En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
Le contexte actuel pèse-t-il sur la sexualité des Français ?
Les temps sont durs...
La crise s'invite dans la sexualité des Français
Publié le 15 novembre 2011
La sexualité de Français est complètement chamboulée par la crise économique. Ralentie dans certains cas de dépression, l'activité sexuelle devient souvent un exutoire, et prend des formes plus agressives à cause de la résurgence de l'instinct de survie animal.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La sexualité de Français est complètement chamboulée par la crise économique. Ralentie dans certains cas de dépression, l'activité sexuelle devient souvent un exutoire, et prend des formes plus agressives à cause de la résurgence de l'instinct de survie animal.

Atlantico : Le contexte actuel (crise, dépression économique, peur...) pèse-t-il sur la sexualité des Français ?

Erick Dietrich : Oui et non. Face à un traumatisme ou une agression comme la crise économique actuelle, l’individu a trois façons de réagir : la sidération, la dépression ou l’agression.

Dans le cas d’une attitude dépressive, le retentissement sur la sexualité va être négatif : angoisses de performance chez les hommes entrainant éjaculation précoce, érections instables, mais aussi chute du désir, etc. Chez les femmes, chute du désir sexuel, anorgasmie, perte de la fonction érotique.

Dans le cas d’une attitude agressive : la sexualité va être investie par cette énergie agressive avec des comportements qui vont pousser les femmes et les hommes vers des besoins sexuels plus importants. La sexualité, dans certains cas, va donc servir d’antidépresseur, d’anxiolytique  et augmenter certaines conduites sexuelles comme l’échangisme, le triolisme, les petits jeux sadomasochistes, la prostitution…

Si l’agressivité n’est pas trop élevée mais suffisamment présente pour éviter la dépression ou le marasme, que l’environnement n’entraîne pas la nécessité d’enjeux de pouvoir ou d’argent, étonnamment, c’est la sexualité qui résiste le mieux à la crise économique, car c’est ce qui coute le moins cher (les orgasmes ne sont pas encore fiscalement imposés). La sexualité devient une activité, qui occupe, permet de ne pas trop penser et va produire des hormones du plaisir en quantité importante.

 

Constate-t-on une différence de comportement entre les hommes et les femmes ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, face à la crise, c’est l’homme qui se met à faire l’amour pour se reproduire. Certains scientifiques expliquent que quand homo sapiens est menacé, il est encore et toujours biologiquement programmé pour que sa sexualité devienne plus productive, avec des partenaires différentes, pour perpétuer l’espèce.

Les démographes sont surpris par le maintien de la fécondité française malgré la crise économique qui sévit. Se reproduire est un loisir à la portée de tous, qui permet de se faire plaisir ou de se consoler avec des enfants, surtout dans des pays comme la France qui ont mis en place une politique familiale et un système de sécurité sociale assurant une certaine protection en matière de reproduction.


L'intensification de l'activité sexuelle rend-elle pour autant les gens plus heureux ?

Les périodes de crise économique ne sont pas favorables à la recherche d’une harmonie sexuelle épanouissante. La répression sexuelle mise en place par la crise, faisant de la sexualité une forme de bouc-émissaire, n’endiguera pas la violence ; bien au contraire, elle catalyse le cercle vicieux sexe/argent/pouvoir. Il est donc indispensable, non pas de réprimer, mais d’apprivoiser la violence qui puise son énergie dans les frustrations sexuelles pour que nous puissions vivre ensemble.

Lorsque le vernis social craque, en situation de crise économique, ce sont les pulsions sous-jacentes qui s'expriment. Il n’est pas rare en effet de voir, en temps de crise, un déferlement de conduites sexuelles déviantes et violentes, comme en tant de guerre on voit apparaitre des conduites telles que les meurtres, les tortures, les viols et les pillages généralisés. 

La vie du peuple s’inscrit dans le vide et la désespérance liés à la crise économique, les symptômes surgissent, le mal-être psychoaffectif est de plus en plus fort, les jeunes ne trouvent plus de sens à leur vie et à leur avenir. Les femmes et les hommes perdent le sens de leur existence, face à l’inertie et à l’injustice ambiante. Ils ressentent de plus en plus d’impuissance, qui génère désœuvrement, doutes, angoisses et solitude. Il en résulte détresse, dépression, suicide, rage et colère, ainsi que des formes de sexualités « déviantes ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
02.
Ce que le projet de loi Dussopt sur la fonction publique indique des renoncements d’Emmanuel Macron
03.
Ces inquiétants progrès de l’idéologie décoloniale en France
04.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
05.
Un président étranger à son peuple mais aussi de plus en plus étranger à la communauté internationale
06.
Fake news indétectables : GPT2, le programme développé par l’équipe d’intelligence artificielle d’Elon Musk auquel ses concepteurs préfèrent renoncer tant il leur fait peur
07.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
06.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
05.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ANKOU
- 08/11/2011 - 07:46
« la fécondité française »

Ne serait-ce pas plutôt celle des habitants de la France ?
Il y a une différence, qui a le plus d'enfants, les Français OU les populations sur son sol ?
Quel est le prénom le plus donné en dans la Seine-Saint-Denis ?
@SimK - 07/11/2011
Je préfère LA que LE, chacun ses goûts ! ;)
Nico Pedia
- 07/11/2011 - 23:07
Rien compris
"La répression sexuelle mise en place par la crise" avec ses petites mains???
"Il n’est pas rare (...) un déferlement" avec des chiffres, des lieux, des dates ou autrement dit des exemples ce serait sans doute plus parlant je crois.
"Certains scientifiques" Qui?
Je n'ai pas entendu aux dernières nouvelles que M. Dietrich était parole d'Évangile et vous?
bobocleaner
- 07/11/2011 - 17:53
Absolument DSK est un visionnaire !
c'est pour ca que ce si grand économiste ( ca veut dire plein de fric ) est devenu un érotomane.
il avait vu la crise systémique venir depuis 20 ans, d' ou sa dérive de plus en plus hardcore , gangbang et fétichiste ou viol ....

Tout SEXEplique.