En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

04.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

05.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

06.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

07.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
pépites > Religion
Nouvelle polémique ?
Vesoul : une religieuse catholique privée de maison de retraite pour son voile
il y a 11 min 46 sec
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde

il y a 3 heures 6 min
pépites > Santé
Répondre à la crise
Le gouvernement dévoile son "plan d'urgence" pour l'hôpital public avec notamment une hausse du budget et une reprise de la dette
il y a 4 heures 3 min
décryptage > Politique
Réforme

Retraites : cette violence qui nous attend au fond de l’impasse politique

il y a 5 heures 28 min
décryptage > Politique
"J'ai besoin de vous"'

Congrès des maires : Emmanuel Macron surestime l’impact de la politique de simplification mise en œuvre à destination des élus locaux

il y a 6 heures 24 min
décryptage > International
A l'intérieur comme à l’extérieur

Le régime iranien confronté à une double contestation

il y a 6 heures 54 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opération du siècle sur "Aramco" se présente mal : les milieux boursiers ne font pas confiance aux Saoudiens

il y a 7 heures 47 min
décryptage > Société
Vos gueules les mouettes

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

il y a 8 heures 14 min
pépites > Politique
Sauvetage
Congrès des maires de France: Emmanuel Macron dit avoir "tant appris" des élus
il y a 23 heures 11 min
pépite vidéo > Religion
A la rencontre des fidèles
Visite officielle du pape François en Thaïlande et au Japon
il y a 50 min 3 sec
décryptage > Santé
Mesures

Plan d'urgence pour l'hôpital public : comment le gouvernement ménage dangereusement la chèvre et le chou

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Misérables" : le réalisateur Ladj Ly casse la baraque

il y a 3 heures 19 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Des casseurs aux LBD, radioscopie de l’opinion des Français face à la violence dans les conflits sociaux
il y a 4 heures 38 min
décryptage > Economie
Lettre

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

il y a 6 heures 11 min
décryptage > France
Un aveu

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

il y a 6 heures 41 min
décryptage > Environnement
"J’ai trois Greta Thunberg à domicile"

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

il y a 7 heures 20 min
décryptage > France
Rapport

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

il y a 8 heures 55 sec
Very bad trip
Etats-Unis : à 5 ans il amène de la cocaïne à l'école
il y a 22 heures 49 min
pépites > Justice
Aucun remord
Bilal Taghi, le premier homme à avoir fomenté un attentat djihadiste en prison, jugé dès ce mardi
il y a 23 heures 57 min
© Reuters
Les femmes peuvent avoir des enfants de plus en plus tard.
© Reuters
Les femmes peuvent avoir des enfants de plus en plus tard.
Sur-fécondité

Jusqu’où peut-on laisser les avancées sur la fertilité repousser l’âge de procréer ?

Publié le 10 juin 2015
Les techniques de reproduction humaine ne cessent de se multiplier, afin de donner aux femmes la possibilité d'avoir un enfant à n'importe quel âge, ce qui n'est pas sans poser des questions éthiques.
Dr Alexandra Caude est directrice de recherche à l’Inserm à l’Hôpital Necker. Généticienne, elle explore les nouveaux mécanismes de  maladie, en y intégrant l’environnement. Elle enseigne, donne des conférences, est membre de conseils scientifiques...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandra Henrion-Caude
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dr Alexandra Caude est directrice de recherche à l’Inserm à l’Hôpital Necker. Généticienne, elle explore les nouveaux mécanismes de  maladie, en y intégrant l’environnement. Elle enseigne, donne des conférences, est membre de conseils scientifiques...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les techniques de reproduction humaine ne cessent de se multiplier, afin de donner aux femmes la possibilité d'avoir un enfant à n'importe quel âge, ce qui n'est pas sans poser des questions éthiques.

Atlantico : Quel est l'enjeu de cette problématique ? Pourquoi vouloir aller toujours plus loin en s'éloignant des modes de procréation naturels ?

Alexandra Henrion Caude : Ces techniques de reproduction sont autant de moyens de s'affranchir d'un âge butoir, au-delà duquel une femme ne pourrait plus avoir d'enfants. Pour se faire, de récentes techniques ont été mises au point : le prélèvement et la congélation d'ovocytes (qui s'apparente au don de gamètes) permettant de repousser  une maternité à plus tard ; le prélèvement et la congélation ou maturation des tissus ovariens (récupération d'un petit bout de l'ovaire favoriser la maturation du tissu vieillissant) permettant de procréer même tardivement ; la dérive de gamètes à partir de cellules souches (création de gamètes à partir de cellules adultes). 

A ces trois techniques s'ajoutent de nouvelles possibilités telles que les manipulations génétiques (contre lesquelles un moratoire de scientifiques s'est prononcé récemment dans la revue Nature) et le remplacement de mitochondries par d'autres. Ces possibilités sont autant de dérives dont le fondement eugénique est dangereux qui appartiennent toujours au chapitre des "techniques de procréation médicalement assistée". Ce terme même représente un abus de langage puisqu'il s'agit de reproduction assistée et non de procréation qui supposerait la rencontre d'un homme et d'une femme. Parce que chacune d'entre elle touchent à l'œuf dans toute sa programmation vivante, elles sont bien évidemment très dangereuses.

La justification avancé du bien fondé de ces techniques repose sur l'idée d'une liberté de procréation de la femme peu importe son âge et l'importance de privilégier le patrimoine génétique "sain" de l'enfant à naître.

Avec une technicité ne cessant de croître, ces méthodes sont de moins en moins dénoncées. D'autant plus, qu'étant extrêmement complexes très peu d'individus se sentent capables d'énoncer un avis leur étant propre. En outre, les mères restent les mieux placées pour pouvoir s'opposer à ces technologies étant donné qu'elles sont seules à pouvoir apercevoir leur dimension tout autant intime qu'invasive sur elles mêmes et sur l'enfant à naître.

