En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

03.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

04.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

05.

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 10 heures 20 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 13 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 16 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 16 heures 46 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 18 heures 58 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 19 heures 8 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 19 heures 26 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 20 heures 47 sec
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 20 heures 41 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 21 heures 5 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 11 heures 31 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 14 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 16 heures 19 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 18 heures 41 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 19 heures 4 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 19 heures 15 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 19 heures 49 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 20 heures 34 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 20 heures 43 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 21 heures 12 min
Retour à la normale

Pourquoi les échanges mondiaux ressemblent de plus en plus à ce qu’ils étaient il y a un millénaire

Publié le 19 juin 2015
Le centre de gravité de l’économie mondiale s’est considérablement déporté du Moyen-Orient vers l’Occident depuis plusieurs centaines d’années. Une étude de l’Institut McKinsey&Company nous apprend que ce centre de gravité se rapproche très précisément de sa localisation en l’an 1000 après J.C.
Florent Detroy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Florent Detroy est journaliste économique, spécialisé notamment sur les questions énergétiques, environnementales et industrielles. Voir son site."  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le centre de gravité de l’économie mondiale s’est considérablement déporté du Moyen-Orient vers l’Occident depuis plusieurs centaines d’années. Une étude de l’Institut McKinsey&Company nous apprend que ce centre de gravité se rapproche très précisément de sa localisation en l’an 1000 après J.C.

Atlantico : En l'an 1000 après J.C., l'Inde et la Chine représentaient 2/3 du commerce mondiale. Pourquoi les échanges mondiaux ressemblent-ils aujourd'hui à ce qu'ils étaient il y a un millénaire ?

Florent Detroy : J’aurais une remarque pour commencer, je ne pense pas que ce que ce soit les échanges mondiaux qui se ressemblent, mais plutôt le poids économique des pays, dans la mesure où on peut calculer un PIB en l’an 1000. La puissance économique aujourd’hui d’un pays repose sur son insertion dans la mondialisation, sa productivité, sa capacité à innover…dans une économie mondialisée, chaque activité économique est mesurée, classée à l’échelle de 192 nations. II y a 1000 ans, l’intégration des échanges économiques était quasi inexistante. La richesse d’un pays résidait davantage dans son poids démographique ou son accès aux matières premières. Les ressors de la richesse étaient très différents, ce qui empêchent de comparer les deux situations.

Si ce centre de gravité s'est continuellement déporté vers l'Ouest pendant plusieurs siècles, il ne suffira que d'une trentaine d'années pour qu'il retrouve la zone géographique occupée en l'an 1000 après J.C. : comment expliquer cette rapidité et ce basculement ? 

D’abord, la façon dont est présenté ce retour du centre de gravité vers l’Asie est trompeuse. On peut aussi estimer que le centre de gravité continue simplement sa progression vers l’ouest, et que l’heure de l’Asie est arrivée. De manière très grossière, le Moyen-Orient a connu son âge d’or entre le 8ème et le 13ème siècle, puis ce fut le tour ensuite de l’empire Ottoman, de l’Europe du sud à partir de la Renaissance, puis du nord avec la révolution industrielle. La cote est des Etats-Unis a pris le relais, avant que la cote ouest, actuellement, deviennent un nouveau relais de croissance des Etats-Unis. Si on suit cette logique, on peut penser que le tour de l’Asie, et plus particulièrement de la Chine, est arrivé. D’ici 2050, on peut déjà estimer que l’Inde, l’Iran ou encore la cote est de l’Afrique seront au centre de l’économie mondiale. Le problème avec ce genre d’approche, c’est qu’elles font l’impasse sur les raisons de l’essor propres à chaque pays. Au Moyen-Orient, l’arrivée du monothéisme a pu jouer un rôle unificateur en répandant notamment la langue arabe, et en permettant ainsi une meilleure circulation du savoir. En Europe, c’est l’organisation politique autour de petites nations constamment en compétition qui a pu jouer un rôle. Sans parler du rôle qu’a jouer la religion dans l’essor du capitalisme, pour reprendre la thèse de Max Weber. Si l’on observe un déplacement toujours vers l’ouest du centre de gravité, les raisons qui l’expliquent sont trop nombreuses, contingente et aléatoires pour que l’on puisse y voir une règle naturelle. Et sur la question de la rapidité, le rôle des techniques, du transport terrestres et maritime notamment, et aujourd’hui du numérique, tient une place prépondérante.

Quel rôle les pays émergents asiatiques jouent-ils dans ce basculement ? Que nous apprend ce phénomène sur l'économie mondiale actuelle ?

L’essor des pays émergents asiatiques semble être le résultat de l’application chez beaucoup de pays asiatiques d’un même modèle économique et souvent politique. Sur le plan purement économique, le modèle asiatique est parfois appelé le "bol de nouille". Il désigne l’enchevêtrement des accords économiques au sein de la zone Asie. On parle également de "circuit imprimé" japonais, notamment parce que le Japon a été le premier pays a utilisé cette technique de sous-traitance à l’échelle régionale. De cette intégration extrêmement poussée, ayant l’avantage de rassemblée des pays très innovants et des pays à la main d’oeuvre bon marché, résulterait le succès asiatique, notamment pour le Japon, les tigres asiatiques (Singapour, Taiwan, Hong Kong et Corée du sud) et aujourd’hui la Chine. A côté de cette organisation industrielle propre, on parle également de l’importance de son modèle politique. La mort cette année de l’ancien premier ministre singapourien Lee Kuan Yew est venu rappeler que le succès de la cité-Etat a été le fruit d’un subtil mélange d’autoritarisme, de nationalisme et d’intégration maitrisée dans la mondialisation. Or on retrouve ce modèle chez plusieurs autres Etats asiatiques, la Chine étant le plus visible actuellement. Ces deux exemples de particularités régionales nous apprennent avant tout que le succès dans la mondialisation est la plupart du temps le résultat de caractéristiques culturelles et politiques.

Après plusieurs centenaires de fossilisation, l'économie chinoise revient sur le devant de la scène. Comment les chinois appréhendent-ils cette place ? Est-ce pour eux un juste retour à la normale après une parenthèse historique ?

Pendant longtemps Pékin a joué la carte de l’humilité. Dans les années 1990 et début 2000, la Chine n’a pas cessé de répéter qu’elle ne voulait pas régner sur l’économie mondiale, afin de désamorcer les critiques et les fantasmes occidentaux. Il faut dire que la Chine sortait de plusieurs décennies d’isolement total, et qu’elle n’avait plus les capacités de se projeter sur la scène internationale. Dans les années 1990, le représentant chinois à l’ONU ne parlait même pas l’anglais. Mais le pays a du sortir de ses frontières à la fin des années 1990, ne serait-ce que pour approvisionner son industrie en matières premières. Les JO de 2008 et l’exposition universelle sont venues ensuite confirmées que la Chine pensait désormais les relations internationales. Est ce qu’il s’agit d’un retour à la normal ? La Chine nourrit effectivement un besoin de revanche depuis son humiliation au 19ème par les puissances coloniales, mais tous les pays qui voient leur stratégie réussir peuvent afficher un esprit de revanche. Pékin semble surtout vouloir reprendre un rôle central en Asie. L’insistance de ses revendications sur les iles Spratley et Senkaku, revendiqués respectivement par le Japon et par plusieurs pays asiatiques,  témoignent en tout cas d’une confiance grandissante en Asie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires