hausse des actes racistes et xénophobes

il y a 8 heures 46 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit à J-4 : Boris Johnson doit tout changer pour que rien ne bouge

il y a 9 heures 11 min
pépite vidéo > Social
Aucune réponse du gouvernement
Eric Drouet se confie sur sa décision de se retirer du mouvement des Gilets jaunes
il y a 20 heures 20 min
pépites > Politique
Officialisation
Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics, s’engage dans la campagne des municipales et sera tête de liste à Tourcoing
il y a 22 heures 6 min
pépite vidéo > Media
Un bad buzz
Rognée d'une photo officielle : Vanessa Nakate dénonce un acte raciste
il y a 1 heure 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dépendances" : une pièce de théâtre où la fratrie est mise en avant

il y a 5 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Là où chantent les écrevisses" : un roman qui a déjà conquis 4 millions de lecteurs

il y a 5 heures 43 min
décryptage > Santé
Un nouveau débat ?

Fongicides : ces lanceurs d’alerte qui plombent les débats scientifiques

il y a 6 heures 38 min
décryptage > Santé
Septicémies

Alerte à l’empoisonnement du sang : une mort sur 5 dans le monde causée par les sepsis

il y a 8 heures 11 min
décryptage > High-tech
Adieu l'intimité !

Cette si discrète entreprise qui pourrait faire que nos vies privées ne le soient… plus jamais

il y a 8 heures 31 min
décryptage > Economie
Attention !

Alerte au Coronavirus sur l’économie mondiale : une panique planétaire couve sur les marchés

il y a 9 heures 2 min
décryptage > Politique
Un parti à bout de souffle ?

Ce que les municipales risquent d’imposer à Emmanuel Macron

il y a 9 heures 39 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Coronavirus : l'OMS fait évoluer son évaluation de la menace en la qualifiant "d'élevée" à l'international
il y a 21 heures 1 min
light > Culture
Héritage du Prince Bleu de Montmartre ?
Après la mort de Michou, que va devenir son célèbre cabaret ?
il y a 1 jour 4 min
© Reuters
© Reuters
Grand entretien

René Dosière : "La solidarité entre responsables de la fonction publique et des médias explique le fait que l’on a très peu parlé de la hausse récente des salaires des conseillers ministériels"

Publié le 15 juin 2015
Député socialiste, René Dosière revient sur le déplacement de Manuels Valls à Berlin pour la finale de la Champions league. Cet expert dans le contrôle des dépenses étatiques analyse les différentes affaires récentes en matière d'utilisation de fonds publiques qui ont suscité la polémique.
René Dosière est ancien député de l'Aisne. Il est connu pour ses travaux scrupuleux sur le train de vie de l'État et la transparence de la gestion publique. Il préside l'Observatoire de l'éthique publique qui associe universitaires et parlementaires. Il...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
René Dosière
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
René Dosière est ancien député de l'Aisne. Il est connu pour ses travaux scrupuleux sur le train de vie de l'État et la transparence de la gestion publique. Il préside l'Observatoire de l'éthique publique qui associe universitaires et parlementaires. Il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Député socialiste, René Dosière revient sur le déplacement de Manuels Valls à Berlin pour la finale de la Champions league. Cet expert dans le contrôle des dépenses étatiques analyse les différentes affaires récentes en matière d'utilisation de fonds publiques qui ont suscité la polémique.

Atlantico : Vous avez approuvé la proposition de Manuel Valls de rembourser le voyage de ses enfants à Berlin. Or il a dit, dans le même temps, que leur présence n’avait rien couté à l’Etat. N’est-ce pas contradictoire ?

René Dosière : Non parce que l’usage des avions gouvernementaux pour le Premier ministre et le Président est différent selon que l’on soit dans le cadre d’un déplacement public ou privé. Quand il s’agit d’un déplacement public, il n’y a pas d’observation particulière. S’il s’agit d’un déplacement privé, comme on utilise un avion public, la Cour des comptes a recommandé de montrer la séparation entre les deux en réglant le déplacement privé sur la base du billet d’un avion régulier de ligne.
S’agissant du déplacement du Premier ministre, lui-même a expliqué qu’il s’agissait d’un déplacement professionnel donc il n’a pas à rembourser. Par contre, il a amené ses enfants qui ne sont pas des personnages publics mais des agents privés. Un remboursement symbolique du billet s’inscrit donc là dans le cadre d’une utilisation privée pour les enfants, d’un avion officiel à des fins privées. En remboursant le déplacement pour ses enfants, Manuel Valls se conforme parfaitement à la coutume mise en place depuis plusieurs années.

Ce remboursement n’est-ce pas arrivé trop tard, au moins dans son annonce ?