Quels sont les intérêts en jeu ?

Du point de vue de la mère, l'intérêt avancé est la possibilité donnée d'aménager ses grossesses en fonction de sa carrière professionnelle. Bien que la plupart des femmes ayant eu une grande carrière professionnelle, confient souvent qu'avoir des enfants est facteur de réussite. Ainsi, selon elles la réussite passent par les enfants avant de passer par l'aspect professionnel. 

Physiquement, ces techniques sont hautement traumatiques pour les futures mères. Elles se font à coup d'injections hormonales qui peuvent durer de 10 à 12 jours et nécessitent à la fois un suivi rapproché et une hospitalisation avec anesthésie générale afin de ponctionner les matières voulues. La douleur ressentie par les patientes est extrême, il suffit de lire les témoignages de femmes ayant subi ces interventions pour s'en rendre compte ! Certaines perdent la vie durant les injections hormonales ; d'autres endurent des douleurs abdominales si l'aiguille nécessaire à la ponction d'ovocytes heurtent le scrotum ou le le colon.

Du point de vue de l'enfant, avec la congélation ou l'in vitro c'est toute son épigénétique (la contribution que l'environnement peut avoir au niveau de sa génétique) qui est bouleversée ! Quant à l'aspect psychologique, quel peut-être le traumatisme d'un enfant chosifié ?

Cette évolution fait-elle l'objet d'une réflexion d'ordre éthique ? Comment décider des limites à fixer au progrès scientifique sur ces questions de procréation afin qu'il n'en vienne pas à fragiliser la société ? Comment trouver le bon équilibre ?

La réflexion derrière toutes ces techniques semblent émaner du courant trans-humaniste qui vise à considérer le corps comme un ensemble de pièces détachées (qu'il s'agisse du corps de la mère ou de celui de l'enfant). Il est donc temps de revenir à une vision plus aristotélicienne du corps humain. Quid des centaines d'embryons humains dont le développement a été retardé, repoussé par la congélation ?  N'est-ce pas étonnant que personne ne se préoccupe de leur sort ? De même, quelles pourront être les limites imputées à ces méthodes quand leur utilisation même n'est justifiée que par la possibilité d'une technique faisable ? En outre, on les applique à l'homme sans même en connaître véritablement l'impact et les conséquences.  

Autrement dit, de manière générale s'éloigner des modes naturels peut parfois être source de progrès mais dans ce cas précis on se rapproche plutôt d'une régression puisque l'état d'équilibre de l'homme (l’homéostasie) est compromis. Si l'homéostasie n'est pas obligatoirement synonyme de bonheur, ces méthodes sont sources de déséquilibre qui se répercute, sans aucun doute, sur l'enfant. 

De quel ordre les risques sont-ils ? A l'échelle individuelle et plus largement de la société ? (mise en danger de la vie du nourrisson, de la mère ? outre les dangers physiques qu'encourt l'enfant, n'y a-t-il pas des risques psychologiques à grandir avec des parents plus âgés ? Un risque de ne pas être accepté socialement ?)

A instrumentaliser à la fois l'embryon et le corps de la femme on créé de nouveaux marchés économiques comme c'est le cas suite à la création de tout nouvel instrument. L'histoire nous a appris que lorsque l'on donne un prix économique à la vie d'un homme on crée de la barbarie et en l'occurrence de l'esclavage.

Si l'on se concentre sur le fait que ces techniques permettent de retarder l'age de gestation chez la femme jusqu'à un moment auquel ses tissus sont moins élastiques, où sa fatigabilité est accrue, où en général son niveau d'insouciance a considérablement diminué et où la créativité de sa jeunesse s'en est allée... on comprend alors que l'acceptation sociale de l'enfant puisse être plus difficile. De même, l'enfant peut, par la suite, souffrir de problèmes de santé puisque certaines maladies se développent in utero. Le mouvement de biologie internationale DoHaD observe cet impact que peut avoir l'environnement qui précède la naissance d'un enfant sur la santé de celui-ci à vie.

En quoi cette évolution s'inscrit-elle dans le glissement d'un droit des enfants vers un droit à l'enfant ?

Plus que le droit à l'enfant, il s'agit d'une responsabilité -en tant qu'adulte- vis-à-vis de toutes ces vie crées par des techniques artificielles. C'est une responsabilité que quiconque peut partager bien que ce ne soit pas ses enfants qui soient en jeux. La société se doit de protéger les êtres les plus faibles et les plus démunis. Pourtant, peu d'individus s'insurgent de la "condition" des embryons congelés. Leur sort est pourtant lourdement problématique sur notre volonté à protéger les plus faibles de notre société.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

04.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

05.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

06.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

07.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 11/01/2016 - 17:29
Pourquoi pas, si les bébés sont parfaitement normaux?
Le vie s'allonge de plus en plus et il n'est pas illogique de voir la fécondité suivre.
Anouman
- 09/06/2015 - 21:37
Drôle de débat
Personnellement je pense que toute méthode de procréation non 100% naturelle devrait être prohibée. Non parce que Dieu l'a voulu ainsi mais parce qu'il y a assez d'imbéciles qui se reproduisent.
Gré
- 09/06/2015 - 20:27
protéger les plus faibles ?
Dans notre société consumériste et individualiste, le plus faible est considéré soit comme un poids mort (les personnes dépendantes) soit comme un objet de désir. Et de ce dernier point de vue, il n'y a pas une grande différence entre la prostitution qui instrumentalise le corps de la femme pour le droit au plaisir, et la PMA, GPA et autres techniques de manipulations d'embryons qui instrumentalisent l'enfant à naître au nom du" droit à l'enfant".