En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

03.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

04.

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

07.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

ça vient d'être publié
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 9 heures 50 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 11 heures 24 min
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 12 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire populaire du football" : Populaire et subversif : vive le foot !

il y a 14 heures 9 min
pépites > France
Drame
Drôme : deux morts et sept blessés dans une attaque au couteau perpétrée par un demandeur d'asile soudanais
il y a 14 heures 32 min
pépite vidéo > Media
Racisme
"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus
il y a 15 heures 54 min
décryptage > Religion
Besoin de sens

Sauver Pâques : les catholiques se mobilisent pour communier malgré le confinement

il y a 16 heures 32 min
décryptage > Environnement
Rions vert

C comme con, con comme Cochet : il confond le CO2 et le coronavirus !

il y a 16 heures 48 min
décryptage > High-tech
Applis stars du confinement

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Politique
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

il y a 17 heures 25 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 10 heures 45 min
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 12 heures 8 min
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 12 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Maus", Tomes 1 et 2 : Un roman graphique hors norme

il y a 14 heures 13 min
pépites > Défense
Touchés
Coronavirus : 600 militaires français atteints
il y a 14 heures 48 min
décryptage > International
Vital

Pour éviter les famines, ne pas interrompre le commerce mondial de céréales

il y a 16 heures 24 min
décryptage > Santé
Aller de l'avant

Covid-19: Il faut accélérer, ce n’est jamais trop tard

il y a 16 heures 39 min
décryptage > Education
Imaginaire

Si le coronavirus fait irruption dans les jeux de vos enfants, ne vous faites pas de soucis

il y a 16 heures 55 min
décryptage > Société
Pas de retour à la normale rapide

Déconfinement graduel : attention danger dans l’opinion

il y a 17 heures 12 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Jeanne d'Arc, une dissidente au temps du Moyen Age

il y a 17 heures 34 min
© FlickR / Jim Bahn
Les responsables politiques se sont montrés incapables de faire évoluer leurs propositions en fonction du contexte économique.
© FlickR / Jim Bahn
Les responsables politiques se sont montrés incapables de faire évoluer leurs propositions en fonction du contexte économique.
Idéologie vs réalité

Le libéralisme en pleine crise intellectuelle : comment l’Europe et la France sont en train de rater le train du renouveau de l’économie de marché

Publié le 12 juin 2015
Alors que le contexte économique a profondément évolué lors des dernières années, les responsables économiques et politiques se sont montrés incapables d'apporter de nouvelles solutions sur le continent européen. Au même moment, l'approche de l'économie de marché subit un bouleversement outre-atlantique.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le contexte économique a profondément évolué lors des dernières années, les responsables économiques et politiques se sont montrés incapables d'apporter de nouvelles solutions sur le continent européen. Au même moment, l'approche de l'économie de marché subit un bouleversement outre-atlantique.

Atlantico : Bien que considérés comme le berceau du libéralisme, les Etats-Unis semblent remettre en cause certains dogmes de la théorie libérale, notamment au travers la mise en place de plusieurs réformes, comme l’Obamacare, le relèvement du salaire minimum, ou la relance monétaire. S’agit-il réellement d’une contradiction ou plus simplement d’une évolution ?

Nicolas Goetzmann : Il s’agit bien plus d’une évolution, et celle-ci repose sur un contexte donné. Lorsque la crise de 2008 a frappé les Etats-Unis, l’ensemble des courants économiques y sont allés de leurs interprétations, aussi bien pour juger des causes du marasme que de ses remèdes. Ce qui représente une formidable occasion d’avoir raison ou d’avoir tort. L’ampleur de la crise n’a pas permis de se cacher derrière des statistiques ambiguës.

Les Etats-Unis ont eu la réponse macroéconomique la plus rapide et la plus franche, avec la mise en place de plans de relance monétaire de très grande ampleur. Au même moment, de nombreuses figures considérées comme "libérales" (au sens français) ont crié au fou, le plus souvent en indiquant que l’hyperinflation, l’envolée des taux d’intérêt, puis la ruine, étaient au coin de la rue. Ces prédictions ne se sont jamais réalisées, ce qui a considérablement affaibli les arguments de ce courant.

Durant cette période, la pensée économique aux Etats Unis était, et est toujours, clairement dominée par les néo-keynésiens, notamment au travers des deux Présidents successifs de la FED, Ben Bernanke et Janet Yellen dont les résultats ont été impressionnants. Les 11 millions d’emplois créés depuis 2010 et le taux de chômage actuel de 5.5% parlent d’eux-mêmes.