La gestion de ce déplacement n’a pas été très habile en terme de communication, c’est le moins que l’on puisse dire. Néanmoins, les médias ont donné à cet évènement une place disproportionnée, cela ne méritait pas autant d’articles par exemple pendant près de 4 jours. Mais il s’agit-là du problème des médias qui accordent à des évènements mineurs plus d’importance qu’ils ne peuvent en avoir. Ceci a quand même montré que l’opinion publique est particulièrement sensible à tout ce qui apparaitrait comme des privilèges ou un train de vie excessif. En l’occurrence il n’y avait aucun privilège, l’utilisation des fonds publics en tout cas a été respectée. Si ce voyage est peut-être apparu comme un privilège c’est peut-être parce que le Premier ministre a laissé ses camarades socialistes à Poitiers regarder le match alors que lui a décidé de le regarder sur place, créant une espèce de déséquilibre.
L’opinion publique aujourd’hui est particulièrement réticente à ce genre de déplacement.

Cette affaire est révélatrice d’une exigence de transparence absolue de la part des Français. Les Français, jusqu’ici, n’étaient-ils pas plus permissifs ?

Il y a à peine une dizaine d’années, le comportement des responsables politiques étaient beaucoup moins encadrés. On se rappelle des déplacements en avion lorsque Bernard Tapie était président de l’OM, de toute la classe politico médiatique aux frais de Bernard Tapie afin d’aller assister aux matchs de l’OM. Personne ne disait rien, au contraire. Aujourd’hui, les Français ne pardonnent pas le moindre d’écart à leurs responsables politiques.
C’est apparu comme quelque chose d’excessif même si, encore une fois, en matière d’usage des fonds publics, la coutume fixée a été respectée.
Il y a à la fois un discrédit beaucoup plus fort à l’égard des responsables politiques et le sentiment que l’action politique n’est pas suffisamment efficace alors on ne pardonne rien du tout. Aussi longtemps qu’il y aura du chômage, les responsables politiques ne doivent pas donner le sentiment de s’intéresser à autre chose que leurs fonctions politiques.

Comment en est-on arrivé là ? Est-ce dû à un trop plein d’abus ou à une évolution du rapport entre électeurs et élus ?

La persistance des difficultés économiques rend les Français plus exigeants à l’égard de leurs responsables politiques. Pourtant depuis une dizaine d’années, des progrès considérables ont été réalisés notamment en matière de transparence, sur le train de vie de l’Etat…  Par exemple il n’y a plus aucune comparaison entre le train de vie des ministres hier et aujourd’hui. Il y a quelques années, la moitié du traitement des ministres était payé en liquide et soustrait au Fisc. Cela n’est plus le cas. Ils pouvaient aussi cumuler leur rémunération avec des rémunérations locales, ils étaient logés aux frais du contribuable ce qui a aussi disparu etc.  Tout cela parait normal mais c’est tout récent.
Pour rappel, les ministres ont vu leur rémunération diminuer de 30% avec l’arrivée de François Hollande au pouvoir. C’est un geste que l’on a vite oublié mais qui est sensible tous les mois chez les ministres. Loin de moi l’idée de faire pleurer sur les ministres, mais on a diminué sérieusement leur train de vie et l’opinion se semble pas s’en apercevoir.
Les Français sont très sévères concernant les abus, ils peuvent avoir le sentiment que ces abus sont de plus en plus nombreux alors que la réalité est exactement l’inverse. Si on parle des abus d’hommes politiques aujourd’hui, c’est parce qu’ils sont sanctionnés. Il y a quelques années cela n’était pas le cas et on pouvait alors avoir l’impression qu’ils n’existaient pas. Les magistrats sont bien plus pugnaces et libres d’agir face aux hommes politiques. La législation a aussi été durcie. Ainsi, concernant Monsieur Balkany, il a fallu attendre longtemps avant que la justice ne s’intéresse à sa situation pourtant connue depuis plusieurs dizaines d’années.

Affaire Mathieu Gallet, Agnès Saal… Dans quelle mesure ce genre de comportements est-il répandu au sein de l’Etat, chez les élus comme dans la fonction publique ? Est-il possible de savoir combien ces dérives peuvent-elles coûter à l’Etat ?

Il est vrai que la France a une caractéristique : une catégorie de hauts fonctionnaires issus des grandes écoles, des mêmes réseaux, de la même formation et qui ont l’habitude de rester au pouvoir dans le public ou privé, parfois avec une certaine complicité. Bon nombre de progrès restent à réaliser.
D’une manière générale, la fonction publique française est plutôt d’une très grande rigueur. Les dérives me semblent très limitées mais les passages fréquents entre privé et public favorisent une course à l’argent et pousse les rémunérations dans le secteur public à des sommets assez scandaleux. Le train de vie est alors élevé.
S’agissant du secteur privé, ce n’est pas très différent, et même parfois bien plus important, mais il ne s’agit pas d’argent public ce qui est une différence considérable.
L’opinion publique est sévère à l’égard des responsables publics, à juste titre puisqu’ils doivent être exemplaires, mais aussi d’une grande tolérance à l’égard du comportement des vedettes du show-business voire des célébrités du monde sportif, qui ont un train de vie absolument honteux.