Mais le phénomène le plus impressionnant est l’évolution du débat économique aux Etats Unis. Désormais, les thèmes les plus porteurs sont l’analyse et la lutte contre les inégalités, la remise en cause d’une certaine forme de mondialisation, et la lutte contre la trop faible inflation. Certains organismes considérés comme centristes soutiennent des réformes de relèvement du salaire minimum, la hausse de la fiscalité sur le patrimoine, alors qu’elles ont longtemps été considérées comme des repoussoirs absolus aux Etats Unis. Le simple constat du succès du livre Thomas Piketty dans le pays démontre qu’un mouvement, voire une rupture, est en place. Mais il ne s’agit en rien d’une remise en cause du libéralisme et de l’économie de marché, simplement une évolution ayant pour objectif de transformer la croissance en croissance pour tous.

Cependant, il est important de tempérer ce phénomène en comparant par exemple le cas de la France et celui des Etats Unis. Car le point de départ n’est pas le même, en ce qui concerne le degré des libertés économiques, c’est-à-dire le degré de libéralisme.

Au contraire des Etats Unis, le continent européen ne cesse de réclamer des "réformes structurelles" d'inspiration libérale. L'Europe est-elle à contre-courant, ou la justification vient-elle plutôt d'un contexte de base différent ?

L’Europe continentale a une tradition économique qui se repose sur la notion d’Etat Providence, avec un niveau élevé de redistribution. Cette approche est aujourd’hui remise en cause par le constat d’importants niveaux de dette et de déficits dans la plupart des Etats, et ces derniers cherchent en conséquence à rogner sur les prestations sociales et sur les dépenses publiques.

Ce que l’on pourrait percevoir comme un contre-courant correspond plutôt à une tentative de retour à la moyenne, si l‘on veut se comparer au cas des Etats Unis. Bien qu’une démarche réformatrice par l’offre puisse avoir de solides justifications en ce qui concerne l’Europe, et ce, depuis de nombreuses années, le contexte macroéconomique de crise n’y est pas du tout propice.

Parce qu’à force de ne voir l’économie que par le biais de l’offre et des réformes structurelles, les libéraux européens ont totalement raté la survenance d’une crise de la demande depuis 2008. Or, encore aujourd’hui, l’Europe souffre des deux maux. Mais ces réformes, du droit du travail, des retraites etc…n’auront une efficacité réelle qu’à partir du moment où le problème de la demande sera traité. Si un asthmatique se fait renverser par un bus, le traitement de l’asthme n’est pas la priorité. C’est pourtant la stratégie qui a été poursuivie par l’Europe depuis 7 ans.

La crise actuelle de la demande asphyxie totalement l’économie européenne, et c’est bien ici la priorité. Une fois que ce point sera résolu, les réformes de l’offre prendront tout leur sens, afin d’optimiser le potentiel de croissance des pays de la zone euro.

La théorie libérale est-elle réellement affaiblie pour autant ?

C’est le contexte qui domine ici. Encore une fois, les réformes structurelles en Europe ont tout leur sens, mais celles-ci ne pourront produire leur totale efficacité que lorsque le plein emploi sera atteint, c’est-à-dire au moment où la demande sera optimale. Ce qui n’est évidemment pas le cas aujourd’hui. L’incohérence des défenseurs d’une politique "libérale" est que leur volonté absolue de mettre en place ces réformes du marché du travail au moment même où le chômage de masse est installé conduit à un important niveau de défiance. Prétendre que les cas grecs ou espagnols sont des succès est absurde, et même les cas de l’Irlande ou du Portugal ne permettent pas de le soutenir. Le traitement de la demande permet d’obtenir des résultats plus probants et ce, de façon bien plus rapide. C’est-à-dire que la souffrance des populations n’est pas une obligation, cela n’est qu’un choix.

C’est le moment ou l’idéologie prend le dessus sur la pratique. Parce que préférer la souffrance ne peut se justifier par rien d’autre que par de la morale. Nous sommes loin de l’économie.

Par contre, lorsque l’Europe retrouvera sa croissance d’antan, ou au moins une croissance convenable, elle pourra optimiser ses performances en mettant en place ces fameuses réformes structurelles, et nous pourrons retrouver ce vieux débat classique.

Quelles sont les principales idées reçues qui ont pu être remises en cause au cours des dernières années ?

Au moment même où le Medef appelle à une révision catégorielle du SMIC en France, la ville de Los Angeles vient de décider d’une hausse du salaire minimum de 50% à horizon 2020, pour atteindre 15 $ de l’heure. Pourtant, la Californie est généralement considérée comme l’exemple absolu en matière de liberté d’entreprendre, elle peut donc difficilement être soupçonnée de Marxisme. Le contexte y est différent, le chômage est faible et le relèvement du salaire minimum n’a pas de réel impact lorsque le plein emploi est atteint, la hausse de ce standard permet tout simplement d’équilibrer la distribution de richesse. Le but du libéralisme n’est pas d’enrichir trois personnes, mais de profiter au plus grand nombre. Donc, peu importe le classement politique d’une idée, seul son résultat pratique compte.

Mais encore ; l’idée selon laquelle un haut niveau de dette empêche toute croissance a également pris un sérieux coup, notamment après la réponse apportée aux travaux des économistes Rogoff et Reinhardt qui prétendaient qu’une dette supérieure à 90% du PIB ralentissait la croissance. Leurs calculs ont été invalidés. Même le FMI s’est mis à critiquer les politiques d’austérité, et ce, dès 2013. Les économistes du FMI ont même considéré cette semaine qu’une dette de 100% du PIB pour les Etats Unis n’était en rien un problème. L’essentiel est la croissance, puis sa distribution au sein de la population, le reste n’est qu’accessoire ou conséquence.

Les économistes sont-ils piégés par la politisation de leurs idées ? En quoi la réalité économique se différencie-t-elle de l’à priori politique ?

Le cas français est ici exemplaire. Cela fait 40 ans que les socialistes français défendent une politique de la demande alors que jusqu’en 2008, c’était plutôt l’offre qui posait problème. Ils ont pourtant choisi, si l’on pense à François Hollande en janvier 2014, de se rallier à l’offre au moment même où c’est la demande qui posait problème. L’ironie est donc maximale. Si la droite française voulait vraiment proposer quelque chose de nouveau, elle pourrait prendre exemple sur le renouveau du libéralisme américain, en soutenant une politique de relance monétaire avant de penser aux réformes, ou au moins en harmonisant l’ensemble. Cela n’aurait rien de choquant au regard du contexte économique.

En réalité, les responsables politiques se sont enfermés dans des idées en se détachant du contexte, ce qui produit des résultats parfaitement incohérents. Lorsque l’on a un marteau dans les mains, on voit des clous partout. Nous vivons aujourd’hui le miroir de 1981, lorsque le programme commun a été appliqué alors que l’inflation ravageait l’économie française. Car l’incohérence actuelle de la stratégie politique européenne est du même niveau, elle est simplement inadaptée à la réalité économique du moment. Les économistes ont également leur part de responsabilité dans cette situation, et si les plus grands noms de l’économie ont pu débattre aux Etats Unis, cela n’a pas été vraiment le cas en France.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

03.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

04.

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

07.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 07/06/2015 - 21:03
Loi de la Jungle
L'espece humaine progresse ! pas en ligne droite, pas en continu : il y a de frequents retours en arriere ! Mais nous progressons ! Il y aurait, parait-il un etre intelligent qui aurait cree notre monde ( un certain "monsieur Dieu") et son systeme economique de base s´appelle "Loi de la Jungle", mais cette saloperie cruelle a tendance a dispaitre progressivement...
clint
- 07/06/2015 - 20:36
@john mac lane : l'anti "libéralisme" va avec le souverainisme
En Europe, du moins en France car les Grands Bretons sont beaucoup moins dogmatiques, le spectre du "libéralisme" est toujours mis en avant comme la conséquence de la "dictature" de l' UE. C'est ce qui unit la droite souverainiste (et Dieu sait qu'ils sont nombreux !), la gauche chevènementiste, la gauche marxiste et bien sûr le parti de M. Philippot. En France on n'a jamais pu prendre de vraies mesures libérales "lambda", celles qu'en France on appelle l'ultra-libéralisme ! D'accord avec vous on ne peut parler de libéralisme dans un pays complètement drogué par le pouvoir et les aides d'état : être le pays qui fut la 5ème puissance mondiale et être le champion des dépenses d'état va certainement nous conduire rapidement à dégringoler encore rapidement !
john mac lane
- 07/06/2015 - 20:01
Nous vivons la plus grande défaite Keynésienne de tous les temps
L'auteur est bien le seul a ne pas voir tous les jours des tentatives de relance par la dépense. Et ces belles théories Keynésiennes, loin du libéralisme.

57% du PIB c’est l’état.
Il faut 100% pour l’admettre que nous ne somme pas un pays libéral?
Plus de la moitié du brut de brut des salaires n'appartient pas au salarié. Vous n’avez pas remarqué ? Vous appelez cela « libéral » ?
50% du « reste » à vivre des salariés est constitué de prix « fixés par l’état » (EDF, Transports SNCF, santé, etc...) ce serait libéral ?

Il est tout simplement stupéfiant de voir combien la pensée keynésienne exerce toujours une fascination qui confine à l’aveuglement voire à l’hypnose. En arriver a accuser le libéralisme des conséquences de décisions Keynésiennes.


Les Keynésiens sont un peu les musiciens sur le Titanic. Chanter les louanges du Keynésianisme en le regardant couler.