Au-delà de ces cas médiatiques, vous vous êtes dit choqué, il y a quelques mois, par le salaire des conseillers ministériels du gouvernement Valls qui ont été augmentés de 7.1% par rapport à l’ère Ayrault. L’émotion a été beaucoup moins forte alors que les sommes engagées sont plus importantes. Comment l’expliquez-vous ?

Une haute fonction publique française dispose de rémunérations élevées. Il y a là une sorte d’habitude qui s’est créé. Entre 2011 et 2014, il y a relativement peu d’évolution en matière de rémunération dans les cabinets ministériels. Si la rémunération des ministres a diminué, celles de leurs collaborateurs, elle, n’a pas subi la même évolution.
Je crois qu’il existe une certaine solidarité entre la plupart des hauts responsables publics et privés de notre pays, j’évoque le privé car ceux qui tiennent les médias sont issus souvent des mêmes types de formations, se fréquentent… Une solidarité de fait  se crée donc. On ne dénonce pas aussi facilement le comportement de personnes dont le train de vie ressemble à celui que vous avez.  

« La solidarité qui existe entre responsables de la fonction publique et des médias explique le fait que l’on a très peu parlé de la hausse récente des salaires des conseillers ministériels » certains hauts responsables publics

Vous qui examinez régulièrement les comptes de l’Elysée, pensez-vous qu’il y a encore des marges de progression en matière de dépenses et de transparence ?

On vient d’avoir connaissance du budget 2014 de l’Elysée, budget à nouveau en diminution par rapport au budget 2013 dans un certain nombre de lignes. On peut toujours penser que des progrès sont encore possibles mais il faut néanmoins faire attention à garder des moyens de fonctionnement satisfaisants. Les gains que l’on peut attendre sur le budget de l’Elysée en termes de montant global sont devenus maintenant plus modestes, il faut au moins maintenir les efforts entrepris.
Le progrès principal qui reste à faire mettre se situe sur le plan de la transparence. Cela consisterait à publier le budget de l’Elysée sur internet à disposition de tous. Le président de la République est d’ailleurs favorable à cette idée, et j’ai bon espoir que cela soit fait avant la fin du quinquennat. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce que les municipales risquent d’imposer à Emmanuel Macron

02.

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

03.

Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles

04.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

05.

Plus précieux que l’or, le palladium : les raisons d’un envol des prix

06.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

07.

Cette si discrète entreprise qui pourrait faire que nos vies privées ne le soient… plus jamais

01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

06.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

04.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
DESVESSIESPOURDESLANTERNES
- 15/06/2015 - 10:00
merci vincennes
pour ces précisions bien documentées et qui démontrent que la technostructure se gave de pognon ! Les doigts dans le pot de confiture !....et encore heureusement que la justice est indépendante hi hi hi !
jurgio
- 14/06/2015 - 20:20
Valls qui paie le prix d'une place ordinaire !
Quand je paie une place d'avion, il y a environ 150 autres personnes ou plus qui paient aussi ! Mais le pire vient de Hollande qui n'était jamais sorti de Corrèze (probablement par pingrerie) et qui fait en moyenne une douzaine de voyages intercontinentaux par semaine ! Il ne doit certainement pas regretter de s'être faufilé vers le siège présidentiel ! Normal pour un président ? Pas sûr car tout le monde s'est aperçu qu'il fait du tourisme ! Les prétextes sont bidons et ses discours ineptes. Taisons-nous et payons.
Vincennes
- 14/06/2015 - 18:13
Il faudrait que R.DOSIERE arrête de nous parler des ENFANTS
de VALLS car à 24 ans et 22 ans, ce ne sont plus des enfants. Idem en parlant d'un déplacement professionnel alors que TOUT LE MONDE dit que c'est FAUX....idem en parlant de 15.000€ alors que le taux/horaire d'un Falcon se situe entre 5.000/8.000€ et que VALLS a fait minimum 5 voyages (Paris/Poitiers) (Poitiers/Berlin) (Berlin/Paris) (Paris/Poitiers pour retourner au Congrès vite/fait le matin puis Poitiers/Paris pour arriver à temps au "village" et y déjeuner et regarder la finale l'après midi !!
Que M.Dosière chiffre, également, le weekend à Cannes du couple VALLS et la soirée à Barjac (gard) avec Ben/Kacem (encore elle) et Macron dans un 4étoiles.......merci par avance